18

Big Ben Down

Independence Day : Resurgence

Vingt ans ont passé depuis la tentative d'invasion de la Terre par des aliens. Vingt ans durant lesquels la communauté internationale s'est peu à peu remise de ses blessures, créant par le biais des Nations Unies un programme de défense spatial censé parer à toute éventuelle riposte de l'ennemi. Conçu à partir de ce qui a été récupéré de la technologie alien en 1996, ce système est censé avertir des forces armées installées sur la Lune de tout mouvement de l'adversaire. Ce que la Terre ignore, c'est que les aliens avaient eu le temps d'envoyer un signal de détresse à leurs autres bataillons avant d'être vaincus. Une nouvelle flotte extra-terrestre, bien plus massive que la précédente, est donc envoyée vers notre planète pour exterminer la race humaine. L'occasion pour Roland Emmerich de donner une suite à son nanar intersidéral Independence Day en faisant rempiler l'essentiel du casting du premier opus (Jeff Goldblum, Bill Pullman, Judd Hirsch, Brent Spiner, Viviva A.Fox) et en y ajoutant quelques nouvelles recrues comme Liam Hemsworth dans le rôle d'un beau militaire et Maika Monroe (It Follows) dans celui de la fille de l'ex-Président des Etats-Unis, sans oublier William Fichtner en général, Charlotte Gainsbourg en scientifique, AngelaBaby en pilote de chasse made in China, Joey King (Conjuring : Les Dossiers Warren) en jolie brunette et Jesse Usher en beau-fils du héros de guerre joué par Will Smith dans le film précédent, puisque ce dernier a préféré ne pas faire partie de ce recyclage, pardon, de ce revival tardif, auquel ne participe pas non plus le compositeur David Arnold. Ne soyons pas mauvaises langues : depuis l'infâme 2012, Emmerich a quelque peu relevé le niveau avec Anonymous et White House Down (son film le plus récent, Stonewall, restant inédit en France suite à son échec critique et commercial aux USA). Ce n'est pas pour ça qu'Independence Day : Resurgence sera un grand classique de la SF, mais bon, il y a quand même des chances pour qu'on s'amuse bien le 27 juillet, jour de la sortie du film dans nos salles.

Cédric Delelée