7

Vive la famille

Krisha

Après un long combat contre une addiction qui l'a poussée aux portes de  l'autodestruction, Krisha retrouve pour les fêtes la famille qu'elle a abandonnée. Mais ce qui a commencé comme une preuve de pardon se transforme vite en un déluge d'émotions où les plaies du passé et les ressentiments vont se dévoiler au grand jour… Lauréate de deux prix au festival d'Austin, Krisha est une œuvre d'autant plus importante pour son réalisateur qu'il l'a mis en scène... deux fois. « Ce film remonte à l'été 2012 quand j'ai essayé de tourner mon premier long » explique Trey Edward Shults. « Il se trouve que j'avais surestimé la quantité de ressources et d'aide dont je pouvais bénéficier, au point de ne pas pouvoir réussir ce que j'avais envisagé. Ça a été la pire semaine de ma vie. » Mais le cinéaste ne se laisse pas démonter et décide de rebondir... « J'ai donc pris le matériau que j'avais tourné pour un long et, pendant un an, j'ai tout repensé et monté comme un court. Au final, j'en suis très fier et il a connu un certain succès. » Fort de cette réussite, Shults a pu ensuite trouver les fonds nécessaires pour shooter - en huit jours - sa « vraie » version longue de Krisha, un drame psychologique dont le ratio évolue constamment (1.85, 2.35 puis 1.33) pour mieux épouser les changements de comportement de sa protagoniste.

Jean-Baptiste Herment

En relation avec cet article...

Krisha | Trey Edward Shults