10

Wachowski Reloaded

Jupiter : Le destin de l'univers

Née sous un ciel étoilé, Jupiter Jones (Mila Kunis) est promise à un destin hors du commun. Devenue adulte, elle a la tête dans les étoiles, mais elle enchaîne les coups durs et n'a d'autre perspective que de gagner sa vie en nettoyant des toilettes. Ce n'est que lorsque Caine (Channing Tatum), ancien chasseur militaire d'élite conçu génétiquement, débarque sur Terre pour retrouver sa trace que Jupiter commence à entrevoir le destin qui l'attend depuis toujours. Grâce à son empreinte génétique, elle doit bénéficier d'un héritage extraordinaire qui pourrait bien bouleverser l'équilibre du cosmos. Mais l'existence même de la jeune femme déclenche la fureur d'une dynastie de féroces conquérants et de son monarque le plus belliqueux...
Le film le plus attendu de ce début d'année 2015 a donc encore une fois droit à un nouveau trailer en prévision de sa sortie française le 4 février. Le plus attendu, vraiment ? Car Jupiter : Le Destin de l'univers (traduction douteuse de Jupiter Ascending) a beau être le premier film entièrement signé par les Wachowski depuis la trilogie Matrix, les oracles hollywoodiens voient en ce space opera à 175 millions de dollars un échec programmé sans qu'on sache exactement ce qui motive un aussi funeste présage. Sorte de mélange entre Blade Runner, Dune et Star Wars, le spectacle fait appel à plus de cascades réelles qu'aux CGI, notamment dans une scène de huit minutes où les héros sont poursuivis par des aliens et des vaisseaux spatiaux, celle-ci ayant demandé six mois de prises de vues quotidiennes à elle seule. Collaborateur des cinéastes sur Speed Racer, Michael Giacchino (Star Trek, John Carter) signe la musique (composée avant le tournage) et le reste du casting inclut l'increvable (si l'on ose dire) Sean Bean, qui retrouve ici le très intense Eddie Redmayne, croisé dans Black Death. De l'action, de l'ambition, une direction artistique qui semble tenir du prodige, on ne voit vraiment pas en quoi le film inquiète les analystes, si ce n'est par l'éventuelle complexité de son script. Mais le public, qui a plébiscité Interstellar, est souvent bien plus malin qu'on veut bien nous le faire croire. En ce qui nous concerne, c'est avec une folle impatience qu'on attend la chose, même si concernant Matrix, on continue de ne retenir qu'un seul film sur les trois !





Cédric Delelée