The Giver

The Giver

The Giver (2014)

  • Sortie FR : 29/10/2014
  • Budget : 25 000 000 $
  • Gains : 66 980 456 $

Résumé :

Repoussez les limites. Trouvez la vérité.

Dans un futur lointain, les émotions ont été éradiquées en supprimant toute trace d'histoire. Seul "The Giver" a la lourde tâche de se souvenir du passé, en cas de nécessité. On demande alors au jeune Jonas de devenir le prochain "Giver"...

Crew :

Voir l'équipe au complet

Casting :

Jeff Bridges
Jeff Bridges The Giver
Meryl Streep
Meryl Streep Chief Elder
Brenton Thwaites
Brenton Thwaites Jonas
Odeya Rush
Odeya Rush Fiona
Alexander Skarsgård
Alexander Skarsgård Jonas's father
Katie Holmes
Katie Holmes Jonas' mother
Taylor Swift
Taylor Swift Rosemary
Cameron Monaghan
Cameron Monaghan Asher
Katharina Damm
Katharina Damm Nurturer
Emma Tremblay
Emma Tremblay Lily
Alexander Jillings
Alexander Jillings Gabriel 12 Months
James Jillings
James Jillings Gabriel 12 Months
Jordan Nicholas Smal
Jordan Nicholas Smal Gabriel 3 Months
Saige Fernandes
Saige Fernandes Gabriel 6 Months
Renate Stuurman
Renate Stuurman Dinah
Vanessa Cooke
Vanessa Cooke Elder
John Whiteley
John Whiteley Elder
Kira Wilkinson
Kira Wilkinson Chief Elder's Assistant
Meganne Young
Meganne Young Bride
Thabo Rametsi
Thabo Rametsi Robbie
Vaughn Lucas
Vaughn Lucas Security Officer
Jaime Coue
Jaime Coue Vietcong Sniper
Jefferson Mays
Jefferson Mays Community (voice)
Voir le casting complet

Bande-annonce :

Images du film :

Cliquez sur les vignettes pour les agrandir

  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver
  • The Giver

Critique MAD :

Humains ou presque

Né en 1950, soit plus jeune que Richard Fleischer, Michael Anderson ou même George Lucas, mais plus mûr Gary Ross ou Francis Lawrence, Phillip Noyce entend à l'évidence s'inspirer davantage de ces classiques des seventies que des blockbusters récents. En cela, il s'inscrit dans un mouvement non pas contemporain, mais remontant à la fin des années 1990, lorsque Andrew Niccol, Peter Weir ou Gary Ross justement, futur réalisateur d'Hunger Games, se risquaient à dénoncer les travers d'une société bâtie sur les apparences avec Bienvenue à Gattaca, The Truman Show ou Pleasantville. Faiseur sans grande personnalité (son superbe Calme Blanc, sorti à la fin des années 80, devait presque tout à George Mad Max Miller), Noyce trouve donc dans le ton et l'esthétique de The Giver : Le Passeur matière à voyager (...)
Lire la critique complète