Mad Movies: Le Film Noir - THE best of (*) - Mad Movies

Aller au contenu

  • (45 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Le Film Noir - THE best of (*) (*) mais pas que...

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Starnek 

  • Ta mère !
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 100
  • Inscrit(e) : 02-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:Paname

Posté 15 juin 2004 - 12:16

Image IPB
C'est l'interview carrière de James Ellroy dans les 2 derniers Mad qui m'a donné envie de créer un topic sur un genre que j'affectionne particulièrement : le Film Noir.
Il est assez difficile de donner une définition précise du Film Noir car ce n'est pas un genre en soi mais plutôt une certaine ambiance ou atmosphère qui se distingue des autres films de gangsters. La violence et le pessimisme qui s'en dégagent sont souvent une métaphore des craintes de l'époque, l'Amérique sort à peine de la crise de 29, le Japon est de plus en plus menacant et l'Allemagne ne cesse d'assombrir l'Europe. C'est d'ailleurs d'Europe que viendront les principaux artisans qui donneront leurs lettres de noblesses au genre (le terme "Noir" provenant de l'expressionisme allemand où le noir&blanc était contrasté à outrance) : Michael Curtiz, Fritz Lang, Robert Siodmak, Billy Wilder, Jacques Tourneur, Alfred Hitchcock ...
Le Film Noir se distingue des autres films par des éclairages trés contrastés, des angles de caméras souvent distordus, des volutes de fumées en contre jour, des intérieurs toujours sombres aux stores vénitiens baissés, des extérieurs de nuit dans des rues mal famées à l'asphalte trempée, des docks ou des usines désafectées.
Le héros est souvent un anti-héros cynique et désabusé souvent en marge de la loi (voire carrément hors la loi) et est, la plupart du temps, manipulé par une femme fatale qui le poussera à sa perte.
La narration est complexe voire expérimentale, les flashbacks et voix off sont monnaie courante et la fin est fréquemment tragique.
Image IPB Les réalisateurs phares : John Huston, Fritz Lang, Robert Aldrich, Jacques Tourneur, Samuel Fuller, Alfred Hicthcock, Andre de Toth, Robert Siodmak, Michael Curtiz, Nicholas Ray, Otto Preminger, Billy Wilder, Orson Welles, Howard Hawks, Jacques Tourneur, George Cukor, Jules Dassin ...
Image IPB Les héros ou anti-héros typiques : Robert Mitchum, Humphrey Bogart, Alan Ladd, Sterling Hayden, Richard Widmark, Fred MacMurray, Edward G Robinson, James Garfield, Burt Lancaster ...
Image IPB les femmes fatales cultes : Ava Gardner, Barabara Stanwyck, Rita Hayworth, Lana Turner, Joan Crawford, Gene Tierney, Lauren Baccall, Joan Bennett, Jane Greer, Veronica Lake ...
Image IPB les romanciers adaptés : Raymond Chandler, Ernest Hemingway, Dashiell Hammett, James M. Cain, Mickey Spillane ...
L'age d'or du Film Noir se situe, en gros, de 1939 à 1959 et comporte bons nombres de chef d'oeuvres :
- Le faucon Maltais de John Huston (1941)
- L'ombre d'un doute d'Alfred Hitchcock (1943)
- Double Indemnity / Assurance sur la mort de Billy Wilder (1943)
- Laura d'Otto Preminger (1944)
- Le grand sommeil d'Howard Hawks (1946)
- Gilda de Charles Vidor (1946)
- The Killers de Robert Siodmak (1946)
- Notorious d'Alfred Hitchcock (1946)
- Le facteur sonne toujours deux fois de Tay Garnett (1946)
- Kiss of Death d'Henry Hathaway (1947)
- Out of the past / la griffe du passé de Jacques Tourneur (1947)
- Key Largo de John Huston (1948)
- La dame de Shanghai d'Orson Welles (1948)
- The asphalt jungle / quand la ville dort de John Huston (1950)
- Night and the City / les forbans de la nuit de Jules dassin (1950)
- Sunset Boulevard de Billy Wilder (1950)
- The Big Heat / Réglements de compte de Fritz Lang (1953)
- Kiss me deadly / en quatrieme vitesse de Robert Aldrich (1955)
- The Killing / L'ultime razzia de Stanley Kubrick (1956)
- Touch of evil / la soif du mal d'Orson Welles (1958)
- Vertigo / Sueurs Froides d'Alfred Hitchcock (1958)
Image IPBImage IPBImage IPB
Les films noirs tournés aprés 1959 sont souvent appelés Post-Noir ou Néo-Noir. On peut citer Point Blank, Chinatown, Le privé, Blood Simple, Blue Velvet, Kill me again, Basic Instinct, Red Rock West, The last seduction, Fargo, L.A. Confidential, Bound, Lost Highway, La prisonnière espagnole, Memento, The barber, Mulholland Drive, Femme Fatale ...

Si vous voulez compléter ma liste, absolument pas exhaustive, ou faire un petit papier sur votre film noir préféré n'hésitez pas c'est içi que ça se passe. :wink:

#2 L'utilisateur est en ligne   Mechagodzilla 

  • Sim
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 029
  • Inscrit(e) : 16-décembre 03
  • Location:plus ici, en tout cas...

Posté 15 juin 2004 - 12:33

CITATION
Si vous voulez compléter ma liste, absolument pas exhaustive, ou faire un petit papier sur votre film noir préféré n'hésitez pas c'est içi que ça se passe.


j'en vois un, qui n'est malheureusement pas très connu, mais qui est un véritable chef-d'oeuvre du genre :

"Nightfall" (la nuit tombe) de Jacques Tourneur, avec Aldo Ray, Ann Bancroft et Brian keith.

L'histoire, tirée d'un roman de David Goodis, raconte la fuite d'un homme (Aldo Ray) devant deux gangsters (dont Brian keith) qui veulent le tuer parce qu'il a été le témoin d'un de leur crimes.

Un véritable bijou, sec et nerveux, comme Tourneur savait les pondre.

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Redux 

  • Du rire aux larmes
  • Groupe : Members
  • Messages : 7 582
  • Inscrit(e) : 01-mars 04
  • Profil:Homme
  • Location:Tarif à la journée, voir modalités en magasin.

Posté 15 juin 2004 - 13:05

J'ai découvert cette année Kiss me deadly (En quatrième vitesse) de Robert Aldrich avec Ralph Meeker dans le rôle du célèbre détective créé par Mickey Spillane: Mike Hammer.
C'est un film épatant ,tant par sa mise en forme que par son scénario. L'enquête que va mener Mike Hammer suite à la rencontre d'une jeune inconnue va prendre une tournure de plus en plus étrange jusqu'au dénouement final.
Ralph Meeker, comédien plutôt abonné aux seconds rôles, campe un formidable Mike Hammer qui ne s'embarrasse pas de bons sentiments lorsqu'il s'agit d'obtenir des réponses.
Bref, ce film m'a littéralement happé lors de sa vision à tel point qu'il a obtenu sa place dans ma liste de mes 40 meilleurs films. 8)

#4 L'utilisateur est en ligne   Mechagodzilla 

  • Sim
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 029
  • Inscrit(e) : 16-décembre 03
  • Location:plus ici, en tout cas...

Posté 15 juin 2004 - 13:21

CITATION(Redux)
J'ai découvert cette année Kiss me deadly (En quatrième vitesse) de Robert Aldrich avec Ralph Meeker dans le rôle du célèbre détective créé par Mickey Spillane: Mike Hammer.
C'est un film épatant ,tant par sa mise en forme que par son scénario. L'enquête que va mener Mike Hammer suite à la rencontre d'une jeune inconnue va prendre une tournure de plus en plus étrange jusqu'au dénouement final.
Ralph Meeker, comédien plutôt abonné aux seconds rôles, campe un formidable Mike Hammer qui ne s'embarrasse pas de bons sentiments lorsqu'il s'agit d'obtenir des réponses.  
Bref, ce film m'a littéralement happé lors de sa vision à tel point qu'il a obtenu sa place dans ma liste de mes 40 meilleurs films. 8)


je trouve aussi que c'est un film d'une violence inouie. Rien n'est montré, mais tout est suggéré (la tenaille des types qui torturent la fille au début, la tête que fait Jack Elam quand Hammer dérouille son copain hors champ...) ce qui donne encore plus d'impact à ces scènes.

De plus, le Hammer incarné par Meeker est un authentique fumier.

A signaler aussi "Solo pour une blonde" de Roy Rowland, avec Mickey Spilane dans le role de Hammer.

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Starnek 

  • Ta mère !
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 100
  • Inscrit(e) : 02-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:Paname

Posté 15 juin 2004 - 13:49


Kiss me deadly est l'un des films de ma liste que je n'ai pas vu (avec Gilda et Assurance sur la mort) et que je rêve de voir ! C'est chiant de ne pas avoir le cable quand on aime ce genre de films ... Heureusement qu'il reste Arte et le Cinéma de Minuit qui en passent régulièrement. Existe-t-il une bonne édition DVD ?

sinon cette semaine je me suis fait The Killers de Siodmak avec un Burt Lancaster tout jeunot dans le rôle du brave gars manipulé par la divine Ava Gardner. Le film commence par la mort de Lancaster qui se laisse abattre par 2 tueurs de la pègre, s'en suit une enquête faites par un agent d'assurance qui remontera l'histoire à partir des différents récits des personnes qu'il interroge. La structure du film, tout en flash back, rappelle celle de Citizen Kane sortie quelques années avant.
Je n'ai par contre pas vu le remake de Don Siegel avec Lee Marvin et John Cassavetes (Hutch en parle dans le topic Les proies).


et hier j'ai vu The big heat / réglements de compte de Fritz Lang. Un policier (Glen Ford) enquête sur le mystérieux suicide d'un ancien flic qui en savait beaucoup sur la mafia. La pègre décide de le supprimer mais c'est sa femme qui en fera les frais... Glen Ford démissionne et mène sa propre enquête avec un fort désir de vengeance.
Glen Ford campe un ex policier au limite de la loi aux méthodes que n'aurait pas renier Harry Calahan, de plus il y a Lee Marvin en petit chef de gang brutal et particulièrement sadique envers les femmes.


#6 L'utilisateur est hors-ligne   Redux 

  • Du rire aux larmes
  • Groupe : Members
  • Messages : 7 582
  • Inscrit(e) : 01-mars 04
  • Profil:Homme
  • Location:Tarif à la journée, voir modalités en magasin.

Posté 15 juin 2004 - 14:10

CITATION(Starnek)

Kiss me deadly est l'un des films de ma liste que je n'ai pas vu (avec Gilda et Assurance sur la mort) et que je rêve de voir ! C'est chiant de ne pas avoir le cable quand on aime ce genre de films ... Heureusement qu'il reste Arte et le Cinéma de Minuit qui en passent régulièrement. Existe-t-il une bonne édition DVD ?


L'année passée, il est sorti en zone 2 chez MGM. Edition minimaliste sans bonus si ce n'est le bande-annonce originale mais le rendu de l'image est de bonne qualité.
:wink:

#7 L'utilisateur est en ligne   Mechagodzilla 

  • Sim
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 029
  • Inscrit(e) : 16-décembre 03
  • Location:plus ici, en tout cas...

Posté 15 juin 2004 - 14:12

Tien, Glenn Ford m'a fait penser à celui-là :


"allo, brigade spéciale" de Blake Edwards.

Un petit bijou de film noir, avec un San Francisco magnifiquement filmé.

Ford y incarne un flic qui essaie de proteger une employée de banque (Lee remick) d'un malfrat qui veut lui faire voler de l'argent pour son compte (Ross "artemus Gordon" Martin).

Ce film marque aussi la première collaboration entre Edwards et Henry Mancini.

#8 L'utilisateur est hors-ligne   dangercop 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 115
  • Inscrit(e) : 23-octobre 03
  • Location:Chez Tiffany's

Posté 15 juin 2004 - 14:21

LE GRAND SOMMEIL
The Big Sleep
(1946)
Réalisé par Howard Hawks
Scénario de William Faulkner, Leigh Brackett et Jules Furthman
D'après le roman de Raymond Chandler


Synopsis


Pour mettre terme aux agissements d'un maître-chanteur, le général Sternwood loue les services de Marlowe. Arthur Gwynn Geiger, le maître-chanteur, cherche à vendre des photos compromettantes qui représentent Carmen, la fille de Sternwood, nue.



Avec Humphrey Bogart et Lauren Bacall. LE film noir par excellence. Un scénario très compliqué qui évoluait au fur et à mesure du tournage, comme le raconte avec beaucoup d'humour la splendide épouse de Bogie dans son autobiographie.
Bogart - Marlowe, interprété par Bogie bien évidemment, enquête dans l'une des familles la plus huppée de la ville. Il se retrouve au coeur d'une affaire alambiquée des plus dangereuses et aux prises avec les deux soeurs de la maison. Ce qui ne l'est pas moins.

Tous les codes du film noir sont présents dans ce bijou noir et blanc où chaque apparition même d'un petit rôle sert à l'intrigue.
Les plans sont d'une rare beauté et le rythme reste nerveux jusqu'au dénouement. Considéré à juste titre comme un authentique chef d'oeuvre, The Big sleep n'a sans doute jamais été égalé.







#9 L'utilisateur est en ligne   Mechagodzilla 

  • Sim
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 029
  • Inscrit(e) : 16-décembre 03
  • Location:plus ici, en tout cas...

Posté 15 juin 2004 - 14:35

CITATION(dangercop)
LE GRAND SOMMEIL
The Big Sleep  
(1946)
Réalisé par Howard Hawks
Scénario de William Faulkner, Leigh Brackett et Jules Furthman
D'après le roman de Raymond Chandler


Synopsis


Pour mettre terme aux agissements d'un maître-chanteur, le général Sternwood loue les services de Marlowe. Arthur Gwynn Geiger, le maître-chanteur, cherche à vendre des photos compromettantes qui représentent Carmen, la fille de Sternwood, nue.



Avec Humphrey Bogart et Lauren Bacall. LE film noir par excellence. Un scénario très compliqué qui évoluait au fur et à mesure du tournage, comme le raconte avec beaucoup d'humour la splendide épouse de Bogie dans son autobiographie.  
Bogart - Marlowe, interprété par Bogie bien évidemment, enquête dans l'une des familles la plus huppée de la ville. Il se retrouve au coeur d'une affaire alambiquée des plus dangereuses et aux prises avec les deux soeurs de la maison. Ce qui ne l'est pas moins.

Tous les codes du film noir sont présents dans ce bijou noir et blanc où chaque apparition même d'un petit rôle sert à l'intrigue.  
Les plans sont d'une rare beauté et le rythme reste nerveux jusqu'au dénouement. Considéré à juste titre comme un authentique chef d'oeuvre, The Big sleep n'a sans doute jamais été égalé.  
 

 




Avec à un moment un dialogue complètement délirant de sous-entendus à base de montures et de chevauchement biggrin.gif

Le film a fait l'objet un remake plutot sympa par Michael Winner (le cineaste, pas le madnaute rigolo) avec le grand Bob

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Rollo Tomasi 

  • Critters
  • Groupe : Members
  • Messages : 260
  • Inscrit(e) : 17-juillet 03
  • Profil:Homme
  • Location:commissariat 13,Shell beach,près de Gattaca

Posté 16 juin 2004 - 18:26

Robert Montgomery joua dans "la force des ténèbres" 8O
(de Richard Thorpe) le rôle d'un psychopathe évadé recueilli dans une maison et dont il se fait ami de la vieille acariatre propriétaire,qui vit avec sa nièce coincée.
Excellent suspense et surtout la force du jeu de l'acteur a des années d'avance.Montgomery a aussi été réalisateur de "Et tournent les chevaux de bois" (beau titre),superbe film noir que j'avais adoré au cinéma de minuit.
Et puis le fameux "l'inconnu du nord-express",de....qui déjà? :wink:

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Hutch 

  • Jean-Pierre Bacri
  • Groupe : Members
  • Messages : 11 679
  • Inscrit(e) : 19-septembre 02
  • Profil:Homme

Posté 16 juin 2004 - 18:46

J'aime beaucoup Les Forbans de la nuit, en particulier parce qu'on y retrouve cette gueule de fouine de Richard Widmark et que tout tourne autour de la contrebande d'après-guerre à Londres, et en plus y a du catch !

Sinon :


et un montage alterné entre le pickpocket qui fouille dans le sac de la fille de la joie et leurs visages qui s'"illuminent" assez hallucinant. icon_mrgreen.gif
post entièrement réalisé en 4/5

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Rollo Tomasi 

  • Critters
  • Groupe : Members
  • Messages : 260
  • Inscrit(e) : 17-juillet 03
  • Profil:Homme
  • Location:commissariat 13,Shell beach,près de Gattaca

Posté 16 juin 2004 - 18:56

[quote="Starnek"]
La violence et le pessimisme qui s'en dégagent sont souvent une métaphore des craintes de l'époque, l'Amérique sort à peine de la crise de 29.[quote="Starnek"]
Le gangster à cette époque de prohibition est idéalisé,mais quelques années plus tard,quand le code Hays icon_twisted.gif fut décrété et que la prohibe était finie laugh.gif, Robinson,Raft et d'autres durent tourner des films de propagande avec eux en rôle de flics 8O .Des films moralisateurs où les truands sont cupides,laches et vénaux et les condés bien prop sur eux.

#13 L'utilisateur est hors-ligne   Prodigy 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 907
  • Inscrit(e) : 27-février 03
  • Location:les Dubbing Brothers

Posté 16 juin 2004 - 20:03

Sublime topic, j'adhère.

Et la collec Warner de cet été s'annonce mortelle.

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Bigbonn 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 441
  • Inscrit(e) : 04-septembre 02
  • Location:Avec les Supermen, contre les Amazones

Posté 16 juin 2004 - 22:55

Détour, de Edgar G. Ulmer. Vu il y a déjà un bout de temps.
Noir. Encore un film qui met aux prises un héros à un destin qui s'acharne sur lui. Très bon. Je pense qu'il existe en DVD.



#15 L'utilisateur est hors-ligne   Hutch 

  • Jean-Pierre Bacri
  • Groupe : Members
  • Messages : 11 679
  • Inscrit(e) : 19-septembre 02
  • Profil:Homme

Posté 16 juin 2004 - 22:59

Vi :

http://www.imagesjournal.com/issue09/reviews/detour/

Excellent. Je ne l'ai vu qu'une fois, il y a loooooooooogtemps sur une chaîne du cable mais j'étais resté scotché.

On s'identifie au personnage : donc quand il est dans la merde nous idem (et il y est jusqu'au cou).
post entièrement réalisé en 4/5

Partager ce sujet :


  • (45 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)