Mad Movies: Steve Martin - Mad Movies

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Steve Martin alias le Dr Michael Hfuhurhurhuhrhrrr!!!

#1 L'utilisateur est hors-ligne   molasar 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 442
  • Inscrit(e) : 02-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:EVREUX en Normandie,à 1h00 de Paname...

Posté 17 février 2012 - 01:14

Image IPB

Steve Martin, de son vrai nom Stephen Glenn Martin est un acteur, humoriste, musicien et scénariste américain né le 14 août 1945 à Waco, Texas (États-Unis).

Révélé grâce au Saturday Night Live, Martin est devenu un humoriste réputé, avant de débuter une carrière au cinéma avec succès dans le registre comique avec Un vrai schnock, Les cadavres ne portent pas de costard, Treize à la douzaine, La Panthère rose et Pas si simple, mais sait démontrer qu'il peut jouer avec sobriété ou changer de registre notamment avec Un ticket pour deux, Tout l'or du ciel, Portrait craché d'une famille modèle et La Prisonnière espagnole. Ne se contentant pas d'être d'acteur, il est également reconnu comme scénariste, ainsi que comme musicien et écrivain.




Stephen Glenn Martin, fils de Mary Lee et de Glenn Vernon Martin, agent immobilier et aspirant acteur, est né à Waco, puis a été élevé à Inglewood, en Californie et plus tard à Garden Grove, toujours en Californie dans une famille de confession baptiste.

À Garden Grove, vivant près du parc d'attractions Disneyland, il travaillera dans ce même parc d'attractions à l'âge de 11 ans, qui lui permettra de se produire devant de petits groupes de visiteurs en faisant des tours de magie ou en escortant des touristes.

Étudiant en philosophie et se destinant à enseigner cette discipline, il change brusquement d'orientation pour écrire des textes comiques, puis jouer lui-même des rôles dans ce registre, sans jamais se départir d'un style qui lui est propre, un peu décalé. Après avoir été réorienté à l'Université de Californie à Los Angeles spécialité théâtre, il débute sa carrière dans des clubs locaux la nuit et arrête ses études à vingt-et-un ans.

En 1967, son ancienne petite amie, danseuse sur le The Smothers Brothers Comedy Hour (en), l'aide à décrocher un emploi dans le show comme scénariste en présentant son travail au scénariste en chef Mason Williams, qui paiera Martin de sa propre poche. Ce premier emploi va lui permettre avec les autres scénaristes de décrocher un Emmy Award en 1969, à seulement 23 ans. Il écrit également pour John Denver, The Glen Campbell Goodtime Hour et The Sonny & Cher Comedy Hour et fait sa première apparition à la télévision dans l'émission The Steve Allen Show (en), en 1969.

Tout en continuant d'écrire, il fait plusieurs apparitions dans des shows télévisées (The Tonight Show Starring Johnny Carson, The Gong Show, On Location), mais aussi dans le Saturday Night Live, émission humoristique de NBC, où à chaque apparition, l'audience du show grimpait d'un million de spectateurs et lui permettre d'être révélé au grand public. Martin a popularisé le air quotes, geste avec quatre doigts des mains pour former des guillemets.

Ses apparitions à la télévision dans les années 1970 a conduit à enregistrer des albums humoristiques, dont A Wild and Crazy Guy (1978), qui rencontre un énorme succès, se classant deuxième du Billboard 200. Le titre King Tut, extrait de l'album, connaît également un succès en single. Le succès de l'album s'accentue avec un Grammy Award dans la catégorie meilleur album de comédie l'année suivante.

Sur ses albums, Martin utilise l'autoréférence et parfois l'autodérision, son style est décalé et ironique, mais arrêta le stand-up en 1981 pour se concentrer sur sa carrière cinématographique.

La carrière cinématographique de Steve Martin débute en 1977 en écrivant et en interprétant le rôle de Steven dans le court-métrage The Absent-Minded Waiter, qui sera nommé à l'Oscar du meilleur court-métrage de fiction l'année suivante, suivi du film musical Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, inspiré de l'album du même nom des Beatles, film qui retirera longtemps de sa filmographie officielle à cause de l'échec du film.

Ce sera sa rencontre avec l'acteur et réalisateur Carl Reiner qui sera déterminante dans sa carrière. En 1979, Martin co-écrit et interprète le rôle principal de la comédie Un vrai schnock, réalisé par Reiner, qui lui permet de rencontrer son premier succès public sur grand écran.

Deux ans plus tard, il tentera un contre-emploi avec un rôle sérieux dans le drame Tout l'or du ciel qu'il avait hâte de tourner pour éviter d'être catalogué. Pour ce film, il apprendra des cours de théâtre, ainsi que des claquettes pendant plusieurs mois. Malgré l'échec commercial du film, Martin obtiendra une nomination au Golden Globes.

Mais c'est avec toujours Reiner qu'il obtiendra son premier grand rôle : celui d'un détective privé ringard dans Les Cadavres ne portent pas de costard, dont il co-écrit également le scénario : il s'agit d'un pastiche de vieux films noirs où sont intercalés des extraits de ces classiques qui s'intègrent parfaitement dans la narration d'une intrigue décalée et comique. Une scène célèbre est restée où il sermonne Humphrey Bogart (Philip Marlowe) qui a oublié sa cravate. Il retrouvera Reiner pour les films L'Homme aux deux cerveaux et Solo pour deux, qui lui vaudra sa seconde nomination aux Golden Globes pour son rôle qui est le plus acclamé par la critique de sa carrière.

Il continue dans le registre comique avec La Petite Boutique des horreurs, parodie musicale reprenant les poncifs des films d'épouvante et dont il est également scénariste.

En 1987, il incarne le rôle d'un publicitaire nerveux et pressé dans la comédie Un ticket pour deux, dans lequel il partage la vedette avec son ami John Candy. Ce film devenu culte, permettant de lui confier un rôle marquant, est le préféré de sa carrière et prête ses traits à un pompier amoureux d'une jeune femme dans Roxanne, librement inspiré de Cyrano de Bergerac.

Après avoir partagé la vedette avec Michael Caine dans Le Plus Escroc des deux, il tente un autre virage sérieux dans sa carrière en incarnant un père de famille dans la comédie dramatique Portrait craché d'une famille modèle, qui lui permettra d'obtenir son premier grand succès commercial avec plus de 100 millions de dollars de recettes rien qu'aux États-Unis.

Alors que les années 1980 se sont déroulés avec succès, les années 1990 marque un léger déclin de la part du public, tout en obtenant pour la plupart des critiques favorables.

En effet, s'il obtient des succès avec la comédie Le Père de la mariée, remake du film de 1950 et sa suite, le drame Grand Canyon et la comédie dramatique L.A. Story, il connaît toutefois ses premiers échecs commerciaux dans la même période avec Le Cadeau du ciel, Joyeux Noël (remake du Le père Noël est une ordure), Sergent Bilko et Escapade à New York et le demi-échec de Bowfinger, roi d'Hollywood, dont il est le scénariste.

De plus, il s'éloignera petit à petit des plateaux de cinéma suite au décès de John Candy, survenu en 1994, tombant même dans une dépression pendant quelques mois suite à ce drame

Il débute des articles dans le New Yorker où il va rencontrer sa femme actuelle et comprend que les magazines ne s'intéressent pas aux couples dont seul l'un des deux membres est une célébrité et écrit des pièces de théâtres et roman.

C'est pourtant dans un autre registre que Steve Martin donnera sa pleine mesure d'acteur : dans le rôle du milliardaire Dell du film La Prisonnière espagnole, de David Mamet en 1998.

Par la suite, il fait son retour en revenant dans le registre comique, il prendra la relève de Peter Sellers en interprétant l'Inspecteur Clouseau dans le remake de La Panthère rose, en 2006 après les succès de Bronx à Bel-Air et Treize à la douzaine (respectivement 132 et 138 millions de dollars au box office américain). La Panthère Rose rapporte 158 millions de dollars de recettes mondiales, contrairement au deuxième volet, où il endosse à nouveau le costume de l'inspecteur Clouseau, qui a connu un échec retentissant, aux États-Unis comme en France. Mais cet échec ne l'empêchera pas de triompher de nouveau avec Pas si simple, où il partage la vedette avec Meryl Streep et Alec Baldwin, qui rencontre un succès public, notamment dans le monde, devenant son plus grand succès mondial.

Il a également prêté sa voix à un personnage de la série d'animation Les Simpson et a fait partie des guest-stars de la troisième saison de la série 30 Rock, au côté de Tina Fey (également créatrice, avec lequel elle avait déjà joué avec Martin dans Baby Mama) et Alec Baldwin.

Il importe de noter que Steve Martin est également écrivain. En 1993, il publie Picasso at the Lapin Agile, une pièce de théâtre qui relate une rencontre imaginaire entre le peintre et Albert Einstein. Trois de ses livres ont déjà été traduits et publiés en France: Mirabelle (Presses de la cité - 2002), Effets indésirables (Buchet/Chastel - 2002) et Un homme de ma trempe (Buchet/Chastel - 2004). Ces trois livres ont obtenu un énorme succès aux États-Unis (500 000 exemplaires vendus de Mirabelle, Shopgirl dans son titre original). Steve Martin a fait paraître son autobiographie, Born standing up, en novembre 2007.

Après trois albums humoristiques, Steve Martin enregistra deux albums folk, The Crow: New Songs for the 5-String Banjo et Rare Bird Alert, dans lequel il joue du banjo. Bien que les albums sont mal classés au Billboard 200, il s'est classé numéro un au Billboard US Bluegrass, classement consacré à la musique country.





Perso son "Homme aux Deux cerveaux" est l'un des films qui m'a fait le plus rire, j'apprécie beaucoup également "Le plus escroc des deux" où son duo avec Michael Caine est d'anthologie, le drôle et tendre "LA Story", l'excellent "Roxanne" du méconnu Schepisi, une comédie avec la belle Daryl Hannah qui vaut bien notre "Cyrano" national, si si! :)

Et je n'oublie pas le très bon "Bowfinger" avec l'autre roi de la comédie US 80's Eddie Murphy, également les autres collaborations avec Carl Reiner l'amusant pastiche des films noirs "Les cadavres ne portent pas de costards" et "Solo pour deux/un corps pour deux" que j'aimerais bien revoir en vostf..

D'autres films à conseiller dans la carrière du grand Steve Martin?? :wink:


2011 The Big Year
2009 Pas si simple
2009 La panthère rose 2
2008 Baby Mama
2006 La panthère rose
2005 Treize à la douzaine 2
2005 Shopgirl
2003 Treize à la douzaine
2003 Les Looney Tunes passent à l'action
2003 Bronx à Bel Air
2001 Novocaine
2000 Joe Gould's Secret
1999 Bowfinger, roi d'Hollywood
1999 Escapade à New York
1997 La prisonnière espagnole
1996 Sergent Bilko
1995 Le père de la mariée 2
1994 Mixed Nuts
1994 A Simple Twist of Fate
1993 Les soldats de l'espérance (TV movie)
1992 Leap of Faith
1992 Fais comme chez toi
1991 Grand Canyon
1991 Le père de la mariée
1991 L.A. Story
1990/I My Blue Heaven
1989 Portrait craché d'une famille modèle
1988 Le plus escroc des deux
1987 Un ticket pour deux
1987 Roxanne
1986 La petite boutique des horreurs
1986 ¡Trois amigos!
1985 Movers & Shakers
1984 Solo pour deux
1984 The Lonely Guy
1983 L'homme aux deux cerveaux
1982 Les cadavres ne portent pas de costard
1981 Tout l'or du ciel
1979 Un vrai schnock
1979 Les Muppets - Le film
1978 Sergeant. Pepper's Lonely Hearts Club Band

#2 L'utilisateur est hors-ligne   titus pullo 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 146
  • Inscrit(e) : 02-janvier 11

Posté 17 février 2012 - 09:01

Voir le messagemolasar, le 17 février 2012 - 01:14 , dit :

Image IPB

Steve Martin, de son vrai nom Stephen Glenn Martin est un acteur, humoriste, musicien et scénariste américain né le 14 août 1945 à Waco, Texas (États-Unis).

Révélé grâce au Saturday Night Live, Martin est devenu un humoriste réputé, avant de débuter une carrière au cinéma avec succès dans le registre comique avec Un vrai schnock, Les cadavres ne portent pas de costard, Treize à la douzaine, La Panthère rose et Pas si simple, mais sait démontrer qu'il peut jouer avec sobriété ou changer de registre notamment avec Un ticket pour deux, Tout l'or du ciel, Portrait craché d'une famille modèle et La Prisonnière espagnole. Ne se contentant pas d'être d'acteur, il est également reconnu comme scénariste, ainsi que comme musicien et écrivain.




Stephen Glenn Martin, fils de Mary Lee et de Glenn Vernon Martin, agent immobilier et aspirant acteur, est né à Waco, puis a été élevé à Inglewood, en Californie et plus tard à Garden Grove, toujours en Californie dans une famille de confession baptiste.

À Garden Grove, vivant près du parc d'attractions Disneyland, il travaillera dans ce même parc d'attractions à l'âge de 11 ans, qui lui permettra de se produire devant de petits groupes de visiteurs en faisant des tours de magie ou en escortant des touristes.

Étudiant en philosophie et se destinant à enseigner cette discipline, il change brusquement d'orientation pour écrire des textes comiques, puis jouer lui-même des rôles dans ce registre, sans jamais se départir d'un style qui lui est propre, un peu décalé. Après avoir été réorienté à l'Université de Californie à Los Angeles spécialité théâtre, il débute sa carrière dans des clubs locaux la nuit et arrête ses études à vingt-et-un ans.

En 1967, son ancienne petite amie, danseuse sur le The Smothers Brothers Comedy Hour (en), l'aide à décrocher un emploi dans le show comme scénariste en présentant son travail au scénariste en chef Mason Williams, qui paiera Martin de sa propre poche. Ce premier emploi va lui permettre avec les autres scénaristes de décrocher un Emmy Award en 1969, à seulement 23 ans. Il écrit également pour John Denver, The Glen Campbell Goodtime Hour et The Sonny & Cher Comedy Hour et fait sa première apparition à la télévision dans l'émission The Steve Allen Show (en), en 1969.

Tout en continuant d'écrire, il fait plusieurs apparitions dans des shows télévisées (The Tonight Show Starring Johnny Carson, The Gong Show, On Location), mais aussi dans le Saturday Night Live, émission humoristique de NBC, où à chaque apparition, l'audience du show grimpait d'un million de spectateurs et lui permettre d'être révélé au grand public. Martin a popularisé le air quotes, geste avec quatre doigts des mains pour former des guillemets.

Ses apparitions à la télévision dans les années 1970 a conduit à enregistrer des albums humoristiques, dont A Wild and Crazy Guy (1978), qui rencontre un énorme succès, se classant deuxième du Billboard 200. Le titre King Tut, extrait de l'album, connaît également un succès en single. Le succès de l'album s'accentue avec un Grammy Award dans la catégorie meilleur album de comédie l'année suivante.

Sur ses albums, Martin utilise l'autoréférence et parfois l'autodérision, son style est décalé et ironique, mais arrêta le stand-up en 1981 pour se concentrer sur sa carrière cinématographique.

La carrière cinématographique de Steve Martin débute en 1977 en écrivant et en interprétant le rôle de Steven dans le court-métrage The Absent-Minded Waiter, qui sera nommé à l'Oscar du meilleur court-métrage de fiction l'année suivante, suivi du film musical Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, inspiré de l'album du même nom des Beatles, film qui retirera longtemps de sa filmographie officielle à cause de l'échec du film.

Ce sera sa rencontre avec l'acteur et réalisateur Carl Reiner qui sera déterminante dans sa carrière. En 1979, Martin co-écrit et interprète le rôle principal de la comédie Un vrai schnock, réalisé par Reiner, qui lui permet de rencontrer son premier succès public sur grand écran.

Deux ans plus tard, il tentera un contre-emploi avec un rôle sérieux dans le drame Tout l'or du ciel qu'il avait hâte de tourner pour éviter d'être catalogué. Pour ce film, il apprendra des cours de théâtre, ainsi que des claquettes pendant plusieurs mois. Malgré l'échec commercial du film, Martin obtiendra une nomination au Golden Globes.

Mais c'est avec toujours Reiner qu'il obtiendra son premier grand rôle : celui d'un détective privé ringard dans Les Cadavres ne portent pas de costard, dont il co-écrit également le scénario : il s'agit d'un pastiche de vieux films noirs où sont intercalés des extraits de ces classiques qui s'intègrent parfaitement dans la narration d'une intrigue décalée et comique. Une scène célèbre est restée où il sermonne Humphrey Bogart (Philip Marlowe) qui a oublié sa cravate. Il retrouvera Reiner pour les films L'Homme aux deux cerveaux et Solo pour deux, qui lui vaudra sa seconde nomination aux Golden Globes pour son rôle qui est le plus acclamé par la critique de sa carrière.

Il continue dans le registre comique avec La Petite Boutique des horreurs, parodie musicale reprenant les poncifs des films d'épouvante et dont il est également scénariste.

En 1987, il incarne le rôle d'un publicitaire nerveux et pressé dans la comédie Un ticket pour deux, dans lequel il partage la vedette avec son ami John Candy. Ce film devenu culte, permettant de lui confier un rôle marquant, est le préféré de sa carrière et prête ses traits à un pompier amoureux d'une jeune femme dans Roxanne, librement inspiré de Cyrano de Bergerac.

Après avoir partagé la vedette avec Michael Caine dans Le Plus Escroc des deux, il tente un autre virage sérieux dans sa carrière en incarnant un père de famille dans la comédie dramatique Portrait craché d'une famille modèle, qui lui permettra d'obtenir son premier grand succès commercial avec plus de 100 millions de dollars de recettes rien qu'aux États-Unis.

Alors que les années 1980 se sont déroulés avec succès, les années 1990 marque un léger déclin de la part du public, tout en obtenant pour la plupart des critiques favorables.

En effet, s'il obtient des succès avec la comédie Le Père de la mariée, remake du film de 1950 et sa suite, le drame Grand Canyon et la comédie dramatique L.A. Story, il connaît toutefois ses premiers échecs commerciaux dans la même période avec Le Cadeau du ciel, Joyeux Noël (remake du Le père Noël est une ordure), Sergent Bilko et Escapade à New York et le demi-échec de Bowfinger, roi d'Hollywood, dont il est le scénariste.

De plus, il s'éloignera petit à petit des plateaux de cinéma suite au décès de John Candy, survenu en 1994, tombant même dans une dépression pendant quelques mois suite à ce drame

Il débute des articles dans le New Yorker où il va rencontrer sa femme actuelle et comprend que les magazines ne s'intéressent pas aux couples dont seul l'un des deux membres est une célébrité et écrit des pièces de théâtres et roman.

C'est pourtant dans un autre registre que Steve Martin donnera sa pleine mesure d'acteur : dans le rôle du milliardaire Dell du film La Prisonnière espagnole, de David Mamet en 1998.

Par la suite, il fait son retour en revenant dans le registre comique, il prendra la relève de Peter Sellers en interprétant l'Inspecteur Clouseau dans le remake de La Panthère rose, en 2006 après les succès de Bronx à Bel-Air et Treize à la douzaine (respectivement 132 et 138 millions de dollars au box office américain). La Panthère Rose rapporte 158 millions de dollars de recettes mondiales, contrairement au deuxième volet, où il endosse à nouveau le costume de l'inspecteur Clouseau, qui a connu un échec retentissant, aux États-Unis comme en France. Mais cet échec ne l'empêchera pas de triompher de nouveau avec Pas si simple, où il partage la vedette avec Meryl Streep et Alec Baldwin, qui rencontre un succès public, notamment dans le monde, devenant son plus grand succès mondial.

Il a également prêté sa voix à un personnage de la série d'animation Les Simpson et a fait partie des guest-stars de la troisième saison de la série 30 Rock, au côté de Tina Fey (également créatrice, avec lequel elle avait déjà joué avec Martin dans Baby Mama) et Alec Baldwin.

Il importe de noter que Steve Martin est également écrivain. En 1993, il publie Picasso at the Lapin Agile, une pièce de théâtre qui relate une rencontre imaginaire entre le peintre et Albert Einstein. Trois de ses livres ont déjà été traduits et publiés en France: Mirabelle (Presses de la cité - 2002), Effets indésirables (Buchet/Chastel - 2002) et Un homme de ma trempe (Buchet/Chastel - 2004). Ces trois livres ont obtenu un énorme succès aux États-Unis (500 000 exemplaires vendus de Mirabelle, Shopgirl dans son titre original). Steve Martin a fait paraître son autobiographie, Born standing up, en novembre 2007.

Après trois albums humoristiques, Steve Martin enregistra deux albums folk, The Crow: New Songs for the 5-String Banjo et Rare Bird Alert, dans lequel il joue du banjo. Bien que les albums sont mal classés au Billboard 200, il s'est classé numéro un au Billboard US Bluegrass, classement consacré à la musique country.





Perso son "Homme aux Deux cerveaux" est l'un des films qui m'a fait le plus rire, j'apprécie beaucoup également "Le plus escroc des deux" où son duo avec Michael Caine est d'anthologie, le drôle et tendre "LA Story", l'excellent "Roxanne" du méconnu Schepisi, une comédie avec la belle Daryl Hannah qui vaut bien notre "Cyrano" national, si si! :)

Et je n'oublie pas le très bon "Bowfinger" avec l'autre roi de la comédie US 80's Eddie Murphy, également les autres collaborations avec Carl Reiner l'amusant pastiche des films noirs "Les cadavres ne portent pas de costards" et "Solo pour deux/un corps pour deux" que j'aimerais bien revoir en vostf..

D'autres films à conseiller dans la carrière du grand Steve Martin?? :wink:


2011 The Big Year
2009 Pas si simple
2009 La panthère rose 2
2008 Baby Mama
2006 La panthère rose
2005 Treize à la douzaine 2
2005 Shopgirl
2003 Treize à la douzaine
2003 Les Looney Tunes passent à l'action
2003 Bronx à Bel Air
2001 Novocaine
2000 Joe Gould's Secret
1999 Bowfinger, roi d'Hollywood
1999 Escapade à New York
1997 La prisonnière espagnole
1996 Sergent Bilko
1995 Le père de la mariée 2
1994 Mixed Nuts
1994 A Simple Twist of Fate
1993 Les soldats de l'espérance (TV movie)
1992 Leap of Faith
1992 Fais comme chez toi
1991 Grand Canyon
1991 Le père de la mariée
1991 L.A. Story
1990/I My Blue Heaven
1989 Portrait craché d'une famille modèle
1988 Le plus escroc des deux
1987 Un ticket pour deux
1987 Roxanne
1986 La petite boutique des horreurs
1986 ¡Trois amigos!
1985 Movers & Shakers
1984 Solo pour deux
1984 The Lonely Guy
1983 L'homme aux deux cerveaux
1982 Les cadavres ne portent pas de costard
1981 Tout l'or du ciel
1979 Un vrai schnock
1979 Les Muppets - Le film
1978 Sergeant. Pepper's Lonely Hearts Club Band

Essaie de voir L.A STORY,dont il a ecrit le scenario,jolie comedie douce amer qui rappel THE WEATHER MAN,et aussi ESCAPADE A N.Y ,juste pour ses scenes avec John Cleese

#3 L'utilisateur est hors-ligne   mulder29 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 527
  • Inscrit(e) : 17-septembre 07
  • Profil:Homme
  • Location:Brest

Posté 17 février 2012 - 10:01

Comme bon nombre de comique du Saturday Night Live, on a du mal à mesurer sa popularité en France : il me semble que seul Eddy Murphy a "réussit" à devenir populaire dans l'Hexagone.

Si j'en crois une interview de Kevin Spacey lors de sa promo pour "L.A. Confidential", l'acteur a accepté son rôle de Jack Vincenne.... parce que le scénariste ou réalisateur aurait proposé le rôle à Steve Martin si le film avait été fait 10 ans plus tôt.
Le Cyborgien : Mon blog sur les séries télés et le cinéma
"La science est une maîtresse qui défie l'horloge du temps"

#4 L'utilisateur est hors-ligne   thirdeyemachine 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 692
  • Inscrit(e) : 12-mai 04
  • Profil:Homme
  • Location:Perdu au milieu d'un grand brouillard, j'ai apparemment enfin trouvé la sortie nord...

Posté 17 février 2012 - 11:45

Moi aussi, j'ai bien aimé L.A. Story, un film très attachant.
J'ai aussi été très surpris par Leap of faith, où il est excellent dans un rôle assez cynique !
et je ne parle pas de ce chef d'oeuvre qu'est Un ticket pour deux, magnifique film où il cotoie l'immense John Candy !

Sinon, dans mes souvenirs, Steve Martin a souvent été égratigné par la critique française, non ?
Image IPBImage IPBwww.podsac.net

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Kissoon 

  • Quoi de neuf doc ?
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 7 318
  • Inscrit(e) : 04-mars 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avignon

Posté 17 février 2012 - 16:00

Steve Martin fait partie depuis toujours du Top 10 de mes acteurs/actrices préféré(e)s.
Et ce même s'il est loin de n'avoir joué que dans des chef d'oeuvres.

C'est un acteur généreux et assez élastique. Et clairement attiré par les personnages frappadingues. Et mine de rien, sous une apparence assez lisse et "normale", il a enchaîné quelques rôles un poil déviants. D'une certaine façon, c'est pour moi le grand frêre de Jim Carrey.


Un Madnaute de goût ayant créé un topic sur son meilleur film, le génial "Un ticket pour deux" du regretté John Hughes, je ne m'étendrais pas d'avantage sur celui-ci.


Son 2nd film dans mon coeur, c'est le très joli "L.A. Story".
Pas revu depuis quelques années (va falloir que je me le remate pour faire un topic), c'est une sorte de comédie romantique un poil fantastique, assez unique dans son genre. On y voit un Steve Martin parlant à des panneaux indicateurs sur la route, qui lui répondent (!), idée reprise depuis dans plein de trucs. Et le film regorge de scènes sur le fil, à la fois étonnantes, jolies, pleines d'émotion (ex: l'avion à la fin), et parfois même volontairement à la lisière du ridicule (ex: la scène où Martin traverse les galeries d'un musée en rollers).
Le film donne au final l'impression de parler d'une seule chose, jamais mise en avant dans le film, mais présente tout le long : ce que l'on ressent sans parvenir à l'expliquer. Ces impressions de déjà-vù, ou cette certitude subite que la personne en face de nous est bien celui/celle qu'on attendait, par exemple ... Bref, sous des airs classiques de rom-com, un petit bijou.


Après, impossible de ne pas citer "Un vrai schnock" et "Les Cadavres ne portent pas de costards", qu'il a co-écrits, issus de sa collaboration avec Carl Reiner. Deux films complètement fous et très très drôles. Deux classiques en ce qui me concerne.
(pas revus aussi depuis quelques années, faut que je me les remate ... bis)


Avec Carl Reiner il a fait aussi l'inégal "L'homme aux deux cerveaux" où il interprète l'inoubliable Dr Hfuhruhurr Image IPB. Souvent à pisser de rire, et toujours complètement fou, le film est cependant moins ultime que les deux déjà cités (sans doute parce qu'il est moins bien écrit, amha). Mais c'est un film qu'il faut avoir vu. Et je recommande aussi "Un Solo pour deux", ptêtre le moins bon film de leur collaboration, mais toujours drôle et disposant de bons moments.

Il a ensuite fait "Three Amigos" de John Landis, où il forme un trio foufou (l'adjectif qui sied donc le mieux à Steve Martin) avec Chevy Chase et Martin Short. Le film est sans doute trop décousu et un peu lourd, mais je l'aime beaucoup Image IPB

Il commence à changer légèrement de registre avec le très joli "Roxanne" du sous-estimé Fred Schepisi, dont il a d'ailleurs écrit le scénario (d'après l'oeuvre de Rostand bien sur). Avec ce film, Martin met en avant ce qu'on ressentait chez lui depuis un bail : c'est un sentimental. Qui le cache souvent en faisant le bouffon. Mais qui ressent quand-même ... Image IPB

Puis vint donc "Un Ticket pour deux", et avec ce film Steve Martin accomplit sa mue d'acteur, devenant un acteur un peu plus "familial", drôle et sentimental, et donc assez populaire.
On le verra dans le très bon "Portrait craché d'une famille modèle" de Ron Howard, gros succès qui marquera durablement la carrière de Martin. Puis "Le plus escroc des deux" de Franck Oz, où il forme un duo assez irrésistible avec Michael Caine.

Par la suite il se spécialisera plus ou moins dans les comédies familiales, ce que l'on peut regretter, même si certains films sont franchement agréables (ex: "Le père de la mariée" ou le premier "Treize à la douzaine"), et même si de temps en temps il vient rappeler qu'il sait jouer autre chose (ex: le joli "Grand Canyon" de Kasdan), et même qu'il peut être bon dans des rôles plus adultes (ex: "La Prisonnière Espagnole" de Mamet). Bref depuis les années 90 on a tendance à le cantonner à certains rôles, alors que le gars a un jeu plus grand et plus subtil qu'on le pense.

Bon il a commis quelques trucs insignifiants, comme "Bowfinger" (intéressant mais raté), "La Panthère Rose" et autres suites de ses comédies familiales à succès, mais pour moi Steve Martin c'est un très bon, un drôle de croisement entre le mec charismatique à la Cary Grant et le bouffon à mimiques roi du cartoon. Un type qui était finalement assez unique dans la Mecque du cinéma (hélas sa carrière est derrière lui, amha).


PS: il a écrit ou participé à l'écriture de nombre de scénarios, bien plus que je ne l'ai mentionné.
PS 2 : il a aussi joué dans "La petite boutique des horreurs" de Franck Oz, mais j'ai pas revu le film depuis au moins vingt ans, donc je n'en parle pas volontairement (souvenirs trop flous).
"Je modère plus rien ici, ranafout" (OrsonZ, modo)

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Harley Quinn 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 515
  • Inscrit(e) : 20-février 11
  • Profil:Femme
  • Location:South West of Gotham City

Posté 17 février 2012 - 16:28

Citation

Après, impossible de ne pas citer "Un vrai schnock" et "Les Cadavres ne portent pas de costards", qu'il a co-écrits, issus de sa collaboration avec Carl Reiner. Deux films complètement fous et très très drôles. Deux classiques en ce qui me concerne.
(pas revus aussi depuis quelques années, faut que je me les remate ... bis)


Avec Carl Reiner il a fait aussi l'inégal "L'homme aux deux cerveaux" où il interprète l'inoubliable Dr Hfuhruhurr Image IPB. Souvent à pisser de rire, et toujours complètement fou, le film est cependant moins ultime que les deux déjà cités (sans doute parce qu'il est moins bien écrit, amha). Mais c'est un film qu'il faut avoir vu. Et je recommande aussi "Un Solo pour deux", ptêtre le moins bon film de leur collaboration, mais toujours drôle et disposant de bons moments.

Il a ensuite fait "Three Amigos" de John Landis, où il forme un trio foufou (l'adjectif qui sied donc le mieux à Steve Martin) avec Chevy Chase et Martin Short. Le film est sans doute trop décousu et un peu lourd, mais je l'aime beaucoup

Les trois films à voir pour moi. Je riais petite et je ris encore.
J'ai même ri en voyant le début de "Les 7 mercenaires" puisque dans "Three amigos" il y a un petit clin d'oeil à ce film.
Puis pour "Un vieux Schnock" comment ne pas rire quand il se rend compte qu'il n'est pas noir puisqu'il n'a pas le rythme dans la peau?
Du bonheur!
Encore un post utile Cooper!Image IPBHeureusement que Harley est là!

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Bomaz 

  • Je consulte un psy
  • Groupe : Members
  • Messages : 7 208
  • Inscrit(e) : 24-février 03
  • Location:oui, mais sans arrêtes.

Posté 17 février 2012 - 17:42

Oh lala, quelel idée de génie ce Topic. Un petit topo, sans ordre particulier

Un vrai schnock
Très beau film sur un personnage très attachant et sa famille. un beau parcours, et tordant de bout en bout.

Un ticket pour deux
Bon, là aussi c'est le haut du panier pour les trois comperes (candy, hughes et martin). C'est beau, c'est drôle et c'est touchant. Brefle, un classique.

Roxanne
Une comédie sentimentale brodée sur Cyrano. Du coup, ça perd en efficacité ce que ça gagne en côté attachant. Et c'ets drôle.

Sergent Bilko
Ca egratigne l'armée américaine pile comme il faut, c'est très drôle et le personnage de Martin (flambeur, espiegle et anti autorité) est très drôle aussi. le film n'est cependant pas exempt de défaut.

Portrait .... (de ron howard)
Attachant, drôle, et bien rythmé. Un film de Ron Howard agréable et fin.

Treize à la douzaine
Pas fin, parfois pas drôle, mais Steve Martin sauve les meubles.

Treize à la douzaine 2
Pareil, mais en pire.

Le cadeau du ciel
Tiens, j'ai presque pleuré. C'est beau, poétique et parfois drôle (mais ça n'est pas le but premier du film). Et je vois qu'il n'a pas été trop évoqué ici.

La panthere Rose
Voilà ... Bon, c'est pas le film de Martin que je retiendrais.

Fais comme chez toi
Boarf ... c'est innofensif, parfois drôle et sentimental comme il faut, mais ça casse pas trois pattes à un canard.
Image IPB

#8 L'utilisateur est hors-ligne   molasar 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 442
  • Inscrit(e) : 02-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:EVREUX en Normandie,à 1h00 de Paname...

Posté 17 février 2012 - 21:53

Voir le messageKissoon, le 17 février 2012 - 16:00 , dit :

Avec Carl Reiner il a fait aussi l'inégal "L'homme aux deux cerveaux" où il interprète l'inoubliable Dr Hfuhruhurr Image IPB. Souvent à[size="2"] pisser de rire, et toujours complètement fou, le film est cependant moins ultime que les deux déjà cités (sans doute parce qu'il est moins bien écrit, amha).


Sa comédie ultime pour moi!...et puis Kathleen Turner au top!






Voir le messageKissoon, le 17 février 2012 - 16:00 , dit :

Steve Martin fait partie depuis toujours du Top 10 de mes acteurs/actrices préféré(e)s.
Et ce même s'il est loin de n'avoir joué que dans des chef d'oeuvres.


Je ne suis pas loin de plussoyer...pour moi c'est un peu le Pierre Richard US.

#9 L'utilisateur est hors-ligne   molasar 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 442
  • Inscrit(e) : 02-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:EVREUX en Normandie,à 1h00 de Paname...

Posté 17 février 2012 - 22:05

Voir le messageKissoon, le 17 février 2012 - 16:00 , dit :

Son 2nd film dans mon coeur, c'est le très joli "L.A. Story".
Et je recommande aussi "Un Solo pour deux", ptêtre le moins bon film de leur collaboration, mais toujours drôle et disposant de bons moments.[/size]

Il commence à changer légèrement de registre avec le très joli "Roxanne" du sous-estimé Fred Schepisi, dont il a d'ailleurs écrit le scénario (d'après l'oeuvre de Rostand bien sur). Avec ce film, Martin met en avant ce qu'on ressentait chez lui depuis un bail : c'est un sentimental. Qui le cache souvent en faisant le bouffon. Mais qui ressent quand-même ... Image IPB
Puis "Le plus escroc des deux" de Franck Oz, où il forme un duo assez irrésistible avec Michael Caine.
le joli "Grand Canyon" de Kasdan
Bon il a commis quelques trucs insignifiants, comme "Bowfinger" (intéressant mais raté),
Steve Martin c'est un très bon, un drôle de croisement entre le mec charismatique à la Cary Grant et le bouffon à mimiques roi du cartoon. Un type qui était finalement assez unique dans la Mecque du cinéma (hélas sa carrière est derrière lui, amha).


D'accord avec tout ça, notamment pour dire que Martin est un peu un Jim Carrey avant l'heure..
"LA Story" et "Roxanne" de l'effectivement sous-estimé Schepisi sont vraiment très bons, "LA Story" était me semble-t-'il un sujet assez autobiographique pour Steve Martin...ça me donne envie de les revoir tiens!
Bon souvenir de "Grand Canyon" aussi, par contre je suis un peu plus enthousiaste que toi sur "Bowfinger", film bien sympathique dans mon souvenir.

#10 L'utilisateur est en ligne   Le Toursiveu 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 033
  • Inscrit(e) : 31-octobre 06

Posté 18 février 2012 - 01:44




Steve Martin est bien plus que tout ça. Ses deux romans (Shopgirl et The Pleasure of My Company) ainsi que son autobiographie Steve Martin : Born Standing Up sont de vrais bijoux d'humour dans un ton toujours très tragi-comique et tendre, notamment sur ses relations avec ses parents.

Ses gags (en tant qu'invité récurrent, il n'a jamais fait partie de l'équipe) au Saturday Night Live sont tous cultes, particulièrement King Tut, devenu un hit qu'il a repris lors de ses concerts.

En plus d'être officiellement (je l'ai décidé - et John Cleese est d'accord) l'homme le plus drôle au monde et le roi de l'humour absurde (ses films avec Carl Reiner, son "dentiste sadique" de La Petite Boutique des Horreurs, Three Amigos!, etc.), Steve Martin est le premier stand-up comic à avoir gagné aux Etats-Unis un vrai succès et train de vie de rock-star (une aventure bien documentée dans Born Standing Up), avec son album mythique Let's Get Small, il est également magicien à ses heures et un grand joueur de banjo avec un album The Crow, ayant gagné un Grammy Award en 2009.

Je plains ceux qui le connaissent uniquement pour ses quelques derniers films moins réussis. Steve Martin a également présenté les Oscars 3 fois (dont une fois en duo avec Alec Baldwin) et a gagné le Prix Mark Twain, le prix le plus prestigieux que peut recevoir un humoriste ainsi que le Kennedy Center Honor.

Ses deux meilleurs amis se nomment Paul Simon et Tom Hanks. (C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup...)

Steve Martin est également l'auteur de quelques citations particulièrement absurdes, intelligentes et hilarantes.
Petit florilège :

"I like a woman with a head on her shoulders. I hate necks."

"Maybe critics are right, maybe Hollywood movies are too violent. I took a 9 year old kid to see Gladiator and he cried through the entire film... But maybe it was because he didn't know who I was..."

"I think that communication is so firsbern."

"I'm so depressed today. I just found out this "death" thing' applies to me."

"Tonight, I have decided to give the greatest performance of my life!... Oh no, wait, sorry, that’s tomorrow night."

"First the doctor told me the good news : I was going to have a disease named after me."

"Mr. President, Supreme Court Justices, Your Royal Highness... and others... I'm so proud to be here in Washington D.C., which I have just recently learnt is the nation's capital, to receive this coveted Mark Twain Award which is the only significant american award for Comedy, except for money."

"I just realized that hosting the Oscars is like making love to a woman. It's something I only get to do when Billy Crystal is out of town."

"I believe that Ronald Reagan will someday make this country what it once was... an arctic wilderness. "

"What is comedy? Comedy is the art of making people laugh without making them puke."

"On Oscar night, the losers can feel very sad, so when you're backstage with them, pat their backs, then shake your head sadly. It's a blast!"

-Steve Martin : Look Alec, It's that damn Helen Mirren!
-Alec Baldwin : Steve, that's DAME Helen Mirren..."

#11 L'utilisateur est en ligne   Le Toursiveu 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 033
  • Inscrit(e) : 31-octobre 06

Posté 18 février 2012 - 01:51

King Tut au Saturday Night Live... pas de meilleure version disponible.



#12 L'utilisateur est hors-ligne   thirdeyemachine 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 692
  • Inscrit(e) : 12-mai 04
  • Profil:Homme
  • Location:Perdu au milieu d'un grand brouillard, j'ai apparemment enfin trouvé la sortie nord...

Posté 21 février 2012 - 12:46

Hey, les amis, personne ne l'a donc vu dans Leap of faith face à Liam Neeson, Debra Winger et Lolita Davidovich ?
Image IPBImage IPBwww.podsac.net

#13 L'utilisateur est hors-ligne   BB_Vertigo 

  • Critters
  • Groupe : Members
  • Messages : 281
  • Inscrit(e) : 08-février 12
  • Profil:Homme
  • Location:Somewhere in the night

Posté 21 février 2012 - 13:28

Pour moi, Les cadavres ne portent pas de costards et L'homme aux deux cerveaux font partie des plus grandes réussites de cet acteur.

Je les rangerais dans la même catégorie que Frankenstein junior, à savoir des comédies à la fois constamment drôles ET totalement respectueuses des genres dans lesquelles elles s'inscrivent.

Ce message a été modifié par BB_Vertigo - 21 février 2012 - 14:48 .

Image IPB

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)