Aller au contenu


Photo

Madtelier d'écriture : Session GORE jusqu'à Noël au moins


  • Please log in to reply
2965 réponses sur ce sujet

#961 Herr Mad Doktor

Herr Mad Doktor

    Patriiiiiiiiiick !!

  • Members
  • 3180 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux-Marseille-DOMTOM

Posté 01 April 2012 - 18:27 PM

Alleluia, j'ai fini ma participation! Bon, elle subira peut-être de petits changements d'ici dimanche prochain, mais je vous la livre en l'état. Voici De terre et de sang, de loin ma nouvelle la plus drôle :

Elle était étendue dans son lit, silhouette malingre au teint cireux, et moi, simple jardinier, je lui tenais la main. L’accompagnement de mourants dépassait de loin mes attributions, mais je pouvais bien rendre ce dernier service à la Dame qui m’avait donné un travail, un foyer, un nom.
Du coin de l’œil, je surveillais les faibles ondulations de sa poitrine ; le drap blanc se soulevait presque imperceptiblement, selon le cycle lent et saccadé de sa respiration. Chaque goulée d’air était une victoire minuscule, chaque apnée une angoisse indicible, et le processus se répétait inlassablement, dans un suspens sans cesse renouvelé. Etrange temporalité que celle des chambres de mourants, réglée sur la cadence d’un corps qui se disloque…
Mes jours s’écoulaient au rythme de son souffle, de ses râles, de ses repas, de ses fièvres, de ses urines et de ses selles, dans un monde réduit à ce pavillon gris, à ce lit médicalisé, à cette usine de chair défaillante d’où montait une mélodie de tuyauterie dysfonctionnelle – graillonnements, borborygmes, gargouillis –, à laquelle venaient se mêler les voix synthétiques des instruments médicaux – « bip » métronomiques du scope, bourdonnement paisible des lunettes à oxygène, gonflages et dégonflages du brassard à tension…
A mon profond étonnement, la fin de vie se révélait être, à l’image de la naissance, une étape tout sauf silencieuse. Et bien que ma culture musicale se résumât au bruit de l’herbe qui pousse, je trouvais ce chant funèbre non dénué de beauté et d’harmonie. Rideau, l’artiste ! En point d’orgue à sa flamboyante carrière, ma patronne tirait sa révérence avec éclat, sur la scène intime de son lit d’agonie. Suite du calvaire par ici!


J'ai essayé de ne pas être trop cucul, mais je crains d'avoir cédé à l'eau de rose par moments... Enfin vous verrez bien!

Je viens aussi de voir sur le mail du madtelier que 2 participations attendaient d'être publiées : Corv et moi nous en chargeons dans la semaine, pour un grand final dimanche prochain!

96324_afapubgif2.gif
les précommandes sont ouvertes,cliquez ici!


#962 SPOMELECRE

SPOMELECRE

    Critters

  • Members
  • 309 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Ablis

Posté 01 April 2012 - 18:44 PM

On se calme les gars , comment voulez-vous que j'ai le temps de rédiger mes dossiers pour mon diplôme d'animateur social si il faut que je lise 150 nouvelles pour le vote ; vous ne m'aidez pas vraiment là !
Bon ,je voterai tout de même n'ayez crainte ( qu'est ce qu'il ne faut pas faire , non mais je vous jure ! )

A+

#963 mathlamenace

mathlamenace

    Gremlins

  • Members
  • 1148 Messages :
  • Location:à la limite du bon goût

Posté 01 April 2012 - 21:14 PM

Si personne n'y voit d'objection, je suis ok pour rallonger jusqu'au 8 avril. Mais pas plus!

Cool !

Image IPB


#964 Corvis

Corvis

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 12914 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 01 April 2012 - 21:57 PM

Et bien je vous que ça m'arrange énormément.
Je voulais vraiment apporter une deuxième contribution à la session avec une nouvelle dont je commence à être content, mais étant à Beaune ce week end je 'ai pas eu le temps de la finir.
J'allais demander une rallonge jusqu'à demain, mais au final on m'a devancé :mrgreen:

#965 Gallinacé ardent

Gallinacé ardent

    Gremlins

  • Members
  • 1189 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Retour au bercail

Posté 02 April 2012 - 13:16 PM

Putain!! si on m'avait dit que Gallinacée Ardent était

Spoiler
je l'aurais pas cru!!!!


:ninja: :ninja: :ninja:

Sinon, quelques remarques :

1) Mon blaze, c'est Gallinace, pas Gallinacee > confusion avec graminacee? Enfin bon, Gallinace c'est masculin heing.

2) Je me suis plante sur le decoupage des chapitres de ma nouvelle : y a 5 chapitres (je les ai numerotes I, II, III, III, IV).

Merci de corriger ces deux petits problemes.

Je me colle des ce soir a la lecture des nouvelles et je vous donne mes impressions (y a du volume pour cette session!)

Et une derniere nouvelle, assez triste mais previsible : vous vous souvenez de Mohan, le compagnon du narrateur dans Manali (session Tentacules et hallucinations)? Celui dont je disais :

Mohan Aggarwal Kumar, grand escogriffe, mon conducteur, mon ami, mon frère, ancien fou, fumait sa première cigarette de la journée, veillant à entretenir l’état pré-cancereux de ses gencives.


Ben il est entre en chimiotherapie depuis deux semaines (cancer du poumon). Le truc malheureusement a prevoir vu sa consommation et les mises en garde des medecins. J'espere que ca ira. :mellow:
Fuck.

#966 Herr Mad Doktor

Herr Mad Doktor

    Patriiiiiiiiiick !!

  • Members
  • 3180 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux-Marseille-DOMTOM

Posté 02 April 2012 - 13:38 PM

Merde pour ton pote, ta description donnait envie de connaitre ce grand escogriffe. Courage à lui...

Les affronts à ta personne ont par ailleurs été corrigés, Galli ; Corvis sera fouetté pour l'outrage.
Si tu lis ma nouvelle, sache qu'une phrase en particulier nécessite tes lumières ; merci de me dire si ce que j'ai écrit est correct ou pas dans une telle situation (je reste volontiers sibyllin, mais tu comprendras en lisant!).

Mais ce n'est pas tout : Vinze nous offre une deuxième contribution, réservée à un public averti : le poétique Nique ta Terre :

2022, prenez ça les mayas. Dommage, à dix ans près c'était bien vu, là vous êtes passés pour des cons. Et maintenant je suis l'un des seuls à pouvoir dire que vous aviez « presque » bon.
De l'espace on ne voit pas les détails. On pourrait voir la muraille de Chine depuis la Lune ? On ne la voit même pas depuis l'ISS qui est mille fois moins loin. Mais on distingue bien les continents verts et marrons, les océans bleus et les grandes zones urbaines grises.
Par contre, depuis la station, les explosions nucléaires furent parfaitement visibles.
Ma réaction fut viscérale. Certains parlent de l'estomac noué, les anglo-saxons parlent même de papillons dans l'estomac. Franchement, chez moi ça se passe bien plus bas, dans les intestins et les couilles. Et l'impression n'est pas celle de jolis papillons voletant gaiement. Ce serait plutôt une infestation de vers.
L'image de vers en train de me bouffer les couilles de l'intérieur suffit à me faire vomir. Vomir en apesanteur est une expérience unique. Les gouttelettes immondes se baladent en grappe jusqu'à trouver une paroi à laquelle s'accrocher.
Et il ne fallait pas compter sur Kirill pour me donner un coup de main pour nettoyer. Mon camarade russe était tombé en profonde catatonie. Bien avant que sa mère patrie ne fut à son tour touchée. La suite du bombardement par ici!


96324_afapubgif2.gif
les précommandes sont ouvertes,cliquez ici!


#967 Herr Mad Doktor

Herr Mad Doktor

    Patriiiiiiiiiick !!

  • Members
  • 3180 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux-Marseille-DOMTOM

Posté 02 April 2012 - 14:16 PM

Double effet kiss-cool avec la première participation de Evoripclaw (heu, vous prononcez ça comment?), d'influence lovecraftienne : En Attendant Tlàloc

Kevin McWright se lavait les mains lorsque la lumière s'éteignit.
Il ferma les yeux, inspira profondément avant de murmurer :
- Qui est là ?
Ce n'était pas un bruit qui l'avait ainsi fait agir, non, c'était cette présence. Il y avait quelqu'un dans son appartement. Lentement, il retira ses mains de sous l'eau froide, résultat d'une facture impayée, puis de la gauche, il se saisit d'une serviette, laissant le robinet s'épancher. Il était conscient de la nécessité d'un bruit, quel qu'il fût.
Un pied...
... devant l'autre.
Silencieusement.
D'une certaine façon, sa respiration résonnait trop fort, même par rapport aux ricochets de l'eau sur la porcelaine. Il le savait parfaitement. C'est pour cela, qu'il ne voulut, tout d'abord, pas passer la porte.
Il ferma les yeux, une deuxième fois, inspirant rapidement de petites bouffées d'air, le plus silencieusement possible. Kevin avança la tête .
Sa chevelure brune émergea dans le salon telle une excroissance des ténèbres de la salle de bain. Au départ, il n'osa pas regarder devant lui. A cause de cette sensation, comme une respiration sur la droite de sa nuque.
Il était baisé.
Et ça n'avait rien de réjouissant comme idée.
Sa langue s'insinua entre sa lèvre inférieure et ses dents, s'en allant caresser ses gencives. Il ouvrit les yeux.
Rien que le salon et sa blancheur terne, salies par les lumières oranges du Dehors. Même la clim', s'était tue. Le ventilateur ne tournait plus là-haut. Quelque part, loin au-delà de la Fenêtre, une voiture passa. Son bruit résonna étrangement dans la salle.
Kevin détourna la tête et, bien sûr, il n'y avait rien sur sa droite. Il avisa le buste africain en bois d'ébène surplombant sa commode avant de faire deux pas à son encontre.
Kevin s'immobilisa.
Il avait enfin compris que lorsque que quelqu'un se tient réellement derrière vous, on ne sent tout d'abord pas sa respiration. Il faut attendre...
Ce cri, comme une truie que l'on égorge. Le sang coule par ici


96324_afapubgif2.gif
les précommandes sont ouvertes,cliquez ici!


#968 evoripclaw

evoripclaw

    Leprechaun

  • Members
  • 593 Messages :

Posté 02 April 2012 - 15:19 PM

J'apprécie l'influence Lovecraftienne (même si je l'avais pas vraiment vu comme ça). l'expérience prouve que... Sinon, bah j'commencerai à lire les textes dès qu'on pourra voter (en fait, j'ai djà commencé mais chhhht)...

Cela dit en passant, c'est mon premier comm' sans un sarcasme à l'intérieur, ça se fête !

Edit : Et, ça se prononce, é-vo-rip(comme s'il y avait un e) et claw (comme une griffe en anglais) ;)
"Us ? We're just a friendly bunch, tryna have a good time. The violent kind. "

"Someone lies bleeding.
Someone got violent and didn't think twice "
- Family - Noah Gundersen

#969 Herr Mad Doktor

Herr Mad Doktor

    Patriiiiiiiiiick !!

  • Members
  • 3180 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux-Marseille-DOMTOM

Posté 04 April 2012 - 13:33 PM

Cela dit en passant, c'est mon premier comm' sans un sarcasme à l'intérieur, ça se fête !

Ca me donne une idée de slogan : le Madtelier d'Ecriture, l'espace de liberté où même les trolls se rachètent une conduite.

96324_afapubgif2.gif
les précommandes sont ouvertes,cliquez ici!


#970 evoripclaw

evoripclaw

    Leprechaun

  • Members
  • 593 Messages :

Posté 05 April 2012 - 07:48 AM

Clap clap clap ( Y a pas de smiley qui applaudit ? Bon, bah :zombhead: )
"Us ? We're just a friendly bunch, tryna have a good time. The violent kind. "

"Someone lies bleeding.
Someone got violent and didn't think twice "
- Family - Noah Gundersen

#971 Gallinacé ardent

Gallinacé ardent

    Gremlins

  • Members
  • 1189 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Retour au bercail

Posté 05 April 2012 - 22:16 PM

Alors on comment tres fort avec le scenario de Corvis. Le probleme avec un scenario, c’est comment le juger : est-ce qu’on doit juger la qualite litteraire du texte, l’interet et la coherence de l’histoire, ou la faisabilite du projet en film ? Un scenario, c’est un objet litteraire un peu difficile a manipuler je trouve. Bref.

Alors deux-trois remarques.

On va commencer par l’orthographe : oui je suis absolument cingle et tatillon.

Spoiler


membres plus ou moins fumant = tu peux mettre un s a fumant vu que la c’est considere comme un adjectif.[/spoiler]

Question de style : alors je sais que c’est un scenario, mais au niveau du pur plaisir de lecture y a deux trois trucs bof bof dans le style.
Spoiler


Apres, au niveau du contenu proprement dit. C’est pas mal, mais y a quand meme quelques defauts qui m’ont un peu genes.

Desole, mais j’ai ressenti les references aux reals de films de zomblards un peu lourdes et convenues.

X ne se fait quasiment jamais viser, alors qu’il reste les bras ballants les 3/4 du temps sous le deluge de balles... C’est valable pour la scene du sniper comme pour le dezinguage d’Alice.
Spaitalement d’ailleurs, j’ai du mal a visualiser si Alice est pres ou loin du couple X/Y :

Le véhicule arrive à toute allure, percute de plein fouet un zombie avant de lui rouler dessus et s’arrête à quelque mètres de X et Y.(...)
Alice s’approche de X et Y, et d’un coup de fusil sectionne en deux le corps de Y, dont la partie supérieure va retomber quelques mètres plus loin.(...)
Elle tire de loin dans le dos (le dos ?) de X qui s’écroule entre la moitié (quelle moitie ?) de Y et un autre zombie abattu d’une balle en pleine tête.


Elle peut couper en deux Y mais epargne X pendant aussi longtemps alors qu’il ne bouge pas? J’ai du mal a bien visualiser le truc (et aussi pourquoi X se fait pas dezinguer avant).


J’ai eu un peu de mal avec les chassseurs de zombie qui sont des cadors surarmes hyper efficaces (les coups de crosse, le coup de boule !) dans la rue, et qui se font massacrer sans trop rien faire une fois dans leur base. Et puis :

Randall trébuche sur la table basse, tombe à la renverse, se cassant une jambe dans un craquement sec,


Peuchere l’osteoporose ca rigole pas ! Ce genre de sequence en film y a un potentiel nanardesque non negligeable (ouah je me casse la jambe tout seul et je peux plus bouger alors qu’il y a un zombi, fichtre ! Je suis fichu !)

On en vient au gros probleme du scenar a mon avis : les personnages humains sont beaucoup beaucoup trop caricaturaux, et pas du tout credibles.

Un exemple :

L’autre militaire, alerté par les cris, voit la scène et s’empresse de pointer son arme sur les zombies, mais ceux-ci sont à moitié cachés par les installations de l’attraction. Il renonce et secoue la tête d’air fataliste. Il ouvre une bière et recommence à tirer au hasard, un sourire narquois au bord des lèvres.


Le mec il passe en un plan ou presque du fatalisme au sourire narquois... alors que son pote vient d’etre bouffe quasi sous ses yeux. Psychologiquement, j’ai du mal (et si un acteur le joue, ca risque de paraitre « faux »). Ou alors le mec est completement drogue quoi.

Pareil pour les animateurs radio (scene inseree de maniere hyper zarb, on nous presente un perso – le barbu « survivor » qu’on reverra plus jamais apres rien que pour nous donner l’explication de l’infection de zombis – pourquoi il ecoute cette emission de radio en boucle au fait ? Pas d’explication ok, mais la ca semble hyper arbitraire quand meme...) : ils sont super rigolards, mais c’est pas credible. Imagine tu perds tout contact avec les Etats-Unis pendant une semaine, sans savoir ce qui se passe, tu flippes un peu quand meme. C’est un coup a se faire epingler par le CSA ce genre d’emission ! Le cote « pouet-pouet » du commentaire radio me parait pas credible... Au moment de Fukushima, j’ai pas eu le souvenir d’emission de radio ou des animateurs rigolards aient dit : « Ah bah trop mortel, tac tac badaboum, c’est cool pour les Japs, y a Godzilla qui fait revenir leur tanner leur cul, trop fort, ils vont avoir des tentacules et des paires d’yeux supplementaires, cool man hihihi... » S’ils l’avaient fait, ils se seraient vachement allumer... (je parle bien d’emissions publiques, hein, pas de conversations privees...)

De maniere generale, la betise des hommes est trop soulignee. On sent que tu veux trop faire le contraste avec le zombi humain, mais ca manque un peu de subtilite dasn l’execution... et ca risque de virer a la demonstration. (sans compter, excuse-moi de t’agresser sans cesse, mais faut quand meme que je le dise : le manque d’orignalite dans le traitement – zombi trop humain, humain trop zombi, c’est un peu le B.A. BA de la reflexion zombiesque depuis La Nuit des Morts-Vivants quoi).

Deux choses que j’aurai aime, et qui pourrait donner de la densite a ton scenar :

- 100 pour 100 d’accord avec la suggestion de HMD de faire retrouver X et Y dans un endroit separe marque par le souvenir. Deja, parce que ca trahirait un certain desir d’intimite (pas tout le temps dehors avec des hordes de zomblards en arriere-fond). Que ca se fasse pas en pleine rue, a la wouane-aguaine (genre « tiens, salut, c’est toi »). On pourrait meme imaginer une scene de voyeurisme de X sur Y-qui-pense-en-mode-zombi-a-X par exemple (je cherche pas a reecrire ton scenar, c’est juste une suggestion en passant). Ca permettrait aussi d’etoffer le background entre les deux (quel souvenir particulier ils ont et qui les lie?). Et ca permettrait de poser un peu le simulacre d’affection entre les deux. La, c’est un poil rapide pour qu’il y ait vraiment de l’attachement : il faudrait qu’il y ait plus de trouble entre les deux. Presque de la timidite. Dans ton scenar, ca va un peu vite : Coucou Y, eeeeuuuh t’aimmeuuuh, et BLAM les deux gugusses rappliquent. Faudrait pas hesiter a etirer cette scene un peu, parce qu’elle est capitale, et qu’on comprenne un peu mieux leur affection, qui materialise justement une sorte de combat contre l’etat zombi : effort sur soi pour vaguement se rappeler de l’amour, effort qu’il faudrait retranscrire. Parce que c’est la cle du scenar, et cette scene risque de durer moins que celle du poste de radio par exemple, ce qui serait un peu triste.

- Autre chose, du cote des humains cette fois : j’aurai bien aime un moment donne une scene ou il y a un peu plus de desarroi de la part des humains... Par exemple, avec Alice restee seule qui pourrait regarder une photo, pleurer, ou avoir des tics, ou je ne sais quoi... Ca tirerait le truc hors de la caricature pure et ca donnerait un peu plus de chair a ton histoire (parce que finalement, les persos humains existent peu autrement que dans la caricature belliqueuse). Tu ne peux pas arriver a souligner le cote humain des zombis par rapport a l’inhumanite des hommes si tu ne rends pas les hommes un minimum credibles (ou sinon, on tombe dans la pantalonade type Braindead quoi). Parce que si les hommes n’ont aucune reaction credible, sont montres d’un bout a l’autre comme des connards sans conscience ni morale, meme pas avec la conscience basique du danger (les deux castars qui se la jouent jeu video ouais trop cool je trouve ca un peu too much evidemment), ben le truc va pas marcher (meme leur peur retrospective face a leur propre mort paraitra surjouee : aucune peur et cool zguegue a l’air clope au bec quand ils massacrent des zombies, et pis tout d’un coup houlala non j’veux pas mourir). Le spectateur pourra pas se projeter dedans, ca restera une figure etrangere, une icone, a la maniere d’un mechant de James Bond froid, cynique et sans pitie, dont on peut pas dire qu’ils soient particulierement humains.

J’ai envie de te dire : 1) aie plus de sympathie pour tes personnages, et 2) rends-les plus originaux, plus singuliers, et ainsi le spectateur pourra lui aussi entrer en sympathie avec eux.

Tu dois avoir l’impression que je m’acharne sur toi avec un couteau rouille en ricanant mechamment ! Mais ton scenar est pas mal, hein ! Je trouve cool les idees et le cheminement qui est bien pense et correctement amene. Mais je pense qu’il y a quelques ajustements a faire pour rendre le tout plus JUSTE (et aussi trouver une actrice a la plastique avantageuse qui accepte de se mettre a oilp pour un court-metrage inde :mrgreen : ).
Fuck.

#972 Corvis

Corvis

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 12914 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 05 April 2012 - 22:42 PM

Je répondrais poitn par point demain parce que là je vais aller me pieuter, mais en fait il m'apparait clairement que ce scénario ne peut pas être lu tel quel sans explications, sans la note d'intention qui va avec, pour expliquer comment le tourner, etc.
Parce que du coup, tu verrais le film terminé plutôt que le scénario, tu ne ferais pas la moitié de tes reproches.
My bad, j'aurais du poster la note d'intention avec (et encore, je pense vraiment qu'en fait ça peut pas être lu comme ça), parce que d'une part j'ai énormément de sympathie pour tous mes personnages, crois-moi (et j'avoue pas comprendre la reproche sur caractère unilatéral des personnages, seul Randall est un salopard de la pire espèce, les autres ne font que réagir de différentes façon à la fin du monde :mellow: ), et d'autre part le scénar a été en constante évolution depuis 2007, et j'ai fait un travail énormes pour que les persos soient subtils et singuliers (plus qu'originaux, parce que c'est pas le principe, à part X, les autres sont sensés être devenus une caricature de l'humanité).

Juste pour revenir sur le style avant un long post, si ce n'est sur les fautes d'orthographe (on ne lutte pas face à un prof de français), le reste, j'ai pas le choix, c'est comme ça qu'on écrit un scénar, le "confort littéraire" n'a pas cours, faut être le plus précis possible, décrire uniquement ce que l'on voit à l'écran sans fioritures, et surtout ne pas changer de terme à tout bout de champ pour faire joli :mrgreen:
Si tu utilise "X erre" pour décrire que ton personnage va traverser la scène sans faire rien d'autre que marcher sans but, faut que tu utilise le même terme à chaque fois que la même action se produira, sinon tu risques d'égarer le lecteur. Même choses pour "plus ou moins", c'est le genre de locution qui induit que le décor n'est pas fixé, ou qui parle d'un détail pour l'instant vague, à consolider plus tard.

(Bon, quand au références, c'est pareil, là tu les lis, parce qu'il faut que j'explique le plus clairement tout ce qui se passera à l'écran, mais dans le film ce seront des Easter Eggs, y'aura pas de gros plans dessus comme la lecture en donne l'impression ;) )

(et les traiter de convenues alors que je cite Tourneur, tu devrais avoir honte :closedeyes: )

Finalement, comme tu l'as dit, en fait c'est très dur de juger un scénario quand on a pas l'habitude de ça... Si on me le permet, je crois que je vais annuler cette participation et finir la nouvelle que je suis en train d'écrire...

#973 Herr Mad Doktor

Herr Mad Doktor

    Patriiiiiiiiiick !!

  • Members
  • 3180 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux-Marseille-DOMTOM

Posté 05 April 2012 - 23:31 PM

Finalement, comme tu l'as dit, en fait c'est très dur de juger un scénario quand on a pas l'habitude de ça... Si on me le permet, je crois que je vais annuler cette participation et finir la nouvelle que je suis en train d'écrire...


La Poule et moi sommes novices en matière de scénario, mais nous avons émis tous deux les mêmes critiques (grosso modo) à propos de tes perso humains et de certaines coïncidences un peu grosses. Donc on met peut-être nos doigts (vierges et naïfs!) sur des points à améliorer...

Et vas-y, fais pas ta chochotte parce qu'on t'a fait 2 ou 3 reproches, laisse ta 1ère contrib et ajoutes-en une 2nde qui elle mettra tout le monde d'accord!

96324_afapubgif2.gif
les précommandes sont ouvertes,cliquez ici!


#974 Vinze

Vinze

    Leprechaun

  • Members
  • 709 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Val-de-Marne

Posté 05 April 2012 - 23:35 PM

Je vais rebondir sur Gallinacé (mais après m'être essuyé les pieds par politesse quand même). Comme le scénar de Corvis a été le premier publié il fait parti de ceux que j'ai eu le temps de lire :)

C'est vrai qu'il est dur de traiter un scénario sur le plan littéraire, mais après tout c'est un atelier d'écriture et je n'ai pas du tout l'appareil critique concernant un scénario (et je ne commenterais pas sur l'orthographe parce que ça fait trop longtemps que je l'ai lu et je n'ai pas pris de note - et ce serait un peu l'hôpital qui se fout de tirer sur l'ambulance).
C'est vrai que d'un point de vue purement stylistique il y a une certaine pauvreté à la fois lexicale et syntaxique. Concernant une histoire de zombies ça ne me choque pas, au contraire ça colle avec la "pauvreté" de la vie de zombie qui reste le point de vue principal du scénario (un peu comme McCarthy qui choisit une syntaxe appauvrie pour coller avec son contexte - j'ai pas lu le bouquin, juste des critiques).
Comme ma culture cinématographique se réduit à peu, je n'ai pas reconnu les clins d'oeil, mais ce n'est pas très gênant.

En dehors de quelques scènes un peu confuses (comme la scène où débarque la voiture, où j'ai du mal à situé X et pourquoi il ne prend pas une balle), dans l'ensemble les scènes sont exposées clairement (en cela c'est vrai la syntaxe un peu répétitive aide peut-être). Après j'ai trouvé que le scénario manquait un peu d'originalité mais c'est un peu inhérent au film de zombie, enfin de tout ceux que j'ai vu seul le traitement changeait. Et là je trouve le traitement (sous l'angle du zombie, de ses bribes de souvenirs et d'émotions) intéressant.


PS HS : je ne comprends pas pourquoi le correcteur orthographique de Firefox refuse de corriger quand je suis sur ce forum, alors je me suis relu mais je m'excuse des fautes restantes.

Secrétaire cochon des Artistes Fous Associés
J'aime l'humour comme le café : sans sucre !


#975 Gallinacé ardent

Gallinacé ardent

    Gremlins

  • Members
  • 1189 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Retour au bercail

Posté 06 April 2012 - 07:46 AM

PS HS : je ne comprends pas pourquoi le correcteur orthographique de Firefox refuse de corriger quand je suis sur ce forum, alors je me suis relu mais je m'excuse des fautes restantes.


Houlala! Tres honnetement, t'inquiete pas des fautes d'orthographe sur le forum. (Regarde-moi, j'ecris sans accent)

Le forum c'est un espace ou on a carrement le droit de faire des fautes (tant que ca reste comprehensible, DarkLinux se fait taper dessus parce que son orthographe est tellement mauvaise qu'on arrive souvent plus a le comprendre) : on reagit a vif, on ecrit "parle", on a pas forcement le temps de pondre un texte chiade, etc.

Par contre, quand on rend un texte pour le Madtelier... Un texte pour le Madtelier, c'est aussi un texte qui peut etre potentiellement etre presente devant un editeur, et des erreurs d'orthographe et de syntaxe c'est redhibitoire.

D'ou la necessite de reperer et signaler les erreurs entre nous (et ca permet de s'ameliorer soi-meme, cf. moi qui ai du mal avec pres / pret - la honte :blush: - ben la remarque de HMD me permet de faire un peu plus gaffe)

@ Corvis : j'avais pas vu Tourneur... :blush: Et va bene pour "X erre" et "plus ou moins".
Fuck.

#976 Corvis

Corvis

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 12914 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 06 April 2012 - 19:00 PM

Bon, allons-y pour répondre en détail.

Tout d'abord, je pense que je vais aller scanner la note d'intention qui va avec le scénar (et qui donc destiné aux prods ou aux acteurs/techniciens qui liraient le scénar, pour leur permettre d'avoir une vision plus précise de ce que j'envisage), ça aidera sûrement à clarifier quelques détails.

Ensuite,je persiste et signe, je vais laisser cette participation, mais je pense que dans un pur esprit critique, un scénario n'a pas vraiment de valeur avant d'être filmé, parce qu'il y a des choses qui n'y sont pas décrites, parce que de peu d'importance pour la compréhension globale du film et le propos, soit ce qui est primordial pour le faire lire à qui de droit (par exemple, à propos de "pourquoi X ne se fait pas tirer dessus comme Y", y'a 3 raisons, dont deux ne seront visibles qu'à l'écran : 1, l'action va beaucoup plus vite à l'écran qu'à la lecture, c'est l'affaire de moins de 10 secondes, 2, il y a d'autres zombies autour d'eux, il est fort probable qu'Alice pare au plus pressé et au plus près d'elle, 3, il est bien indiqué dans le script "X décontenancé, s’est retourné vers ce qui reste de Y et commence à avancer vers elle", il commence à s'éloigner des chasseurs et n'est donc pas un danger/proie immédiat.)

Enfin, il faut bien comprendre (d'où l'intérêt d'une note d'intention) que le film a une volonté quasi naturaliste. Je le décris d'ailleurs comme proche d'un documentaire animalier très objectif, qui ne dévie de sa route que lorsque son personnage principal est inconscient. Il n'y a pas d'émotion immédiate à avoir, pas plus que dans les bons documentaires animaliers (ceux qui ne te rajoutent pas musique larmoyante et ralenti pour faire pleurer dans les chaumières) qui ne sauront émouvoir que par le fait stricte qu'ils décrivent, ou avec le recul en repensant au propos. La seule adjonction purement artificielle, pour ne pas perdre le spectateur, sera une musique de fond qui durera tout le long du métrage, passant du minimalisme à la constitution d'une vraie ambiance suivant les scènes.

Bien.

pose l’espagnolette dans un seau = ? Tu t’es pas plante de terme ? J’ai regarde sur Google Images, une espagnolette, ce serait ce genre de truc-la :
Image IPB


C'est le terme qu'on utilise dans le midi, je pensais bêtement que c'était le mot consacré :mrgreen: C'est donc bien un balai serpillère ;)

Desole, mais j’ai ressenti les references aux reals de films de zomblards un peu lourdes et convenues.


Bon, je vais m'insurger derechef, parce qu'au delà de ce que je disais hier sur leur surprésence dans le scénario par rapport à l'écran, j'ai fait un putain d'effort pour être large et ne pas me cantonner à Romero et Fulci :mrgreen:

Si je fais le compte,

Spoiler


Nom de Zeus !!

X ne se fait quasiment jamais viser, alors qu’il reste les bras ballants les 3/4 du temps sous le deluge de balles... C’est valable pour la scene du sniper comme pour le dezinguage d’Alice.


J'ai en parti répondu plus haut pour la scène des chasseurs, mais j'ajouterais que s'il se fait pas tirer dessus, c'est qu'on est au cinéma, et que forcément, on suit le personnage qui survit à la fin, si on se focalisé sur le personnage qui meurt en premier, ça serait tout de suite beaucoup moins prenant (et beacoup plus court :mrgreen: ).
Tu remarqueras que ce n'est pas comme le héros de film d'action qui vise comme un chef quand ses adversaires ne sont pas capables de l'abattre, même en s'y mettant à 50, là c'est juste qu'il ne se fait pas viser. Et pourquoi pas ? Des zombies il y en a partout, c'est pas qu'on le rate, juste qu'on le vise pas. C'est pas comme s'il était LE SEUL à ne pas se faire viser (mais là encore on le verra mieux à l'écran). Je sais pas, c'est un hasard, c'est le fait que les snipers préfèrent tirer sur ceux qui détalent parce que plus drôle, c'est le fait qu'Alice et Randall s'occupe de ceux qui s'approchent, etc.

=> Suite

#977 Corvis

Corvis

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 12914 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 06 April 2012 - 19:01 PM

[quote]
Spaitalement d’ailleurs, j’ai du mal a visualiser si Alice est pres ou loin du couple X/Y :

[quote]Le véhicule arrive à toute allure, percute de plein fouet un zombie avant de lui rouler dessus et s’arrête à quelque mètres de X et Y.(...)
Alice s’approche de X et Y, et d’un coup de fusil sectionne en deux le corps de Y, dont la partie supérieure va retomber quelques mètres plus loin.(...)
Elle tire de loin dans le dos (le dos ?) de X qui s’écroule entre la moitié (quelle moitie ?) de Y et un autre zombie abattu d’une balle en pleine tête.[/quote]

Elle peut couper en deux Y mais epargne X pendant aussi longtemps alors qu’il ne bouge pas? J’ai du mal a bien visualiser le truc (et aussi pourquoi X se fait pas dezinguer avant).[/quote]

Pareil (Et j'ajouterais que tu n'as tout bien lu :closedeyes: )
(Mais pour ta défense il y a des petits détails de tournage non indiqués dans le scénar)

Donc le van des chasseurs arrivent et écrabouille un des zombies. Y'a des zombies un peu partout autour.
[quote]X déambule dans les rues infestées de ses congénères. [/quote]

Ils sortent, on imagine logiquement que la plupart des zombies qui restent s'approchent
[quote] les zombies réagissent de différentes façons. Les plus “avancés” réagissent immédiatement et fuient instinctivement alors que d’autres, plus “frais” restent immobiles et cherchent d’où vient ce bruit. [/quote]

Alice s'approche et sectionne Y en deux d'un coup de fusil à pompe.
[quote]dont la partie supérieure va retomber quelques mètres plus loin.[/quote]

Mais des zombies y'en a tout autour, dans une situation pareil il me semble logique que tu alternes, devant, sur les côtés, derrière, etc. (ce que ne font pas si bien les chasseurs - normal ce ne sont pas des pros - puisque par deux fois ils se font "surprendre" par un zombie qui se révèle tout proche).
Donc, elle tire sur Alice, elle tire à droite (ou à gauche), etc, Randall fait pareil, et puis après X cesse d'être une menace immédiate.
[quote]X décontenancé, s’est retourné vers ce qui reste de Y et commence à avancer vers elle, [/quote]
(d'ailleurs c'est écrit au participe passé, donc quand l'action revient sur X, il est déjà retourné en train d'avancer vers Y)

Du coup Alice pare au plus pressé.
[quote]alors qu’Alice fait sauter la tête d’un de ses congénères.[/quote]

D'autant que de suite après, elle a d'autres chats à fouetter vu que Randall est obligé de la sauver.
[quote]puis voyant du coin de l’oeil qu’un autre arrive derrière Alice qui recharge son arme, il l’exécute également. [/quote]

Juste après ça, son fusil est rechargé, elle peut recommencer à tirer, en commençant par le plus logique, devant elle, soit X (qui est maintenant un peu trop loin pour être coupé en dos et s'affale sur le sol.
[quote]Elle tire de loin dans le dos de X qui s’écroule entre la moitié de Y et un autre zombie abattu d’une balle en pleine tête.[/quote]

La moitié de Y dont on parle c'est la moitié supérieure donc (et ça c'est de la logique, la moitié inférieure est resté plus ou moins à la même place, si X s'est avancé vers ce qui reste d'elle c'est vers son buste ;) )

Suite =>

#978 Corvis

Corvis

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 12914 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 06 April 2012 - 19:02 PM

[quote]J’ai eu un peu de mal avec les chassseurs de zombie qui sont des cadors surarmes hyper efficaces (les coups de crosse, le coup de boule !) dans la rue[/quote]

Des cadors surarmés hyper-efficaces ?
Où ça ?
C'est juste deux jeunes qui ont perdus tout sens de la mesure et qui voit ça comme un grand jeu vidéo,ou une fête (d'où l'accoutrement), où l'une à un fusil à pompe, et l'autre deux flingues. C'est pas ce que j'appelerais surarmés perso ^^
Des cadors parce qu'ils arrivent à dézinguer des zombies qui sont à quelques mètres ? Pareil, j'avoue ne pas trop voir le soucis...
Ne serais-tu pas habitué aux films de zombies récents qui courent et se comportent comme des prédateurs ? Ce sont des morts qui marchent au sens le plus strict du terme, c'est lent, si c'est pas en groupe soudé c'est pas super efficace, et comme indiqué plus haut la moitié d'entre eux ont reconnu le bruit et savent qu'on vient les détruire, donc s'enfuient. Il en reste pas énormément, et apparemment Alice et Randall font ça régulièrement (j'imaginais une à deux fois par semaine), et qui sait depuis combien de temps (la végétation a commencé à reprendre ses droits, ça fait donc pas mal de temps que le monde est comme ça).
Je pense pas que ça soit un travail pour lequel il faille être un cador.
D'autant que comme j'ai dit plus haut, ils sont pas si efficaces que ça, vu qu'ils se font surprendre par deux fois (un zomblard dans le dos d'Alice et un nez à nez avec Randall quand ils se retourne), qu'ils débarquent habillés en tenue de soirée (ce qui est pas le plus pratique pour partir à la chasse au zombie), et qu'ils explosent leurs proies alors qu'on l'apprend plus tard, ils doivent les ramener "vivants".
[quote]Et dites à Mademoiselle Quigley de ne pas tous les tuer, vous serez gentil. Si tant est que l'on puisse utiliser le terme tuer dans cette situation... Enfin bref, il me faudrait 6 spécimens vivants. Et en un seul morceau si possible.[/quote]
Je vois pas trop ce qui les rend "hyper-efficaces" à tes yeux dans le fait de donner des coups de crosse ou de boule en fait... Justement, c'est la preuve que c'est pas des professionnels, s'ils se mettent à combattre "à mains nues" avec des zombies ^^ Il tue pas le zombie en lui donnant un coup de boule hein, il le fait basculer seulement. il a une tête de zomblard à 10cm de lui, le premier réflexe, c'est d'utiliser son crâne. C'est fragile un zombie, c'est une masse de chair morte, comme disait Tom Savini dans Une nuit en Enfer : "C'est tout mou. Tu leur colles une baffe, t'as la tête qui part avec."
Il le décapite pas avec un mawashi tobi-geri :mrgreen:

[quote]et qui se font massacrer sans trop rien faire une fois dans leur base.[/quote]

Ben oui, la situation est diamétralement différente.
Pendant la chasse, ils contrôlent, ils sont en position de force, ils sont sur le qui vive.
Dans leur repaire, ils sont décontractés, en position de faiblesse, ils s'imaginent pas pouvoir être attaqués ici.
Alice se retrouve seul face à 6 zombies, sans arme, dans une pièce exiguë dont elle ne peut pas sortir à cause de la capacité d'adaptation et de mémorisation de X, donc dans une situation qu'elle ne contrôle pas et dont elle n'a pas l'habitude.
Une situation routinière et une situation inhabituelle, c'est deux choses différentes.
Randall, quant à lui, ne se fait pas tuer directement, il est surpris par un événement auquel, comme Alice, il ne s'attendait pas (parce que l'habitude, parce que présomptueux, etc.), et il se fait attaquer par ennemi plus dégourdi que la majeure partie de ses congénères. Il est mordu, donc infecté, il s'en sortira pas de toute façon (encore qu'on ne saura jamais s'il a eu le temps de couper la partie infectée). Faut se rappeler qu'avec les zombies, il suffit d'un moment d'inattention et c'est terminé.

[quote]Et puis :
[quote]Randall trébuche sur la table basse, tombe à la renverse, se cassant une jambe dans un craquement sec,[/quote]

Peuchere l’osteoporose ca rigole pas ! Ce genre de sequence en film y a un potentiel nanardesque non negligeable (ouah je me casse la jambe tout seul et je peux plus bouger alors qu’il y a un zombi, fichtre ! Je suis fichu !) [/quote]

Hé, ho, faut citer le début dans ces cas là ^^

[quote]X le regarde encore intensément un instant, et subitement approche son bras de sa bouche et le mord violemment, arrachant un bout de chair sous le bref cri de douleur de son adversaire. Puis, il ouvre les mâchoires pour relâcher le morceau et repousse Randall. [/quote]

Randall ne tombe pas tout seul comme un gland, il vient de se faire arracher un bout de chair, et il se fait repousser en arrière, donc déséquilibrer.
C'est pas, comme tu le dis, "pas de bol, tu t'es cassé la gueule et y'a un zombie qui te poursuis", tout part justement du zombie qui a une velléité de violence envers le personnage, et qui le conduit à se retrouvé immobilisé. C'est pas un Deus Ex Machina hein ^^
Mais là encore, il manque des détails de réalisation pas indispensables. Je le vois pas se casser la jambe en tombant dessus, je le voyais vraiment se prendre le pied dans celui de la table basse, se coincer la jambe dans un mauvais angle, et du coup avec le choc ça casse.

Suite =>

#979 Corvis

Corvis

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 12914 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 06 April 2012 - 19:03 PM

[quote]Un exemple :
[quote]L’autre militaire, alerté par les cris, voit la scène et s’empresse de pointer son arme sur les zombies, mais ceux-ci sont à moitié cachés par les installations de l’attraction. Il renonce et secoue la tête d’air fataliste. Il ouvre une bière et recommence à tirer au hasard, un sourire narquois au bord des lèvres.[/quote]

Le mec il passe en un plan ou presque du fatalisme au sourire narquois... alors que son pote vient d’etre bouffe quasi sous ses yeux. Psychologiquement, j’ai du mal (et si un acteur le joue, ca risque de paraitre « faux »). Ou alors le mec est completement drogue quoi.[/quote]

Son pote ?
À aucun moment il est indiqué qu'ils soient potes.
Le jeune a une sorte d'effervescence, il est à la foire, il a pas conscience de la réalité de la situation presque. L'autre est plus blasé, fataliste comme tu dis, et dès leur apparition, il est indiqué :
[quote]Celui-ci, une cigarette à la bouche, lui renvoie son sourire d’un air gentiment blasé et condescendant[/quote]

C'est pas son BFF le jeune. Du coup quand il est attaqué, ben oui, il essaie quand même de le sauver, mais quand il voit qu'il ne le peut pas, c'est un peu : "Arf, le ptit con, il aurait du faire plus attention", et hop on oublie et on repasse à ce qu'on faisait.
T'as du mal avec ce genre de réaction, mais c'est le principe du film, de voir, dans une situation telle qu'une zombocalypse, comment réagiraient les humains, et est-ce qu'ils ne se déshumaniseraient pas plus vite que les morts. Si la situation t'as choqué, tant mieux, c'est le but, mais en quoi on pourrait dire qu'elle n'est pas crédible puisqu'on a pas de repère pour ce genre d'événement. On peut juste essayer de creuser, et d'analyser ce qui pourrait se passer dans une telle situation.
Et ce que je trouve bizarre, c'est que tu parles de caricature, et de personnages convenus, alors que justement dans la plupart des films, on aurait la réaction inverse de celle que je décris ("oh mon dieu, John, ils t'ont eu toi aussi, la vie ne sera plus jamais la même pour moi, mon ami...") et j'essayais justement de m'en éloigner pour être plus original et subtil, plus réaliste à mon sens même par rapport à ce qu'il pourrait se passer.
Tout le film se base sur l'opposition Déshumanisation de l'être humain/Evolution et découverte des émotions du zombie, en essayant de balayer le spectre le plus large possible de la déshumanisation au travers des différents personnages humains.

[quote](scene inseree de maniere hyper zarb, on nous presente un perso – le barbu « survivor » qu’on reverra plus jamais apres rien que pour nous donner l’explication de l’infection de zombis – pourquoi il ecoute cette emission de radio en boucle au fait ? Pas d’explication ok, mais la ca semble hyper arbitraire quand meme...)[/quote]

Ben oui, c'est super arbitraire ^^
Depuis le début le film est constitué de "scènes de la vie après l'apocalypse", dont le fil rouge est X, qui rencontre, ou nous mène à découvrir différents personnages au fil de ses pérégrinations. On reverra pas non plus le militaire, ni l'instit, ni les gens dont on entend la voix sur le répondeur, les seuls qu'on verra plus longtemps sont les chasseurs puisqu'on passe sur leur point de vue au moment où X (le point de vue que l'on suivait depuis le début) tombe dans l'inconscience.
Toujours dans le même but de couvrir un large panel de ce que devient l'humanité après la fin du monde, parallèlement à la découverte du comportement "humain" de X.
Le fait de découvrir le pourquoi (encore que ça reste vague) de l'apocalypse, c'est juste que j'ai profité de la scène et du perso pour intégrer ça, mais le but était plus de voir un instant de la vie quotidienne d'un type qui est tellement mort en dedans, qu'il continue à accomplir les tâches de la vie quotidienne (ménage, cuisine...) comme s'il ne voulait pas voir les choses en face, tout en écoutant en boucle (on imagine régulièrement, si ce n'est tous les jours), un enregistrement du moment où on a pris la menace à la légère au lieu de s'y intéresser. L'histoire de l'enfant qui criait au loup (tellement d'histoires et de films de zombies que le jour où ça arrive on croit au hoax) à l'échelle de l'humanité. D'où ce perso seul qui continue une vie monotone au milieu des zombies en se remémorant l'imbécilité des hommes dans une ironie désespérée.
Le fait, que tu demandes pourquoi il écoute ça en boucle, je trouve que c'est une bonne chose, je trouve ça bien de se poser des questions sur le pourquoi des actions des personnages d'un film dans de tels situations, encore faut-il aussi émettre ses propres hypothèses pour que ça devienne intéressant ^^

[quote]Pareil pour les animateurs radio ils sont super rigolards, mais c’est pas credible. Imagine tu perds tout contact avec les Etats-Unis pendant une semaine, sans savoir ce qui se passe, tu flippes un peu quand meme. C’est un coup a se faire epingler par le CSA ce genre d’emission ! Le cote « pouet-pouet » du commentaire radio me parait pas credible... Au moment de Fukushima, j’ai pas eu le souvenir d’emission de radio ou des animateurs rigolards aient dit : « Ah bah trop mortel, tac tac badaboum, c’est cool pour les Japs, y a Godzilla qui fait revenir leur tanner leur cul, trop fort, ils vont avoir des tentacules et des paires d’yeux supplementaires, cool man hihihi... » S’ils l’avaient fait, ils se seraient vachement allumer... (je parle bien d’emissions publiques, hein, pas de conversations privees...)[/quote]

Hé, mon coco, Fukushima, on avait des images, c'était un événement officiel, c'est pas des supputations internet qui peuvent faire sourire par leur manque apparent de crédibilité.
[quote]entraînant, et je cites directement les théories du net là[/quote]
Prends en compte que ce n'est qu'un instantané, que c'est deux glandus qui en ont un peu rien à foutre et qui font le show pour des auditeurs crétins comme il y en a malheureusement des tas en France... Faut jamais sous-estimer la bétise des gens, surtout dans ce genre de milieu. D'autant que c'est précisé "depuis le début de la semaine", ça fait pas une semaine, moi j'imaginais que ça faisait 3, 4 jours, assez pour que la population et les médias sérieux commencent à se poser des questions et à s'inquiéter, mais certainement pas assez pour que les radios à la con cessent de faire des blagues dessus, et surtout se foutre de la gueule des théories du net sur le pourquoi du comment (la qualité d'internet est aussi son plus grand défaut, l'information y circule librement mais elle est constamment sujette à caution, y'a voir sur ce forum comment certains se foutent de ta gueule en vannant dès que tu leur parle de possibles manipulations ou complots se basant sur des faits troublants...)
Deux semaines après, je suis d'accord pour dire que tout le monde commencerait à flipper sa race, mais là, après moins d'une semaine, ça me semble pas du tout incroyable que les radios libres si friantes de vannes et prêtes à se foutre de la gueule de tout ce qui sonne "différent" continuent leur show.
Ensuite, de toute façon le monde dans lequel se place le scénar est une uchronie, vue que DecibelFM n'existe pas, et que les numéros en France ne commencent pas par 10 (Lag I Run existe bien, mais malheureusement ils sont pas encore assez connu pour faire des tournées ^^), donc je t'avoue que je me sens libre de diverger quelque peu de la société actuelle et ses réactions.
Ou alors c'est le terme "black-out total" qui te gène un peu ? J'avoue qu'à la relecture, ça laisse beaucoup de détails en suspens, et qu'il faut y réfléchir un peu avant de se dire que certains doivent être au courant, que les gouvernements européens comme le gouvernement US essaie de le cacher, les deux ne pipant mot pour éviter la panique... Effectivement il faudrait peut-être plus que je parles d'incident ayant provoqué la rupture des communications avec certaines parties du pays...

[quote]De maniere generale, la betise des hommes est trop soulignee. On sent que tu veux trop faire le contraste avec le zombi humain, mais ca manque un peu de subtilite dasn l’execution... et ca risque de virer a la demonstration[/quote]

De manière générale, c'est à dire ? Parce qu'il me semble qu'à part les deux animateurs, aucun humain n'est décrit comme "bête". Déshumanisé, chacun à leur façon oui (à part l'instit qui pour moi a trouvé une manière de rester humaine), mais bête... Et pour les animateurs, il suffit d'écouter Fun Radio ou NRJ pour se rendre compte que je suis presque loin de la réalité.
Et puis faudrait savoir, tu m'as dit plus haut que j'expliquais pas assez certaines choses, comme pourquoi le barbu écoute la même émission en boucle, et maintenant la même scène serait trop démonstrative ^^
Le but c'est justement de pas tout dire, que le spectateur se fasse sa propre idée. La bêtise des hommes elle est dans tous ce que l'émission et celui qui l'écoute ne disent pas, comme je le disais plus haut, dans ce qu'on imagine qui s'est passé lorsqu'on on a continué de croire que c'était rien, quand une trop grande partie de la population a encore cru à des "théories fantasques", elle est dans l'ironie de cet homme qui réécoute encore et encore ce qu'on pensait alors du monde de maintenant.
J'ai vraiment du mal à voir où la bêtise des hommes est soulignée, vu qu'elle n'est qu'un détail, qu'une scène. Pareil pour la subtilité, quand aucun personnage humain ne réagit de la même façon à la situation, que ce soit en l'acceptant, de diverses façons (le repli sur soi du barbu, l'instit), en s'y opposant (les survivants sur le répondeur, le professeur Romero), en la subissant (la victime dans la rue), ou en se déshumanisant (la nonchalance des militaires, ce fils de pute de Randall, la mélancolie d'Alice).
Les personnages sont unilatéraux pour toi ? Ce sont des stéréotypes des films de zombies ?
Parce que j'ai justement fait un gros travail sur ça pour ne pas appuyer les différents traits, ça me ferait un peu chier ^^

[quote](sans compter, excuse-moi de t’agresser sans cesse, mais faut quand meme que je le dise : le manque d’orignalite dans le traitement – zombi trop humain, humain trop zombi, c’est un peu le B.A. BA de la reflexion zombiesque depuis La Nuit des Morts-Vivants quoi). [/quote]

Heuuuu, alors là je veux bien que tu me donnes des exemples.
Parce que je suis vraiment un gros gros fan de zombies, j'ai tout une collec qui s'agrandit de jour en jour, j'ai vu une bonne partie de ce qui s'est fait, et si ce n'est Bub dans Day of the dead, et un peu Diary of the dead (j'évite Big Daddy de land of the dead qui ne fonctionnait que par un apprentissage uniquement mécanique servant de coup de théâtre final) j'ai jamais vu d'analyse, ni de la déshumanisation de l'humain, ni de l'humanisation du zombie.
Dans les films de zombies, on a les shockers d'horreur, quelques comédies comme Fido (où y'a un semblant d'humanisation, mais tourné sous l'angle de la caricature), et des films plus politiques qui parle de la société par le prisme des relations humaines en temps de crise.
Allez, soyons large, y'a aussi la toute fin de La Nuit des morts-vivants, avec le héros pris pour un zombie et les humains qui commencent à voir ça comme un jeu. C'est assez léger je trouve.
Dans la Nuit, c'est la dynamique de groupe et les rapports au sein de ce groupe en situation stressante qui sont étudiés, avec un sous texte politique où les zombies sont une métaphore de la soi-disant menace communiste qui prouve que la vraie menace est à l'intérieur, dans cette incapacité des hommes à vivre en groupe.
Dans Zombie, on nous démontre qu'un groupe plus restreint fonctionne mieux dans la même situation (les héros par opposition aux pillards, la famille par opposition aux états) et que la société de consommation créait en quelque sorte une autre forme de zombies.
Le Jour, lui, donnait lieu à une caricature d'humanité, proche de la dictature, où les militaires sont au pouvoir, une métaphore des sociétés actuelles fortement répressives. C'est la partie où le scientifique cherche à en savoir plus sur les zombies et où il apparait que ceux-ci peuvent évoluer qui m'a poussé à écrire ce court à la base (et d'ailleurs X est très fortement inspiré de Bub, et le sera aussi dans la direction d'acteur)
Le Territoire ne raconte rien de particulier, l'humanité s'est reconstruite, finalement on retrouve les mêmes fonctionnement de société, peu originaux, si ce n'est que la menace zombie est là, et le traitement de Big Daddy et des autres morts-vivants, que j'espérais passionnant, est fait par dessus la jambe (c'est aussi cette déception qui m'a convaincu d'essayer d'écrire quelque chose)
Diary s'interroge un peu plus sur le devenir des morts (la voix off en parle jusqu'au dernier plan, avec "et si c'était nous les morts-vivants", du coup quand je l'ai vu je me suis dit que mon film pouvait commencer là où Diary s'arrêtait ^^) et sur celui des humains (le jeune qui continue à monter son film coûte que coûte), mais c'est pas très bien fait tout ça.
Survival j'en parle même pas, j'ai trouvé ça très rigolo, mais ça raconte rien d'intéressant.

À part les films de Romero, quels films de zombies peuvent étudier le phénomènes, opposer les progressions opposées des humains et des zombies ? Essayer d'analyser un peu plus profondément ce que Romero avait commencé à faire avec Bub, ainsi qu'un spectre assez large des réactions humaines ? Y'a des bribes, à droite, à gauche, dans certains films (le dernier segment de Zombie Dairies par exemple), mais ça n'a toujours fait que survoler.
(Je suis pas en train de mettre sur un pied d'estale façon "moi je l'ai fait", hein, je défends juste mon bout de gras)

La seule oeuvre qui a mon sens aborde ces sujets là en profondeur, c'est Walking Dead, encore que l'évolution du zombie est assez peu représentée. Mais bon, en 2007, je sais même pas si le comics existait déjà, alors prout ^^

Suite et Fin =>

#980 Corvis

Corvis

    Faut que j'aille dormir

  • Members
  • 12914 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 06 April 2012 - 19:04 PM

[quote]100 pour 100 d’accord avec la suggestion de HMD de faire retrouver X et Y dans un endroit separe marque par le souvenir. Deja, parce que ca trahirait un certain desir d’intimite (pas tout le temps dehors avec des hordes de zomblards en arriere-fond). Que ca se fasse pas en pleine rue, a la wouane-aguaine (genre « tiens, salut, c’est toi »).[/quote]

Bon, ben là on est dans les goûts alors, ça va être dur, parce que c'est vraiment le genre de truc que je trouverais méga-naze dans un film. Tu parlais de démonstratif et de surligné, là on est totalement dedans, c'est un coup à sortir les violons direct ce genre de truc, à l'instant même où on va se rendre compte qu'il se trouve dans un lieu marqué par le souvenir de sa compagne, t'as tout le public qui va faire "ah, et là je te parie qu'il va se retrouver nez à nez avec sa meuf zombie". C'est sûr et certain. Je sais pas, les gars, pour moi, c'est super cheesy comme on dit, c'est too much... Qui plus est on ne doit pas avoir un train d'avance sur X. Comme je l'ai dit le film est presque "naturaliste", objectif, mais on doit garder tout le temps (excepté lorsque X est inconscient) le point de vue du héros. Et sa surprise de se retrouver face à quelqu'un que son ancien lui connaissait (qui plus est sa femme) doit être la nôtre. J'aime pas les événements annoncés genre "on va utiliser un lieu intime, ça sera plus émouvant". Le seul moment d'émotion voulu dans le film c'est son dernier plan, tout est fait pour que, si le spectateur doit être ému, ou réfléchir sur ce qu'il a vu, c'est rétroactivement à la toute fin, ou après le film. Le reste, c'est analyse documentaire. Je veux pas d'intime préparé ou d'alternance des lieux pour être plus diversifié. Je veux juste imaginer la vie quotidienne d'un zombie dans ce qu'elle a d'anti-spectaculaire et de routinier, jusqu'à ce qu'on se rend compte que c'est le jour où finalement il va se passer un double événement. Et qu'on comprenne qu'in fine à quel point le second est cruel dans sa destruction du premier.

[quote]On pourrait meme imaginer une scene de voyeurisme de X sur Y-qui-pense-en-mode-zombi-a-X par exemple (je cherche pas a reecrire ton scenar, c’est juste une suggestion en passant). Ca permettrait aussi d’etoffer le background entre les deux (quel souvenir particulier ils ont et qui les lie?). [/quote]

Comment tu le décriras au tournage, visuellement, que Y pense à X en mode zombie ? :mrgreen: Je vais continuer sur ce que je disais au-dessus, ça doit être un hasard, je veux pas qu'on prenne la main du spectateur pour qu'il comprenne bien par le menu tout ce dont on veut lui parler, y'a pas écrit Christopher Nolan hein ^^
Quel souvenir particulier ils ont et qui les lie ? Ils étaient mariés nom de Zeus ! Mariés (le cadre photo) et amoureux (le répondeur). Je peux pas décider d'être subtil et crédible dans l'évolution du zombie (et de X en particulier) si ensuite j'en rajoute dans la psyché et le caractère des mêmes zombies pour arrondir les angles.
La situation, c'est pas "oh mon dieu Johnny je t'ai retrouvé, je t'aime tellement, nous aussi on peut ressentir des émotions", là on est plus dans la subtilité du tout. Ma ligne directrice c'est de trouver une évolution logique et crédible à une créature qui est sensé n'être vivante que mécaniquement. Du coup j'enchaine sur

[quote]
Et ca permettrait de poser un peu le simulacre d’affection entre les deux. La, c’est un poil rapide pour qu’il y ait vraiment de l’attachement : il faudrait qu’il y ait plus de trouble entre les deux. Presque de la timidite. Dans ton scenar, ca va un peu vite : Coucou Y, eeeeuuuh t’aimmeuuuh, et BLAM les deux gugusses rappliquent[/quote]

Non, non, non. Pas de timidité, pas de trouble, c'est des zombies putain. Le but du jeu c'est justement de voir comment des réactions instinctives, des bribes de mémoire mène à certaines réactions ou certains automatismes, qui deviennent petit à petit, ou deviendront, de vrais réactions émotionnelles, et donc une évolution drastique du zombie. On en est pas encore là. On décrit les prémices là.
Il ne lui DIT pas Je t'aime. Il a le souvenir de cette phrase, et il a l'intuition que c'était quelque chose de très important avant, il commence à peine à comprendre (mais j'entends bien, encore une fois, que tout sera plus clair à l'écran, avec le jeu d'acteur, et la durée des actions qui sera considérablement étirée). Mais c'est toujours pareil, comment vous pouvez comprendre tout ça correctement s'il vous manque le jeu d'acteur, le regard de X, la façon dont ses gestes évoluent, des petits détails qui ne peuvent et ne doivent pas être mis dans un scénar (c'était définitivement pas une bonne idée cette participation^^)

[quote]Faudrait pas hesiter a etirer cette scene un peu, parce qu’elle est capitale, et qu’on comprenne un peu mieux leur affection, qui materialise justement une sorte de combat contre l’etat zombi : effort sur soi pour vaguement se rappeler de l’amour, effort qu’il faudrait retranscrire. Parce que c’est la cle du scenar, et cette scene risque de durer moins que celle du poste de radio par exemple, ce qui serait un peu triste.[/quote]

Comme je l'ai dit, la différence de durée entre la lecture sur papier et la scène à l'écran est souvent considérable. Non seulement la scène de la radio sera courte en fait, contrairement à ce que tu pourrais penser, parce que les anims radio parlent toujours très vite, et que l'émission est couplée sur les actions du barbu, mais la scène de la rencontre s'étirera sur la durée.
Mais non, le but c'est pas de faire chouiner les familles (ou juste émouvoir n'exagérons rien), avec une scène d'affection, c'est un peu plus subtil que ça (pareil, j'ai du mal à comprendre le reproche du "trop" et trop démonstratif, alors que là c'est justement ce que tu proposes). Et il n'y a aucun "combat contre l'état de zombie", là c'est carrément un contre-sens, c'est pas un combat contre, c'est une évolution, presque une évolution logique de l'être humain (on peut même imaginer qu'une fois que le zombie "évolué" aura arrêté de pourrir, il sera l'être humain parfait, uniquement mu par des émotions saines et basiques), y'a pas d'effort sur soi, c'est une suite logique au contraire, qui fait que leur instinct, ce qu'il reste, va se transformer. La scène, c'est pas "On se rappelle ces émotions formidables de quand on était humain", c'est plutôt "C'est toujours là dans sa forme la plus simplifiée".
Pour finir, c'est pas la clé du scénar, y'a pas de clé au scénar ^^ Le propos tout entier tient dans la description de X, et un instantané de son évolution, dont sa rencontre avec Y fait partie, et qui du coup clôt aussi le film puisque ça ouvre le récit sur ce qu'il va devenir ensuite : un être avec des sentiments. Mais ça c'est pour le futur, la porte est ouverte, ça n'a pas lieu, et ça n'a pas à avoir lieu dans le film proprement dit.

[quote]Autre chose, du cote des humains cette fois : j’aurai bien aime un moment donne une scene ou il y a un peu plus de desarroi de la part des humains... Par exemple, avec Alice restee seule qui pourrait regarder une photo, pleurer, ou avoir des tics, ou je ne sais quoi... Ca tirerait le truc hors de la caricature pure et ca donnerait un peu plus de chair a ton histoire (parce que finalement, les persos humains existent peu autrement que dans la caricature belliqueuse). Tu ne peux pas arriver a souligner le cote humain des zombis par rapport a l’inhumanite des hommes si tu ne rends pas les hommes un minimum credibles (ou sinon, on tombe dans la pantalonade type Braindead quoi).[/quote]

Alors là on a un autre problème, parce que je trouve tes réactions crédibles absolument pas crédibles ^^ D'autant que de caricatures belliqueuses il n'y a point. Le seul humain réellement belliqueux du film, c'est Randall, ou alors je veux bien que tu m'expliques en quoi les autres sont belliqueux... Parce que le désarroi des humains, avec genre la photo qui rappelle un proche, et qu'on est tout triste que le monde soit mort, ça c'est de la caricature pure de film post-apocalyptique. Ca me fait bizarre, j'ai l'impression que tu me proposes de tirer le film hors de la caricature pure en me proposant quelque chose que je considère justement comme de la caricature...
Je veux bien que tu t'apesantisses sur ce que tu considère comme des personnages caricaturaux, parce que là je sais pas quoi te répondre. C'est même pas comme si je restais sur mes positions, c'est juste que j'ai l'impression que tu vois du noir partout où je vois du blanc (l'un de nous deux doit être daltonien ^^)
D'un côté les humains n'ont pas à "exister" vu que justement le principe c'est de faire des zombies les personnages principaux et de reléguer les humains au rang de fantômes déshumanisés, mais la caricature, quand on me propose un personnage qui pleure devant une photo, je t'avoue que je suis décontenancé...

[quote]Parce que si les hommes n’ont aucune reaction credible, sont montres d’un bout a l’autre comme des connards sans conscience ni morale, meme pas avec la conscience basique du danger (les deux castars qui se la jouent jeu video ouais trop cool je trouve ca un peu too much evidemment), ben le truc va pas marcher (meme leur peur retrospective face a leur propre mort paraitra surjouee : aucune peur et cool zguegue a l’air clope au bec quand ils massacrent des zombies, et pis tout d’un coup houlala non j’veux pas mourir).[/quote]

Avec ça (si ce n'est le "sans conscience ni morale" que j'avoue ne pas retrouvé dans le scénar) tu viens de décrire l'être humain :)
Bon tant pis si tu trouves ça too much, mais suffit de regarder au dehors pour voir que ça colle déjà. Les ptites racailles jouent au gros durs, se croient dans un jeu vidéo, mais quand elles sont confrontées au vrai danger, elles pleurent et appellent leur mère (par exemple). Je veux dire, ça c'est juste la réalité.
Encore une fois, j'ai l'impression que tu me reproches un truc (les deux jeunes inconscients du danger) qui s'éloigne justement de la caricature du "film de zombies avec de la tension palpable sur tous les visages". En gros, c'est pas crédible, parce que j'utilise pas les réactions qu'on nous sert à tour de bras dans les films.
Ben là je pourrais pas débattre si on est aussi diamétralement opposé sur l'être humain. Pour moi, à moyen terme après une apocalypse pareille, les humains finiraient forcément comme un des personages décrits dans le scénar. Quand le monde n'est plus le même, quand les règles n'ont plus cours, tu peux pas te baser sur les réactions qu'on aurait dans notre monde actuel.

[quote]Le spectateur pourra pas se projeter dedans, ca restera une figure etrangere, une icone, a la maniere d’un mechant de James Bond froid, cynique et sans pitie, dont on peut pas dire qu’ils soient particulierement humains.[/quote]

Le spectateur doit se projeter dans le monde X, et s'identifier à lui, pas aux humains, c'est le but du scénar, de renverser les schémas.

Bon, tu vas aussi penser que je m'acharnes, mais pas du tout, je tiens juste à ce script et j'ai travaillé 5 ans dessus, du coup je le défends parce que je penses savoir exactement où je vais (à tort ou à raison, ça faudra attendre qu'il passe la barrière de l'écran pour le savoir)




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)