Aller au contenu


Photo

Jack Ketchum


  • Please log in to reply
22 réponses sur ce sujet

#1 oeil de faucon

oeil de faucon

    Gremlins

  • Members
  • 1498 Messages :

Posté 12 October 2009 - 15:14 PM

Intrigué par différents articles de Mad faisant référence à Jack Ketchum, dont le point d’orgue fut la passionnant interview de l’auteur dans le mag de l’été dernier, je me suis lancé dans la lecture de ses romans. Je m’attendais à un choc mais pas à «ça ».

Après avoir rapidement regardé la liste des topics, il me semble qu’aucun ne lui est consacré.


Jack Ketchum

De son vrai nom Dallas Mayr, l’auteur américain est né en 1946. Son pseudonyme « Jack Ketchum » vient du nom traditionnel donné aux bourreaux britanniques (Jack Ketch). Après avoir été le secrétaire du célèbre écrivain Henry Miller (pas l’ex-mari de Marilyne Monroe, l’autre Miller) il a publié une quinzaine d’ouvrages mais seulement trois sont disponibles en français actuellement (ed. Bragelonne). D’autres ont peut-être été publiés par le passé mais ne semblent plus commercialisés.

Ne maîtrisant pas parfaitement l’anglais, je ne puis ici que traiter des trois ouvrages traduits en français.


Morte saison



Dans un bled du sud américain (le Maine du King si ma mémoire de chauve-souris est bonne), trois couples de vacanciers sont attaqués par un groupe de (tu le lis, je ne veux pas te niquer l’effet….)

Contrairement aux deux œuvres qui suivent, Morte saison mérite, elle, amplement le qualificatif de roman d’horreur. Dans l’interview donnée à Mad, Jack Ketchum s’exprime amplement sur le parallèle entre son livre et des films tels que « La colline à des yeux ». Le lecteur « madeux » est ici en terrain connu. Dans la nouvelle édition (celle commercialisée actuellement) le terme « sans concession » prend tout son sens puisque les modifications demandées à l’auteur par la maison d’édition lors de la première publication ont été réintégrées. Sans dévoiler le récit, la fin retrouve son caractère tragique et les descriptions des meurtres tous leurs détails macabres. Écrit avec un style très incisif, le roman ne se perd guère en conjoncture et les descriptions sont réduites au strict minimum.

Morte saison est un (très) bon roman d’horreur mais, encore une fois, il entraîne le fan du genre dans une atmosphère familière. Jack Ketchum va loin dans la cruauté mais il reste assez proche d’un certain cinéma des années 70 que nous connaissons tous ici. Nihiliste et réaliste dans sa transcription des actions humaine, l’ouvrage reste toutefois une lecture «divertissante » pour qui aime les émotions fortes. Nous, en quelque sorte.


Une fille comme les autres



Dans les années 50, deux jeunes sœurs adolescentes sont confiées à leur tante à la mort de leurs parents. La nouvelle tutrice va se révéler d’une grande cruauté, transformant l’aînée en jouet de sa perversion et de celle de ses fils. Cette histoire est basée sur un fait divers survenu en 1965.

Avec Une fille comme les autres, la lecture de Jack Ketchum change diamétralement de dimension. Cette fois, s’il s’agit encore « d’horreur » ce n’est plus celle de Morte saison, de Stephen King ou des nombreuses productions cinématographiques qui nous procurent un plaisir jouissif.

Cette descente aux enfers d’une adolescente est retracée par un jeune voisin, narrateur complice « malgré lui » des tortures qui lui sont affligées. Contrairement au roman précédemment cité, les « méchants » ne sont plus des êtres vivant à la marge de la société que le manque d’éducation et la vie sauvage ont éloigné de toute morale humaniste. Les bourreaux sont une mère de famille officiellement respectable et une troupe d’enfants qui s’amusent à voir souffrir l’une des leurs comme ils apprécieraient une partie de cache-cache. L’innocence prêtée à l’enfance n’apparaît que pour les deux victimes, pour le reste elle disparaît. Même si la marâtre incarne l’exécutrice en chef, les enfants du quartier ne valent guère mieux, tant leurs actes sadisme semblent jubilatoire à leurs yeux. Même le narrateur, pourtant souvent turlupiné par sa conscience, participe docilement aux sévices et se trouve longtemps des excuses pour ne pas agir. Avec des descriptions minimalistes, l’auteur n’épargne absolument rien au lecteur. Par un stratagème de narration, une seule des tortures fait l’objet d’une ellipse. Un choix opportun tant la seule évocation de ce sévisse pousse à fermer le livre une bonne fois pour toute.


Fils unique




Une mère tente de protéger son fils de son ex-mari, pédophile et violent. En proie à une justice incapable de lui porter secours, elle se retrouve précipitée dans l’horreur.

La lecture d’un roman pouvait-elle être encore plus éprouvante que celle d’Une Fille comme les autres ? Cela semblait difficilement possible, mais c’est le cas avec Fils unique. Pour n’importe quel individu normalement constitué, ce livre représente une expérience effroyable. Mais en tant que parent, la lecture est insoutenable. Le mot n’est pas utilisé à la légère. Lire ce roman est une épreuve. Le lecteur est-il pour autant un simple masochiste ? Nous y reviendrons.
Encore une fois, rien n’est épargné. Le viol d’un enfant n’est plus une abstraction, comme souvent dans les romans ou les films, mais un acte décrit avec ses conséquences cliniques. Le procès et sa conclusion ne sont en aucun cas une victoire expiatoire, mais une retranscription des dégénérescences de la vie en société. Comme dans la vie réelle, les « gentils » ne gagnent pas à la fin. Et aucun soulagement ne survient lors du prologue du livre.


Ces deux derniers romans de Jack Ketchum ne font appel ni au voyeurisme, ni à la complaisance. Les lire n’est ni une distraction, ni un plaisir. Je l’ai dit, c’est une épreuve.

Ces romans engendrent plusieurs questions, mais deux d’entre elles s’imposent tout d’abord : pourquoi les écrire et pourquoi les lire ?

Pour la première question, Jack Ketchum répond assez facilement. Il les écrit par colère. Par colère contre la violence faite contre des innocents, par colère contre ceux qui pourraient l’empêcher et ne le font pas, par colère contre certains institutions, comme la justice ou même la police, incapable de jouer son rôle dans ce domaine. Pour transcrire cette colère, l’auteur ne livre pas des pamphlets où il crierait son analyse sur les horreurs de notre monde. Il utilise un moyen bien plus implacable, il livre des faits. Rien que des faits qu’il décrit simplement mais soigneusement et les balance à la gueule du lecteur qui croyait jouer à se faire peur. « Voilà ce qui se passe pas loin de chez toi, voilà ce que nous civilisation d’apparence douillette cache en son sein, voilà ce que l’homme est capable de faire, voilà jusqu’où tes voisins sont capables d’aller », semble-t-il nous dire. Les faits divers les plus odieux peuvent nous révulser lorsqu’ils font l’objet d’articles de journaux. Mais lorsque ces mêmes faits sont détaillés en tant qu’histoire, lorsque les protagonistes ne sont plus un nom accolé à quelques actes mais un véritable être humain agissant dans la temps, alors une réalité abjecte nous percute l’estomac.
Lire Jack Ketchum, c’est renoncer à l’analyse conceptuelle, le manichéisme, les figures salutaires. L’expérience n’est plus intellectuelle mais viscérale. L’expression a été souvent galvaudée mais elle prend ici tout son sens. Décrire l’horreur est un exercice que beaucoup d’écrivains entreprennent. Mais jamais comme ça, jamais aussi loin. Même le récent « Les Bienveillantes » ou certains textes du marquis de Sade (dans un tout autre genre) ne peuvent rivaliser.

Ce qui était vrai ans Une fille comme les autres l’est encore plus pour Fils unique. L’enfant, l’innocence qui doit être préservée, devient la victime des pires sévices. Le parent, celui qui a la charge de le protéger, se retrouve dans l’impossibilité de le faire. Le bourreau, celui dont on voudrait nier l’humanité mais dont le quotidien peut tellement rappeler le notre, se révèle capable de pousser toujours plus loin des limites de l’horreur. Le monde qui nous entoure, ces individus et ces institutions rassurantes et familières, sont incapables de nous protéger et participe même à la violence envers les victimes. Se prendre cette vision du monde dans la gueule avec une telle violence laisse des traces.

Jack Ketchum est un grand écrivain. Pas un auteur de thriller ou de livres d’horreur, un écrivain tout court. Parce qu’il sait puiser dans l’humanité ce qu’il y a de plus sale et le dévoiler avec simplicité. Parce qu’il met dans chaque phrase un poids que nul ne sait se décharger dans l’heure qui suit la lecture.


Reste la seconde question : pourquoi les lire ? Personnellement, je ne sais pas. Une fois achevés, Une fille comme les autres ou Fils unique sont des livres dont on a envie de s’éloigner. Les ranger et ne jamais les rouvrir. Mais celui qui lira les premières pages ira jusqu’au bout.

Difficile de théoriser la raison d’être de la littérature. Sartre, Proust et d’autres s’y sont essayé. Mais seuls ceux qui lisent peu en ont une vision purement récréative.

Je ne sais pas pourquoi j’ai lu jusqu’au bout Jack Ketchum. Je ne sais pas non plus pourquoi j’ai ouvert ce topic sur lui. Je sais seulement que la boule que j’ai eue dans le ventre lors de la lecture des deux derniers romans cités refait surface à chaque fois que j’y repense.

#2 Adinaieros

Adinaieros

    Wookie

  • Members
  • 2156 Messages :

Posté 12 October 2009 - 20:16 PM

bah j'essayerai en tout cas
merci pour le topic

#3 Peav'

Peav'

    Site Admin

  • Administrators
  • 28996 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Panama

Posté 13 October 2009 - 13:59 PM

Depuis le dossier et l'interview du bonhomme dans Mad, je cherche à me procurer certains de ces bouquins les plus hard, mais c'est la croix et la bannière pour les trouver...
Image IPB

#4 Bomaz

Bomaz

    Je consulte un psy

  • Members
  • 7218 Messages :
  • Location:oui, mais sans arrêtes.

Posté 14 October 2009 - 14:26 PM

CITATION(Peav' @ 13 10 2009 - 14:59) <{POST_SNAPBACK}>
Depuis le dossier et l'interview du bonhomme dans Mad, je cherche à me procurer certains de ces bouquins les plus hard, mais c'est la croix et la bannière pour les trouver...

Certains sont dispos en VO sur mamazon à pas cher (j'avais chopé Red pour 6reus). Après, faut parler anglais (mais Red n'était pas bien compliqué, donc voir pour les autres).
Image IPB

#5 J'ord@n

J'ord@n

    Leprechaun

  • Members
  • 637 Messages :

Posté 13 January 2010 - 14:06 PM

morte saison se trouve failement j'ai eut le mien au furet pour 20€ je crois!

Je l'ai lu deux fois est c'est Mon livre favoris! Un pur survival, comme dans les années 70 avec la colline et massacre. D'ailleurs il posséde la même histoire de base que la colline, a savoir celles de la familles de sawney bayne qui vécurent a l'état sauvage et primitif et qui tuer des familles pour se nourir et les volés.

Ici c'est un groupe de 6 jeunes dont deux soeurs qui ont loués une maison aux bord de mer dans le maine, le début ressemble au film d'hitchcoc

Le bouquin s'attarde pendant toute la premiére partie sur l'une des soeurs qui est venu s'installé dans la maison deux jours avant c'est amis, on croient donc que c'est l'héroîne, mais elle se fera tuée la 1ére, comme dans psychose avec la soeur de marion crane

Bref la suite du livre est adapté au cinéma est quel dommage que ce n'est pas le livre en lui même

#6 PHANTOM

PHANTOM

    Leprechaun

  • Members
  • 928 Messages :

Posté 03 July 2010 - 11:18 AM

J'ai lu ces 3 lives au cours de cette année, (je mens, je suis dans les 100 dernières pages de Morte Saison actuellement), mais je trouve cet auteur fascinant !!
C'est facile à lire, pas si mal écrit et passionnant.

Morte Saison, on image totalement le film d'horreur que ce pourrait être.

J'ai adoré Une Fille Comme Les Autres (bien + puissant que le film qui en a été tiré) et Fils Unique. Tous ont un suspense haletant, et sont assez différent en +.

Un auteur à découvrir absolument pour ma part !

Apparemment, il a fait une 12zaine de bouquins, mais seulement 3 ont pour l'instant été édités chez nous, en peu de temps.
On peut espérer que les autres arrivent ensuite petit à petit.
Image IPB

#7 renardo99

renardo99

    JarJar

  • Members
  • 55 Messages :
  • Location:Liège

Posté 03 July 2010 - 21:15 PM

J'aimerais bien découvrir l'auteur aussi...
Quelqu'un sait si des éditions de poche sont prévues (je suppose que oui) et quand elles doivent sortir ?

#8 dirtymax71

dirtymax71

    Leprechaun

  • Members
  • 864 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Midian (63)

Posté 03 July 2010 - 21:26 PM

CITATION(renardo99 @ 03 7 2010 - 22:15) <{POST_SNAPBACK}>
J'aimerais bien découvrir l'auteur aussi...
Quelqu'un sait si des éditions de poche sont prévues (je suppose que oui) et quand elles doivent sortir ?


C'est une bonne question, je n'attend que ça pour m'y mettre aussi.
PEU IMPORTE, OU, QUAND ET COMMENT, QUELQU'UN DOIT PAYER.

#9 comedian17

comedian17

    Leprechaun

  • Members
  • 795 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 09 August 2010 - 11:58 AM

Morte saison est trés facile a trouver (et pas cher encore ). Le livre est violent , mais on reconnait déja les memes themes que les romans suivants qui serons meilleur . Pour info , et pour repondre , un film est , je crois meme , terminé .Ca s'appelle Offsprings , et ca a pas l'air dement mais bon ....

Ensuite , Fils unique , pas trop dur a trouver non plus .Bouquin excellent , mais un peu longuet .
Et puis , en FFrance on a pas la meme systeme judiciaire donc on se perd un peu

Et enfin , plus dur a trouver The girl next door , qui est un des livres qui m'a le plus terrifié .Ce llivre est atroce tant dans la violennce physique et psychologiques . Je classe ce film dans mon top5 , car il est vraiment trés derangeant , et on suit incredule , le calvaire des deux jeunes filles .A lire absolument.

J'ai vu les adaptations ciné THE LOST , qui a tout les ingredients pour faire un livre incroyable . Red , l'histoire de jeunes qui tue le chien d'un veteran du vietnam , devrais plus tarder a sortir je crois
Tu peux toujours tonner camarade ....

#10 Peav'

Peav'

    Site Admin

  • Administrators
  • 28996 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Panama

Posté 09 August 2010 - 14:47 PM

Je recherche toujours les 3 bouquins du premier post, si quelqu'un est disposé à me les faire pas chers ninja.gif
Image IPB

#11 Big John Fallus

Big John Fallus

    Gremlins

  • Members
  • 1651 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Elsass !

Posté 09 August 2010 - 20:39 PM

Paru pour la première fois en France dans les années '80 aux éditions Fleuve noir et dans la collection "Gore" (pour les plus vieux d'entre nous, vous devriez vous souvenir de la typo du mot "Gore", en gros et rouge dégoulinant sur la couverture... summum du bon goût icon_mrgreen.gif ...) sous le titre "Saison de mort" et disparu de la circulation jusqu'à ce que Bragelonne le réédite en édition intégrale (avec une couv. autrement plus sobre et moins criarde).

C'est vraiment un roman choc, définitif et rentre-dans-le-lard qui m'a laissé abasourdi à plusieurs reprises (et dieu sait que j'ai lu de ces choses peu recommandables !).

Le pitch est simplissime et l'histoire ne lambine pas : les malfaisants de l'histoire ne se font pas attendre avant de commettre leurs méfaits et l'auteur n'épargne rien au lecteur.
Ici pas de place à la suggestion ou à une quelconque forme de poésie du fantastique : le style est direct, quasi clinique (on aime ou on est rebutés, pas de demi-mesure).
Le récit commence crescendo jusqu'à l'apocalyptique final, et l'on reste suspendu aux pages jusqu'à en avoir fini avec ces horreurs couchées sur papier, le souffle court !

On est en plein "survival", un peu comme si "Delivrance" de John Boorman rencontrait le pire des films de cannibales réalisés à la chaîne par les italiens dans les années '80.

Après avoir terminé cette lecture, je me suis rendu compte combien la plupart des films de genre "survival" (notamment ceux qui ont fait une réapparition ces 5-6 dernières années) sont inoffensifs et propres sur eux, comparés à ce roman !

Une lecture que tout madnaute devrait apprécier à sa juste valeur.
Là où ça sent la merde, ça sent l'être. L'homme aurait très bien pu ne pas chier, ne pas ouvrir la poche anale, mais il a choisi de chier (Artaud)

#12 comedian17

comedian17

    Leprechaun

  • Members
  • 795 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 10 August 2010 - 16:49 PM

CITATION(Peav' @ 09 8 2010 - 15:47) <{POST_SNAPBACK}>
Je recherche toujours les 3 bouquins du premier post, si quelqu'un est disposé à me les faire pas chers ninja.gif



Priceminister doit pouvoir etre ton ami sur ce coup
Tu peux toujours tonner camarade ....

#13 HeadacheGirl

HeadacheGirl

    JarJar

  • Members
  • 12 Messages :
  • Profil:Femme

Posté 06 August 2011 - 16:51 PM

C'est pareil pour moi, je connaissais pas Jack Ketchum avant de lire son interview carrière dans Mad. Cet interview m a vraiment intriguée et j ai donc acheté Morte Saison, Une fille comme les autres et Fils unique. J ai lu Morte saison en dernier et j ai vraiment eu de la peine à le terminer, j avais envie de gerber à la fin. Mais sinon Une fille comme les autres est vraiment, vraiment puissant et j ai beaucoup aimé le lire même si c était dur psychologiquement. Fils unique est celui que j ai le moins aimé mais il était bien quand même :)
J espère que d autres bouquins seront édités!
Alors j'ai critché encore plus fort, critchant:
-Pour quoi vous me prenez? Pour une espèce d'orange mécanique ou quoi?

#14 ficcino

ficcino

    Ghoulies

  • Members
  • 109 Messages :
  • Location:dans la diagonale du vide

Posté 11 September 2011 - 17:10 PM

Fini hier "Morte Saison".

Hé bé! Comme mes camarades plus haut, les tortures porn et autres survivals récents, c'est vraiment de la gno-gnotte à coté de ce bouquin d'une noirceur à laquelle je ne me souviens pas avoir déjà goûter.
Ici, même les survivants de ce cauchemar ressortent perdants, et des persos sont tués au moment où ils le "méritent" le moins. Si on ajoute à cela des scènes de pur sadisme et de violence crue décrites avec un style simple, presque clinique, la lecture de ce livre devient elle aussi douloureuse.

Bref Ketchum va jusqu'au bout de son propos et ne nous épargne pas, car "c'est la vie" comme il dit via ses personnages.

Une putain de baffe pour un auteur que je vais pas lâcher de sitôt, dommage que seulement trois de ses romans soient édités dans le pays du bon goût!

A noter dans l'édition de chez Bragelonne un préface (A NE SURTOUT PAS LIRE AVANT D'AVOIR FINI L'HISTOIRE) écrite par Douglas E.Winter et un postface écrit par Ketchum lui même où il raconte, entre autres, les différences entre la version expurgée et la version non censurée (l'édition Bragelonne donc). Assez intéressant.

#15 gribin

gribin

    JarJar

  • Members
  • 26 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:300 €/mois

Posté 14 December 2011 - 18:02 PM

JACK KETCHUM

(Dallas Mayr)




"Don't demand too much socializing."

Image IPB


http://www.thejackketchum.com/





Né le 10 novembre 1946 à Newark dans le New Jersey (Premier prototype de New York abandonné et tombé dans l'oublis depuis. Les habitants
ayant perdus la capacité d'articuler à force de macher des semences Monsanto.)
Jack, enfin Dallas, est toujours vivant. Il habite aujourd'hui, ni à
Newark, ni à Dallas mais à New-York !.......Bien joué Jack !


Père tirailleur dans l'infanterie allemande, mère comptable, tous deux citoyens d'Allemagne, ils seront impliqués dans l'effort de guerre pour leur
patrie. A l'issue de la 2nde guerre mondiale ils immigrent aux U.S.S.A.


Plus tard, alors qu'il arrondissait patiemment les fins d'mois en travaillant à la buvette de ses parents immigrés, Jack assistera à cette conversation :


"Un juif : ah salut t'es la toi aussi finalement ?

Un allemand : bin ouais...

Le juif : ça craint quand même hein ?

L'allemand : Bin ouais...

Toujours le même juif : Et encore vous avez perdus !

L'allemand : Oh ça va tu dis ça parce que t'es juif."


Jeunesse associale et solitude développeront son goût pour les hisoires. Durant son adolescence, il sympathise avec Robert Bloch qui sera l'auteur de
Psycho et deviendra son mentor. Avant de vivre de ses écrits, il trouve divers jobs alimentaires comme prof' , bossera aussi pour le theatre et sera agent
littéraire pour Henry Miller à la Scott Meredith Literary Agency. Ce qui constitura une bonne opportunité pour sa carrière d'auteur. Les préfèrences de Jack
s'orientent vers l'écriture de nouvelles qu'il vendra parfois à des magazines "rock n roll" et "masculin".


Ses auteurs références sont : Robert Bloch, Charles Buckowski (qui n'était pas spécialement fan des visites de Miller.), Jim Harrison & Ernest Hemingway.


Son pseudo d'écrivain : "Jack Ketchum" est inspiré du surnom traditionnellement porté par les bourreaux britanniques : "Jack Ketch".

Sa première nouvelle publiée fut "Off Season", en 1980, inspiré de la véritable famille écossaise & cannibale de Mr Sawney Beane (15 ème à 16 ème siecle).
Une source d'inspiration que l'on retrouve également dans "The hills have eyes" (1977) de Wes craven. (Alors que... pendant ce temps là... en France, nous,
on bouffait des grenouilles...)



Ses histoires adaptées en film:


The Lost
2006

Image IPB

de Chris Sivertson


.


The Girl Next Door
2007

Image IPB

de Gregory Wilson


.


Red
2008

Image IPB

de Trygve Allister Diesen & Lucky McKee


.


Offspring
2009

Image IPB

d'Andrew van den Houten


.


The Woman
2011

Image IPB

de Lucky McKee


.


Mail Order
2011
(court-métrage)

d'Eric Shapiro






Extrait de sa bibliographie :




Off Season (1980)
(Publié en français : Morte saison)

Image IPB

.

Hide And Seek (1984)
(Publié en français : Cache-cache effroyable)

Image IPB

.

Only child (1985)
(Publié en français : Fils unique)

Image IPB

.

Cover (1987)

.

The Girl Next Door ( 1989)
(Publié en français : Une fille comme les autres)

Image IPB


.
She Wakes (1989)
.
Offspring (1991)
.
Joyride ( 1994)
.
Stranglehold (1995)
.
Red (1995)
.
Ladies' Night (1997)
.
The Exit At Toledo Blade Boulevard (1998)
.
Father And Son (1999)
.
Station Two (2001)
.
The Lost (2001)
.
Peaceable Kingdom (2002)
.
Honor System (2002)
.
Sleep Disorder (2003)
.
The Crossings (2004)
.
Old Flames (2008)
.
The Woman (2010)
(with Lucky McKee)




La bibliographie complète de Jack Ketchum
sur jackketchum.net

.

Image IPB


-


Image IPB

#16 Bomaz

Bomaz

    Je consulte un psy

  • Members
  • 7218 Messages :
  • Location:oui, mais sans arrêtes.

Posté 14 December 2011 - 18:20 PM

je n'ai lu que Red, excellent petit livre. Pas tant un bouqin "d'horreur" à la King qu'une belle histoire sur un homme en quête de paix et de justice au sens noble du terme, aux personnages très bien dessinés. Un beau livre (qui a été plutôt bien adapté malgré la prod cahotique du film un peu réalisé par McKee).
Image IPB

#17 Harley Quinn

Harley Quinn

    Wookie

  • Members
  • 3515 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:South West of Gotham City

Posté 14 December 2011 - 18:31 PM

Rencontré lors d'une conférence au NIFFF, un type très simple, sympa, qui aime la littérature et le cinéma.

Jamais lu ses livres, j'ai surtout vu les adaptations cinématographiques.
Encore un post utile Cooper!

Image IPB

Heureusement que Harley est là!


#18 rejiik

rejiik

    Leprechaun

  • Members
  • 846 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Londres

Posté 14 December 2011 - 18:51 PM

ya eu quoi de traduit en français ??
Image IPB

#19 comedian17

comedian17

    Leprechaun

  • Members
  • 795 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 22 December 2011 - 19:42 PM

ya eu quoi de traduit en français ??


Ben au moins Morte Saison , cache cache effroyable , le génial Fils Unique et l’absolurent parfait Girl next door

Mais c'est vrai que les éditeurs francais pourraient se bouger un peu les fesses ,parce que meme en anglais ils sont pas évident a trouver
Tu peux toujours tonner camarade ....

#20 Cirrhose

Cirrhose

    Critters

  • Members
  • 332 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Glasgow

Posté 05 January 2012 - 16:43 PM

Du coup, j'ai pas bien compris, le film Offspring, c'est une adaptation (libre?) de Off Season? ou pas du tout?
(j'avais vu qu'il y avait un film intitulé Off Season parlant d'un couple qui s'intalle dans le Maine justement, mais ca tournait histoire de fantôme, rien à voir donc)

Lu le bouquin cet été, dévoré ( :rolleyes: ) pendant un long trajet d'avion et une escale... j'ai été sur le cul comme je ne l'avais pas été depuis très longtemps à la lecture d'un bouquin. Ce rythme, mes enfants, ce rythme! Je vais essayer d'en récupérer d'autres et de les lire avant la sortie de The Woman, que j'attend bien sûr avec impatience.
-Non mais vous voulez dire qu’on s’est plantés comme des grosses buses ? Alors là je ne le crois pas.
-Et comment donc !
-Et comment donc qui, je vous prie ?
-Et comment donc Houston !




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)