Aller au contenu


Photo

Cocaïne Cowboys - Billy Corben (2006)


  • Please log in to reply
12 réponses sur ce sujet

#1 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 21 January 2009 - 22:23 PM



Le commerce de la cocaïne durant les années 70 et 80 a laissé une empreinte indélébile sur la ville de Miami. Les trafiquants et les dealers ont transformé à jamais cette cité endormie en un des lieux les plus branchés au monde, qui rapportait chaque année 20 milliards de dollars au cartel colombien de Medellin.

Excellent documentaire relatant les conséquences de l'arrivée massive de cocaïne dans la ville de Miami au détours des 70's et des 80's. Avec les explications de deux des principaux acteurs de l'époque le trafiquant Jon Roberts et le transporteur Mickey Munday, on découvre dans le détail l'évolution de Miami, ville fantôme pour retraité au début des 70's progressivement transformée en plaque tournante du trafic de drogue au USA. On voit les apprentis trafiquants débuter par l'herbe puis devant la facilité et le manque de surveillance passer à la cocaïne et traiter avec les gros bonnets colombiens devenant immensément riche en un temps record, manipulant des sommes colossales. Puis arrive les différentes guerre des gangs, accentuées par l'arrivée des rebuts cubain montrée au débuts de Scarface qui va rendre Miami "la ville la plus dangereuse du monde" au début des 80's avec une criminalité et des homicides qui explosent. Vraiment bien documentés avec pas mal d'information pertinentes notamment le fait que Miami était la seule ville prospère à la fin des 70's alors que le reste du pays était en crise, avec l'ouverture en masse de banque pour blanchir l'argent ou encore l'utilisation de citoyens lambda pour stocker la drogue et faisant ainsi profiter toute la ville de l'argent de la drogue. Sinon quelques portrait assez terrifiant de certaines personnalités comme le tueur à gage Rivi Ayala qui raconte avec délectation et sans le moindre remords ses crimes les plus abjects et surtout Griselda Blanco, terrifiante "Godmother" d'un sadisme et d'une cruauté assez hallucinante personnalité totalement folle. On se dit que le Scarface de De Palma avec ses meurtres à la tronçonneuse était loin d'être exagéré au final et ça donne envie de se réenfiler fissa l'intégrale de Miami Vice, surtout que la prod a eu l'excellente idée de confier le score à Jan Hammer, aussi bon que ces meilleurs travaux sur la série.

En salle le 25 février ça tue trailer

Sinon le doc a tellement cartonné au USA que la suite vient juste d'y sortir et est cette fois centré sur Griselda Blanco, Peter Berg souhaiterait adapter l'histoire en fiction avec Mark Wahlberg (mauvaise idée ça sera jamais aussi prenant que la réalité) et Michael Bay et Bruckheimer envisage d'en faire une série tv, ce qui serait déjà nettement plus intéressant.

#2 Udéka

Udéka

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5940 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans un cinéma de la 42ème rue en 1977

Posté 21 January 2009 - 22:51 PM

"Sosa, il va yé manger dans la main !"

Affiche terrible ; se seraient-ils inspirés de GTA Vice City ?
Image IPB

#3 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 21 January 2009 - 22:57 PM

CITATION(Udéka @ 21 1 2009 - 22:51) <{POST_SNAPBACK}>
Affiche terrible ; se seraient-ils inspirés de GTA Vice City ?


C'est fort probable oui tiens je met le trailer de la suite par la même occasion ça serait sympa qu'ils nous la sorte aussi ensuite ça a l'air tout aussi méchant. Cocaine Cowboys II: Hustlin' with the Godmother

#4 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 29 January 2009 - 20:00 PM

Critique élogieuse dans dvdrama

http://www.dvdrama.c...ine-cowboys.php

#5 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 25 February 2009 - 12:02 PM

Up ça sort aujourd'hui ! par contre super mal distribué seulement au Publicis sur Paname dry.gif

#6 Denver

Denver

    Far Away

  • Members
  • 14363 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

Posté 25 February 2009 - 13:08 PM

Content que ça sorte quand même, j'irai surement ce soir ou demain. smile.gif

Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/


#7 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 09 November 2010 - 01:15 AM

Grande nouvelle ça vient enfin de sortir en dvd zone 2 chez MK2 et accompagné de sa suite en plus (qui n'était pas sortie en salle chez nous). Plus d'excuse pour ne pas voir le meilleur film de gangster de ces 5 dernières années ! :bluesbro:

Image IPB

#8 Udéka

Udéka

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5940 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans un cinéma de la 42ème rue en 1977

Posté 09 November 2010 - 01:45 AM

Plussoyage ! La réalité est encore plus dingue que la fiction.

Comme le disait Entertainment Weakly : "The GodMother makes Tony Montana look like Mother Teresa".
Image IPB

#9 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 09 November 2010 - 02:04 AM

C'est clair j'ai hâte de me mater le 2e avec la Godmother dans le ghetto, les histoires de tronçonneuse de Scarface paraissent gentillette après avoir vu ça :mrgreen:

#10 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 10 November 2010 - 14:26 PM

Cocaine Cowboys 2 : Hustlin' with the Godmother de Billy Corben (2008)

cocaine-cowboys-2-hustlin-with-the-godmo

Fixé en 1991 sur les rues du centre-ville d'Oakland, en Californie, le petit vendeur de crack Charles Cosby voit sa vie est changée à jamais quand il écrit une lettre de fan à la "Godmother" Griselda Blanco, qui purge une peine dans une prison fédérale à proximité. Six mois plus tard, Cosby est un multi-millionaire, amoureux de Blanco, et à la tête d'un business de cocaïne rapportant 40 millions de dollars par an.

Après l'énorme succès du premier volet et vu le nombres d'histoires rocambolesques que Corben avait dû mettre de côté, un deuxième épisode de Cocaine Cowboys vi le jour en 2008. Cette fois on s'attarde plus longuement pour ce qui était de loin la figure la plus fascinante du premier film, la vénéneuse et "Godmother" Griselda Blanco plus folle et dangereuse que les gangsters les plus allumés que pourraient imaginer un scénariste hollywoodien.

On change totalement de cadre pour commencer, exit les atmosphères bourgeoise et les palmiers de Miami pour se retrouver dans le quartier noir défavoriséd'Oakland. Corben s'attache tout d'abord à montrer l'évolution de ce quartier tranquille en dangereux ghethos où les jeunes ont vite faits d'abandonner toutes velleités de s'en sortir honnêtement pour choisir la voie plus lucrative de vendeur de crack nouvelle drogue en vogue. Peu à peu on s'arrête plus précisément au plus doué d'entre eux (et qui a commencé dès l'âge de 14 ans) Charles Cosby qui fera office de narrateur. Il raconte tout d'abord sa lente ascension au sein de la violence et la loi de la rue avant d'expliquer l'impasse où il se trouvait devant l'étroitesse du marché de Oakland l'empêchant de s'élever plus haut.

C'est là qu'intervient la Godmother qu'on pensait hors d'état de nuire puisqu'à la fin du premier volet elle avait été arrêté et croupissait en prison. C'est pourtant loin de la mettre hors d'état de nuire, sa fortune immense lui permettant d'acheter toute la prison et de continuer à gérer son business derrière les barreau. Charles Cosby fasciné par cette figure toute puissante du crime décide de lui écrire, elle lui répond à sa grande surprise et après des mois d'échanges téléphoniques et épistolaires ils se rencontre enfin, pour le meilleur (fortune, pouvoir et respect pour Charles) et le pire avec l'attitude possessive et paranoïaque de Griselda Blanco qui va causer quelques sérieux dégâts.

C'est pratiquement aussi bon que le premier film sans le décalquer pour autant. En changeant de cadre, l'inspiration esthétique est différente également. On est toujours dans une forme batarde entre pur documentaire (l'explication de peit chimiste pour transformer la coke en crack...) et fiction inspiré des films de gangsters. Sur le premier Cocaine Cowboys qui se déroulait à Miami, Billy Corben avait eu la judicieuse idée de reprendre l'esthétique tapageuse du Scarface de De Palma et les atmosphère à la Michael mann de la série Miami Vice faisant même appel au compisiteur de cette dernière Jann Hammer pour un score envoutant tout en nappe de synthé. Cette fois Corben opère une fusion avec l'esthétique gangsta rap (les faits raconté se situent entre 1991 et 1996 soit l'apogée du genre c'est donc bien vu) en tre le style "bling bling" absolument pas feint (même si exagéré) des protagonistes (chaînes, dents en or, grosse voitures) et une bande son à l'avenant. Disposant de moins d'archives visuelles d'époque que pour film précédent, Corben entrecoupe également son récit de courte séquence d'animation pour dépeindre les évènements les plus violents.

Ca reste donc très stylisé mais comme le premier films, les témoignages et incroyables histoires racontées raccorhce immédiatement l'attention. La relation tordue entre Charles Cosby et Griselda Blanco réellement étonnante, en âge d'être sa mère elle devient au contraire l'amante jalouse et le mentor du jeune dealer en lui permettant d'être le seul noir (le racisme latent est largement évoqués) traitant avec les hautes sphères des trafiquants de drogues colombien. On s'attarde également plus longuement sur le passé de la "Godmother" où une enfance pauvre en Colombie et une mère violente la pousse sur la voie du crime (avec un premier meurtre commis à 11 ans sur un gamin nantis qu'elle avait kidnappée conntre rançon mellow.gif ) et un retour sur son intelligence et incroyable cruauté qui la mènera à la tête du trafic de cocaïne naissant au Etats Unis entre le début des 70's et le milieu des 80's (tout ça fut raconté en détail dans le premier film). Une nouvelle fois on reste stupéfaits par l'audace des criminels de cette époque, notamment lorsqu'on apprend que Griselda blanco fut à deux doit de réussir le rapt de John Kennedy jr en monnaie d'échange pour sa libération alors qu'elle était menacée de la peine capital. Ce dernier faits est également l'occasion de retrouver une figure emblématique du premier film avec le tueur Rivi Ayala i,tervenant le temps d'une péripétie mémorable où il réussi à éviter de témogner contre son ancienne patronne en séduisant (par téléphone !) la moitié des secrétaires du bureau du procureur ! Bref c'est aussi bien que le premier film, même si ce dernier garde ma préférence les atmophères vaporeuse 80's me parlant plus que le gangsta rap, d'ailleurs la bande son assez réussie montre que le diptyque Cocaine Cowboys exerce désormais un aussi grand degré de fascination chez les rappeurs que Scarface en son temps. Ce n'est que justice finalement... 4,5/6



#11 Nosfé

Nosfé

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 6127 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:dans les sapins.

Posté 06 March 2011 - 21:52 PM

Je me suis enquillé les deux films la semaine dernière.
Pas grand chose à ajouter à la présentation de Prof': ça bute.
J'ai eu du mal à suivre au début du premier film, tant le flux d'images, d'informations et d'anecdotes est continu, important, mais on s'y adapte vite, et on s'attache pas mal au duo de vieux briscards formé par Jon Roberts et Mickey Munday (lesquels, une fois n'est pas coutume, ne nous vendent pas une quelconque rédemption vis-à-vis de leurs actes).
Puis viens la deuxième partie, déjà moins fun, et d'où se dégage pleinement le personnage de la Godmother Griselda Blanco... Malgré cette rupture à mi-film, ça reste passionnant, peut-être un poil long sur la fin, et ça nous donne pleinement envie d'en voir plus, d'autant que l'ambiance Miami Vice est super bien rendue.
Pour le deuxième film, c'est comme GTA: exit Vice City et les 80's, bonjour à San Andreas et les 90's! Ou plutôt Oakland, et on reprend la coke là où on l'avait laissé, lorsque cette drogue de riches et devenue plus "démocratique".
C'est un peu en demi-teinte par rapport au premier film, l'ambiance est là, toujours, l'ombre maléfique de la Godmother plane plus que jamais, mais il manque ce petit quelque chose du premier film. Ca reste intriguant (on a eu un long débat avec mon frère sur le thème: "Même si ça me promet la fortune, irais-je, comme Cosby, m'engager dans une relation avec une personne comme ça?"), toujours passionnant quant aux anecdotes rapportés, mais le contexte social difficile des 90's marque le pas sur l'extravagance 80's de Miami.

Cocaïne Cowboys: 4,5/6
Cocaïne Cowboys 2: 4/5

#12 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 29 March 2012 - 18:47 PM

Un petit up pour signaler qu'apparemment on devrait avoir bientôt un troisième volet. Ils ont sûrement plein de choses à raconter mais l'argument a plus l'air d'annoncer la grosse surenchère déjà que le 2e tendait vers ça. En plus on aura plus la Godmother !

The boys over at Rakontur have recently confirmed for good that their will be a THIRD installment of their infamous Cocaine Cowboys series. However, it won’t be called Cocaine Cowboys 3. It will have the working title of Cocaine Cowboys: Los Muchachos. No release date has been set, but it will come out after Rakontur releases their new ESPN 30 for 30 documentary Broke and their other highly anticipated doc, Dawg Fight. The Miami Herald’s movie critic Rene Rodriguez was given a sneak peak of the new Cocaine Cowboys installment and stated:

Cocaine Cowboys: Los Muchachos, about the astonishing legal trials of Sal Magluta and Willy Falcon, arguably the two biggest drug traffickers in South Florida history, is nearly finished and already looks to be 10 times more outrageous than the original film.



#13 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22516 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 03 October 2014 - 10:36 AM

Un biopic de la Godmother se prépare et c'est Catherine Zeta-Jones qui devrait la jouer

 

http://deadline.com/...-blanco-844496/

 

Ca sera déjà plus glamour que la vrai Griselda Blanco qui ressemblait à ça :mrgreen:

 

cocaine-cowboys-billy-corben-2006-L-5.jp

 

 

En espérant que ça ne soit pas trop édulcoré par rapport aux histoires de ouf racontées dans le doc






0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)