Aller au contenu


Photo

L'homosexualité au cinéma et autres médias


  • Please log in to reply
614 réponses sur ce sujet

#1 Dorothea

Dorothea

    Hôtesse d'accueil

  • Members
  • 8422 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:...

Posté 06 December 2008 - 11:47 AM

Coucou tout le monde ^^ J'ouvre ce petit sujet pour parler des films qui traite de l'homosexualité que soit le thème principal du film ou non. Bon comme certaines personnes me l'ont fait remarquer depuis plusieurs années c'est un sujet qui revient dans beaucoup de films au cinéma et donc je pensais qu'un Madnaute en parlerait sur le forum mais non (il préfère les sujets qui parle des fesses des actrices ou les conneries qui leur arrivent après sniffer un peu trop de substance louche icon_mrgreen.gif ) donc je le fais moi même. Ce courant si on peut le nommer ainsi apparaît clairement entre les années 60 et les années 80 (ouai la période ou vous fumiez encore plus de crack ^^) avec diverses films que je n'ai pas tous vue mais qui selon des amis seraient vraiment intéressants, le cinéma homosexuel (je ne sais pas comment le nommer en faite) n'est pas un simple cinéma qui défend à longueur de journée le droit des homosexuels, certes on retrouve une part de revendication dans beaucoup de film. Il y aussi le film qui présente ce qu'est l'homosexualité, on découvre peu à peu comment une personne se découvre homosexuel ou comment cette personne vit avec. Il y a aussi le film fait par les homosexuels et qui traitera d'histoire plus proche de la vie qu'on peut mener (je ne dis pas qu'on a une vie différente des autres) et qui nous visera particulièrement sans vouloir vraiment présent à la communauté non gay le pourquoi du comment.


Lost and Delirious de Léa Pool, 1985


La chose que se cinéma permet aussi c'est de représenter les homosexuels comme les gens qu'ils sont, des gens normaux car à travers beaucoup de films on se retrouve avec des clichés qui à certains moments m'énervent plus qu'autre chose. Je vais parler plus particulièrement des Lesbiennes qu'on montre au cinéma plus que des gay connaissant mieux le sujet: Déjà il y a l'aspect psychologique ou sociologique je ne sais pas comment le nommer mais bref dans certains films on voit souvent que la Lesbienne est une personne froide bossant comme chef d'entreprise, chef de la police ou je ne sais quelles autres conneries, elle a toujours un poste super haut dans la hiérarchie et se retrouve souvent seule, chose en soit qui n'est vrai et qui en plus inculque aux gens une certaines visions fausse, les Lesbiennes occupent des métiers de toutes sortes et ne sont pas super intelligentes ou super froide (non je ne suis pas froide ^^ et je suis nulle en mathématiques... je sais c'est un détail ^^). Il y a aussi le cliché de la victime, la jeune femme qui subit les reproches des autres, qui est soumise et je ne sais quoi d'autre encore, mouai je ne suis pas soumise (Sho tais toi ^^) et je sais ouvrir ma gueule quand il faut. Bref dans ce domaine les personnages homosexuelles sont comme tout le monde, on les retrouve à tous les postes, elles ont tous un caractère différent et j'en passe.


Mulholland Drive de David Lynch, 2000


Un autre stéréotype qui revient encore et qui par le cinéma homosexuel disparaît concerne le physique des Lesbiennes, on se représente souvent la jeune femme gay comme un mec à part entière, qui s'habit comme un mec, se comporte comme un mec avec les autres personnes de son entourage et je ne sais quoi d'autre encore alors que dans le cinéma homosexuel comme par exemple le film Alice ou même la série the L Word on retrouve des femmes normales, qui s'habillent comme des jeunes femmes et qui ne se comporte pas comme des garçons mais Robin Gans pourra l'expliquer mieux que moi ^^, l'extrait qui suit vient d'une déclaration qu'elle a fait je ne sais plus ou mais date de 1992 quand elle a avouée être homosexuelle lors du premier Dinah Shore Week-End:

« C'était la première fois que des homosexuelles féminines et « d'apparence normale » sortaient du placard en public. Nous avons motivé des milliers de femmes à faire de même. Il arrive trop souvent que les lipsticks n'avouent jamais leur sexualité et se camouflent parmi les hétéros. Beaucoup sont venues nous remercier et nous demander de fonder un lieu de rencontre pour elles. Nous avons alors ouvert le Girl Bar à Los Angeles et multiplié les apparitions télévisées »

Bref nous sommes des femmes comme tout le monde, et les hommes qui sont homosexuels ne s'habillent pas tous en jupe ou ne se conduisent pas comme des femmes comme on peut le penser, tout ça pour dire que nous sommes normaux et que le cinéma homosexuel permet de le montrer clairement, ce n'est pas le seul support c'est sur mais il marque plus les gens que bien d'autres telle que le roman.


Love My Life de Kôji Kawano, 2006


L'homosexualité reste encore aujourd'hui très marginal pourtant, ce genre de sujet dans les films sera soit traiter de façon totalement abstraite, ou bien continuera de pondre des cliché à la con comme la conversion d'une jeune femme hétérosexuelle en homosexuelle, je ne dis pas que ça n'existe pas mais ça ne se passe pas toujours comme ça, les personnes qui sont homosexuelles ne le deviennent pas non plus parce que dans leur passé elles ont était violenter sexuellement, ça existe mais il ne faut pas généraliser, et ce ne sont pas non plus des pervers qui cherchent qu'une chose avoir le plus de conquête, je ne suis sortie qu'avec une personne de toute ma vie et au bout de 4 ans je suis toujours avec, enfin bref tout ça pour dire qu'il faut toujours se méfier de certains films qui dans une volonté de montrer clairement ce qu'est l'homosexualité, ne continue qu'à servir toujours les mêmes clichés à toutes les sauces. Il y a également un sujet qui revient beaucoup depuis quelques années maintenant dans ce genre de cinéma c'est l'homoparentalité, certes pour le moment c'est souvent le même genre de scénario (deux femmes désirent avoir un enfant mais le gouvernement s'y oppose ou une femme ayant eu un enfant se voit retirer sa garde parce qu'elle vit avec une autre femme et ainsi de suite) mais ça a le mérite de montrer une certaine réalité, que se soit dans le comportement de deux parents homosexuels ou dans la vision qu'on les gens de ce phénomène. Et sachant que je désire avoir un enfant je ne peux que soutenir ce genre de projet en espérant qu'un jours ça change clairement les choses. Bon je pourrai continuer longtemps sur ce sujet mais je vais plutôt vous faire mon petit top 10 des films qu'il faut avoir vu (interrogation écrite la prochaine fois) selon moi et encore 10 films c'est pas assez ^^, il n'y a pas d'ordre spécifique par contre:

- Les filles du Botaniste de Dai Sijie
- Alice de Sylvie Balliot
- Love My Life de Kôji Kawano
- Love and Suicide de Mia Salsi
- Deux Mères pour un Enfant de Peter Werner
- Fish and Elephant de Yu Li
- Le Secret de Jane de Lee Rose
- Lost and Delirious de Léa Pool
- Unveiled de Angelina Maccarone
- En la Ciudad de Cesc Gay


Je précise que ce ne sont pas tous des chef d'oeuvres mais il y a toujours quelque chose qui fait que ça marche. J'espère que ça vous donnera envie de voir quelques films de ce genre!
"That which is imagined needs never be lost." Clive Barker, Weaveworld
"Mes seins sont Made in Normandy, tout de beurre et de crème fraiche !" L.Casta

#2 darkseid

darkseid

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5081 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:DTC

Posté 06 December 2008 - 12:02 PM

On peut discuter aussi des films sur l'homosexualité masculine ???
Il y a une nette différence de perception entre la représentation de l'homosexualité masculine et celle de l'homosexualité féminine, puisque la seconde est aussi un fantasme masculin commun, ce qui n'est du tout le cas de l'homosexualité masculine pour les femmes.

#3 Dorothea

Dorothea

    Hôtesse d'accueil

  • Members
  • 8422 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:...

Posté 06 December 2008 - 12:05 PM

Oui oui bien sur je ne l'ai pas préciser pensant que c'était evident mais on peut en parler, désolé de ne pas trop l'avoir mentionner mais j'ai vue trop peu de film avec des hommes étant homosexuel.
Je visionne plus de film concernant des homosexuelles me sentant plus concerner par la chose l'étant moi même!

smile.gif
"That which is imagined needs never be lost." Clive Barker, Weaveworld
"Mes seins sont Made in Normandy, tout de beurre et de crème fraiche !" L.Casta

#4 Gutburger

Gutburger

    Je suis un grand fan de FFX

  • Members
  • 15467 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 06 December 2008 - 12:07 PM

Six Feet Under (même si ce n'est pas un film) traite super bien ce sujet.
Un exemple: mon grand frère, sans être homophobe avait quand même quelques idées reçu sur l'homosexualité.
Et en voyant David embrasser Keith il est resté super con: "Mais il est gay lui! P'tain j'aurai pas cru..." icon_mrgreen.gif
Ca lui a quand même fait un peu changer son regard et oublier certains préjugés grâce à cette série^^
Apres il suivait cette relation comme une relation hétéro genre: "tu crois qu'il va se remettre avec Keith?"
C'est là qu'on reconnait les oeuvres puissantes, quand elles influent sur votre quotidien et qu'on en ressort grandi smile.gif
Image IPB

#5 Saga

Saga

    Hot Line DGFIP 24/24

  • Members
  • 5574 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Evry

Posté 06 December 2008 - 12:20 PM

J'ai bien aimé Gazon maudit, qui est à ma connaissance (très limitée) le premier film français grand public mettant en scène un couple de lesbiennes mais je pense que cela tient plus au personnage joué par Alain Chabat qu'au couple Josiane Balasko - Victoria Abril. Ce dernier me semble davantage un prétexte pour mettre en valeur Chabat et sa "beaufitude" alors que le film aurait bien pu (quelques détails mis à part) aussi bien se dérouler avec un classique triangle amoureux hétéro.

Même au plus profond de l'enfer s'épanouit la noble fleur de l'amitié
laissant sur les vagues indolentes flotter quelques pétales en souvenir...
pour un jour, éclore à nouveau. Impérissable est le travelo way.

Mr 2 Bon Clay


#6 darkseid

darkseid

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5081 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:DTC

Posté 06 December 2008 - 12:22 PM

Brokeback Mountain est d'après moi un grand film sur le sujet, puisque cela était aussi puissant et émouvant qu'une love story impossible du cinéma hollywoodien classique.

#7 GaoFei

GaoFei

    Gremlins

  • Members
  • 1048 Messages :
  • Location:Devant mon ordi, connard

Posté 06 December 2008 - 12:31 PM

Dans l'optique du pur cinéma de genre, Cruising de William Friedkin est un exemple vraiment interessant, meme si l'univers où est dépeint est extrême et glauque (et n'est donc pas une généralité, ce qui à posé des problèmes au film d'ailleurs). Les pratiques sexuelles et meme l'homosexualité ne sont jamais jugées, mais au contraire dévoilées à la face du monde. Bien qu'il s'agisse d'une toile de fond avant tout, c'est la première fois que j'y ai vu cette sexualité depeinte de façon concrete et non suggérée, comme dans les films de Chang Cheh, les westerns et les peplums par exemple. J'ai ressenti plus de fascination que de dégout lors de ma première vision. C'est au contraire une oeuvre qui te pose des questions un peu malsaines du genre "C'est finalement dans la norme, être heterosexuel?", mais bon c'est du Friedkin style donc faut pas s'étonner.

And now the show must go on

#8 kitano

kitano

    Wookie

  • Members
  • 3246 Messages :

Posté 06 December 2008 - 12:45 PM

Starsky risque de t'en vouloir tu as oublié un couple mythique...


Image IPB

#9 tonton

tonton

    DJ Zero

  • Members
  • 10064 Messages :

Posté 06 December 2008 - 12:45 PM

CITATION(GaoFei @ 06 12 2008 - 12:31) <{POST_SNAPBACK}>
Dans l'optique du pur cinéma de genre, Cruising de William Friedkin est un exemple vraiment interessant, meme si l'univers où est dépeint est extrême et glauque (et n'est donc pas une généralité, ce qui à posé des problèmes au film d'ailleurs). Les pratiques sexuelles et meme l'homosexualité ne sont jamais jugées, mais au contraire dévoilées à la face du monde. Bien qu'il s'agisse d'une toile de fond avant tout, c'est la première fois que j'y ai vu cette sexualité depeinte de façon concrete et non suggérée, comme dans les films de Chang Cheh, les westerns et les peplums par exemple. J'ai ressenti plus de fascination que de dégout lors de ma première vision. C'est au contraire une oeuvre qui te pose des questions un peu malsaines du genre "C'est finalement dans la norme, être heterosexuel?", mais bon c'est du Friedkin style donc faut pas s'étonner.



Je trouve que Friedkin pose plus de questions pertinentes que la plupart des films traitant le sujet avec des pincettes. Faut vraiment ne pas comprendre le film pour y voir de l'homophobie.
Dans le même genre mais plus orienté, "Hard" de John Huckert est vraiment brillant, même si totalement fauché.

Sinon, autres films intéressants sur le sujet (malheureusement les films traitent en parallèle de la pédophilie, donc attention à la confusion...non je ne suis pas Gérard Longuet):
L.I.E. de Michael Cuesta, une petite perle qui m'avait bouleversé

Brian Cox au top et la découverte du génial Paul Dano.

Mysterious Skin de Gregg Araki

un film qu'il est plein de beauté
Image IPB

#10 ouaisbiensur

ouaisbiensur

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 6557 Messages :
  • Profil:Inconnu

Posté 06 December 2008 - 12:58 PM

Araki semble assez incontournable dans le genre.

Récemment, il y a eu le sympa Shortbus (la scène de l'hymne américain interprété de la manière la plus décomplexée qui soit).

Je parlerais bien du tenue de soirée de Blier mais c'est l'heure de la bouffe ^^.
Quand je fais l'hélicoptère, un ouragan s'abat sur Manille - Megaloman

#11 johnny walker

johnny walker

    Wookie

  • Members
  • 2068 Messages :

Posté 06 December 2008 - 13:08 PM

Mes films Homo préférés sont ceux qui ne s'assument pas comme tels ! icon_mrgreen.gif . RESERVOIR DOGS est un bel exemple d'homosexualité refoulé avec le couple Keitel-Roth. Comme pas mal de films chinois de John Woo, surtout THE KILLER.
Sinon BOUND, avec le couple Tilly-Gershon, est vraiment exellent comme MY PRIVATE IDAHO de Gus Van Sant.
"J'ai claqué beaucoup d'argent dans l'alcool, les filles et les voitures de sport - le reste, je l'ai gaspillé" George Best

Image IPB

#12 Dorothea

Dorothea

    Hôtesse d'accueil

  • Members
  • 8422 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:...

Posté 06 December 2008 - 13:15 PM

Les Filles du Botaniste

Je viens de le visionner hier une nouvelle fois avec ma chérie et comme la première fois je le trouve vraiment bouleversant, certes ce n'est pas le meilleur film sur le sujet mais ça reste un des plus beaux que j'ai vue dans ma petite vie. Dai Sijie nous pond la une oeuvre aussi magique que triste. P

Pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire, ça raconte l'arrivée d'une jeune femme (Mylène Jampanoi) vivant dans un Orphelinat chez un botaniste (Dongfu Lin) réputé de Chine, il vit avec sa fille (Li Xiao Ran) qui l'aide à s'occuper du jardin. Entre les deux jeunes femmes, il y a tout de suite un lien qui se crée et peut à peut cette liaison deviendra celui de deux femmes qui s'aiment alors qu'en Chine ce genre d'amour est horrible est interdit par la loi (il y a encore peu en Chine on considérait les Homosexuels comme des malades mentaux).



Bref on suit cette histoire avec passion, certes ça n'aborde pas le sujet de l'homosexualité de façon radical mais ça montre comme à une époque en Chine on devait cacher ce genre d'amour et les deux actrices le rendent très bien les sentiments qu'on peut éprouver à ce moment, plus l'histoire avance et plus on sait qu'elles ne pourront jamais vivre ensemble, le père n'est pas quelqu'un de méchant mais il est comme beaucoup de personne de l'époque très à cheval sur les régles, les traditions ce qui fait de cet amour une horreur comme il le montre si bien à la fin.

Même quand les deux héroines trouvent un moyen de rester ensemble on sait qu ça ne marchera pas, le mariage de Li Min (Mylène) est en quelque sorte la chose qui détruira ce couple, d'ailleurs son époux est un con qui mériterait de ce faire charcler (la scène ou Li Min est attachée par les poignets et suspendue au plafond est horrible je trouve) et puis Sijie sait filmer, les décors qu'il nous montre sont tous d'une beauté ahurissante vraiment (ce n'est pas la Chine mais le Vietnam car il lui était impossible d'y tourner son film) et chaque plan nous offre toutes les beautés des paysages asiatiques. Le final de l'histoire également est quelque chose de fort qui me fait verser un larme à chaque visionnage, les deux jeunes sont exécutés pour s'être aimer, la lettre que Li Min envoit a la directrice de l'Orphelinat est juste bouleversante et la demande qu''elle fait n'est que plus belle (Li Min demande a la directrice d'acheter les corps afin de mélanger les cendres et de les jeter dans une rivière pret d'un temple qu'elles fréquentaient)



Un autre point très important du film c'est la musique Éric Lévi, elle colle parfaitement au travail de Sijié je trouve et comme le film elle donne un aspect vraiment dramatique au film, je vais pleurer si j'y pense encore. Bref je vous conseille ce film à qui je donne la note de 6/6, un des plus beaux films que je connaisse et peu importe qu'il ne soit pas parfait moi j'aime bien!

http://www.youtube.c...feature=related
Une des musiques du film.
"That which is imagined needs never be lost." Clive Barker, Weaveworld
"Mes seins sont Made in Normandy, tout de beurre et de crème fraiche !" L.Casta

#13 Rom1

Rom1

    Je ponctue chaque phrase par un pet

  • Members
  • 12834 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Reims

Posté 06 December 2008 - 13:29 PM

CITATION
ce qui n'est du tout le cas de l'homosexualité masculine pour les femmes.


Que fais tu du Yaoi ?

#14 darkseid

darkseid

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 5081 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:DTC

Posté 06 December 2008 - 13:37 PM

CITATION(Rom1 @ 06 12 2008 - 13:29) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION
ce qui n'est du tout le cas de l'homosexualité masculine pour les femmes.


Que fais tu du Yaoi ?

Mentalité japonaise pas européenne en tout cas, le mouvement est quand même très limité en Europe?

#15 Aniya_san

Aniya_san

    Miyazaki is DOG !

  • Members
  • 20531 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans la tête de John Crichton...

Posté 06 December 2008 - 13:48 PM

Le délire sur Woo mouais, j'ai jaimais compris, une amitié forte entre deux mecs = homo...nawak.
Y'a pas longtemps j'avais vu ce melo/polar avec deux garçons qui tombent amoureux, Bangkok Love Story de Poj Arnon, Happy Together de Wong Kar Wai avec Leslie Cheung (RIP) et Tony Leung c'est bien smile.gif
Sinon pour moi tout les thèmes abordés sur l'homosexulité masculine et feminine sont dans les 5 saisons de Queer as Folk et dans The L Word plus le coté feminin, la télé c'est bien.
Image IPB

#16 Rockin' bones

Rockin' bones

    Leprechaun

  • Members
  • 859 Messages :

Posté 06 December 2008 - 13:54 PM


Sublime.
Ni Dieu, ni maitre.

#17 johnny walker

johnny walker

    Wookie

  • Members
  • 2068 Messages :

Posté 06 December 2008 - 13:55 PM

CITATION(Aniya_san @ 06 12 2008 - 13:48) <{POST_SNAPBACK}>
Le délire sur Woo mouais, j'ai jaimais compris, une amitié forte entre deux mecs = homo...nawak.

Homosexualité refoulé !!! tout l'intérêt est là !!!. Et c'est une lecture qui se défend (je crois que même Tarantino trouve intéressante l'analyse homo de RESERVOIR DOGS).
"J'ai claqué beaucoup d'argent dans l'alcool, les filles et les voitures de sport - le reste, je l'ai gaspillé" George Best

Image IPB

#18 Diane

Diane

    Marquise des anges

  • Members
  • 18570 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:Sous la tente de Sawyer. Nue.

Posté 06 December 2008 - 14:11 PM

CITATION(ouaisbiensur @ 06 12 2008 - 12:58) <{POST_SNAPBACK}>
Araki semble assez incontournable dans le genre.

Récemment, il y a eu le sympa Shortbus (la scène de l'hymne américain interprété de la manière la plus décomplexée qui soit).

Je parlerais bien du tenue de soirée de Blier mais c'est l'heure de la bouffe ^^.


Shortbus ne milite pas précisément pour l'homosexualité (en gros ça l'utilise mais ça n'est pas le thème centrale). C'est la liberté sexuelle, dans toutes ses formes que le film évoque (d'ailleurs le personnage gay principal de ce film est dépressif). Il y a même un dialogue très transgressif où le drag queen sous couvert d'humour demande à la petite thérapeute perdue dans sa sexualité si un enfant ça lui dirait. Ensuite il sourit pour se moquer gentiment d'elle.



Dommage que le film atténue l'amour des deux personnages féminins, la transformant en amitié à la vie à la mort. Dans le livre, si mes souvenirs sont bons (parce que ça date), elles sont amoureuses l'une de l'autre sans équivoque possible et sans pour autant passer le cap de l'amour physique. Faudrait que je le relise tiens.

2ps0u4o.jpg
SYSTEM FAILURE * SYSTEM FAILURE


#19 Twain

Twain

    Wookie

  • Members
  • 3401 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:La cave

Posté 06 December 2008 - 15:09 PM

My own private Idaho de Gus Van Sant!
Image IPB

#20 Beurk*

Beurk*
  • Guests

Posté 06 December 2008 - 15:29 PM

CITATION(Diane @ 06 12 2008 - 14:11) <{POST_SNAPBACK}>
Dommage que le film atténue l'amour des deux personnages féminins, la transformant en amitié à la vie à la mort. Dans le livre, si mes souvenirs sont bons (parce que ça date), elles sont amoureuses l'une de l'autre sans équivoque possible et sans pour autant passer le cap de l'amour physique. Faudrait que je le relise tiens.


Ah mais c'est grâce à ce film que j'ai brisé la glace avec celle qui allait devenir mon souffre douleur euh pardon ma femme icon_mrgreen.gif

Sinon les films que j'avais en tête on déjà été cité... A la limite le dernier (télé)film avec des amours homosexuelles que j'ai vu c'est Razor qui donne un éclairage autre de la trahison de la Cylon sur le Pegasus, c'est vraiment anecdotique mais c'est fait de façon discrète et cela éclaire autrement la trahison : devenue trahison amoureuse




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)