Mad Movies: 30 JOURS DE NUIT - Insomnia - Mad Movies

Aller au contenu

Page 1 sur 1

30 JOURS DE NUIT - Insomnia

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Peav' 

  • Site Admin
  • Groupe : Administrators
  • Messages : 28 715
  • Inscrit(e) : 29-août 02
  • Profil:Homme
  • Location:Panama

Posté 15 janvier 2008 - 12:47

L'année vient à peine de débuter et déjà, une adaptation de comics. Il est vrai que depuis les succès des franchises X-Men et Spiderman, les films tirés de BD à succès se sont multipliés. Et pas toujours pour le meilleur (Ghost Rider, Les 4 Fantastiques, Hulk...). Entreprise d'autant plus risquée que 30 jours de nuit est basé sur un comic indépendant de Steve Niles et Ben Templesmith (livre édité ailleurs que chez Marvel ou DC) au succès critique et d'estime assez phénomé...

URL de l'article : http://www.mad-movies.com/mad/emag-actuali...t-insomnia.html
Image IPB

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Sickboy 

  • Ancienne star
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 724
  • Inscrit(e) : 17-septembre 07
  • Location:Paris

Posté 15 janvier 2008 - 12:48

Bon article (même si ça ressemble plus à un decryptage qu'à une simple critique...) mais s'il vous plait ARRRRRETEZ de mettre Hulk d'Ang Lee dans le même sac que Ghost Rider et les Fantastic Four!!! Y quand même une sacrée difference.
Image IPB

#3 L'utilisateur est hors-ligne   McClane 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 092
  • Inscrit(e) : 17-septembre 07
  • Profil:Homme
  • Location:Arras, Pas de Calais

Posté 16 janvier 2008 - 23:51

J'attendais honnétement le film avec une certaine impatience au vu de l'exellente bande-annonce et de la multitude d'avis positifs dont bénéficie la nouvelle production de Raimi. La deception à l'arrivée n'en a été que plus grande, tout simplement parce que 30 jours de Nuit represente presque la quintessence du film de genre faussement original mais réellement consensuel dans ses choix de mise en scène. Exepté une introduction magnifique, très carpenterienne dans sa représentation de l'imminence du danger, et deux ou trois idées de cadre à forte valeur iconographique, le film traîne mechamment la patte à instaurer une once de suspense, la faute à une réalisation incapable de représenter la peur de ses protagonistes autrement que par une avalanche de gros plans faisandées qu'aucune idée de découpage interessante ne vient interesser. Quand à la gestion désastreuse de la chronologie, Slade n'est pas vraiment aidé par un scénario étirant inutilement une exposition laborieuse (presque trois-quart d'heure pour faire jaillir la menace sur un film d'1h50 censé narrer un siège d'un mois, c'est pas bien malin) echouant à faire peser un tantinet de mystère sur la menace, l'origine de celle-ci étant d'autant plus aisément identifiable par la référence directe à Dracula dont se pare le film. En outre, aucun personnage mis à part le couple star ( très bon Hartnett et George soit dit en passant) ne provoque une quelcquonque empathie, la faute à un scenario ne leur permettant même pas d'exister à l'ecran en tant que stéréotypes (mis à part l'étranger, grandement aidé par l'interpretation du toujours impeccable Ben Foster) , ce qu'ils sont pourtant (le baroudeur solitaire, le boulet qui panique, le petit frère innocent..). Bref, la deception totale, cumulant les ellipses incomprehensibles (comment le frère a pu arriver au restaurant??), les invraisemblences scénaristiques à peine moins foireuses que le récent Hitman (les personnages qui se cachent des vampires surpuissants pendant une dizaine de jour dans un commissariat dont le seul obstacle est une porte verrouillée à clé...) et des attaques de goules aussi illisibles que dans 28 Semaines Plus Tard (pitiez les mecs, arretez avec les caméras tremblotantes et le montage haché sous pretexte de representer la folie animale des assaillants, c'est foireux au dernier degré). Un 2/6 pour ma part, le film se laisssant quand même suivre un minimum grâce aux acteurs, à la photo et deux ou trois scènes sympas, comme l'assaut des goules sur la ville.

P.S: Dans le dernier Mad les instigateurs du film s'enorgueillisent d'avoir depoussierer le mythe vampirique en lui restituant sa dimension animale. Euh, Del Toro et Goyer l'ont déjà très bien fait dans Blade 2 avec Nomak et ses Reapers, avec l'assimilation du vampirisme à un stade de toxicomanie ultime. Quand aux conclusions similaires des deux films, là ou celle de Blade constituait le paroxysme émotionnel du déluge de brutalité précédent, celle de 30 Jours de Nuit est juste jolie à regarder. C'est déjà pas si mal remarque...

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Spider Jerusalem 

  • JarJar
  • Groupe : Members
  • Messages : 11
  • Inscrit(e) : 22-septembre 07

Posté 26 janvier 2008 - 18:05

Je ne nie pas que côté pur film de genre c'est une déception, d'ailleurs je l'écris dans ma critique. Malgré toutes les réserves émises je lui mettrai un bon 3/6.
En revanche, la lutte parallèlle de chaque leader pour sauvegarder sa communauté est remarquablement réalisée. D'où ma note globale de 5/6.
Comme le disait Yannick Dahan, on file le script à Big John et il en fait une tuerie absolue ! Mais en l'état, cela reste pour moi un très bon film.
Bon, j'ai peut être été un peu fort en considérant le final plus poignant que celui de Blade II. J'ai été tellement bluffé par les performances de Hartnett et Mélissa George...

#5 L'utilisateur est hors-ligne   McClane 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 092
  • Inscrit(e) : 17-septembre 07
  • Profil:Homme
  • Location:Arras, Pas de Calais

Posté 27 janvier 2008 - 20:56

C'est vrai que le parrallèle entre les deux leaders Huston/ Hartnett apparait de temps à autre, notamment dans leur façon d'executer leur ouailles. Mais perso, j'ai jamais sent que cette dimension était réellement mise en avant par Slade parce que l'absence de caractérisation des personnages secondaires rend impossibles une quelconque empathie pour le dilemme de Eben et que Slade ne s'attarde pas sur cet aspect outre-mesure, ne serait-ce qu'en regard du combat final qui aurait pu cristalliser cette interaction entre les deux mais bien trop à la masse dans sa realisation pour convaincre. A mon avis, cette dimension doit avoir une presence non négligeable dans le scenar, mais assez delaissé à l'ecran. Ce que tu dis est vrai, notamment dans le filmage des scènes d'excution par Eben des survivants, mais encore une fois difficile de compatir pour eux quand ces derniers n'ont qu'une presence purement fonctionelle.

Partager ce sujet :


Page 1 sur 1


Réponse rapide

  

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)