Mad Movies: Two Lovers - James Gray (2008) - Mad Movies

Aller au contenu

  • (13 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Two Lovers - James Gray (2008)

#1 L'utilisateur est en ligne   Zak 

  • Modo de la Section 9
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 21 892
  • Inscrit(e) : 30-août 02
  • Profil:Homme
  • Location:Maison Do'Urden

Posté 24 décembre 2007 - 11:37

Il ne faudra pas attendre 7 ans pour avoir le prochain long-métrage de Gray puisqu'il tourne actuellement (depuis novembre) Two Lovers avec Joaquin Phoenix et Gwyneth Paltrow. C'est un drame amoureux où un homme doit choisir entre sa famille et sa voisine névrosée. Donc encore un film qui tourne autour de la "famille". On espère que l'auteur de The Yards arrivera a se renouveler un peu (le gros défaut de La Nuit nous appartient à mon sens).



Sortie pour 2008 !

The Octagon dit :

Zak est le problème du forum Mad entre autre

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 302
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 24 décembre 2007 - 11:44

James Gray et Famille dans le même topic. C'est bon j'en serais icon_mrgreen.gif
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Batman Begins 

  • Agnès Jaoui
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 221
  • Inscrit(e) : 13-juin 04
  • Location:Sous la robe austère de la justice.

  Posté 08 mai 2008 - 21:56

Un pitch :
CITATION
New York. Un homme hésite entre suivre son destin et épouser la femme que ses parents lui ont choisi ou se rebeller et écouter ses sentiments pour sa nouvelle voisine, belle et volage, dont il est tombé éperdument amoureux.

Des images : http://www.filmsactu.com/news-cine-two-lov...-photo-2569.htm

Et une date ! : 26 Novembre 2008

(sans oublier que le film sera en compétion à Cannes)

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Dorothea 

  • Hôtesse d'accueil
  • Groupe : Members
  • Messages : 8 422
  • Inscrit(e) : 01-octobre 07
  • Profil:Femme
  • Location:...

Posté 08 mai 2008 - 21:58

Bien intéréssant tout ça, c'est pas le plus original des pitchs mais ca me plait.
"That which is imagined needs never be lost." Clive Barker, Weaveworld
"Mes seins sont Made in Normandy, tout de beurre et de crème fraiche !" L.Casta

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Denver 

  • Far Away
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 363
  • Inscrit(e) : 19-mars 05
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

  Posté 05 septembre 2008 - 17:37

Et bien c'est pas maintenant que Gray va se planter, offrant un film très proche des ces anciennes réalisations tout en s'en démarquant.
Plus de mafia, plus de flics pourris, plus tout ça, mais juste un mec un peu paumé entre un amour passionnel et l'amour que sa famille le force à avoir.
Donc oui, encore la famille, encore le choix impossible, encore la communauté (juive cette fois) et y'a toujours ce traitement intelligent et fin, c'est très bien écrit, on est proche des personnages, les acteurs sont excellents et on s'ennuie pas une seconde malgré la bonne heure cinquante que dure le film.
Niveau mise en scène c'est évidemment super, entre une caméra toujours proche de ses personnages dans de longs et beaux plans (beaucoup des plans séquences), avec une très belle lumière, et une ambiance très intimiste vraiment réussie.
L'atmosphère fait pas mal penser à Woody Allen avec le mariage New York + Jazz + Relations amoureuses compliquées, tout en ayant le style de Gray avec, comme j'ai dit précédemment, ses thèmes, son talent d'écriture et de traitement psychologique et surtout le côté dramatique très bien géré, sans en faire dix tonnes.
Phoenix porte le film sur ses épaules, il est parfait, à fleur de peau comme très souvent, on passe du rire aux larmes avec un seul regard, ce mec est incroyable. Palthrow trouve ici son meilleur rôle, belle et mystérieuse, elle est parfaite (et montre un sein, évènement). Ca fait aussi plaisir de revoir Isabelle Rossellini dans un bon rôle, et le reste du cast assure grave, comme toujours avec Gray.

Donc voilà, encore un excellent film, un beau drame "romantique" porté par des acteurs excellents et mis en scène par un James Gray au top, as usual.

5/6
Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/

#6 L'utilisateur est hors-ligne   dmonteil 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 034
  • Inscrit(e) : 22-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:Dans la ville à la 3D imposée...

Posté 05 septembre 2008 - 17:43

CITATION(Denver @ 05 9 2008 - 17:37) <{POST_SNAPBACK}>
Et bien c'est pas maintenant que Gray va se planter, offrant un film très proche des ces anciennes réalisations tout en s'en démarquant.
Plus de mafia, plus de flics pourris, plus tout ça, mais juste un mec un peu paumé entre un amour passionnel et l'amour que sa famille le force à avoir.
Donc oui, encore la famille, encore le choix impossible, encore la communauté (juive cette fois) et y'a toujours ce traitement intelligent et fin, c'est très bien écrit, on est proche des personnages, les acteurs sont excellents et on s'ennuie pas une seconde malgré la bonne heure cinquante que dure le film.
Niveau mise en scène c'est évidemment super, entre une caméra toujours proche de ses personnages dans de longs et beaux plans (beaucoup des plans séquences), avec une très belle lumière, et une ambiance très intimiste vraiment réussie.
L'atmosphère fait pas mal penser à Woody Allen avec le mariage New York + Jazz + Relations amoureuses compliquées, tout en ayant le style de Gray avec, comme j'ai dit précédemment, ses thèmes, son talent d'écriture et de traitement psychologique et surtout le côté dramatique très bien géré, sans en faire dix tonnes.
Phoenix porte le film sur ses épaules, il est parfait, à fleur de peau comme très souvent, on passe du rire aux larmes avec un seul regard, ce mec est incroyable. Palthrow trouve ici son meilleur rôle, belle et mystérieuse, elle est parfaite (et montre un sein, évènement). Ca fait aussi plaisir de revoir Isabelle Rossellini dans un bon rôle, et le reste du cast assure grave, comme toujours avec Gray.

Donc voilà, encore un excellent film, un beau drame "romantique" porté par des acteurs excellents et mis en scène par un James Gray au top, as usual.

5/6


Espèce d'enculé.
T'as fait comment pour le voir ?

(Tu vas bien me répondre quelque part, fumier de nazi)

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Denver 

  • Far Away
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 363
  • Inscrit(e) : 19-mars 05
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

  Posté 05 septembre 2008 - 18:08

J'ai couché avec l'ouvreuse.
Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/

#8 L'utilisateur est hors-ligne   dmonteil 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 034
  • Inscrit(e) : 22-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:Dans la ville à la 3D imposée...

Posté 05 septembre 2008 - 18:19

CITATION(Denver @ 05 9 2008 - 18:08) <{POST_SNAPBACK}>
J'ai couché avec l'ouvreuse.

Ouais, donc en fait tu t'est fait mettre par le projectionniste...

#9 L'utilisateur est hors-ligne   profondo rosso 

  • Bluette Prof
  • Groupe : Members
  • Messages : 22 046
  • Inscrit(e) : 24-février 03
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 05 septembre 2008 - 21:18

CITATION(Denver @ 05 9 2008 - 17:37) <{POST_SNAPBACK}>
Et bien c'est pas maintenant que Gray va se planter, offrant un film très proche des ces anciennes réalisations tout en s'en démarquant.
Plus de mafia, plus de flics pourris, plus tout ça, mais juste un mec un peu paumé entre un amour passionnel et l'amour que sa famille le force à avoir.
Donc oui, encore la famille, encore le choix impossible, encore la communauté (juive cette fois) et y'a toujours ce traitement intelligent et fin, c'est très bien écrit, on est proche des personnages, les acteurs sont excellents et on s'ennuie pas une seconde malgré la bonne heure cinquante que dure le film.
Niveau mise en scène c'est évidemment super, entre une caméra toujours proche de ses personnages dans de longs et beaux plans (beaucoup des plans séquences), avec une très belle lumière, et une ambiance très intimiste vraiment réussie.
L'atmosphère fait pas mal penser à Woody Allen avec le mariage New York + Jazz + Relations amoureuses compliquées, tout en ayant le style de Gray avec, comme j'ai dit précédemment, ses thèmes, son talent d'écriture et de traitement psychologique et surtout le côté dramatique très bien géré, sans en faire dix tonnes.
Phoenix porte le film sur ses épaules, il est parfait, à fleur de peau comme très souvent, on passe du rire aux larmes avec un seul regard, ce mec est incroyable. Palthrow trouve ici son meilleur rôle, belle et mystérieuse, elle est parfaite (et montre un sein, évènement). Ca fait aussi plaisir de revoir Isabelle Rossellini dans un bon rôle, et le reste du cast assure grave, comme toujours avec Gray.

Donc voilà, encore un excellent film, un beau drame "romantique" porté par des acteurs excellents et mis en scène par un James Gray au top, as usual.

5/6


Oui tout pareil très beau drame qui renouvelle bien l'imaginaire de James Gray (aussi bon soit il "La Nuit Nous appartient" faisait un peu du sur place et se répétait par rapport à ses films précédent). On retrouve les thèmes du respect des traditions et de la famille impossible à éviter, l'envie d'un ailleurs dans une veine plus réaliste et intime que ses polars. Excellent Joachin Phoenix dans un rôle voisin dans l'idée de "La Nuit nous appartient" (torturé, autodestructeur) mais à la fois plus léger et romantique aussi. Meilleur rôle de loin de Gwyneth Paltrow en jeune femme paumée par une liaison destructrice, vraiment attachante on aurait envie de partir avec elle aussi. Sinon sans doute la plus belle scène d'amour de l'année avec l'étreinte sur le toit entre Joachin Phoenix et Paltrow. 5,5/6

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Benta 

  • JarJar
  • Groupe : Members
  • Messages : 70
  • Inscrit(e) : 08-août 07
  • Location:Metz, Lorraine

Posté 07 septembre 2008 - 01:19

J'attends ce film avec beaucoup d'impatience, si l'atmosphère est proche d'un Woody à l'époque Annie Hall, Manhattan, je ne peux que me réjouir smile.gif
un bon (beau) drame romantique à la sauce New-Yorkaise, où on sent la ville vivante, respirer à travers l'écran, avec ses bouches d'égout fumantes et cette faune urbaine, en plus la photo des films de Gray est toujours classieuse avec ce côté (grain) 70's. Que dire de Phoenix et Paltrow, ils ont l'air tout simplement ahurissants, la scène du metro, j'ai l'impression d'y être ! et le reste de la bande annonce promet beaucoup, ce genre bien que n'étant pas monnaie courante (dans l'approche selon moi, bien que n'ayant pas vu le film je m'avance un peu d'après ce que vous dites et c'est ce qui les rend si intéressants quelque part), devrait se démocratiser d'avantage...un véritable film travaillé, basé sur le jeu des acteurs et non pas un simple nom ou un budget faramineux smile.gif longue vie à James Gray qui a su en 4 films crée un véritable univers autours de la famille, la rédemption...un triangle entre père et fils qu'il brise aujourd'hui pour assurément nous offrir une perle dans le paysage cinématographique.
We would never be sure of the sequence of events. We argue about it still.

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Denver 

  • Far Away
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 363
  • Inscrit(e) : 19-mars 05
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

  Posté 07 septembre 2008 - 12:28

CITATION(Benta @ 07 9 2008 - 01:19) <{POST_SNAPBACK}>
J'attends ce film avec beaucoup d'impatience, si l'atmosphère est proche d'un Woody à l'époque Annie Hall, Manhattan, je ne peux que me réjouir smile.gif
un bon (beau) drame romantique à la sauce New-Yorkaise, où on sent la ville vivante, respirer à travers l'écran, avec ses bouches d'égout fumantes et cette faune urbaine, en plus la photo des films de Gray est toujours classieuse avec ce côté (grain) 70's.

Tu vas être aux anges alors, parce que c'est tout à fait ça. smile.gif
Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/

#12 L'utilisateur est hors-ligne   profondo rosso 

  • Bluette Prof
  • Groupe : Members
  • Messages : 22 046
  • Inscrit(e) : 24-février 03
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 04 octobre 2008 - 13:37

L'affiche vraiment hideuse pour un si beau film



Et un copié collé de ma petite critique plus détaillée

CITATION
Un an seulement après "La Nuit Nous appartient", et délaissant le polar au profit d'un drame romantique et intimiste, ce "Two Lovers" semble être le film du grand changement pour James Gray.

Habitué au long hiatus entre des films autant motivés par le bouclage de budget que par la quête du sujet idéal, Gray semblait légèrement marquer le pas avec son film précédent qui, aussi bon soit-il, faisait figure de redite par rapport aux mémorables Little Odessa et The Yards.

Dénué des ressorts du polar, Two Lovers renouvelle miraculeusement les thématiques du cinéaste en les inscrivant dans un cadre plus intimiste et réaliste, l’espace new yorkais évoquant le meilleur de la veine dramatique d’un Woody Allen.
On retrouve donc Joachin Phoenix, dans un rôle à la fois proche et éloigné de celui de La Nuit Nous Appartient : jeune adulte en pleine dépression suite à une rupture, le personnage se retrouve pris entre deux feux. D'un côté la sécurité, représentée par la douce et aimante Sandra, qui faciliterait grandement les affaires de ses parents, de l'autre le risque, incarné par la fantasque et belle Michelle, dont le cœur est pourtant déjà pris par un homme marié.

On retrouve cette idée, récurrente chez Gray, du choix difficile entre la tradition familiale, prison symbole de renoncement, et l’envie d’un ailleurs différent, d’horizons nouveaux, le héros se retrouvant toujours à devoir faire de terribles sacrifices.
Cependant, loin de la solennité de ses fresques policières, l’opposition de ces deux voies s’avère plus complexe que précédemment. Bien que présente, la pression familiale n’est pas si forte que cela, et ce n’est pas d’elle que proviendront les déboires de notre héros, mais plutôt du personnage ambivalent et troublé de Gwyneth Paltrow, qui trouve ici son meilleur rôle.

Tout comme Joachin Phoenix, le cœur du spectateur penche immédiatement pour Paltrow. Gray multiplie ainsi les idées pour apporter charme et candeur à leur relation : ainsi de cette belle trouvaille à la fois dramatique, drôle et romantique, qui fait s'épier et communiquer les personnages par les fenêtres de leurs immeubles en vis-à-vis. Gwyneth Paltrow se rend immédiatement attachante par sa légèreté et sa fragilité dans ce rôle magnifiquement écrit, et sa douleur, conjuguée à celle de Joachin Phoenix, donne naissance au moment le plus intense du film (ainsi qu'à une des plus belles scènes d’amour de l’année), lors de cette étreinte fiévreuse sur le toit d’un immeuble, au milieu du froid glacial.
Le personnage de Michelle revêt un rôle autant symbolique que dramatique au sein du récit. Cette position qu’elle occupe dans l’immeuble d’en face incarne un futur à la fois proche et inaccessible aux yeux de Leonard, loin de la cage dorée qu’est la demeure de ses parents. C’est le trouble et les atermoiements de Gwyneth Paltrow qui semblent réduire cet espoir à l’état de chimère ainsi que l’inégalité de leur relation, l’un n’apportant bienfait à l’autre que par ce qu’il représente (une ouverture, respiration pour Joachin Phoenix), et par le manque qu’il comble (une chaleur et une présence pour Paltrow ). En dépit de la sincérité de leurs sentiments, les deux héros ne font donc que se croiser, fuyant ou courant après quelqu’un (ou quelque chose), avant le terrible renoncement final. Cette nouvelle veine de Gray trouve son plus bel aboutissement dans l'habile association de la tragédie, propre à la filmographie du cinéaste, à un prosaïque récit d’amour non réciproque, la délicate alchimie offrant ce qu'un récit intime peut posséder de plus intemporel dans son déroulement.

Gray retrouve ici son directeur photo de La Nuit Nous appartient, Joachin Baca- Asay, mais leur association s’adapte au ton plus feutré de ce film. Ayant atteint le summum de l’emphase sur son film précédent, Gray se montre plus subtil ici, en focalisant essentiellement sa mise en scène sur l’interprétation de ses acteurs (le travail en amont avec Joachin Phoenix aurait été particulièrement intense), et leurs interactions. Loin d’être une régression, cette option fait naître l’émotion par la transfiguration de l’anodin, que ce soit un geste, un regard, toujours saisi avec justesse et humanité par Gray, qui rend belle la banalité de l'amour naissant. Le plus bel exemple de cette évolution serait l’échange sans paroles et lourd de sens des «two lovers» à travers leurs fenêtres, quelques instants après leur scène d’amour.

En bouleversant ses habitudes, Gray apporte un nouvel élan à son cinéma, qui gagne en chaleur et effectue en quelques sorte le parcours inverse d’un Paul Thomas Anderson perdu dans les méandres du grand récit mythologique. Gray s’ouvre, lui, à de nouvelles perspectives, et la suite de sa carrière s’annonce plus passionnante encore.


#13 L'utilisateur est hors-ligne   Denver 

  • Far Away
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 363
  • Inscrit(e) : 19-mars 05
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

Posté 05 novembre 2008 - 00:57

Revu ce soir, en fait c'est le film de l'année, et un des plus beaux depuis longtemps.

6/6 cash.

(et James et Gwyneth wub.gif )
Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/

#14 L'utilisateur est hors-ligne   profondo rosso 

  • Bluette Prof
  • Groupe : Members
  • Messages : 22 046
  • Inscrit(e) : 24-février 03
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 05 novembre 2008 - 01:00

CITATION(Denver @ 04 11 2008 - 23:57) <{POST_SNAPBACK}>
Revu ce soir, en fait c'est le film de l'année, et un des plus beaux depuis longtemps.


Clair vivement la sortie salle hâte de le revoir aussi surtout que depuis la scène sur le toit et tout ce qui suit me hante grave

#15 L'utilisateur est hors-ligne   Denver 

  • Far Away
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 363
  • Inscrit(e) : 19-mars 05
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

  Posté 05 novembre 2008 - 01:12

Ouais, c'est dingue à quel point cette scène est forte et fout des frissons, c'est rare.
Mais en fait tout le film et comme ça, et connaître l'issu rend la revoyure super intéressante.


Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/

Partager ce sujet :


  • (13 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)