Mad Movies: Pornographie, répression et sexualité - Mad Movies

Aller au contenu

  • (222 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Pornographie, répression et sexualité Discussions cordiales et mesurées SVP

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Dr Rabbitfoot 

  • Vieux Schnock
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 959
  • Inscrit(e) : 16-décembre 02
  • Location:Carpentras

Posté 02 mars 2007 - 17:49

*** SUJET DELICAT ***
*** MERCI DE RESTER COURTOIS, SVP ***
*** MERCI DE NE PAS POSTER DE PHOTOS ***


Je suis tombé hier en début d'après-midi sur l'émission radio de Brigitte Lahaie (sur RMC), qui causait de pornographie (ce qu'elle fait rarement). Mais plus que du porno lui-même, l'émission (très interressante) parlait des effets du porno sur la sexualité des hommes et des femmes, avec ô surprise une quasi unanimité sur le côté nefaste et dangereux du "nouveau porno" (les guillemets en opposition aux pornos de papa et maman période Brigitte Lahaie justement).

Pour moi le porno a deux cibles essentielles : les 13-20 ans et les + de 50 ans.
Les premiers cherchent à en savoir plus, à "voir", à se rassurer ou comparer, mais surtout à se gaver d'images masturbatoires. Pour eux c'est l'équivalent sexuel d'un joint ou d'un whisky-coca, je n'y vois pas grand chose de mal, on est tous passés par là (si si). Les seconds ont des motivations que j'ignore, mais je présumé que le côté masturbatoire joue toujours, surtout quand on sait que la 50aine est la période où la femme se ménopause, avec une vie sexuelle plus éteinte et chaotique. Là aussi, rien de rédhibitoire du moment que cela reste mesuré et dans les "normes" (--> respect des lois et des personnes).

Mais ça c'est la théorie.
Parce qu'en pratique le porno a BEAUCOUP changé depuis sa démocratisation dans les 70's.
Au début le porno c'était uniquement au cinéma, dans n'importe quelle salle puis dans des salles spécialisées (après le loi "X" sous Giscard), on avait de vrais films, avec scénario et mise en scène, des acteurs qui ressemblaient à des gens de la rue, et des scènes de cul relativement "soft".
Le milieu des 80's et l'avènement des video-clubs change déjà la donne : mort du X en salles, explosions des VHS de cul (une forte concurrence qui entraine une hausse du contenu "hard" des films), avénement du X "amateur", le porno qui apparait à la TV (incroyable choc que les premiers pornos de Canal+), le tout en pleine ère SIDA ...
La fin des 90's et l'avènement d'Internet change à jamais le porno en lui-même (les films) et son impact sur ses consommateurs : n'importe qui peut telecharger une scène extremement "hard" en 3 clics de souris, aucune barrière, aucune limite si ce n'est les crimes et délits (viols, pedophilie, zoophilie ... et encore, qui cherche trouvera). Cette incroyable facilité pour se procurer du prono a engendré une concurrence incroyable entre les diffuseurs qui, pour se démarquer, ont choisi une voie que je juge TRES dangereuse : des films de plus en plus extrêmes.

Car aujourd'hui on ne voit plus une femme faire une gâterie à un homme, mais une femme sucer en très gros plans plusieurs hommes qui la traitent comme une pute. On ne voit plus un homme jouir grace à sa compagne, mais cinq types éjaculer tous ensemble sur le visage d'une pseudo actrice qui fait croire qu'elle adore ça. On ne voit plus une femme offrir son cul mais un gars monstrueusement équipé sodomiser en très gros plans, et longuement, une jeune fille qui a du mal à encaisser le truc ..... et je ne parle même pas de gang-bangs ni de double-penetration ni de viols simulés ... etc ... bref on est dans une autre sphère, dans autre chose que un homme ou une femme (ou les équivalents gays et lesbiens) en train de faire l'amour et autres gâteries.

Or comme je l'ai dis les films de cul de maintenant sont très faciles d'accès, et à peu près chaque famille à un PC connecté au Net à la maison. Donc infiniment + de cul, et infiniment plus extreme, ça change tout pour un public pas encore mature. Et les premiers effets se font ressentir, à en croire certaines statistiques, l'émission de Lahaie en a donné quelques unes que je n'ai aps retenues, désolé. Ah si, une toute mignonne mais qui montre l'étendue de l'impact du porno sur les consciences et sur notre "imaginaire" sexuel : 70% des français et françaises veulent que leur conjoint ait le sexe rasé, ou du moins fortement épilé. 70 % !!! Ou comment quelque chose de marginal, mais usité dans le porno pour des raisons évidentes (mieux voir la pénétration) s'est démocratisé dans toutes les couches de population et tous les âges. La proportion des femmes acceptant la sodomie était du même ordre, quand elle était inférieure à 20% dans les 80's.

Je suis ouvert d'esprit, et si je ne mate plus de pornos j'en ai maté beaucoup étant ado (en gros jusqu'à 20 ans). Je me moque royalement de la sexualité des gens et de leurs fantasmes, bref chacun fait ce qu'il veut et donc je ne comdamne aucunement le prono en tant que tel. Mais il me semble évident que le porno actuel, de par sa facilité d'accès et l'extremisme de ses scènes, est clairement dangereux et perturbant pour notre 1ère cible : les moins de 20 ans. L'adolescence est l'âge où l'on se construit, donc l'âge où l'ont est le plus fragile, où l'on doute le plus, où notre propre corps se transforme sans cesse, et c'est un âge ou le besoin d'appartenance est immense (ex: on fume souvent parce qu'il "faut le faire" pour être dans le groupe), ou on suit les modes. ERt on est en train de jeter à la gueule de nos ados une vision de la sexualité brutale, mysogine, éloignée de la réalité, mais omniprésente dans les images de sexe qui circulent sur le Net et en DVD.
Juste une anecdote que j'ai lue dans un essai sur la représentation du sexe dans les médias (surtout les magazines feminins) : avant les lectrices de magazines pour ados ("20 ans" ou "Jeune & Jolie") qui écrivaient au courrier des lecteurs, pour des questions d'ordre sexuel, demandaient des précisions sur la 1ère fois (ça fait mal ? comment ça se passe ? ...etc). Désormais, près d'un quart des questions sont d'ordre "pornographique" : est-ce qu'il faut avaler ? la sodomie me fait mal c'est normal ? mon mec veut que je couche avec lui et son pote en même temps, mon mec veut me filmer quand je le suce ...etc. Rappel : ce sont des adolescentes, parfois très jeunes (14-15 ans) qui écrivent ...

#2 L'utilisateur est hors-ligne   LMD 

  • La Mère Doku
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 14 162
  • Inscrit(e) : 18-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:Le passé

Posté 02 mars 2007 - 18:07

Déjà je ne sais pas si je restreindrais autant les "cibles" que ça. Si c'était le cas, Canal+ (et le cable/satellite) en aurait pas fait un produit d'appel aussi fort, parce que c'est pas les gens de 20 ans qui constituent le gros des abonnés de Canal. Je pense qu'en effet il y a surement un age ou on arrete d'en matter, mais je mettrais pas ma main au feu que c'est aussi sec comme coupure que ça. Ca mériterait une vraie étude, les classes d'ages qui matent du porno, mais il y a encore des clients entre 20 et 50 ans (et pas des pervers, ehin, des gens normaux) même de maniére purement récréative.

Sur la question "artistique" on peut établir un lien avec le cinéma gore: ce qu'on attend d'un porno c'est de la copulation, d'une gore des effets qui tachent. Tant qu'on a ça on peut être satisfait, cependant dans le cas du film sanglant, je pense que la simple présence d'effets spéciaux oblige à un standard technique minimum (un bon effet, ca veut dire un bon technicien, avec le prix que ca coute, et qui ne tournera pas dans n'importe quoi), ce qui n'est pas le cas d'un prono, ou a partir du moment ou tu as les acteurs pret à avoir des relations sexuelles, tu peux y aller.

En outre le porno c'est un "formidable" exemple du nivellement par le bas: avec le réseau video/TV qui à tué le circuit cinéma on se retrouve avec une production qui enchaine les films à budget riquiqui (ce qui bousille d'autant plus une quelconque volonté artistique) destiné à une conso Kleenex: vu une fois puis jeté. Ce qui oblige à maintenir le marché abreuvé de nouveauté. Et dans un environnement ou des films sortent tous les mois, et étant donné les conditions de productions à la chaine, qu'est ce qu'il reste pour se différencier du voisin? Une surenchére dans ce qui est montré...

Néanmoins on peut se demander si les ambitions artistiques ont jamais eu droit de cité dans le porno "moderne" (et a d'autres époques): les gens viennent rechercher une simple pulsion et une fois qu'elle est assouvi, tu décroches. Ils sont pas la pour voir un film avec une histoire. C'est antinomique avec l'acte de masturbation, tu peux pas vraiment faire les deux en même temps! Le film autour n'est qu'un gigantesque pretexte à quelques situations: Finalement ce serait peut être mieux et plus "artistique" de faire des films qui ne prétendent pas raconter quelque chose mais qui soit uniquement une suite de scénes sexuelles cherchant avec les moyens du cinoche à hypnotiser (ou favoriser l'excitation sensorielle) le spectateur... [surement que ca existe déjà d'ailleurs, je me souviens de quelques délires "baroques" dans les notules du Journal du Hard]
The age of Peace had ended. There was to be no lack of war. There was to be enough for all. Aye, enough and to spare.

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Rom1 

  • Je ponctue chaque phrase par un pet
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 754
  • Inscrit(e) : 30-août 02
  • Profil:Homme
  • Location:Reims

Posté 02 mars 2007 - 18:11

CITATION
La proportion des femmes acceptant la sodomie était du même ordre


Je me suis encore fait avoir moi... dry.gif

Clint dit :

Pareil pour les problèmes d’échelle. Faîtes un test : regardez vos bites. Si vous les voyez grosses, vous avez effectivement un problème d’échelle.


Mon blog

#4 L'utilisateur est en ligne   SangJun 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 796
  • Inscrit(e) : 14-février 03
  • Profil:Homme
  • Location:Antony (92)

Posté 02 mars 2007 - 18:25

CITATION(Dr Rabbitfoot @ 02 3 2007 - 16:49) <{POST_SNAPBACK}>
Ah si, une toute mignonne mais qui montre l'étendue de l'impact du porno sur les consciences et sur notre "imaginaire" sexuel : 70% des français et françaises veulent que leur conjoint ait le sexe rasé, ou du moins fortement épilé. 70 % !!! Ou comment quelque chose de marginal, mais usité dans le porno pour des raisons évidentes (mieux voir la pénétration) s'est démocratisé dans toutes les couches de population et tous les âges.

Ce qui est aussi stupide, ce sont les personnes qui vont te balancer qu'ils se rasent (le pubis ou tout le corps) car c'est plus hygiénique. Si on se lave, on est propre ; on peut être poilu ET propre.

CITATION(Dr Rabbitfoot @ 02 3 2007 - 16:49) <{POST_SNAPBACK}>
Juste une anecdote que j'ai lue dans un essai sur la représentation du sexe dans les médias (surtout les magazines feminins) : avant les lectrices de magazines pour ados ("20 ans" ou "Jeune & Jolie") qui écrivaient au courrier des lecteurs, pour des questions d'ordre sexuel, demandaient des précisions sur la 1ère fois (ça fait mal ? comment ça se passe ? ...etc). Désormais, près d'un quart des questions sont d'ordre "pornographique" : est-ce qu'il faut avaler ? la sodomie me fait mal c'est normal ? mon mec veut que je couche avec lui et son pote en même temps, mon mec veut me filmer quand je le suce ...etc. Rappel : ce sont des adolescentes, parfois très jeunes (14-15 ans) qui écrivent ...

Les magazines masculins sont pareils (mais depuis le début je pense, le vocabulaire est juste devenu de plus en plus cru).





Bizarrement, on peut noter, que l'âge de la 1ière fois en France n'a étrangement pas bougé (17 ans).

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Amonita 

  • Pokétiep
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 978
  • Inscrit(e) : 14-septembre 05
  • Location:Un monde magique dans ma tête.

Posté 02 mars 2007 - 20:30

Il a même regressé à ce qu'il paraît, hum.
Bon je suis un adolescent et je suis donc directement dans le "public" visé et le pornographique, je ne peux, mais alors, décidement pas piffrer ça. On se fout toujours de ma gueule quand je lance que je préfère nettement le fameux film érotique à la dimanche soir M6 mais ouais bordel, je préfère nettement le simple "érotisme" au reste ! Et là problème:
Sur le net, c'est introuvable, on a que du porno. Et à la télé ca n'est plus possible pour moi (M6 a déprogrammé hahaha sad.gif), alors voilà, faute de grives, je bouffe des merles et je me rabat sur ce qui est dispo. Et c'est effroyable. Moi j'avoue, ce que j'ai toujours trouvé le plus mieux c'est la partie "d'efeuillage", c'est à dire le déshabillage, qui est une partie trente fois plus sexy que tout ce qui est possible (non, les pénétrations répétitives bof bof quoi. Ca fait limite hypnose)

L'effet du pornographique sur les esprit, la démocratisation du cul hardcore que cela a entrainé sur les adolescents, je le connais, je cotoie ça tous les jours, et je trouve ça assez violent. La disparition du coté "préléminaires" est assez dommage aussi. Bon, je pense que ça peut être très violent pour beaucoup, pour ma part, y'a des fois j'ai du mal. (on sent vraiment le malheur des femmes dans le regard parfois... Payer pour voir une femme te regarder avec des yeux de femme forcée ça plait a qui mis à part des gens bizarres °° ?)

Dommage, ouais. Bon après je reste un puceau, donc... tongue.gif
Image IPB

#6 L'utilisateur est en ligne   SangJun 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 796
  • Inscrit(e) : 14-février 03
  • Profil:Homme
  • Location:Antony (92)

Posté 02 mars 2007 - 20:36

CITATION(Amonita @ 02 3 2007 - 19:30) <{POST_SNAPBACK}>
Il a même regressé à ce qu'il paraît, hum.
Bon je suis un adolescent et je suis donc directement dans le "public" visé et le pornographique, je ne peux, mais alors, décidement pas piffrer ça. On se fout toujours de ma gueule quand je lance que je préfère nettement le fameux film érotique à la dimanche soir M6 mais ouais bordel, je préfère nettement le simple "érotisme" au reste ! Et là problème:
Sur le net, c'est introuvable, on a que du porno. Et à la télé ca n'est plus possible pour moi (M6 a déprogrammé hahaha sad.gif), alors voilà, faute de grives, je bouffe des merles et je me rabat sur ce qui est dispo. Et c'est effroyable. Moi j'avoue, ce que j'ai toujours trouvé le plus mieux c'est la partie "d'efeuillage", c'est à dire le déshabillage, qui est une partie trente fois plus sexy que tout ce qui est possible (non, les pénétrations répétitives bof bof quoi. Ca fait limite hypnose)

L'effet du pornographique sur les esprit, la démocratisation du cul hardcore que cela a entrainé sur les adolescents, je le connais, je cotoie ça tous les jours, et je trouve ça assez violent. La disparition du coté "préléminaires" est assez dommage aussi. Bon, je pense que ça peut être très violent pour beaucoup, pour ma part, y'a des fois j'ai du mal. (on sent vraiment le malheur des femmes dans le regard parfois... Payer pour voir une femme te regarder avec des yeux de femme forcée ça plait a qui mis à part des gens bizarres °° ?)

Dommage, ouais. Bon après je reste un puceau, donc... tongue.gif

Séduction Cinéma, c'est de l'érotisme et puis c'est très drôle (et en animation, tu as U Jin)

#7 L'utilisateur est en ligne   JEF Byos 

  • Relis attentivement
  • Groupe : Members
  • Messages : 11 962
  • Inscrit(e) : 02-mars 03
  • Profil:Homme
  • Location:Farpoint

Posté 02 mars 2007 - 22:09

CITATION(Dr Rabbitfoot @ 02 3 2007 - 16:49) <{POST_SNAPBACK}>
Pour moi le porno a deux cibles essentielles : les 13-20 ans et les + de 50 ans.

Super réducteur. Y'a pas mal de couples qui aime se regarder un petit film de temps en temps. C'est d'ailleurs grâce à cette clientèle que subsistent les "grands noms" aux productions plus léchées smile.gif (et plus chères). Certes, le contenu s'est durci icon_mrgreen.gif dans ces productions comme dans l'ensemble de la profession, mais on n'y voit rarement des femmes se faire maltraiter, les acteurs sont un peu mieux mix en valeur, l'éclairage moins cru, les décors sont un peu plus sympas...Ca n'exclut pas bien entendu les exagérations par rapport à ce qui est accepté comme une sexualité normale par la société, mais personne n'a jamais dit qu'un film était la réalité non plus, alors...
Spoiler

#8 L'utilisateur est hors-ligne   quarx 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 539
  • Inscrit(e) : 28-février 03
  • Location:la 4e dimension sur la droite

Posté 02 mars 2007 - 22:30

CITATION(Amonita @ 02 3 2007 - 19:30) <{POST_SNAPBACK}>
je préfère nettement le simple "érotisme" au reste ! Et là problème:
Sur le net, c'est introuvable, on a que du porno. Et à la télé ca n'est plus possible pour moi (M6 a déprogrammé hahaha sad.gif), alors voilà, faute de grives, je bouffe des merles et je me rabat sur ce qui est dispo.

Tu peux te tourner vers les prod asiat pour ce qui est de l'érotisme de qualité, aussi bien HK (la trilo Sex & Zen, Eternal Evil in Asia, Chinese torture chamber story, Fruit is Swelling...) que nippones (L'empire des sens et L'empire de la passion, The glamorous life of Sachiko Hanai...).
C'est très travaillé (tant au niveau du scénar que de la mise en scène), et souvent (volontairement) très drôle (sans oublier que c'est hot et efficace).
Y a l'animation japonaise aussi (les fameux hentai), même si c'est vrai qu'on est plus dans le domaine du hard (encore que là encore, les scènes de cul sont insérés dans des intrigues sympas et délirantes), mais du hard n'excluant pas la tendresse (enfin, même si on a droit aussi a quelques viols par des monstres tentaculaires icon_mrgreen.gif ) -> le plus connu est sans doute l'OAV Urotsukidoji, vraiment très bon, au scénar apocalyptique très abouti.

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Denver 

  • Far Away
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 363
  • Inscrit(e) : 19-mars 05
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

Posté 03 mars 2007 - 01:17

Y'a un parallèle intéressant entre justement l'évolution de ce qu'on voit dans les pornos, et les fantasmes de gens.
Les films inspirent les gens ou vice-versa ?
Un peu des deux sûrement, mais depuis une bonne dizaine d'année, tous les fantasmes (ou presque, je passe les trucs illégaux quoi) sont assumés, qu'on kiffe la golden shower (comme Dirty) ou la sodomie (comme Mecha), bah ça choque pas vraiment, après tout "chacun son truc". Donc à ce niveau là (devinez lequel), on peut dire que le lien réalité / fiction est bien réel.
C'est comme le succès des films "réalistes", des trucs amateurs, les gens veulent voir des trucs qui ressemblent à ce qu'ils font ou ce qu'ils veulent, les films érotiques n'excitent plus personne, quand j'avais 11 ans je regardais le dimanche soir en cachette, maintenant n'importe quel môme de cet âge-là peut télécharger une vidéo d'une fille qui se fait chier dessus par 3 déménageurs en chaleur. Faut pas s'étonner si y'a des problèmes après. (Ségo au pouvoir, vite !)

Pour ce qui est de l'influence du porno, à mon âge (18 ans), elle est pas négligeable. Pour ma première fois, j'ai pensé aux acteurs pornos, à la manière de faire (et évidemment à American Pie, mais chut), parceque voilà ils véhiculent une image rassurante du mec puissant que donne du plaisir à la femme et voilà. Après on se rend compte que y'a une différence (surtout dans un couple de 15-16 ans), que le porno c'est peut-être fait pour les plus grands, comme les boites échangistes, parceque finalement, c'est plus rigolo quand on apprend tout seul (avec un partenaire quand même).
Mais j'ai plein de potes, même des filles, qui rêvent de cumshot, sodomie, qui sont pas contre l'idée d'avaler, de faire de l'échangisme, d'ailleurs les gens (en fin d'adolescence je parle) assument vachement leur bisexualité (en espèrant que Punisher me lise pas), parceque c'est pas choquant de voir deux meufs et un mec, ou autre, faire l'amour, ou baiser (parceque AMHA c'est pas la même chose). Pour l'épilation j'ai des potes (même des mecs) qui s'épilent, ne serait-ce qu'on partie, parcequ'ils trouvent les poils moches, pas agréables, et autres. Personnellement j'aime pas ça, mais je vais pas exiger à une fille de s'épiler total parceque je trouve ça plus agréable, je m'en branle un peu (façon de parler).
Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Dr Rabbitfoot 

  • Vieux Schnock
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 959
  • Inscrit(e) : 16-décembre 02
  • Location:Carpentras

Posté 03 mars 2007 - 01:19

CITATION(JEF Byos @ 02 3 2007 - 21:09) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Dr Rabbitfoot @ 02 3 2007 - 16:49) <{POST_SNAPBACK}>
Pour moi le porno a deux cibles essentielles : les 13-20 ans et les + de 50 ans.

Super réducteur.


Tu remarqueras que :
1 - j'ai précisé "pour moi"
2 - j'ai précisé "essentielles"
Ce qui au final veut dire que je sais bien que le porno touche tout le monde, des jeunes jusqu'aux vieux, des plus riches aux plus pauvres, et ce quelques soient les nationalités, le porno c'est universel.
Maintenant, j'ai le sentiment que le pic de "consommation" des films pornos se situe dans ces deux tranches d'âge, du moins tout ce que je lis ou entend va dans ce sens, on consomme toujours du porno à 30 ans (c'est un exemple), mais en moyenne avec moins de frénésie qu'à 18 ans ...

#11 L'utilisateur est en ligne   JEF Byos 

  • Relis attentivement
  • Groupe : Members
  • Messages : 11 962
  • Inscrit(e) : 02-mars 03
  • Profil:Homme
  • Location:Farpoint

  Posté 03 mars 2007 - 01:21

CITATION(denver @ 03 3 2007 - 00:17) <{POST_SNAPBACK}>
maintenant n'importe quel môme de cet âge-là peut télécharger une vidéo d'une fille qui se fait chier dessus par 3 déménageurs en chaleur.

Ah non, moi je la connais pas celle-là. T'as un lien ? icon_mrgreen.gif
Spoiler

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Denver 

  • Far Away
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 363
  • Inscrit(e) : 19-mars 05
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

Posté 03 mars 2007 - 01:26

CITATION(JEF Byos @ 03 3 2007 - 00:21) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(denver @ 03 3 2007 - 00:17) <{POST_SNAPBACK}>
maintenant n'importe quel môme de cet âge-là peut télécharger une vidéo d'une fille qui se fait chier dessus par 3 déménageurs en chaleur.

Ah non, moi je la connais pas celle-là. T'as un lien ? icon_mrgreen.gif

http://www.dirtyflichtysefaitpechoparmecha...ttetsanjuro.com
Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/

#13 L'utilisateur est en ligne   JEF Byos 

  • Relis attentivement
  • Groupe : Members
  • Messages : 11 962
  • Inscrit(e) : 02-mars 03
  • Profil:Homme
  • Location:Farpoint

Posté 03 mars 2007 - 01:27

CITATION(Dr Rabbitfoot @ 03 3 2007 - 00:19) <{POST_SNAPBACK}>
Tu remarqueras que :
1 - j'ai précisé "pour moi"
2 - j'ai précisé "essentielles"

T'aureis pu dire amha aussi, histoire d'enfoncer le clou.
Sérieusement, même sans ça, du moment que tu poste c'est nécessairement subjectif, donc le message était passé. Ce qui n'enlève rien au fait que c'est réducteur et que puisque tu l'exprime, moi aussi, non mais laugh.gif

CITATION(Dr Rabbitfoot @ 03 3 2007 - 00:19) <{POST_SNAPBACK}>
Maintenant, j'ai le sentiment que le pic de "consommation" des films pornos se situe dans ces deux tranches d'âge, du moins tout ce que je lis ou entend va dans ce sens, on consomme toujours du porno à 30 ans (c'est un exemple), mais en moyenne avec moins de frénésie qu'à 18 ans ...

A 18 ans on est généralement fauché alors qu'a 30 on est censé taffer et donc avoir du blé pour consommer (entre autres) ces choses-là. Après, ce qui à changé ces dernières années, c'est l'arrivée du net qui sait pas quel âge a le gamin qui DL un porno sur la mule (c'est doublement pas bien).
Spoiler

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Dr Rabbitfoot 

  • Vieux Schnock
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 959
  • Inscrit(e) : 16-décembre 02
  • Location:Carpentras

Posté 03 mars 2007 - 01:33

CITATION(denver @ 03 3 2007 - 00:17) <{POST_SNAPBACK}>
Y'a un parallèle intéressant entre justement l'évolution de ce qu'on voit dans les pornos, et les fantasmes de gens.
Les films inspirent les gens ou vice-versa ?


Voilà, c'est exactement l'un des thèmes que je souhaiterais aborder. Pour moi, comme pour Lahaie et les intervenants de son émission, il n'y a plus de doute : c'est le porno qui inspire les gens. Dans l'emission ils ont fait l'étalage de tous les fantasmes directement inspirés du porno (gang-bang ...) qui étaient apparus recemment dans les clubs echangistes, ou comme questions chez les sexologues.


CITATION(denver)
C'est comme le succès des films "réalistes", des trucs amateurs, les gens veulent voir des trucs qui ressemblent à ce qu'ils font ou ce qu'ils veulent, les films érotiques n'excitent plus personne, quand j'avais 11 ans je regardais le dimanche soir en cachette, maintenant n'importe quel môme de cet âge-là peut télécharger une vidéo d'une fille qui se fait chier dessus par 3 déménageurs en chaleur. Faut pas s'étonner si y'a des problèmes après. (Ségo au pouvoir, vite !)


On dit la même chose : il y a une forte extremisation de ce que l'on voit dans les pornos. Ce que tu matais à 11 ans était plus intriguant, et bien moins perturbant, que ce qu'un ado d'aujourd'hui va mater au hasard de ses balades sur le Net ...


CITATION(denver)
Pour ce qui est de l'influence du porno, à mon âge (18 ans), elle est pas négligeable. Pour ma première fois, j'ai pensé aux acteurs pornos, à la manière de faire (et évidemment à American Pie, mais chut), parceque voilà ils véhiculent une image rassurante du mec puissant que donne du plaisir à la femme et voilà. Après on se rend compte que y'a une différence (surtout dans un couple de 15-16 ans), que le porno c'est peut-être fait pour les plus grands, comme les boites échangistes, parceque finalement, c'est plus rigolo quand on apprend tout seul (avec un partenaire quand même).


Ben ouais, l'influence est là, et elle me parait plus forte que beaucoup d'autres (parents, conseils d'amis, medecins, emissions TV ...). Je pense que pas mal de mecs de - de 30 ans pourraient dire à peu près la même chose.
Et puis tu cites les clubs echangistes, mais là aussi c'est quelque chose dont on parle régulièrement à la TV, dans les magazines, les films, mais qui au final ne touche qu'une toute petite minorité de personnes (qui font ce qu'elles veulent of course), comme si certains fantasmes, à force d'être exploités par l'imagerie porno, avaient été assimilés comme allant de soi par les gens.

#15 L'utilisateur est hors-ligne   francesco 

  • Madnaute
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 809
  • Inscrit(e) : 29-août 02
  • Profil:Homme
  • Location:Buffalora / Sunnydale / Amon Hen / Paper Street / Champs du Pelennor / Cleveland

Posté 03 mars 2007 - 19:55

@ Rabbitfoot : perso, je pense que la dérive que tu décris (et y'a pas grand chose à rajouter là dessus) est à mettre en parallèle avec le néo-libéralisme (même si je suis pas convaincu qu'il soit si "nouveau" que ça...) qui de la sphère économique (mais en sort-on vraiment dans le cas de l'industrie du porno comptemporain, qui a cyniquement mis de côté toute ambition "cinématographique" ?) se met à contaminer tout les moteurs de la société, comme les arts ou les comportements sociaux (sexuels ici, donc). Normal donc que le porno "pépère" d'antan, souvent en phase avec son époque (dans les années 60/70, le porno américain n'était-il pas beatnick-désabusé ?) soit devenu à l'ère néolibérale à une industrie complètement déshumanisée, articulée autour du culte de la performance (mécanique, "technique") à tout prix et dont les résultats les plus extrêmes deviennent la norme à surpasser absolument pour donner un résultat viable : comme les records boursiers qui deviennent le strict minimum à dépasser absolument, les affolantes & absurdes performances "hard" annulent constamment les précédentes -genre gang bang avec un nombre de participants à 3 chiffres, par exemple- dans une fuite en avant assez dévastatrice & dramatique en terme de négation de l'humain : je me répète : à part des fixations exclusivement mécaniques -mécanistes ?- de surpassement de limites vides de sens (il en faut "toujours plus", comme à la Bourse) avec tout ce que ça peut impliquer de fascination malsaine (je cite pas d'exemples de pratiques qui participent de ce genre de choses, mais bon...), je vois pas trop où se situe le soucis de l'humain là dedans (-dans mon cul, peut être ?-). Tout ceci, bien sûr, est aggravé par un conditionnement des mentalités associé à tout ca, d'autant plus inquiétant qu'il s'auto-alimente de manière assez incontrôlée, incontrôlable & irresistible... Tout pareil que le libéralisme, donc. AMHA, en conclusion donc, le porno est à la fois un des signes & un des aboutissements les plus emblématiques du triomphe de l'ultralibéralisme dans notre civilisation...
"Toutes les femmes de ta vie / En moi réunies / Ton âme soeur, ton égérie / Parfois ta meilleure ennemie.
Toutes les femmes de ta vie / Glamour ou sexy / L'héroïne de tes envies / Je suis toutes les femmes, tu vois, toutes les femmes de ta vie." (L5)

Partager ce sujet :


  • (222 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)