Mad Movies: Le montage et la mise-en-scène pour les nuls - Mad Movies

Aller au contenu

  • (33 Pages)
  • +
  • « Première
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Le montage et la mise-en-scène pour les nuls Table des matières - p1

#136 L'utilisateur est hors-ligne   kea 

  • En kit
  • Groupe : Members
  • Messages : 8 101
  • Inscrit(e) : 27-janvier 04
  • Profil:Homme
  • Location:Loin devant...

Posté 04 mai 2007 - 13:20

Et meeeeeerde.... sad.gif
Si ça a besoin d'explications, c'est peut-être que mon exemple n'est pas si terrible que ça, en fait. sweat.gif
Désolé, ma faute, je suis pas vraiment objectif avec ce réal.
Bon, je vais donc détailler (je suis pas sur d'être très fort à ce jeu là, j'ai même horreur de ça..et puis je vais soit balancer des évidences qui n'auront échappé à personne, soit faire dans la surinterprétation....Mais on sait que Mizoguchi aime bien ce genre de symbolique visuelle.)
D'avance, pardon.

Bon, pour ceux qui n'auraient pas vu le film, petite remise dans le contexte. Il faut savoir qu'à ce moment là, ils n'ont pas baisé. La femme était mariée à un homme qu'elle n'aimait pas, et suite à un malentendu/quiproquo, ils sont en fuite et recherchés. L'honneur est foutu de toute manière, et ils décident d'en finir.
D'une façon générale, Mizo s'intéresse principalement à la condition féminine. Qu'elle ait niqué ou pas, elle est d'ores et déjà considérée comme une pute. Point.
Moment d'intimité, coupés du monde et de son jugement, tension sexuelle, exacerbation des sentiments, tout le tralala..

Bon. Dans cette scène, AMHA, les deux tocards sont importants, bien sûr, mais les persos principaux, ce sont les objets. Le ruban et la gaffe.

Début du plan : Ils sont proches. ils sont assis. la gaffe (ou gaule ? icon_mrgreen.gif ) est horizontale, part de lui (au niveau du bassin), et elle est à mi-chemin d'une extrémité de la gaule et de lui. L'affaire est en bonne route, mais il n'a encore qu'une demi-molle. Désir sous jacent mais pas encore clairement exprimé.
Elle décide de prendre les choses en mains (si j'ose dire), et lui remet le ruban. qu'il serre entre ses petites mimines comme on tient popaul. Bref, elle met ce brave couillon hésitant face à ses responsabilités en lui remettant ce qui devient un autre symbole de la virilité.
(jusqu'ici, c'est elle qui avait le pouvoir. Classe sociale largement supérieure. le ruban de soie, c'était la femme "chic", mais là elle lui rappelle qu'elle a perdu son statut de grande dame, et qu'en tant que mec, c'est lui qui doit prendre les décisions.)
Puis elle s'éloigne, en "longeant" la gaffe, jusqu'à ne plus être en "contact visuel"" avec celle-ci. Elle a fait le premier pas, mais elle reprend ses distances, c'est à lui de faire son boulot. Il se rapproche. La gaffe passe en retrait, derrière lui, presque hors-cadre. Il débande. Trop de respect.

Suite du plan : la gaffe toujours sur l'oreille (heuuuu..derrière son dos), il lui attache les jambes avec le ruban. Bref, devant prendre ses responsabilités, ce con fait ce que son honneur d'homme lui demande, et prépare le suicide par noyade. Il a pris la main, mais fait ce que la société attend de lui (les chaines de soie, tout ça...)
Elle lui demande pardon, lui répond que c'est pas grave, bla bla bla...
La gaffe recule encore (et s'éloigne de lui pour presque sortir du cadre) l'honneur prend le dessus.
Manque de bol, le fait de lui attacher les jambes créé une intimité et un contact. Il la touche. Ruban de soie, gambettes, et yeux penchés vers son "intimité". Trop sensuel, il craque ! Avant de mourir, il lui déclare sa flamme.

Rupture : Ils se lèvent. Tension, elle a les jambes attachées et peut tomber à tout moment. Elle lui tourne le dos, il la colle.
Suspense.
Il se baisse et tourne le dos. A elle de faire son choix, elle est seule.

Elle se retourne, se baisse pour le rejoindre. C'est plié.
Elle se détourne pour ne pas lui faire sa déclaration en face (la pudeur, sans doute)
Il se tourne vers elle, elle se tourne vers lui...on n'en peut plus, c'est tendu comme un string, faut que ça craque !

Fin de plan et coup de génie : elle se jette dans ses bras, perdant toute retenue. Les conventions sociales explosent. Ne restent que le stupre et la débauche. Elle lui embrasse la poitrine, puis vise direct l'entrejambe. Bref, ça attaque style "gorge profonde". Au point ou elle en est, elle lache tout.
Monsieur se penche en arrière, un peu décontenancé, mais laisse faire et carpe diem !
Et LA on a le mouvement de caméra qui tue !!!
mouvement circulaire pendant que la barque s'éloigne et avant le fondu qui annoncent qu'on va les laisser faire leurs petits machins entre eux, quand même.
On passe derrière la barque pendant qu'elle lui travaille l'engin, et ce mouvement fait se dresser la gaffe de façon glorieuse et vachement bien placée, donnant ainsi l'un des plus beaux symboles phalliques et érectiles que j'aie pu voir. blink.gif laugh.gif
Bref, c'est la fête du slip, et il devient enfin un homme evec son symbole viril surdimensionné.

Perso, j'adore. la symbolique sexuelle au cinoche, c'est presque une tarte à la crême, mais ici, c'est vachement bien foutu. En général, ça peut soit se gérer au montage (avec de subtils inserts de fusée qui décolle ou de train qui rentre dans un tunel) soit dans la composition du cadre (monsieur est devant une colone de marbre, madame est devant un rideau entrouvert)
Ici, c'est mis en scène de façon discrète et inatendue, par un mouvement de caméra révélateur. Très fort. Le genre de scène qui n'a l'air de rien, mais a dû demander une sacrée préparation, et des repères de placement très bien préparés.



La classe, c'est comme le trafic de stups : plus c'est discret, plus c'est international. smile.gif

Woala. AMHA etc.
Désolé, pardon aux familles, tout ça.... sweat.gif
Le f'rais plus.

#137 L'utilisateur est hors-ligne   tonton 

  • DJ Zero
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 935
  • Inscrit(e) : 20-février 03

Posté 04 mai 2007 - 13:41

merci
perso je n'ai pas vu le film (jamais vu de Mizomizo, faut vraiment que je m'y mette), j'avais pas remarqué tout ça (et sur mon écran pourrave du boulot, je ne vois pas grand-chose) alors que ça me semble maintenant évident.
Rha, moi qui voyais quelque chose de touchant, de beau, en fait c'est juste un bon gros film de boules.
Posted Image

#138 L'utilisateur est hors-ligne   quarx 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 539
  • Inscrit(e) : 28-février 03
  • Location:la 4e dimension sur la droite

Posté 04 mai 2007 - 17:08

Pas vu le film non plus, mais c'est clair que la symbolique phallique de cet extrait est poilante, et superbement mise en scène.
Bon, pour tout dire, j'ai quand même envisagé que ca ne pouvait être que le produit de notre imagination débridée de mecs du XXIè siècle habitués à voir des sous-textes sexuels partout, mais tes explications (concernant notamment le rôle de la ceinture, l'importance de la position des persos...) m'auront convaincu que c'est sans aucun doute un effet voulu par Mizoguchi (dont je n'ai vu qu'un film pour l'instant, faudra que j'y remédie).

La censure avait quand même du bon à cette époque en obligeant les cinéastes à faire preuve d'une extrême créativité dés qu'il s'agissait de parler de cul. smile.gif

#139 L'utilisateur est hors-ligne   kea 

  • En kit
  • Groupe : Members
  • Messages : 8 101
  • Inscrit(e) : 27-janvier 04
  • Profil:Homme
  • Location:Loin devant...

Posté 04 mai 2007 - 20:55

Bon bah si Mizoguchi vous intéresse, je ne saurais trop vous conseiller "les contes de la lune vague après la pluie" qui est tout simplement l'un des meilleurs films du monde. (en toute objectivité, hein... smile.gif )

Pourquoi celui-là plus qu'un autre ? (il en a réalisé pas mal, le bougre...)
Parce que Mizoguchi a des thèmes récurrents, et une méthode assez régulière.
Son truc, sur le fond, c'est la condition des femmes (leur père aurait vendu sa soeur comme geisha quand il était môme, ça marque)
Au niveau de la forme, il utilise une "grammaire" assez précise, qui rend la lecture de ses films assez aisée quand on a pris le coup. Il utilise la mise en scène et le montage en suivant ce code précis, et quasiment tous ses effets et cadrages sont là pour illustrer le propos. Pas grand chose de gratuit. Pour ce qui est du cadrage à la mizo, y'a pas mal de bouquins et de sites qui en parleront mieux que moi. Sinon au niveau des codes, la position des persos, leur place dans le cadre et par rapport aux objets qui les entourent (dans l'extrait, par exemple, au début, ils sont séparés par le "banc" de la barque. Ensuite, ils sont dans le même espace. C'est typique du réal), quelques symboles (l'eau ou les récipients pour la femme, etc.), tout ça se retrouve dans tous ses films.

Alors pourquoi les contes de la lune vague ? Bah, simplement parce que, vu que la technique est très proche dans toute son oeuvre, mieux vaut attaquer par celui dont le scénar est le plus tripant et abouti. Y'a de l'action, du mouvement, un zeste de fantastique, bref, un film susceptible de plaire à tout madnaute. Ce film est une démo géniale. Technique au scalpel + scénar en béton = chef d'oeuvre.

Sinon, j'apprécie beaucoup "l'impératrice Yang Kwei Fei" (technique au top + un des rares en couleur) et "la rue de la honte" (qui se déroule dans un japon du XXème siècle : ça change un peu. De plus, le film sort en plein débat sur la fermeture des maisons closes. Il suit la vie de plusieurs de ces dames.)

En souhaitant que ça vous plaise. blush.gif

CITATION(quarx)
La censure avait quand même du bon à cette époque en obligeant les cinéastes à faire preuve d'une extrême créativité dés qu'il s'agissait de parler de cul.

Yep. Tutafé. Ca donne souvent de grands moments. Dans le genre, une prochaine fois, je vous balancerai un extrait de Bunuel qui ne manque pas de piquant icon_mrgreen.gif (dès que j'aurais remis la main dessus sad.gif)

#140 L'utilisateur est hors-ligne   jib 

  • Ghoulies
  • Groupe : Members
  • Messages : 118
  • Inscrit(e) : 08-novembre 05

Posté 08 mai 2007 - 12:09

Alors, pour essayer de rajouter des infos aux 10 pages précédentes, faut se lever de bonne heure !
J'ai pas tout lu, juste parcouru les messages dont ceux de l'Archi (mais qui est-il??!).
Concernant le entrée/sortie de champ, je sais plus qui se demandait pourquoi bidule entrait tjrs par la gauche dans un film de Welles ; comment il fallait faire entrer/sortir ses persos etc...
C'est surement des détails limites imperceptibles comme ça qui font qu'une oeuvre est aboutie.
L'important, au final, que ce soit au montage ou à la mise en scène, est de trouver l'harmonie dans un film.
Tel geste, tel déplacement, tel regard, tel durée de plan... TOUT à inévitablement un sens conscient ou inconscient chez le spectateur.
Un perso. qui entre à gauche pour ressortir à droite du champ pourrait être le "gentil" ou un perso. principal ; ce mouvement obéit à un certain code de lecture qui peut se vouloir rassurant (du moins pour nous qui lisons de gauche à droite). Pour l'exemple du film de Welles, il faudrait voir au final à quoi ça nous amène qu'untel entre systématiquement par la gauche (vote-t-il PS ? ou veut-il rejoindre l'UMP? rolleyes.gif ).
Un ex. simple qui me vient à l'esprit et qui montre bien la valeur de ces entrées/sorties : le classique duel de cowboy (CF : les Sergio Leone). Un plan fixe, un cowboy entre à gauche pendant que l'autre entre à droite... Inévitablement on s'attend au combat.
Après, cette symbolique n'est bien sur pas toujours utilisée mais rappelle tout de même qu'on peut jouer sur les affects du spectateur avec les moindres détails.

#141 L'utilisateur est hors-ligne   tonton 

  • DJ Zero
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 935
  • Inscrit(e) : 20-février 03

Posté 09 mai 2007 - 10:24

bon ben kea, tu m'as définitivement motivé pour découvrir Mizo, j'ai 2-3 dividi en stock (dont la pluie vague après le déluge), je va me matter ça rapidos.
Posted Image

#142 L'utilisateur est hors-ligne   Slimdods 

  • Sliimy
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 646
  • Inscrit(e) : 26-janvier 07
  • Profil:Homme

Posté 09 mai 2007 - 10:59

Euh petite question .

Je remarque en regardant certains films que la perspective est souvent exagérée sur certains plans ( une sorte de petit effet de distorsion ninja.gif !
Est ce un éffet de montage où une caméra spéciale qui est utilisé? ( ps : je ne parle pas de la focale...)
Merci rolleyes.gif

#143 L'archiviste*

  • Groupe : Guests

Posté 09 mai 2007 - 12:35

L'exagération de la perspective, c'est soit à l'aide d'un grand angle (ciné HK, bessonades, pitofisme), soit par l'effet d'une perspective forcée à même le plateau (Citizen Kane, La Foule).
Mais ca peut difficilement être imputé à du montage par contre.


CITATION(kea @ 04 5 2007 - 20:55) <{POST_SNAPBACK}>
"les contes de la lune vague après la pluie" qui est tout simplement l'un des meilleurs films du monde. (en toute objectivité, hein... smile.gif )
Tu peux smiley tant que tu veux, mais quand j'étais chtit, il y avait dans le livre Guiness de chez mère-grand une liste officielle des dix meilleurs films du monde (dûe à je ne sais quel comité d'experts) et Les Contes de la lune vague après la pluie en faisait bel et bien partie.

#144 L'utilisateur est hors-ligne   Sanjuro 

  • Be dumb !
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 645
  • Inscrit(e) : 09-mars 03
  • Location:Hi there !

Posté 09 mai 2007 - 13:16

CITATION(L @ 09 5 2007 - 12:35) <{POST_SNAPBACK}>
L'exagération de la perspective, c'est soit à l'aide d'un grand angle (ciné HK, bessonades, pitofisme)


Il ne faut pas, non plus, généraliser le ciné HK à des films uniquement tournés en courtes focales. C'est clair que l'utilisation de telles focales est généralement de mise lorsqu'il s'agit de filmer des combats en plans larges (Il était une fois en Chine, Drunken master 2, etc...) et, ainsi, accroître la lisibilté des séquences d'action. Ca me fait penser que GroLuc, contrairement, à Tsui Hark ou Liu Chia-Liang, se sert généralement le grand angle pour filmer les dialogues et n'utilise que très peu des possibilités offertes par ces objectifs pour cadrer les séquences d'action (en général bourrées de gros plans)... Là, on voit les réalisateurs qui ont tout compris !(bon c'est une question de goût, mais je n'accroche pas du tout aux partis pris de mise en scène du père Besson)

(Ouch, j'ai légèrement dévié du point de départ ninja.gif )

Sinon, je voulais dire que certains cinéastes HK tels que Ringo Lam (ça dépend des films en fait !), John Woo (on ne peut pas dire que ce dernier ne varie pas les focales) ou Kirk Wong ne sont pas du genre à abuser du le grand angle.
Un film comme Gunmen est quasi intégralement tourné en longues focales. Dans le même ordre d'idées, Ringo Lam sur Full alert (à mon souvenir) à pas mal recours aux longues focales pour donner au spectateur l'impression que le cadre urbain écrase, etouffe les divers protagonistes.

...Pour finir, certains réalisateurs de Wu-xia pian de la Shaw utilisent aussi des perspectives forçées à même le décor (là je pense en particulier à la scène d'ouverture de Holy flame of the martial world...Film qui, d'ailleurs, ne lésine pas sur le grand angle !)

Bon, tout ça, je me doute que L'archiviste le sait bien (et sûrement mieux que moi d'ailleurs !) mais je voulais tout de même faire une petite réctification face à des propos forcément réducteurs lorsque l'on parle d'une cinématographie dans son ensemble.
Mais je ne nie pas que de nombreux films d'exploitation HK (les "WongJingeries", entre autres !) utilisent le grand angle à tort et à travers avec un soin esthétique guère éloigné de Besson et ses acolytes.

Voila
Voila
Image IPB

#145 L'archiviste*

  • Groupe : Guests

Posté 09 mai 2007 - 20:30

icon_mrgreen.gif

#146 L'utilisateur est hors-ligne   Sanjuro 

  • Be dumb !
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 645
  • Inscrit(e) : 09-mars 03
  • Location:Hi there !

Posté 09 mai 2007 - 21:09

CITATION(L @ 09 5 2007 - 20:30) <{POST_SNAPBACK}>
icon_mrgreen.gif


Devrais je interpréter ce monsieur vert aux grandes dents par "tiens, on a mordu à l'hameçon" ?

(je suis un boeuf...)

icon_mrgreen.gif

Voila
Voila
Image IPB

#147 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 542
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 09 mai 2007 - 21:16

Je plussoie avec Sanju. Clair que pour de la focale courte faut plutot se tourner vers le ciné HK d'exploitations, les cat III , les polars old school la ya de la focale court et du grand angle a gogo.
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#148 L'utilisateur est hors-ligne   Elego 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 685
  • Inscrit(e) : 31-octobre 06
  • Location:Grenoble

Posté 09 mai 2007 - 21:42

Jeunet l'utilise beaucoup aussi, ou De Palma (mais bon, lui il utilise tout donc bon...).

#149 L'utilisateur est hors-ligne   macfly 

  • Ghoulies
  • Groupe : Members
  • Messages : 226
  • Inscrit(e) : 18-septembre 02
  • Location:Paris

Posté 11 mai 2007 - 17:30

Pour citer un exemple encore tout frais, Les fils de l'Homme est un film quasi-intégralement tourné avec des focales courtes. Ce qui s'explique très bien par le parti-pris "reportage", limite nouvelle vague de l'oeuvre. Même dans les scènes de dialogues (qu'on est habitué à voir en focales moyennes, dans la plupart des productions actuelles), Cuaron ne se départ pas de ce choix. Si bien qu'on a l'impression que tout le film a été tourné avec la même optique... comme si le cadreur n'avait pas eu le temps d'en changer ! Comme si la caméra et le cadreur faisaient partie de l'histoire ! ninja.gif

#150 L'archiviste*

  • Groupe : Guests

Posté 11 mai 2007 - 21:23

Pour Les Fils de l'Homme, reporte-toi au commentaire de Zizek dans les bonus. Il explique assez bien le parti-pris du film de raconter son sujet par les "à-côtés", autour du personnage. La plupart des éléments socio-politiques que l'on découvre de cet univers se font alors que la caméra suit le personnage (peu de cuts pour mettre en évidence un truc, bien au milieu du plan). Ce qui implique presque automatiquement le choix d'une courte focale systématique pour nous inviter à regarder en bord de cadre.

Partager ce sujet :


  • (33 Pages)
  • +
  • « Première
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)