Mad Movies: Césars 2014 - Mad Movies

Aller au contenu

  • (50 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Césars 2014

#1 L'utilisateur est hors-ligne   darklinux 

  • Truand 2 La Grammaire
  • Groupe : Members
  • Messages : 8 592
  • Inscrit(e) : 21-juin 05
  • Profil:Homme

Posté 27 février 2007 - 12:08

INDEX:

________________________________________________________________________________



Bon , Samedi canal + dans sa grande mansétude a diffusé les Les Césars ; qui s ' autoparodiant a récompansé la troisième
adaptation de Lady Chatterley ...et autre films d ' auteurs . Quelle est donc l ' intérèt de ce machin alors que Gros Luc n 'est meme pas récompensé pour ses effort pour détruire une bonne fois le 7eme art en France

#2 L'utilisateur est hors-ligne   King Kunu 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 955
  • Inscrit(e) : 12-septembre 06
  • Location:Suisse

Posté 27 février 2007 - 12:16

L'intérêt était la vanne du SAV sur L'Ile au trésors
d'ailleurs pourquoi je le mets en gras ?

Sinon Valerie Lemercier tente vainement de faire sourire l'assemblée... peine perdue

#3 L'utilisateur est hors-ligne   darklinux 

  • Truand 2 La Grammaire
  • Groupe : Members
  • Messages : 8 592
  • Inscrit(e) : 21-juin 05
  • Profil:Homme

Posté 27 février 2007 - 12:17

Tu est sur qu ils nont pas ouvert les tombes du Père Lachaise ?

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Denver 

  • Far Away
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 363
  • Inscrit(e) : 19-mars 05
  • Profil:Homme
  • Location:Lyon dans le coeur, Paris dans le cul.

Posté 27 février 2007 - 16:45

Mon préféré c'était le premier.

(Jules)
Image IPB
On cherche des dates ! Paris, Province, Europe...
http://crackityflynnmusic.bandcamp.com
http://crackityflynn.bigcartel.com/

#5 L'utilisateur est hors-ligne   thedeparted 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 940
  • Inscrit(e) : 23-janvier 07
  • Profil:Homme

Posté 27 février 2007 - 17:10

Les Césars seront crédibles le jour où on arrêtera de faire des auto-références à Canal, d'avoir un cadre aussi théâtral à 2 sous et surtout de nous faire croire que le summum de l'humour c'est Valérie Lemercier entrant sur du Zouk Machine... mellow.gif

#6 L'utilisateur est hors-ligne   AbsInthe 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 617
  • Inscrit(e) : 25-février 03
  • Location:au fond d'une petite cuillère...

Posté 27 février 2007 - 18:23

Pas vu la cérémonie, mais à lire le discours fait par Pascale Ferran, je regrette de ne pas avoir regardé ne serait-ce que pou voir la tête de benet du ministre de la culture à l'écoute de ce discours

CITATION
Nous sommes nombreux dans cette salle à être comédien, technicien ou réalisateur de cinéma.
C’est l’alliance de nos forces, de nos talents et de nos singularités qui fabrique chaque film que produit le cinéma français.
Par ailleurs, nous avons un statut commun: nous sommes intermittents du spectacle.
Certains d’entre nous sont indemnisés, d’autres non; soit parce qu’ils n’ont pas travaillé suffisamment d’heures, soit, à l’inverse, parce que leurs salaires sont trop élevés pour être indemnisés dans les périodes non-travaillées.
C’est un statut unique au monde. Pendant longtemps, il était remarquable parce qu’il réussissait, tout en prenant en compte la spécificité de nos métiers, à atténuer un peu, un tout petit peu, la très grande disparité de revenus dans les milieux artistiques. C’était alors un système mutualisé. Ils produisaient une forme très concrète de solidarité entre les différents acteurs de la chaîne de fabrication d’un film, et aussi entre les générations.
Depuis des années, le MEDEF s’acharne à mettre à mal ce statut, en s’attaquant par tous les moyens possibles à la philosophie qui a présidé à sa fondation.
Aujourd’hui, il y est presque arrivé. De réformes en nouveau protocole, il est arrivé à transformer un système mutualisé en système capitalisé. Et cela change tout. Cela veut dire, par exemple, que le montant des indemnités n’est plus calculé sur la base de la fonction de son bénéficiaire mais exclusivement sur le montant de son salaire. Et plus ce salaire est haut, plus haut sera le montant de ses indemnités.
Et on en arrive à une absurdité complète du système où, sous couvert de résorber un déficit, on exclut les plus pauvres pour mieux indemniser les plus riches.

Or, au même moment exactement, à un autre bout de la chaîne de fabrication des films, d’autres causes produisent les mêmes effets. Je veux parler du système de financement des films qui aboutit d’un côté à des films de plus en plus riches et de l’autre à des films extrêmement pauvres.
Cette fracture est récente dans l’histoire du cinéma français.
Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, ce qu’on appelait les films du milieu - justement parce qu’ils n’étaient ni très riches ni très pauvres - étaient même une sorte de marque de fabrique de ce que le cinéma français produisait de meilleur.
Leurs auteurs - de Renoir à François Truffaut, de Jacques Becker à Alain Resnais - avaient la plus haute opinion des spectateurs à qui ils s’adressaient et la plus grande ambition pour l’art cinématographique. Ils avaient aussi, bon an mal an, les moyens financiers de leurs ambitions.
Or, ce sont ces films-là que le système de financement actuel, et en premier lieu les chaînes de télévision, s’emploient très méthodiquement à faire disparaître.

En assimilant les films à vocation artistique aux films pauvres et les films de divertissement aux films riches, en cloisonnant les deux catégories, en rendant quasi impossible pour un cinéaste d’aujourd’hui le passage d’une catégorie à une autre, le système actuel trahit l’héritage des plus grands cinéastes français. Et leur volonté acharnée de ne jamais dissocier création cinématographique, point de vue personnel et adresse au plus grand nombre. Ce faisant, il défait, maille après maille, le goût des spectateurs; alors même que, pendant des décennies, le public français était considéré comme le plus curieux, le plus exigeant, le plus cinéphile du monde.

Ici comme ailleurs, la violence économique commence par tirer vers le bas le goût du public puis cherche à nous opposer. Elle n’est pas loin d’y arriver.
Les deux systèmes de solidarité - entre les films eux-mêmes et entre ceux qui les font -, ces deux systèmes qui faisaient tenir ensemble le cinéma français sont au bord de la rupture.

Alors peut-être est-il temps de nous réveiller.
Peut-être est-il temps de nous dire que notre amour individuel pour le cinéma, aussi puissant soit-il, n’y suffira pas.
Peut-être est-il temps de se battre, très méthodiquement nous aussi, pour refonder des systèmes de solidarité mis à mal et restaurer les conditions de production et de distribution de films qui, tout en donnant à voir la complexité du monde, allient ambition artistique et plaisir du spectacle.

Nous n’y arriverons pas, bien sûr, sans une forme de volonté politique d’où qu’elle vienne. Or, sur de tels sujets, force nous est de constater que celle-ci est désespérément muette.

Mais rassurons-nous. Il reste 55 jours aux candidats à l’élection présidentielle pour oser prononcer le mot «culture».


#7 L'utilisateur est hors-ligne   Pizza the Hutt 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 608
  • Inscrit(e) : 18-février 03
  • Profil:Homme

Posté 28 février 2007 - 01:04

Ah ouais, y'a aussi ça qui est chiant avec ces Césars, c'est ces conneries de discours politiques dont on en a rien à foutre. dry.gif

Les autres corps de métier ont aussi leurs problèmes, mais au moins ils ont pas d'émission pour placer leurs discours.

Ou alors ils le font mais lors d'un débat dans une émission faite pour cela.

#8 L'utilisateur est hors-ligne   john mclane 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 130
  • Inscrit(e) : 01-avril 05
  • Profil:Homme
  • Location:si je suis là c'est que je devrais être ailleurs ...

  Posté 28 février 2007 - 01:19

CITATION(Pizza the Hutt @ 28 2 2007 - 00:04) <{POST_SNAPBACK}>
Ah ouais, y'a aussi ça qui est chiant avec ces Césars, c'est ces conneries de discours politiques dont on en a rien à foutre. dry.gif

Les autres corps de métier ont aussi leurs problèmes, mais au moins ils ont pas d'émission pour placer leurs discours.

Ou alors ils le font mais lors d'un débat dans une émission faite pour cela.




euh les Césars, tu juges que c'est pas une émission idéale pour parler de cinéma?

Voir le messageOrsonZ, le 21 février 2013 - 08:03 , dit :

Mark his words

#9 L'utilisateur est hors-ligne   dutch 

  • Je consulte un psy
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 815
  • Inscrit(e) : 26-juillet 06
  • Profil:Homme
  • Location:Welcome to the Jungle

Posté 28 février 2007 - 01:27

Ouais de pseudo cinema d'ôteur s'il vous plait hein! Non mais le discours là c'était à se flinguer wallbash.gif , lourdingue de chez lourdingue ,pascal ferran mieux que le lexomil hein! icon_mrgreen.gif
sinon qui l'a vu son film, c'est bien?... à moins qu'il y ait pitêtre un topic dessus? J'ai eu la flemme de regarder icon_mrgreen.gif

#10 L'utilisateur est hors-ligne   kitano 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 246
  • Inscrit(e) : 25-juillet 06

Posté 28 février 2007 - 01:44

Le discours le plus strange c'était Yann Arthus Bertrand genre vous les cinéastes vous ne montrez pas assez l'exemple dans vos films pour aider l'écologie, vous devriez faire des films plus écolo comme Lady Chaterley qui se passe en forêt. blink.gif
Image IPB

#11 L'utilisateur est hors-ligne   dutch 

  • Je consulte un psy
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 815
  • Inscrit(e) : 26-juillet 06
  • Profil:Homme
  • Location:Welcome to the Jungle

Posté 28 février 2007 - 01:46

punaise il a du adorer APOCALYPTO icon_mrgreen.gif

#12 L'utilisateur est hors-ligne   quarx 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 539
  • Inscrit(e) : 28-février 03
  • Location:la 4e dimension sur la droite

Posté 28 février 2007 - 01:53

Ben moi j'l'aime bien ce discours : simple et direct, où la passion ne prend pas le pas sur la raison, et qui aura ptêt eu le mérite de faire réfléchir 2 secondes les invités.

Je préfère ça à une éloge dithyrambique et démagogique de l'état du cinéma français actuel.

#13 L'utilisateur est hors-ligne   kitano 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 246
  • Inscrit(e) : 25-juillet 06

Posté 28 février 2007 - 02:07

Oui non mais il y a des tas de documentaires alarmistes qui traitent du sujet, c'est plus aux politique à se bouger qu'aux cinéastes donc j'ai trouvé son ton accusateur un peu bizarre. (J'ai rien contre Lady Chaterley que j'ai pas vu d'ailleurs)
Image IPB

#14 L'utilisateur est hors-ligne   quarx 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 539
  • Inscrit(e) : 28-février 03
  • Location:la 4e dimension sur la droite

Posté 28 février 2007 - 02:13

CITATION(kitano @ 28 2 2007 - 01:07) <{POST_SNAPBACK}>
Oui non mais il y a des tas de documentaires alarmistes qui traitent du sujet, c'est plus aux politique à se bouger qu'aux cinéastes donc j'ai trouvé son ton accusateur un peu bizarre. (J'ai rien contre Lady Chaterley que j'ai pas vu d'ailleurs)

Si ton "oui non mais..." m'était destiné, je tiens juste à préciser que dans mon précédent post je parlais du discours de Pascale Ferran. (celui de Yann Arthus Bertrand je l'ai pas entendu) sweat.gif

#15 L'utilisateur est hors-ligne   kitano 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 246
  • Inscrit(e) : 25-juillet 06

  Posté 28 février 2007 - 02:29

CITATION(quarx @ 28 2 2007 - 01:13) <{POST_SNAPBACK}>
(celui de Yann Arthus Bertrand je l'ai pas entendu) sweat.gif


bof t'as rien raté...
Image IPB

Partager ce sujet :


  • (50 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)