Aller au contenu


Photo

Mario Bava - Sa vie, son oeuvre


  • Please log in to reply
146 réponses sur ce sujet

#41 Seetrouy

Seetrouy

    Wookie

  • Members
  • 3158 Messages :
  • Location:forever lost in a happy crowd

Posté 24 September 2006 - 18:52 PM

CITATION(Flying Totoro @ 24 9 2006 - 18:31) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Seetrouy @ 24 9 2006 - 16:10) <{POST_SNAPBACK}>

Je viens de voir Lisa et le diable, et je trouve malheureusement que ce film rassemble tous les gros défauts que je trouve généralement chez Bava, à savoir des acteurs nuls et / ou mal dirigés (Telly Savalas, notamment, a l'air de bien s'amuser - cf. les références à Kojak blink.gif ), un scénario, disons, vaporeux pour pas dire autre chose, un rythme inégal... Restent de très belles images (le visage de Savalas qui se reflète dans la flaque de vin -> oh putain ohmy.gif ), une photo superbe, etc.... Encore faut-il rester éveillé pour en profiter. A la limite je trouve le montage de Alfredo Leone bien plus sympa que le film original...


Vu ce que je viens de répondre au dessus, j'en rajoute pas mais juste : il n'y a PAS de référence à Kojak dans Lisa (Alfredo Leone en interview aime bien raconter qu'il a donné à Savalas sa première sucette).


En même temps, Fragasso a déjà déclaré être un bon scénariste, alors bon les interviews... Et quoiqu'il en soit, ça n'enlève rien au fait que Savalas fait ce qu'il veut dans le film (en bien et en mal).

#42 Flying Totoro*

Flying Totoro*
  • Guests

Posté 24 September 2006 - 18:55 PM

CITATION(Seetrouy @ 24 9 2006 - 19:52) <{POST_SNAPBACK}>
En même temps, Fragasso a déjà déclaré être un bon scénariste, alors bon les interviews... Et quoiqu'il en soit, ça n'enlève rien au fait que Savalas fait ce qu'il veut dans le film (en bien et en mal).


Oui sauf que tu as ratée l'idée principale qui était le but de la remarque : Lisa a été tourné juste avant que Savalas ne commence Kojak, il n'y a donc pas de clins d'oeil à Kojak dans Lisa...

#43 Seetrouy

Seetrouy

    Wookie

  • Members
  • 3158 Messages :
  • Location:forever lost in a happy crowd

Posté 24 September 2006 - 19:05 PM

CITATION(Flying Totoro @ 24 9 2006 - 18:55) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Seetrouy @ 24 9 2006 - 19:52) <{POST_SNAPBACK}>
En même temps, Fragasso a déjà déclaré être un bon scénariste, alors bon les interviews... Et quoiqu'il en soit, ça n'enlève rien au fait que Savalas fait ce qu'il veut dans le film (en bien et en mal).


Oui sauf que tu as ratée l'idée principale qui était le but de la remarque : Lisa a été tourné juste avant que Savalas ne commence Kojak, il n'y a donc pas de clins d'oeil à Kojak dans Lisa...


Mouais enfin on peut supposer que Savalas est déjà au courant de ce qu'il va faire dans Kojak, puisque le film est tourné "juste avant que Savalas ne commence Kojak".

Et puis plutôt que de considérer que tout le monde est aussi omniscient que toi, tu pourrais préciser dès le départ pourquoi il est absolument certain que Savalas n'avait jamais vu de sucette de sa vie avant d'en découvrir l'usage successivement dans Lisa et le diable et dans Kojak (la vie d'un acteur c'est zarbe des fois).

M'enfin on s'en tape.

#44 Flying Totoro*

Flying Totoro*
  • Guests

Posté 26 September 2006 - 01:07 AM

CITATION(Seetrouy @ 24 9 2006 - 20:05) <{POST_SNAPBACK}>
Mouais enfin on peut supposer que Savalas est déjà au courant de ce qu'il va faire dans Kojak, puisque le film est tourné "juste avant que Savalas ne commence Kojak".

Et puis plutôt que de considérer que tout le monde est aussi omniscient que toi, tu pourrais préciser dès le départ pourquoi il est absolument certain que Savalas n'avait jamais vu de sucette de sa vie avant d'en découvrir l'usage successivement dans Lisa et le diable et dans Kojak (la vie d'un acteur c'est zarbe des fois).

M'enfin on s'en tape.


(soupir)

Kojak fume le cigare pendant la moitié de la première saison. Ce n'est que lorsque Telly Savalas décide d'arréter de fumer qu'apparait la sucette dans la série...

Et puis tant de condescendance n'est peut être pas necessaire, si ?
Ca changera pas qu'il y a pas de référence à Kojak dans Lisa contrairement à ce que tu avais écrit et, que je te reprenne sur ce détail, ne signifie pas la fin du monde... Enfin espérons...

#45 Seetrouy

Seetrouy

    Wookie

  • Members
  • 3158 Messages :
  • Location:forever lost in a happy crowd

Posté 26 September 2006 - 10:17 AM

Ah nan, mais te méprends pas, j'étais pas du tout condescendant ; j'essayais juste de faire descendre le débat des happy few qui savent pourquoi Telly Savalas ne fait aucune référence à Kojak dans Lisa et le diable jusqu'au commun des forumeurs qui aimerait bien savoir pourquoi.

Maintenant, si c'est devenu si difficile ici de répondre sans soupirer quand quelqu'un pose une question, ou de le corriger quand il se fourvoie lamentablement (plus ou moins le principe de l'objet forum), je crois qu'on peut fermer.

(pis t'as raison, je vais arrêter le ton condescendant - même si en fait j'ai jamais commencé, t'y arrives bien mieux que moi)

#46 Seetrouy

Seetrouy

    Wookie

  • Members
  • 3158 Messages :
  • Location:forever lost in a happy crowd

Posté 20 October 2006 - 10:58 AM

Afin d'éviter de me faire encore soupirer à la figure par totorot, je me contenterai de dire que j'ai découvert Danger : Diabolik hier au cours d'une séance à 23 heures, précédé de bandes annonces de Blaxpoitation bien gratinées (Dolemite, Dr. Black and Mr. Hyde...), et que c'était génial.

Si je puis me permettre, du haut de mon humble condition de forumeur basique et oubliable, j'ajouterai que la scène qui m'a absolument retourné, c'est, au début, lorsque Diabolik rejoint sa nana dans le tunnel, et que Bava les filme de dos, dans la voiture, en train de se rouler un patin, et que la caméra recule brusquement, passe à travers la vitre arrière et effectue un mouvement à 90 degrés pour se retrouver à filmer la caisse de l'extérieur, en 3/4 arrière (je sais pas si je me suis bien fait comprendre, j'espère que l'on ne va pas me filer des coups de triques par post interposé - ça fait mal)

J'en ai été soufflé toute la séance.

#47 Carlito Brigante

Carlito Brigante

    Leprechaun

  • Members
  • 516 Messages :

Posté 05 February 2007 - 00:01 AM

Affaire de la mort qui tue : http://www.rueducomm...-BAVA-3-DVD.htm

Grouillez-vous !!!

#48 Flying Totoro*

Flying Totoro*
  • Guests

Posté 26 June 2007 - 01:07 AM

Onn'est jamais mieux servi que par soi même...

CITATION(McT @ 23 6 2007 - 16:21) <{POST_SNAPBACK}>
Le masque du démon De Mario Bava

Excellent film gothique, élcairage splendide et mise en scène inventive. C'est rare de voir les histoires de sorcière bien traitées au cinéma, la scéne d'intro est énormissime, avec le coup de massu sur le masque de Barbara Steele, adoré d'un bout à l'autre. Mon Bava préféré : 5/6


Sans dec, c'est plus mieux quand tu viens de voir un truc cool de poster sur un topic existant (si topic existant il y a bien evidemment) : d'abord parce que ça le fait remonter, et ensuite parce que du coup ça permet de relancer la discussion (discussion dont les possibilités sont hyper limitées sur le topic Vous avez vu quoi today ? vu qu'il gagne 4 pages par jour)

Enfin bref... Le masque du Démon donc



Si ce n'est que je trouve que tu es vachement rapiat de pas lâcher ton 6/6, je suis on ne peut plus d'accord avec toi et je vais en profiter pour rebondir avec une gràce toute totoresque (BOING !)

Le Masque du Demon a ceci de bien qu'il est le plus connu, le plus emblématique et le plus respecté de tous les films de Mario Bava. C'est également celui qui a le mieux marché (c'est même le film qui a fait gagner le plus de blé à l'American International Picture, le distributeur US) et il a instantanément était reconnu pour ce qu'il est : un jalon dans l'histoire du cinéma d'épouvante, le film matrice du cinéma gothique italien et un authentique film transgressif (ça parle un peu inceste et nécrophilie quand même et surtout - avec Horror of Dracula qui le précède de 2 ans - c'est l'un des tout premiers film a reussir à reunir en un seul personnage désir et effroi, et là je parle de Barbara Steele bien évidemment).

Et si l'inventivité et la maestria de sa mise en scène éclate à la gueule, il y a un truc qu'on ne voit pas et qui est à mettre au crédit de Bava et de son équipe : c'est que c'était un film fauché et fait dans un foutoir absolu. Fauché vu qu'il a coûté à peu près 6 fois moins qu'un film italien moyen de l'époque. Mais enfin c'était pas si grave vu que c'est quand même le seul film où Bava a pu se payer une dolly et des rails de travelling, il semble que pendant le reste de sa carrière, il ait du se contenter d'un landau pour les travelling et d'une balançoire bricolée en guise de grue. Bien qu'ayant carte blanche pour son adaptation de Vij de Nicolai Gogol1, Bava coécrit le script en ayant bien en tête les films de la Hammer qui se révèlent être les premiers films d'horreur à cartonner en Italie (c'est pour ça que le film fait la confusion entre vampires et sorcières en fait). Mais comme souvent, Bava réécrit beaucoup sur le plateau et change nombre d'éléments. Certains acteurs prétendent même qu'il n'y avait pas de script et qu'ils recevait leurs lignes le matin. C'est tellement le bordel que Mario Serandrei2, monteur du film, se voit affubler d'un crédit de scénariste pour rendre compte du boulot qu'il a fait pour donner au truc un semblant d'unité.

Mais à l'arrivée c'est sûr c'est la classe totale et, même si c'est un faux premier film, la naissance d'un authentique génie du 7è art tichoux.


(1)Le film à l'arrivé n'entretient que peu de rapport avec la nouvelle de Gogol mais celle ci à été adapté en 1968 en Russie et vaut grave le coup d'oeil pour les scènes avec les streums supervisées par Alexandre Ptushko. Il y a un dvd édité par Rusciso.

(2)Mario Serandrei est un des monteurs brillants du cinéma italien. Il a notamment travaillé sur Le Guépard, Main basse sur la Ville et La bataille d'Alger. Il travaillera sur tous les films de Bava jusqu'à sa mort au milieu des 60s. Et de là à y voir une des raisons justifiant l'écart qui existe entre les films de la première moitié de la carrière de Bava et ceux de la seconde...


#49 Prosopopus

Prosopopus

    Gremlins

  • Members
  • 1115 Messages :
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 26 June 2007 - 02:22 AM

Rien à rajouter...

par contre la remontée du topic me permet de voir que t'avais répondu à un de mes posts par un long message que je n'avais même pas vu...

Sur le fait que la direction d'acteur de Bava soit un peu déficiente tu expliquais ça par le fait que ce n'est pas son métier et effectivement ça me semble une bonne raison mais ce qui me frappe c'est que Bava a tout de même une longue carrière et une bonne tripotée de films (même si par rapport à d'autres briscards du bis c'est ridicule) et qu'il n'a pas progressé d'un iota entre, par exemple, Le Masque et Lisa et le Diable. Pourtant il a pu bosser sur des films de Walsh, Tourneur ou Comencini (après c'est pas évident qu'il ait eu un véritable contact), je pense donc tout de même qu'il y a un peu de désintérêt pour la direction d'acteur. Dans le bouquin en Français sur Bava (dont j'ai oublié le titre et l'auteur) il est précisé que Barbara Steele définit Bava comme un homme très discret sur le plateau du Masque. Mario Soldati raconte que Bava lui avait dit que "les acteurs étaient tous nés avec une plume dans le cul" (pour le coup ça n'a que peu d'intérêt mais la phrase m'amuse.

Après le fait que ses films soient tournés rapidement et pour pas cher l'obligeait aussi à laisser de côté la direction d'acteurs pas toujours tiptops pour soigner l'aspect visuel. Sur ce dernier point je ne vois que peu de réalisateurs capable de faire si bien en si peu de temps. Sur Le Masque Bava disait qu'il préparait les éclairages en 7-12 minutes, ce qui est juste surhumain. Pour les scénarios je pense que c'est la même chose, conscient qu'il aurait du mal à les paufiner, vu que ceux ne sont pas toujours (jamais?) les siens et pas son métier, il devait les laisser de côté pour transcender tout ça par la mise en image, à la différence d'un Fulci qui réécrivait les scénars qu'il tournait ou d'un Argento. Ce qui est assez touchant c'est que Bava avait pleinement conscience de ne pas toujours choisir les bons sujets. "J'ai le tort d'accepter tout ce qu'on me propose ; ce n'est pas ainsi que l'on fait des chefs d'oeuvre."

Et puis oui Le Masque du Démon c'est 6/6 ! même 10/6 !!!

#50 Flying Totoro*

Flying Totoro*
  • Guests

Posté 26 June 2007 - 08:06 AM

CITATION(Prosopopus @ 26 6 2007 - 03:22) <{POST_SNAPBACK}>
Sur le fait que la direction d'acteur de Bava soit un peu déficiente tu expliquais ça par le fait que ce n'est pas son métier et effectivement ça me semble une bonne raison mais ce qui me frappe c'est que Bava a tout de même une longue carrière et une bonne tripotée de films (même si par rapport à d'autres briscards du bis c'est ridicule) et qu'il n'a pas progressé d'un iota entre, par exemple, Le Masque et Lisa et le Diable. Pourtant il a pu bosser sur des films de Walsh, Tourneur ou Comencini (après c'est pas évident qu'il ait eu un véritable contact), je pense donc tout de même qu'il y a un peu de désintérêt pour la direction d'acteur. Dans le bouquin en Français sur Bava (dont j'ai oublié le titre et l'auteur) il est précisé que Barbara Steele définit Bava comme un homme très discret sur le plateau du Masque.


Alors mettons nous bien d'accord, lorsque Bava travailait avec Walsh & co, il le faisait en tant que directeur de seconde équipe. C'est à dire qu'il gérait les plans de foule, les plans large et les trucages et pas la comédie. il a pu discuter avec ces réalisateurs (et puis aussi avec ses compatriotes bien entendu), il a pu occasionnellement les voir travailler, mais il a vraiment appris sur le tas.
Après il faut quand même aussi voir qu'il a pas eu spécialement affaire qu'à des grands non plus. Est ce que si il avait du diriger Bette Davis et James Mason, le resultat eut été le même ? Je n'en sais rien mais il a pas vraiment eu affaire qu'à des pointures.
Je suis moins d'accord quand tu dis qu'il n'y a pas d'évolution. Y a quand même justement des films dans lesquels il s'en tire mieux que d'autre. Genre La Fille qui en savait trop, Valentina Cortese est top là dedans.
Tu trouveras de la totalité des acteurs interviewés l'image du Bava gentil, superstiteux, un peu fermé mais charmant. Y compris chez ceux avec qui ça ne s'est pas super bien passé comme John Saxon. Barbara Steele est bien gentille mais elle a quand même un peu empoisonné la vie de Bava sur le plateau en se pointant en retard et en faisant sa prima donna. C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle ils n'ont pas retourné ensemble bien que Bava trouvait que la plastique de Steele la rendait idéale pour ses films. En fait, Bava voulait lui proposer le rôle de Daliah Lavi pour le Corps et le Fouet mais l'agent de Steele lui a fait sèchement remarquer que barbara venait de tourner avec Fellini (elle a une scène dans 8 et demi) et qu'elle ne faisait plus ce genre de film (...). En 1964 elle est passée à l'ennemi en tournant avec Margheriti (avec qui Bava avait des comptes à régler pour des raisons que je n'ai jamais sues) et c'était plus possible.

Je ne resiste pas à une petite anecdote bien tichoux : un jour sur le plateau du Masque, Barbara Steele ne se présente pas. Bava demande qu'on se renseigne et apprend que Barbara ne veut plus tourner parce qu'on lui a dit que Bava tournait avec une nouvelle pellicule de son invention qui lui permet de filmer à travers les vètements et donc d'avoir les acteurs à poil à l'image ! Et Mario Bava de devoir aller à son hôtel pour lui expliquer "Mais Barbara si j'avais inventé une telle chose, tu crois vraiment que j'aurais besoin de travailler ?"

CITATION(Prosopopus @ 26 6 2007 - 03:22) <{POST_SNAPBACK}>
Pour les scénarios je pense que c'est la même chose, conscient qu'il aurait du mal à les paufiner, vu que ceux ne sont pas toujours (jamais?) les siens et pas son métier, il devait les laisser de côté pour transcender tout ça par la mise en image, à la différence d'un Fulci qui réécrivait les scénars qu'il tournait ou d'un Argento. Ce qui est assez touchant c'est que Bava avait pleinement conscience de ne pas toujours choisir les bons sujets. "J'ai le tort d'accepter tout ce qu'on me propose ; ce n'est pas ainsi que l'on fait des chefs d'oeuvre."


Sauf que Bava réécrivait quasiment toujours ses scénarios mais sans être crédité (comme pour les trucages, tu ne le trouveras pas mentionné au générique mais il est l'auteur de la totalité des matte paintings de ses films).
Pour la petite phrase, il faut garder à l'idée que Bava était quelqu'un d'assez modeste, ultra superstitieux et surtout qui ne se confiait que très très peu (il a donné très peu d'interviews dans sa vie). En plus c'est quelqu'un qui a connu les rigueurs de la guerre et qui se serait pas imaginé du travail lorsqu'on lui en proposait.
Même là il était assez peu carriériste et avait très peur de quitter l'Italie (il n'a que très rarement quitté son pays d'origine) : lorsque De Laurentiis lui a proposer de faire les effets spéciaux de son King Kong de merde, bava a décliner et lui a recommandé Rambaldi.

CITATION(Prosopopus @ 26 6 2007 - 03:22) <{POST_SNAPBACK}>
Et puis oui Le Masque du Démon c'est 6/6 ! même 10/6 !!!


C'est du tichoux !

#51 Tigelz

Tigelz

    Wookie

  • Members
  • 3990 Messages :
  • Profil:Inconnu

Posté 26 June 2007 - 08:47 AM

CITATION(Tigelz @ 13 5 2006 - 12:59) <{POST_SNAPBACK}>
Première grosse déconvenue avec Mario Bava avec la vision de Lisa et le diable, très mauvais film extrêmement décevant de la part d'un cinéaste capable de belles choses, mais qui ici foire quasiment tout, de la mise en scène (la pire que j'ai vu du réal) au script incompréhensible et chiant comme jamais.
Bon ben y sort quand en zone 2 son Danger Diabolik ?


Je reviens là-dessus: j'ai revu Lisa et le diable il y a quelques semaines et j'ai vraiment adoré cette relecture. L'ennuie laisse place à l'intérêt, le script devient passionnant, l'ambiance est belle (la fin est superbe). Même la mise en scène me semble "invisible" là où je l'avais jugée nulle à ma première vision. Ca valait le coup d'y revenir.
J'ai également vu Blood Baron, très naze pour le coup (sans l'actrice principale je lâchais l'affaire au bout d'un quart d'heure), et Une hache pour la lune de miel, pas toujours très réussi celui là (une première moitié un peu chiante) mais une séquence onirique fait particulièrement froid dans le dos, et le dernier acte est très bien pensé (je me suis fait avoir par la fin).

Si ceux qui disent du mal de moi savaient ce que je pense d'eux, ils en diraient bien davantage ! (Sacha Guitry)


#52 Prosopopus

Prosopopus

    Gremlins

  • Members
  • 1115 Messages :
  • Location:to infinity... and beyond !!!

Posté 26 June 2007 - 10:39 AM

CITATION(Flying Totoro @ 26 6 2007 - 09:06) <{POST_SNAPBACK}>
Alors mettons nous bien d'accord, lorsque Bava travailait avec Walsh & co, il le faisait en tant que directeur de seconde équipe. C'est à dire qu'il gérait les plans de foule, les plans large et les trucages et pas la comédie. il a pu discuter avec ces réalisateurs (et puis aussi avec ses compatriotes bien entendu), il a pu occasionnellement les voir travailler, mais il a vraiment appris sur le tas.


Pas tout à fait d'accord. Pour les quelques américains c'est vrai qu'il ne devait pas les voir tant que ça, d'ailleurs pour Tourneur il semblerait qu'il soit même le réal du film. par contre lorsqu'il bossait avec le Rosselini du début, Comencini, Monicelli ou quelques autres il me semblait qu'il le faisait en tant que directeur de la photographie. Mais c'est vrai qu'il disait lui-même qu'il avait surtout appris la technique.

CITATION
Après il faut quand même aussi voir qu'il a pas eu spécialement affaire qu'à des grands non plus. Est ce que si il avait du diriger Bette Davis et James Mason, le resultat eut été le même ? Je n'en sais rien mais il a pas vraiment eu affaire qu'à des pointures.
Je suis moins d'accord quand tu dis qu'il n'y a pas d'évolution. Y a quand même justement des films dans lesquels il s'en tire mieux que d'autre. Genre La Fille qui en savait trop, Valentina Cortese est top là dedans.


Oui là pour le coup il me semble que tu as tout à fait raison, je me range à ton avis, avec des acteurs pas trop mauvais il se débrouillait. Dans Schock Daria Nicolodi et John Steiner se débrouillent, après on pourrait dire que c'est grace au fiston Bava mais je ne crois pas, lamberto n'étant pas vraiment un modèle de direction d'acteurs (de là à dire qu'il n'est un modèle de rien du tout il n'y a qu'un pas que je serais prêt à franchir.)

CITATION
Barbara Steele est bien gentille mais elle a quand même un peu empoisonné la vie de Bava sur le plateau en se pointant en retard et en faisant sa prima donna. C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle ils n'ont pas retourné ensemble bien que Bava trouvait que la plastique de Steele la rendait idéale pour ses films. En fait, Bava voulait lui proposer le rôle de Daliah Lavi pourle Corps et le Fouet mais l'agent de Steele lui a fait sèchement remarquer que barbara venait de tourner avec Fellini (elle a une scène dans 8 et demi) et qu'elle ne faisait plus ce genre de film (...).


C'est vrai que la Steele avait l'air d'être une sacrée chieuse, comme avec Cronenberg. Le coup de Felini c'est amusant lorsque tu sais qu'il l'a justement choisie pour son rôle dans le Masque.

CITATION
Margheriti (avec qui Bava avait des comptes à régler pour des raisons que je n'ai jamais sues)
Je sais que Bava avait bossé avec Margheriti et que celui-ci travaillait lui aussi ses effets spéciaux. Rivalité ou trucs piqués ? A moins que ce soit une histoire d'argent ce qui est possible avec cette pince de Margheriti.


CITATION
Sauf que Bava réécrivait quasiment toujours ses scénarios mais sans être crédité (comme pour les trucages, tu ne le trouveras pas mentionné au générique mais il est l'auteur de la totalité des matte paintings de ses films).


Là tu m'apprends vraiment un truc. Je ne sais pas pourquoi j'étais persuadé que Bava ne retouchait que très peu ce qu'on lui donnait à filmer.

CITATION
Pour la petite phrase, il faut garder à l'idée que Bava était quelqu'un d'assez modeste
Moi aussi j'ai une anecdote qu'elle est bien. Sa grande modestie lui vient en partie de son papa, lorsque Bava lui offre un de ses tableaux signé, son père lui fout une torgnole en lui disant "Raphaël lui-même ne signait pas ses toiles."


@Tigelz
CITATION
vu Blood Baron, très naze pour le coup (sans l'actrice principale je lâchais l'affaire au bout d'un quart d'heure), et Une hache pour la lune de miel, pas toujours très réussi celui là


Blood baron c'est effectivement pas super mais j'aime bien. Surtout pour une séquence, celle où le Baron apparaît en haut du chateau et se glisse entièrement dant le cadre, d'abord les mains puis sa tête et son buste, vraiment impressionant et inquiétant.

Une Hache par contre j'adore... mais c'est parce qu'il y a Dagmar Lassender, et pour tout le reste aussi les images, l'atmosphère ouatée les obsessions amusantes.

Par contre le prend pas mal mais t'as une propention à partir du moment où un film ne te plait pas à le juger naze sans autre forme de procès (Remember Peckinpah)

#53 Flying Totoro*

Flying Totoro*
  • Guests

Posté 26 June 2007 - 10:54 AM

CITATION(Prosopopus @ 26 6 2007 - 11:39) <{POST_SNAPBACK}>
Pas tout à fait d'accord. Pour les quelques américains c'est vrai qu'il ne devait pas les voir tant que ça, d'ailleurs pour Tourneur il semblerait qu'il soit même le réal du film. par contre lorsqu'il bossait avec le Rosselini du début, Comencini, Monicelli ou quelques autres il me semblait qu'il le faisait en tant que directeur de la photographie. Mais c'est vrai qu'il disait lui-même qu'il avait surtout appris la technique.


Effectivement il était réal seconde équipe pour les ricains et ma réponse semble faire abstraction de ses 20 ans de carrière de Bava en tant que chef op pour les italiens...

()

#54 Prince-Of-Horror

Prince-Of-Horror

    Ghoulies

  • Members
  • 115 Messages :

Posté 28 June 2007 - 11:14 AM

Je considère personellement Mario Bava comme un des plus grands génis du 7ème art et je pense que si celui-ci aurai fait carrière au States il serai aujourd'hui aussi reconnus qu'Alfred Hitchcock .

Et pourtant je n'ai vu que 3 films de lui , pas forcément ses réputés meilleurs mais à chaque fois ce cinéaste me laisse littéralement sur le cul . J'ai commencé sa filmographie avec La Baie Sanglante , superbe giallo qui va très loins pour l'époque ou l'ennui n'existe pas . On voit d'ou vient aujourd'hui l'inspiration des Vendredi 13 . Même si celui que j'aime peut etre le moins des 3 il mérite à mon sens un 5/6 .

Par la suite j'ai vu son dernier film réalisés avec son filston Lamberto , Shock qui m'a réellement scotchés , ce film se rélève être passionant , inquiétant et les quinze dernières minutes nous plongent dans une folie pure , un très très grand moment . 5,5/6 mais le meilleur reste à venir . Ce n'est qu'il y a une quinzaine de jour que j'ai inséré mon DVD de Lisa Et Le Diable dans mon lecteur et là je me retrouve face à un film poétique , extrêmement beau et très personnel . La scène érotique vers la fin du film est une des plus majestueuses que j'ai vu tout comme la fin qui est également magnifique . Une vrai claque 6/6 .

Bref que ce soit dans le giallo sanglant , dans le film d'horreur pur et dur ou bien dans le film poétique et émouvant , Bava me comble parfaitement je suis déja vendu à ce réalisateur et donc prêt à découvrir ces futures réalisations comme Opériation Peur , Le Masque du Démon , La Fille qui en Savait Trop , 6 Femmes pour L'Assassin , L'Ile de La Terreur...

#55 RogerMoore

RogerMoore

    I'm funky

  • The Devil's Rejects
  • 3992 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Pantin

Posté 28 June 2007 - 13:15 PM

Et bien ! Si tu n'as vu que ces trois films là, et que tu surkiffes comme un malade, qu'est-ce que ça va être quand tu vas voir ses grands classiques ! Parce que en ce qui me concerne, je trouve que ces films sentent la fin de carrière, hélas...

(par "ses grands classiques", j'entends Le Masque du Demon, Le Corps et le Fouet, Six Femmes pour l'assassin, La fille qui en savait trop ou encore Danger Diabolik)

Mario Bava Forever.
Vive ce topic .Oué.
Bonjour.
Viva Las Vegas.

#56 LeFab

LeFab

    Gremlins

  • Members
  • 1688 Messages :
  • Location:Restlessly searching the hallway for the truth of yesterday...

Posté 02 July 2007 - 13:22 PM

Opération peur
Le Dr. Eswai, médecin légiste, est appelé au village de Kernigen pour aider le commissaire Karl à déterminer les causes de la mort d'une servante ayant travaillé à la villa Graps. Dès son arrivée, il se heurte à l'hostilité et à la superstition des villageois, superstition liée à la villa Graps et à une étrange jeune fille apparaissant de nuit. Que cache la villa et qui est cette fille? C'est ce que devra découvrir au plus vite le Dr. Eswai si celui-ci ne veut pas succomber à la terrible malédiction qui semble peser sur le village de Kernigen.
Bien que ce ne soit pas le meilleur film du père Bava (Le masque du démon : premier film et classique instantané!), Opération peur se révèle être un métrage d'excellente facture dont l'image et l'ambiance m'ont fait penser à une production de la Hammer.
4,5/6
Image IPB

#57 Flying Totoro*

Flying Totoro*
  • Guests

Posté 17 July 2007 - 20:53 PM

4,5/6 à operazione paura : THIS is madness !

Trailer US de Operation peur

Trailer US de Danger Diabolik

Trailer Italien pour le Corps et le Fouet

Et, mon préféré, Trailer français de 6 Femmes pour l'Assassin

#58 Dirty Flichty

Dirty Flichty

    Squirt Lover

  • Members
  • 15679 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:VCD et VHS

Posté 17 July 2007 - 20:58 PM


Pout, pout, j'ai prêté (de l'argent).

Je me rue sur la moindre coquille.

871921bicotbicot.jpg


#59 Prince-Of-Horror

Prince-Of-Horror

    Ghoulies

  • Members
  • 115 Messages :

Posté 18 July 2007 - 11:14 AM

Je me suis récemment visionné Le Corps et Le Fouet et j'ai tout e même moins accrochés qu'aux précédents films que j'ai vu du cinéaste . Ca reste néanmoins de bon cru . 4/6

#60 ygrael

ygrael

    Wookie

  • Members
  • 2213 Messages :

Posté 22 September 2007 - 20:49 PM

Pour ceux que ça pourrait intéresser et qui ne serait pas au courant et qui n'ont pas l'édition Phantoma et qui n'ont pas l'intention de l'acheter parce qu'ils ou elles ne parlent pas l'anglais ou l'italien et que de toutes façon ce sont des langues de merdes qui ne font rien d'autres qu'a embrouiller ceux qui ne parle que la langue de Molière de Baudelaire et de Sarkozy (ouf) Opening a sortie, dans le cadre d'une collection Peplum, Hercule contre les vampires de qui vous savez avec zéros bonus et juste une VF. Cette édition est vendu au alentour des 10€ mais si tu trouve que c'est trop cher t'as qu'a attendre quelques mois pour le pècho sur price ou cdiscount pour des nèfles.
Image IPB




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)