Aller au contenu


Photo

Alfred Hitchcock


  • Please log in to reply
138 réponses sur ce sujet

#1 naamlock

naamlock

    Wookie

  • Members
  • 2861 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans ma tête, y a des tas d'oiseaux.

Posté 17 November 2005 - 12:05 PM

pouvez vous postez votre top ten des films d alfred hitchcock

cela m aidera pour faire ma petite selection afin d acheter les meilleurs sans prendre n importe lequel dans la collec pour etre déçu au final...

j ai déja the birds , vertigo & psycho

et je dois recevoir la maison du docteur edwardes+l homme qui en savait trop (version noir et blanc)+ la mort aux trousses

j ai aussi prévu d acheter the rope ( mais si je le trouve pas cher , j ai lu qu il était chiant ,toutefois je suis curieux de voir ses fameux longs plans séquences )

________________________________________________________________________________


Image IPB

#2 Mechagodzilla

Mechagodzilla

    Sim

  • Members
  • 6029 Messages :
  • Location:plus ici, en tout cas...

Posté 17 November 2005 - 12:08 PM

plutot qu'un liste de films (qui a de forte chance de ressembler à 99% des autres), je te conseille le bouquin "Hitchcock" par Truffaut.

Ca en dit long sur Hitchcock, mais aussi sur le Cinéma en général (en tout cas, c'est un de mes livres de chevet)

#3 Hutch

Hutch

    Jean-Pierre Bacri

  • Members
  • 11680 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 17 November 2005 - 12:41 PM

CITATION(Mechagodzilla)
Ca en dit long sur Hitchcock, mais aussi sur le Cinéma en général (en tout cas, c'est un de mes livres de chevet)


ça, et Le roman d'un tournage : Jeanne la Pucelle de Sandrine Bonnaire
post entièrement réalisé en 4/5

#4 Redux

Redux

    Du rire aux larmes

  • Members
  • 7725 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Tarif à la journée, voir modalités en magasin.

Posté 17 November 2005 - 13:02 PM

CITATION(naamlock)
pouvez vous postez votre top ten des films d alfred hitchcock


Non.
Pour la simple et bonne raison que je n'en ai pas vu 10 sur toute sa filmographie.

#5 Jake

Jake

    Gremlins

  • Members
  • 1207 Messages :
  • Location:from Outer Space

Posté 17 November 2005 - 13:29 PM

Les dix chef-d’œuvres de Hitchcock (sans trop me tromper) :

1 – Sueurs froides
2 – Psychose
3 – La mort aux trousses
4 – Fenêtre sur cour
5 – Les enchaînés
6 – Pas de printemps pour Marnie
7 – L’homme qui en savait trop (1956)
8 – Les oiseaux
9 – Rebecca
10 – Les trente-neuf marches

#6 Rawhide Kid

Rawhide Kid

    Gremlins

  • Members
  • 1496 Messages :
  • Location:Somewhere over the rainbow.

Posté 17 November 2005 - 13:39 PM

J'ai la flemme de penser donc...

Fenêtre sur cour, Grace Kelly comme jamais.

Qui a tué Harry ?, une exquise bizarrerie.

Frenzy, c'est du Hitchcock ? On dira du De Palma...

#7 maybee

maybee

    Critters

  • Members
  • 493 Messages :
  • Profil:Femme
  • Location:Derrière un pc.

Posté 21 November 2005 - 13:37 PM

Je ne suis pas trés portés sur les listes limittées, c'est trop subjectif. Je vais faire vite.

En premier lieu il y en a  5 qui se détachent du reste :
Vertigo, Psychose, Les Oiseaux, Les Enchainés, Fenêtre sur cour.

On ne les présente plus, ils ont un coté "waaa super faut le voir parce que c'est un classique du cinéme." Et bien non, ce sont avant tous des films et quels films.

Il m'a fallu 3 visionnages pour être accro à Vertigo, surement à cause de ma maturitè. C'est un piège, impossible de l'aimer vraiment,  c'est un rêve obsédant comme le vit Scotty.
Psychose, 100 000 fois copiés et pourtant, il garde toute sa puissance. La scéne qui m'a le plus marquée,  c'est celle ou Bates et Marion mange un sandwitch au milieu des oiseaux empaillés. Je me demande toujours si Lynch ne s'en ai pas inspiré pour Twin Peaks. La scéne est un mélange d'effroie et de caucasserie et est nécéssaire pour LE grand moment, la douche 8)

Je passe rapidement sur les oiseaux non parce qu'il a des défauts, mais parce que justement il n'en a pas (la fin est écrasante) pour en arriver à ce chef d'oeuvre d'amour masochiste, les Enchainès. Rien que d'y penser je vais me ressortit le dvd pour cet après midi. De toutes façons, l'oevre du maître est tellement décortiquée, à quoi bon expliquer encore?

Pour le reste en période américaine, je dirais ;
Soupçons (et son verre de lait. En france il y a une bonne édition avec des suppléments agréaables)
L'ombre d'un doute (Cotten est grandiose et c'était le film favori du maitre)
La maison du docteur Edwardes (Dali est grand)
L'inconnu du Nord Express (je n'en suis pas fan, le héros n'ayant aucun charisme, mais le méchant est brillantissime)
Mais qui a tué Harry (comédie noire avec les début de Shirley Mac Laine et première collaboration avec Herman)
L'homme qui est savait trop (alors oui le début est un peu long, mais Carnegie Hall... allalla quelle séquence !)
La mort aux trousses (Eva Marie Saint y est dirigée à merveille)

Dans la période anglaise, j'ai vu avec plaisir Les trente-neuf marches
Jeune et innocent
Une femme disparait

#8 krwiss

krwiss

    Leprechaun

  • Members
  • 513 Messages :
  • Location:entre deux mondes

Posté 21 November 2005 - 16:24 PM

au risque de m'attirer les foudres des aficionados : "les oiseaux" est une merde comme j'en ai rarement vue.

Peut-être justement parce qu'on me l'avait dépeint comme un chef d'oeuvre de l'angoisse et qu'après un visionnage attérant je lui aurait bien donné le patronyme de "nanard" tant les dialogues et les personnages sont niais et cette "menace volante" complètement ridicule(mis à part quelques plans des oiseaux "en attente" qui mettent assez mal à l'aise mais, malheureusement, ça ne dure pas.)

Grosse, grosse déception donc.

#9 naamlock

naamlock

    Wookie

  • Members
  • 2861 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans ma tête, y a des tas d'oiseaux.

Posté 21 November 2005 - 17:14 PM

8O je l ai trouver puissant les oiseaux !!!! de plus je l ai vu très récemment , il n a pas mal vieilli du tout , c est un film qui a beaucoup de charme je trouve  :D
Image IPB

#10 krwiss

krwiss

    Leprechaun

  • Members
  • 513 Messages :
  • Location:entre deux mondes

Posté 21 November 2005 - 21:01 PM

comme quoi...

pourtant j'étais dans ma bonne période "vieux" films, mais rien à faire, je suppose que je devais trop en attendre.

quoique... le beau gosse, la minette, les "ne craignez rien! je vais vous protéger..." et gnignigni...



j'ai préféré de loin vertigo.

#11 jason13thh

jason13thh

    Je consulte un psy

  • Members
  • 7972 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Bruxelles

Posté 21 November 2005 - 21:24 PM

1. Vertigo
2. La Mort Au Trousse
3. Psychose
4. Fenêtre Sur Cour
5. Frenzy
6.La Corde
7. le film avec le mari qui veut assasiner sa femme via un autre type, remaké y'a 10 ans de ça The Perfect Murder

#12 Rawhide Kid

Rawhide Kid

    Gremlins

  • Members
  • 1496 Messages :
  • Location:Somewhere over the rainbow.

Posté 21 November 2005 - 21:33 PM

CITATION(jason13thh)
7. le film avec le mari qui veut assasiner sa femme via un autre type, remaké y'a 10 ans de ça The Perfect Murder

Dial M for murder.
Le crime était presque parfait.
Avec Grace Kelly.
SPOIL J'ai jamais compris comment ils savent à la fin, explication ou pas  :| FIN SPOIL

#13 DarK ChoueTTe

DarK ChoueTTe

    Faut que j'aille dormir

  • The Devil's Rejects
  • 21032 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 19 September 2009 - 18:17 PM

J'ai vu mon second Hitchcock hier soir. Après Psycho, il y a un bail (vu relativement jeune et déjà bien aimé, je sens que la revoyure va faire des étincelles), ce fut
Rear window/Fenêtre sur cour.
De quoi reconnaître une bonne fois pour toutes que cette réputation de maître du suspens n'est aucunement usurpée (ça peut paraître aberrant d'évidence pour du monde j'imagine, mais certains films réputés étant surestimés...)
Avec un concept aussi attirant que risqué, le bonhomme nous scotche tout du long.
Outre l'évident rayonnement du duo de tête, les quelques seconds rôles ne sont pas moins savoureux, comme cette infirmière bien marrante qui n'a pas la langue dans sa poche.
Tous se croisent dans l'unique lieu du film, nous régalant de leurs excellentes joutes verbales, gravitant autour d'un Jeff accaparé par son obsession à épier le voisinage, jusqu'à être eux-mêmes convaincus et absorbés par sa volonté de démasquer le crime commis quelques appartements plus loin.
Un simple crime, une simple affaire, mais qui saura nous captiver jusqu'au bout, jusqu'à une dernière partie éreintante de tension (la scène où, seul, le héros regarde les filles chercher les indices, sa moitié prendre un risque énorme, et évidemment l'instant ou le voisin arrive chez lui)
Je ne connaissais personnellement aucun élément donc je ne savais pas vers quoi ça allait, théorie du crime fondée ou non. Et bien, même sans trop de surprises, la progression est excellente, il n'y a aucun temps mort, et le ton alterne entre légeretés, tensions et romantisme, tissant le portrait de ce couple attachant sur une toile thématique mêlant entre autres thématique sur le voyeurisme (plus que jamais d'actualité) et sous-texte cinématographique.
De mémoire, le seul défaut est la scène des flash, ou le tueur se montre abusivement con (il se fait avoir 4 à 5 fois quand même), et, personnellement, le fait que je ne sois pas très sûr de la replay value du film.
Je veux dire, j'ai pas beaucoup de doutes, mais celui-ci reposant pas mal sur le mystère, le suspens pendant une bonne partie, il risque de perdre un peu au-delà de la première vision. Ou pas. En attendant, cash, c'est 5,5/6.

Au fait, j'aimerai bien chopper le bouquin Hitchcock-Truffaut.
L'édition française taxe un peu (57 €) alors que l'édition américaine vaut 16 €.
Quelqu'un sait s'il y a d'importantes différences ? (à part l'un broché et l'autre relié)

KP4Kcs7.jpg


#14 kea

kea

    En kit

  • Members
  • 8314 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Loin devant...

Posté 19 September 2009 - 18:47 PM

CITATION(DarK ChoueTTe @ 19 9 2009 - 19:17) <{POST_SNAPBACK}>
J'ai vu mon second Hitchcock hier soir.


O_o
wowpitin on en tient un !
HE LES GARS ! J'EN TIENS UN !


(et en plus il déterre de vieux topics poussiéreux. Haaaaaan !)

icon_mrgreen.gif

A part ça, toi te préparer grand bonheur, beaucoup longtemps.

Dans le genre "film considéré comme vaguement mineur", j'ai re-revu il n'y a pas trop longtemps Mais qui a tué Harry ? (the trouble whith harry) et j'aime toujours beaucoup. Certes, c'est plus "léger" que certaines oeuvres du monsieur, mais l'humour décalé fonctionne bien, de même que l'exercice de style (moins pesant que celui de "la corde", par ex.), et ça rappellera des trucs à tous les fans de "blood simple".
(et y'a du plan débile comme j'aime)



#15 DarK ChoueTTe

DarK ChoueTTe

    Faut que j'aille dormir

  • The Devil's Rejects
  • 21032 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 19 September 2009 - 19:02 PM

On est tous le n00b de quelqu'un d'autre un jour ninja.gif.

(Et puis déterrer un topic sur ce bonhomme ça ne peut être que bien non ?)


Merci pour les conseils en tout cas, je les met juste après le prochain à me faire de l'oeil, soit Vertigo.

KP4Kcs7.jpg


#16 kea

kea

    En kit

  • Members
  • 8314 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Loin devant...

Posté 19 September 2009 - 19:18 PM

CITATION
On est tous le n00b de quelqu'un d'autre un jour


J'étais bourré ! Elle a profité de mon innocence ! \o/

Mais ouais, avec Hitchkock, il y a de quoi faire. t'as toujours les plus connus (fenêtre sur cour, donc, l'un de mes préférés, les oiseaux, la mort aux trousse etc. etc. ) Par contre on oublie souvent la période anglaise du monsieur, qui recèle déjà quelques petites pépites, peut-être moins définitives ou maitrisées, mais déjà très sympas.
(quant au bouquin avec truffaut, je ne saurais dire... Il prend la poussière sur ma bibli depuis plusieurs siècles, mais je ne l'ai jamais ouvert. La honte me consume. sweat.gif )

Personne pour nous faire un laius les oiseaux / dents de la mer ?

#17 simidor

simidor

    J'ai plus de vie sociale

  • Members
  • 4407 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Université de l'Invisible

Posté 19 September 2009 - 19:47 PM

Pas de top 10, juste le meilleur (fenêtre sur cour est pas loin mais quand même...).



Image IPB
'Everywhere I go. Blues is all around'

#18 Doc Personne

Doc Personne

    Wookie

  • Members
  • 3697 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Perfect City

Posté 20 September 2009 - 09:31 AM

Attends Stage Fright n'est pas ridicule du tout. Si je me rappelle bien il y a même une idée de génie dedans ATTENTION GROS SPOILER QUI VOUS GÂCHERAIT A VIE LA VISION DE CE FILM ): le flash-back menteur

Spellbound : il y a les délires de Salvador Dali pour les séquences oniriques qui valent quand même le détour.

Rebecca est le 1er film américain de Hitchcock.

Sinon on peut citer parmi les oubliés intéressants :

Suspicion avec Joan Fontaine et un Cary Grant très ambigüe (ah le verre de lait.... )

Lifeboat où Hitch fait tout un film sur un canot de sauvetage et se permet même d'y faire un petit coucou.

L'inconnu du nord express où 2 hommes échangent leurs meurtres dans un train (Farley Granger et l'incroyable Robert Walker)

La main au collet où Grace Kelly est à tomber et qui donne quelques scènes de monte-en l'air avec un Cary Grant encore très fringant

Sa période anglaise est très intéressante car elle contient en germes ce que deviendra son cinéma : The 39 steps (que j'adore), Secret Agent, Young and innocent, The lady vanishes (excellent), Sabotage et sa fameuse séquence du tram (quasi impensable de nos jours pour les frileux d'Hollywood).

Sinon pour moi celui que je peux revoir sans cesse est North by Northwest, les dialogues, l'humour, les situations, les acteurs : tout est excellent ! Ce film fut d'ailleurs un modèle pour les producteurs de James Bond contre Dr No.

J'ai plus de mal avec Les oiseaux, Marnie, Shadow of a doubt (que je n'ai pas pu finir), complots de famille (punaise William devane wallbash.gif ) et l'Etau

#19 Elego

Elego

    Gremlins

  • Members
  • 1685 Messages :
  • Location:Grenoble

Posté 20 September 2009 - 13:45 PM

CITATION(kea @ 19 9 2009 - 20:18) <{POST_SNAPBACK}>
(quant au bouquin avec truffaut, je ne saurais dire... Il prend la poussière sur ma bibli depuis plusieurs siècles, mais je ne l'ai jamais ouvert. La honte me consume. sweat.gif )


Hitchcock/Truffaut je suis über-fan, deux génies (Truffaut, j'aime pas ses films mais j'aime bien ses réflexions) qui parlent réellement de cinéma, d'effets sur le spectateur, de public, de manière de faire des films, de caméra, de plans, de montage, de décors... C'est très très varié dans les sujets (ça va de l'anecdote rigolote à des réflexions générales sur le cinéma) donc jamais répétitif ou chiant à lire. ça reste mon bouquin de ciné n°1 wub.gif

#20 Misterpursoup

Misterpursoup

    Wookie

  • Members
  • 3886 Messages :
  • Location:Shermer Highschool

Posté 20 September 2009 - 13:46 PM

"Vertigo" étant mon préféré (mais faut-il qu'il y en ait un?), je vais quand même écrire deux trois lignes dessus.

Adapté du roman "D'Entre les Morts" des français Boileau et Narcejac ("Ouah, il faisait des adapt', aucune inspiration!"), "Sueurs Froides" est devenu au fur et à mesure des années, après - il me semble - un accueil critique et public plutôt mitigé - un véritable puits à fantasme cinématographique et un des films d'Hitchock les plus célèbres, beaucoup ne se privant pas de le considérer comme son chef d'oeuvre ultime.
C'est probablement car "Vertigo" est son film qui illustre avec le plus d'évidence la face sombre et tourmentée de l'oeuvre d'Hitchcock, et semble concentrer toutes ses obsessions mordides et érotiques, tout en restant un véritable film de genre captivant, sorte de Film noir/thriller mâtiné de fantastique.
On ne s'étonne donc pas de retrouver (le génialissime, brillantissime, classissime) James Stewart, ce dernier renvoyant toujours à cet aspect de l'oeuvre du Maître (à l'inverse de Cary).

Dès le splendide générique de S.Bass, hypnotisante introduction, on est happé dans cet univers mystérieux et trouble, fait d'obsessions et de faux-semblants, souligné par la musique d'Hermann, avec ces arpèges inquiétants et ce caractère lancinant et répétitif qui semble nous met directement dans le bain.
Sexe, mort, frustration, obsession, manipulation, figure de la répétition, du double, de la boucle..."Sueurs Froides" peut apparaître comme un florilège de toutes les grandes thématiques (ouh le vilain mot) de l'oeuvre d'Hitchock.
Mais ce qui est réellement fascinant avec "Vertigo", c'est qu'on a beau s'attacher à saisir sa symbolique, les grandes obsessions qui le traversent, la mécanique Hitchcockienne, à chaque vision on se laisse prendre par le film, et il en demeure insaisissable. Tout simplement, on se laisse emporter par une intrigue passionnante, à la merci de Hitchcock qui nous ballade de piste en piste. Chaque vision de "Vertigo" devenant une expérience obsédante où l'on se retrouve manipulé à la place de Scottie.
Une expérience mise en scène par un Hitchcock au sommet de son art, qui multiplie les rimes visuelles, joue sur les couleurs (superbe photo'), utilise les décors avec un sens de la symbolique affuté, empreinte au genre du Film Noir tout en le dépassant (pas d'un point vue qualitatif évidemment), nous place constamment du point de vue de Scottie, ce qui explique un montage plutôt lent et contemplatif, chose rare dans son oeuvre, ce qu'il justifie par le fait que le personnage de Stewart est un "émotif" (cf. le Hitchbook).
Et dois-je mentionner le premier travelling compensé de l'histoire du Cinéma? Le climax renversant (dans tout les sens du terme) ? La superbe Kim Novak (moins que Grace Kelly mais plus que Tippi Hedren) en parfaite blonde Hitchcockienne?

Bref, Vertigo fait partie de ces films qui exercent une véritable attraction sur le spectateur, qui fascinent, passionnent, obsèdent.
Certains pourront stigmatiser, à justre titre, le caractère un peu poussif de son sous-texte sexuel, psychanalytique, ect...mais "Vertigo" reste un très grand moment de cinéma (et c'est loin d'être le film sur lequel c'est réellement dérangeant à mon sens.)

Sinon, les autres films du Big Al' que j'ai pu voir:

1935 - The 39 Steps : Excellent film d'espionnage avec déjà un personnage d'Innocent accusé à tort, dans une intrigue retors. Véritable préfiguration de "La Mort aux Trousses", et déjà grand film.

1937 - Young and Innocent : Variation sur le thème du faux coupable, assez originale par son caractère comique, ou tout du moins léger. Quelques passages très réussis, dans l'humour et le suspense aussi avec quelques situations très bien vues, mais ce n'est pas non plus son film le plus marquant.

1946 - Notorious : Film d'espionnage encore, et un surement un des meilleurs du Maître.

1948 - The Rope : Exercice de style souvent déprécié, mais personnellement je trouve ça très maîtrisé et franchement brillant. Un défi technique remporté haut la main, mais qui reste un excellent film à part entière, avec un sens de la dramaturgie exceptionnel, une gestion de l'espace hallucinante, une point de départ captivant, un J.Stewart juste uber-classe et un sous-texte homosexuel plutôt osé. (A noter que le film s'inspire d'un fait divers des années 30 assez glauque, avec deux jeunes fils de bonnes familles ayant compris de travers la notion de surhomme Nietzschéen.)

1951 - Strangers on a Train : Mécanique parfaitement huilée et sens du suspense très poussé (et donc de l'invraisemblable), pour un excellent Hitchock. La construction de l'intrigue est exemplaire, la progression dramatique aussi, et le film comporte quelques moments de bravoure très marquants (dont un meurtre mis en scène par le reflet d'une paire de lunette particulièrement réussi.)

1954 - Dial M for Murder : A l'instar de the Rope, exemple en matière de huis-clos, avec, sans le même parti pris, une gestion de l'espace et de la dramaturgie encore une fois parfaitement maîtrisée. Un véritable régal.

1954 - Rear Window : On part dans les plus grands sommets de sa carrière là. Film de suspense génial, mise en abime du cinéma et de la place du spectateur, obsessions névrotiques de son réalisateur, une oeuvre aux multiples niveaux de lecture et tout simplement un chef d'oeuvre qu'on suit, avant tout (et comme le voulait Hitch') avec le plus grand plaisir.

1957 - The Wrong Man : Probablement un des films les moins cités de cette partie de sa carrière, et pourtant il vaut le détour. Une histoire de "faux coupable" qui part par moments dans le drame social poignant, à la tonalité dépressive et sombre soulignée par un noir et blanc sublime et un Henry Fonda qui semble porter tout le désespoir du monde dans ses yeux. Une oeuvre très originale et inattendue, mais qui porte quand même la marque de son auteur.

1958 - Vertigo, une bouse, cf. ci dessus.

1959 - North By Northwest : Le contrepoint parfait à "Sueurs Froides". Grand film de divertissement avant tout, qui passe du genre de l'espionnage à la comédie limite slapstick, une révolution du cinéma d'action qui l'influencera pour les décénnies à venir, des moments anthologiques, une des meilleures musiques d'Hermann, un Cary Grant survolté, un casting 5 étoiles (Mason, Landau, Marie-Saint...), un rythme qui ne faiblit jamais, un humour qui fait mouche à chaque fois...Un idéal de cinéma en fait je pense.

1960 - Psycho : Retour à un cinéma de plus petite ampleur, mais encore une fois une date dans l'histoire du cinéma, qui révolutionne et marque à jamais le genre. Mille fois imité, à peu près jamais égalé. On note qu'Hitchcock fait le tour de force de nous faire nous attacher à une voleuse en fuite, mais surtout à un tueur psychopathe (grâce aussi à Perkins.)

1963 - The Birds : Là par contre, je serai moins enthousiaste, en dépit de son statut "culte". C'est bien fait, la montée du suspense est très réussie et le film comporte quelques séquences hallucinantes comme l'attaque des Oiseaux, mais je trouve ça un peu poussif, et ça manque d'un vrai charisme masculin. (désolé Rod')

1964 - Marnie : Encore une fois, j'ai tendance à trouver ça poussif, mais pas du tout pour les mêmes raisons. Le sous-texte psychanalytique est vraiment trop appuyé, trop lourdingue, trop caricatural, trop désuet, on arrive franchement à la limite. Ca reste très bien, faut pas non plus pousser Kim du clocher, Sean Connery est excellent (J'suis pas fan de Tippi Hedren je dois dire), ça a ses quelques moments excellents, notamment tout ce qui concerne les magouilles de Marnie dans la première partie, mais c'est quand même plutôt balot (ces révélations finales, franchement...)

1966 - Torn Curtain : Quasiment aucun souvenir de celui là, mais il me semble que c'est un film d'espionnage de haute volée. A revoir (parmis tous ceux que je dois voir.)

1972 - On sent que la carrière d'Hitchcock touche à sa fin. Ce dernier se lâche vraiment dans la représentation de tout ce qui l'obsède, avec des meurtres assez craspec, l'humour général fonctionne plutôt bien que ce soit bon enfant (le running gag sur la bouffe) ou morbide (dans le camion à pommes de terre) et le côté autoparodie assumée fonctionne complètement. Mais c'est pas non plus du grand Hitchcock, c'est assez "vulgaire" (j'saurai pas expliquer) et les acteurs manquent vraiment de classe, en particulier Bob Rusk.

'Oilà, c'est tout en ce qui me concerne pour le moment.
(Maté aussi le début de 'A Lady Vanishes, sympa' mais chiant, mais j'ai quand même envie d'en savoir plus, et le climax de "The Man Who Knew Too Much" version '56, sacré moment de bravoure)





0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)