Aller au contenu


Photo

Mamoru Oshii


  • Please log in to reply
205 réponses sur ce sujet

#181 DreamProphet

DreamProphet

    Wookie

  • Members
  • 2877 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:En enfer, avec toi...

Posté 06 February 2012 - 13:08 PM

Un livre sur Mamoru Oshii

http://www5.animelan...ur-Mamoru-Oshii


Par Sévéon, en plus ! Yes !

#182 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 16734 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 06 February 2012 - 13:19 PM

Ah, très bonne nouvelle merci.

#183 Aniya_san

Aniya_san

    Miyazaki is DOG !

  • Members
  • 22457 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Dans la tête de John Crichton...

Posté 26 April 2012 - 10:09 AM

Légende de l'animation japonaise, Mamoru Oshii se prêtera au jeu de la promotion de Steel Battalion Heavy Armor, en signant un court-métrage en prises de vue réelles pour donner le ton.

Le réalisateur d'Avalon et Ghost in the Shell est revenu sur les terres de Pologne pour donner libre cours à sa vision. Capcom n'a cependant pas précisé si le film serait directement intégré dans le jeu, ou bien si le projet concerne un éventuel bonus. Jouable à la fois avec Kinect et manette, Steel Battalion Heavy Armor sortira du garage pour fin juin.


774617Horizon.jpg


#184 Ikki

Ikki

    Lézard tordu

  • Members
  • 7890 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:France d'en bas

Posté 26 April 2012 - 17:21 PM

[MAJ] : Capcom Europe confirme la diffusion du film sur Internet peu avant la sortie du jeu, le 22 juin. Intitulé Steel Battalion Heavy Armor: Gosha et situé en 2082, ce court-métrage dépeint un monde en proie au chaos et des affrontements entre pilotes de Vertical Tanks, comme le Sergent Gosha, l'héroïne - polonaise - du film.



#185 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 16734 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 27 April 2012 - 18:05 PM

Putain ça c'est le genre de collaboration qui me fait jouïr.

#186 Ikki

Ikki

    Lézard tordu

  • Members
  • 7890 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:France d'en bas

Posté 24 May 2012 - 11:24 AM

Attention c'est court.

http://www.youtube.c...?v=pp2dCoagApg#!

#187 Ikki

Ikki

    Lézard tordu

  • Members
  • 7890 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:France d'en bas

Posté 01 June 2012 - 00:48 AM

Director Mamoru Oshii Writes Zombie Diary Novel

#188 Moody

Moody

    Moodpecker

  • The Devil's Rejects
  • 16734 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Outer Heaven

Posté 01 June 2012 - 09:57 AM

Curieux, rêvons d'une traduction française.

#189 Ikki

Ikki

    Lézard tordu

  • Members
  • 7890 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:France d'en bas

Posté 16 June 2012 - 21:13 PM



#190 Ikki

Ikki

    Lézard tordu

  • Members
  • 7890 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:France d'en bas

Posté 31 October 2012 - 05:24 AM

Ghost in the Shell's Oshii to Helm His 1st Live-Action English Film

#191 contagion

contagion

    J'ai débuté les JV avec Pokemon

  • Members
  • 14585 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Locked in the cage

Posté 31 October 2012 - 09:26 AM

Des nouvelles du bouquin de Sévéon sur le sujet ?

(on m'avait dit août et depuis plus rien :unsure:)
Image IPBImage IPBImage IPB

#192 Zak

Zak

    Modo de la Section 9

  • The Devil's Rejects
  • 23725 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Menzoberranzan

Posté 31 October 2012 - 20:41 PM

En tout cas, Oshii prépare un nouveau film

The Nakamura Group Advantage, a Canadian entertainment company, announced on Monday that the next film from acclaimed anime director Mamoru Oshii will be a live-action military science-fiction thriller called The Last Druid: Garm Wars. This will be the first live-action English-language film from the director of the first two Ghost in the Shell films, The Sky Crawlers, and the live-action film Avalon.

The Nakamura Group Advantage describes the story:

Taking place in a world of war known as Annwn, Garm Wars sets the scene with clone soldiers from 3 military tribes, in a bloody and perpetual battle of air, land and technology. One clone, Khara, finds herself separated from battle and on the run with unlikely companions. In seeking to know more about their joint existence, the fugitives instead find an unrelenting truth and the greatest battle of their lives.

Geoffrey Gunn (Fangs of War) collaborated on the English-language script, and producer and Production I.G President Mitsuhisa Ishikawa (Ghost in the Shell, The Sky Crawlers) is once again working with Oshii. Ken Nakamura (Fangs of War, Provocateur), the CEO of the Nakamura Group Advantage, is also producing the film with Tetsu Fujimura (Tekken), the head of the Japanese movie business consulting firm Filosophia. Lon Molnar, the head of the visual effects studio Intelligent Creatures, is serving as the VFX supervisor.

Oshii first developed the film over 15 years ago, just after finishing the first Ghost in the Shell film at Production I.G in 1995. The Japanese company Bandai Visual had unveiled the project in 1997 under the tentative title of G.R.M. The Record of Garm War (Garumu Senki).

However, Oshii explained, "[…] Unfortunately, at that time, the digital environment needed to realize the visuals was too undeveloped, and I was unable to create and release this film to the world. However, now in 2012, the environment for producing films has transformed, especially in digital technology which is currently operating at a shocking level compared to the time I first conceived this project. At long last, Garm Wars' time has come."

When the project was unveiled in 1997, it was planned as a feature-length animation/live-action/special-effects CG film with a tentative release date in 2000. Writer Kazunori Ito (Ghost in the Shell, Patlabor the Mobile Police, .hack franchise) co-developed the story, and Shinji Higuchi (The Sinking of Japan director, Gamera films' special-effects director) would have served as the special effects director. Three pilot films (pictured left) were made, but then the project stalled until now. According to Oshii, the renamed The Last Druid: Garm Wars project will now have a new staff and cast.

IG Port, the parent company of Production I.G, had formed a Canadian subsidiary in Ottawa last month to jointly produce films with overseas partners. Production I.G financed 66.7% of the "Production I.G Canadian Bureau" spinoff, and The Nakamura Group Advantage contributed 28.3%. Filosophia put in the remaining 5%.

Studio Ghibli producer Toshio Suzuki had asked Oshii about a hypothetical live-action Patlabor movie during a talk show last month, but Oshii declined to comment. Oshii did add that he had "suddenly become busy." When Suzuki later said that he heard about an Oshii-linked project that was foreign-funded, Oshii replied by saying, "That's a different story."


1433788752-2015-05-25-08-44-21-the-book-


#193 Dylan Dog

Dylan Dog

    JarJar

  • Members
  • 50 Messages :

Posté 19 November 2012 - 16:03 PM

Le Samedi 24 Novembre à 11h

Julien Sévéon, grand spécialiste des cinémas d’Asie, viendra signer des millions d’exemplaires (au bas mot) de son Mamoru Oshii : rêves, nostalgie & révolution aux éditions IMHO.

http://www.pifff.fr/2012/evenements-fr

#194 Dylan Dog

Dylan Dog

    JarJar

  • Members
  • 50 Messages :

Posté 19 November 2012 - 16:35 PM

Il n'est pas encore dans le commerce, les premiers exemplaires seront en vente lors de la signature... Puis, la semaine prochaine dans toutes les bonnes librairies.

#195 nibreh

nibreh

    JarJar

  • Membres
  • 1 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 12 January 2013 - 11:20 AM

Bonjour à Tous

Je vous invite à faire un tour sur le site que j'ai consacré à Mamoru Oshii (ça date !) :
oshiimamoru.free.fr

Une newsletter et un forum est à votre disposition

page facebook

Nous sommes quelques rédacteurs réguliers, d'autres articles sont en cours de rédaction, sans compter les contributions de divers auteurs

Au plaisir j'espère !

#196 Sleven

Sleven

    Gremlins

  • Members
  • 1794 Messages :
  • Profil:Homme

Posté 06 July 2013 - 22:07 PM

Mamoru Oshii, le réalisateur de l’anime Ghost in the Shell (1995) a récemment annoncé qu’il développera prochainement une adaptation live de Patlabor en compagnie de la Tohokushinsha Film Corporation. Oshii a jusqu’à présent réalisé des OAV, quelques épisodes de l’animé et un long-métrage basé sur le manga Masami Yuki. Oshii fait partie du HEADGEAR, un groupe composé de Masami Yuki (artiste manga), Yutaka Izubuchi (robot designer), Kazunori Ito (scénariste) et Akemi Takada (character designer), ce groupe gère la destinée de la saga Patlabor. La sortie est pour le moment programmée courant 2014. Affaire à suivre !


Voici un petit résumé de l’histoire qui se situe dans un futur proche. Les robots géants ont remplacé les grues et les autres engins mécaniques. Pour parer aux utilisations frauduleuses et terroristes qui peuvent en être faites, une brigade de police constituée de robots géants a été constituée.


Image IPB

Source: http://www.cineheroe...tation-patlabor

427015540.jpg


#197 Doc Sidious

Doc Sidious

    Scarlatine Johanpouf

  • Members
  • 13420 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:Heaven & Hell

Posté 06 July 2013 - 22:19 PM

Y'a une petite erreur, Oshii a réalisé les 2 premiers films (le 2 est un chef-d'oeuvre d'ailleurs)
mais a part çà : JOIE !

(L'effet Pacific Rim déjà?)

tumblr_ntfr68jily1qf5hjqo9_250.gif


#198 Pierru

Pierru

    Japoniais

  • Members
  • 20611 Messages :
  • Profil:Inconnu
  • Location:Patpong

Posté 06 July 2013 - 22:47 PM

Voici un petit résumé de l’histoire qui se situe dans un futur proche. Les robots géants ont remplacé les grues et les autres engins mécaniques. Pour parer aux utilisations frauduleuses et terroristes qui peuvent en être faites, une brigade de police constituée de robots géants a été constituée.


C'est le pitch de Patlabor en général ça, pas forcément du film.
A part ça, il fera mieux d'en faire un 4e en animation.
(c'est quand qu'il arrête les live Oshii ?)

439088OZd2nLdVCBzebxbRN9uewLuTJN8.jpg


#199 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22972 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 20 December 2013 - 09:26 AM

Patlabor (1989)

Image IPB

Dans un monde futuriste, la police de Tokyo, comme de nombreux industriels, utilise des robots géants appelés Labors. Alors que la ville est en passe de devenir une nouvelle Babylone grâce à l’utilisation massive de ces Labors, le gouvernement constate de plus en plus de dérèglements des robots géants qui mettent en péril la population. Le nouveau système d’exploitation créé par la très puissante corporation Shinohara, en charge de la construction des Labors, serait à l’origine des incidents. Défaut de fabrication ou sabotage, les officiers Noah Izumi et Azuma Shinohara mènent l’enquête...

Patlabor est la première œuvre maîtresse d'un Mamoru Oshii enfin libre de ses ambitions. Au sortir de ses études, Oshii comme tant d’autre intègre le rigoureux monde de l'animation japonaise et plus précisément télévisée où il gravit progressivement les échelons. Il réalise notamment de nombreux épisodes de la célèbre série Lamu au début des années 80, au point de de s'en voir confier les transpositions cinématographiques. C'est avec la seconde, Lamu : Un rêve sans fin (1984) que Oshii signera sa première œuvre personnelle avec ce récit préfigurant Un jour sans fin (1993) d'Harold Ramis et contenant déjà toutes ses thématiques et questionnements sur l'illusion et le réel. On y découvre le style lent et contemplatif d'Oshii aux antipodes de la comédie sentimentale hystérique du manga original de Rumiko Takahashi (qui montrera une grande réticence face à cette adaptation) décontenançant les fans qui bouderont le film. Les curieux et les cinéphiles décèleront par contre la présence d'un vrai artiste saluant ce premier éclat. Après cette réussite et quelques projet avorté (le film Anchor qu'il devait signer pour Ghibli mais qui ne se fera pas faute d'entente avec Hayao Miyazaki et Isao Takahata) il passera en indépendant le temps de quelques tentative expérimentales comme L'œuf de l'ange (1985). Oshii prend son envol en intégrant le collectif Hedgear où il retrouve plusieurs amis partageant sa sensibilité comme le scénariste Kazunori Ito ou le compositeur Kenji Kawai et où à la manière du Studio Gainax au même moment le groupe se propose d'offrir des productions différente. Patlabor sera donc le premier grand projet du collectif, décliné en OAV, série tv, manga (soit le processus inverse où le support papier vient en premier dans ce type de projet) et enfin films signés Mamoru Oshii. Chaque déclinaison se déroule dans un même univers et avec les mêmes héros mais avec à chaque fois une tonalité propre. Patlabor se déroule dans un Japon au futur proche où les hommes utilisent à grandes échelles de gigantesques robots appelés les Labor. Loin de l'utilisation héroïque à la Goldorak, on est ici dans une veine réaliste où ces machines n'ont qu'un rôle fonctionnel, les intrigues intimiste privilégiant les personnages au sein notamment l'Unité de police usant des Labor.

Patlabor : le film déploie donc une intrigue complexe où l'usage et la dépendance à ces machines est remise en cause. Le nouveau système d'exploitation des Labor, le HOS semble provoquer un dérèglement qui qui les rend incontrôlable et menace la population par leur capacité de destruction. Oshii entremêle trame policière captivante, questionnement politiques et philosophiques avec un brio rare. Le dérèglement semble ainsi dû à un virus inséré par le créateur du programme aux motivations nébuleuses et disparu avec le secret de son invention. Contrairement au deuxième volet où il s'en détachera grandement, Oshii équilibre idéalement ici le ton léger de la série avec les attachants personnages de l'unité Labor (Noa entichée de son robot Alphonse et sa relation tapageuse avec son partenaire Asuma, le charismatique Capitaine Goto) et la profondeur thématique qui lui est propre. Les collusions politico-industrielle sont ainsi dénoncées ici avec une entreprise rechignant à rendre publiques les défaillances de son outil synonymes de gros contrats malgré le danger encouru et ce couvert par le gouvernement. Cette soumission inconsciente à la technologie reflète en fait l'état d'esprit d'un Oshii s'interrogeant sur la quête de modernité du Japon. Les phénomènes provoquant la défaillance des Labors proviennent en effet des derniers quartiers populaire ayant résisté à l'invasion de tours de verre et de bâtiments High Tech constituant désormais Tokyo. L'enquête nous promène dans ces lieux amenés à disparaître dans de fascinantes séquences bercées du score entêtant et hypnotique de Kenji Kawai. La symbolique est marquée puisque cette modernisation s'inscrit dans le projet Babylone tandis que le plan de sabotage des Labor est quant à lui nommé Babel. Tout comme dans l'Ancien Testament, les hommes ayant voulu égaler Dieu se voient donc punis pour leur impudence avec la confusion semées dans leur machines.

Toujours dans cette analogie religieuse, c'est par L'Arche, architecture symbole de cette toute puissance technologique que viendra le chaos final. Après tout le captivant ton feutré qui a jusque-là dominé, Oshii offre un final haletant et spectaculaire en forme de course contre la montre . La menace lourdement asséné tout au long du film devient concrète par un cheminement parfait, faisant de Patlabor un thriller technologique brillant et bien au-dessus de la majorité des tentatives "live" en la matière. La mise en scène d'Oshii cherche d'ailleurs constamment à se rapprocher au plus près de prise de vue réelle. Les motifs de japanimation généralement utilisé pour économiser des photogrammes ont ici une vraie justification artistique. Les longues scènes où les visages ne sont pas visibles lors des scènes de discussion (permettant de ne pas à avoir à animer leur visage) s'inscrivent ici dans cette volonté d'atmosphère lente et pesante voulue par Oshii. Le sens du détail et les compositions de plan fouillées de ce monde futuriste surchargé participe également à ce sentiment de réalisme étouffant, l'action n'en étant que plus impressionnante lorsqu'elle se déchaîne tel cet extraordinaire face à face entre deux mécha au lever du soleil. Une grande œuvre SF qui allait mettre sur orbite le talent de Mamoru Oshii. 6/6

#200 profondo rosso

profondo rosso

    Bluette Prof

  • Members
  • 22972 Messages :
  • Profil:Homme
  • Location:region parisienne

Posté 20 December 2013 - 09:35 AM

Patlabor 2 (1993)

Image IPB

Trois ans après les événements tragiques liés au projet Babylone et à l'arche, un Labor des Nations Unies est détruit durant une opération de maintien de la paix en Asie du Sud-Est. Cet incident va être le déclencheur d'un plan machiavélique visant à incriminer les forces d’autodéfense japonaises et créer au Japon une panique à l’échelle nationale. Les agents Gotô et Nagumo de l'unité spéciale 2 sont alors sollicités par un membre de la commission d'enquête spéciale de l'armée de Terre pour travailler sur l'affaire. Mais la situation va vite se corser lorsqu'ils apprennent que le cerveau de cette entreprise terroriste n'est autre que Yukihito Tsuge, l’ancien mentor et amant de Nagumo.

Trois ans après Patlabor qui lui permit d'enfin exprimer pleinement son talent, Mamoru Oshii signait avec cette suite une œuvre maîtresse et totalement imprégné de son style. Le réalisateur avait dans ce premier film trouvé l'équilibre idéal entre la tension du polar SF et ses envolées réflexives et philosophiques mais aussi entre la tonalité plus modeste du matériau original (les OAV et la série TV plus portés sur les actions quotidiennes de l'unité Labor) et l'ambition de la profondeur thématique voulue. Avec Patlabor 2, Oshii s'affranchit de toutes les contraintes initiales pour totalement s'approprier un matériau devant cette fois se fondre dans son univers.

Le Japon totalitaire et va t en guerre qui conduisit le pays à la débâcle d'Hiroshima est une obsession dans l'œuvre d'Oshii, notamment dans son cycle de Kerberos (les deux tentatives lives The Red Spectacles (1987), Stray Dogs (1981 entre autres) dont le fabuleux Jin-Roh, La brigade des loups (1999) qui nous plongeait dans une uchronie où le Japon était sorti vainqueur de la Deuxième Guerre Mondiale. Ces questionnements se retrouvent dans sa vision du monde futuriste de Patlabor grâce à l'ambitieux scénario de Kazunori Itō. Le film s'ouvre sur un attentat inexpliqué voyant l'explosion d'un pont routier. Les télévisions sont alors immédiatement fournies en images qui révèlent que l'explosion a été provoquée par un missile issu d'un chasseur américain modifié technologiquement par les japonais, l'appareil venant sans doute des troupes us installées autour du pays. Une révélation qui suffit à créer la tension entre les deux pays et provoquer la peur et la paranoïa au sein de la population, sauf que l'image est fausse et a été mise en circulation par un dangereux terroriste, Tsuge. Ce dernier n'est autre qu'un des créateurs du programme des Labors, ces robots gigantesque inscrit dans ce quotidien futuriste autant au sein de la police que de l'industrie et des militaire.

L'unité 2 est plutôt ici dépassée par les évènements, Oshii mettant les héros de la série en retrait hormis le perspicace Capitaine Goto et Shinobu Nagumo, au cœur du drame puisque ancienne élève et amante du terroriste. Le personnage gagne en profondeur par rapport à la série et au premier film avec son sérieux et sa froideur mis à mal et constitue le pivot émotionnel du film. Oshii nous montre de façon limpide comment la peur peut faire dériver dans le totalitarisme. L'action initiale (et finalement sans danger) de Tsuge sert ainsi d'élément déclencheur à une peur conduisant réveillant un autoritarisme oublié, la paranoïa crée se voyant soignée par un retour à la loi martiale au sein du pays. Il est largement sous-entendu que le pays ne s'est jamais débarrassé de ses vieux démons et qu'il suffirait d'un rien les ramener. L'ambiance est ainsi essentiellement nocturne, hivernale et dépressive dans une Tokyo enneigée dont les paysages sont progressivement envahis d'hélicoptères, tanks et soldats à la tunique sombre loin du sentiment de proximité et de la bienveillance suscitée par la blancheur des Labor ou des membres de l'unité. On plonge dans une atmosphère cotonneuse où le style contemplatif d'Oshii fait merveille pour exprimer ce sentiment d'attente inquiète sur les nappes de synthé aérienne de Kenji Kawai. Tout en questionnant les fondamentaux du Japon, le réalisateur est également visionnaire d'un esprit qui régira l'Amérique et le monde post 11 septembre. Le film Couvre-feu (1998) d'Edward Zwick pille d'ailleurs grandement Patlabor 2 sans jamais approcher sa profondeur. Le plan de Tsuge est d'ailleurs nébuleux et ambigu tout au long du film. Le terroriste est-il nostalgique de ce Japon guerrier et fier ou cherche-t-il à révéler une monstruosité jamais disparue par les réactions que génèrent ses coups d'éclats finalement sans vraie victimes collatérales ? C'est cette même ambiguïté que l'on peut trouver aussi chez Oshii fasciné dans tous ses films par l'arsenal militaire mais méfiant quant aux puissants qui guident son usage. Le message est d'ailleurs encore plus cinglant que dans le premier film où le gouvernement laissait passer une défaillance technologique dramatique par un intérêt et ici profite d'un contexte particulier pour asseoir son autorité.

Contrairement à ses films suivants où il se montre de plus en plus misanthrope (les deux Ghost in the Shell (1995, 2004), et Avalon (2001 où l'on se détache de l'enveloppe corporelle et de son environnement, l'humanité étant un fardeau) Oshii fait encore ici confiance aux hommes pour rétablir l'homme. Gôto est un personnage toujours aussi captivant d'intelligence et de droiture, les atermoiements de Nagumo sont des plus touchants (ce final somptueux) et on retrouve enfin les joyeux drilles de l'Unité 2 tel qu'on les aime lors du final (Isao le sensible de la gâchette, Noa entichée de son Labor) qui laisse enfin exploser l'action avec un brio rare (avec Oshii les morceaux de bravoure sont aussi parcimonieux que virtuose le final du premier Patlabor étant toujours aussi mémorable). Un monument de thriller politique formant un fabuleux diptyque (même si le premier garde ma préférence) pour Oshii. Celui-ci ne signera pas le troisième volet de la saga bien moins prenant en 2001 mais semble vouloir y revenir l'an prochain dans une adaptation live. Wait and see... 6/6




0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)