Mad Movies: Schizophrenia - Gerald Kargl (1983) - Mad Movies

Aller au contenu

  • (7 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Schizophrenia - Gerald Kargl (1983) Angst

#31 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 542
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 29 août 2007 - 15:22

C'est Angst en vo non? Ya pas déja un topic sur le film??
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#32 pirate*

  • Groupe : Guests

Posté 29 août 2007 - 15:51

CITATION(Evil Seb @ 29 8 2007 - 15:22) <{POST_SNAPBACK}>
C'est Angst en vo non? Ya pas déja un topic sur le film??


sais pas

#33 L'utilisateur est hors-ligne   Zak 

  • Modo de la Section 9
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 22 420
  • Inscrit(e) : 30-août 02
  • Profil:Homme
  • Location:Derrière toi

Posté 29 août 2007 - 17:33

Le topic existe bel et bien.

http://www.mad-movies.com/forums/index.php...13624&st=15
Image IPB
'Cause like I said to you all that time ago, if the world doesn't end,I wanna be here at home,with you.
And that's how I live now.

#34 L'utilisateur est hors-ligne   Maniak 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 361
  • Inscrit(e) : 03-janvier 05
  • Profil:Homme
  • Location:Vosges

Posté 12 septembre 2007 - 16:23

up pour ce chouette topic avec ma critique:



Schizophrenia

Angst
Genre: Horreur
Pays: Autriche
Année: 1983
Réalisateur : Gerald Kargl
Avec : Robert Hunger-Bühler, Erwin Leder, Silvia Rabenreither, Edith Rosset...

Un homme arpente fébrilement les rues d'une ville. C'est un tueur, il finit par tomber sur une vieille dame, qu'il abat sans raison. Il va en prison, et n'en ressort que des années plus tard. Mais son envie de tuer est toujours aussi forte qu’avant et il se met très vite en quête de nouvelles victimes…



Angst est l’œuvre de Gérald Kargl et Zbigniew Rybczynski. Ils co-signent le scénario, Kargl porte la casquette du réalisateur et Rybczynski occupe le poste de directeur de la photo. Leur film se base sur un fait divers sanglant et hélas bien trop réel. En 1980, un habitant de Salzbourg, Werner Kniesek, est arrêté pour un triple meurtre particulièrement violent. L’histoire choque et fait grand bruit dans l’Autriche de l’époque. Et Kargl en tire un film magistral qui témoigne du choc et de la violence des meurtres.
Pourtant, Angst n’a rien en commun avec ces films à la violence ostentatoire, qui n’hésitent jamais à verser dans le gore le plus crasseux pour appuyer leur propos et choquer la ménagère de moins de 50 ans. Non au contraire le film de Kargl et Rybczynski est d’une sobriété bienvenue, laquelle se traduit par une mise en image refusant le spectaculaire. Le film est glacial, épuré et relativement avare en effets gores. Du moins si ces derniers sont effectivement présents (la fameuse scène du tunnel, explicite et brutale) ils ne sont jamais mis en exergue par des effets de mise en scène vus et revus.





Le film prend même une dimension auteurisante, mais dans le bon sens du terme. Il se situe presque à la frontière du métrage expérimental. Angst est filmé en temps réel et ne suit qu’un seul point de vue, celui du tueur. La caméra s’intéresse uniquement au personnage principal et lui tourne autour. Notons à ce propos la brillante utilisation de la Louma (une grue articulée permettant des mouvements de caméras longs et très fluides) qui, en alternant les vues en plongée et en contre-plongée, permet de donner une dimension plus physique et d’amplifier les émotions du tueur selon leur nature. Par exemple dans les scènes se déroulant en prison, la caméra rase le sol et colle aux pas du tueur, insistant ainsi sur l’enfermement, tandis que sa sortie et filmée de très haut, montrant le personnage désorienté et comme écrasé par le monde extérieur. Toujours mobile et fluide, la caméra permet également de donner le caractère hystérique approprié aux scènes les plus violentes. Cependant la mise en scène semble toujours parfaitement maîtrisée. Précise, glaciale et mouvante à la fois, elle vient idéalement servir le propos du film.
Werner Kniesek, magistralement interprété par Erwin Leder, est ainsi le centre de toutes les attentions et est présent sur quasiment tous les plans. Le film est éminemment introspectif et ne base d’ailleurs sa narration que sur l’utilisation d’une voix off monocorde qui nous relate toutes les pensées du tueur. Ce procédé, très bien utilisé, permet à Kargl à la fois de relater des épisodes antérieurs au temps de la narration (comme ces passages où Kniesek évoque son enfance et sa mère) et d’introduire une proximité dérangeante avec l’assassin. Angst est une plongée vertigineuse dans l’intimité d’un tueur.
Et cela nous met d’autant plus mal à l’aise que le film est incroyablement réaliste. De par son propos (adapté d’une histoire vraie) mais aussi dans sa forme. La photo livide privilégie les teintes grisâtres, dépressives et naturalistes. Les auteurs du film semblent de plus ne jamais prendre parti, ils évitent habilement les écueils de la glorification du tueur et de la compassion pour les victimes, adoptants ainsi le ton proche du documentaire idoine. A ce titre, le film est très proche du Henry, portrait of a serial killer de John McNaughton. On notera aussi un soin particulier porté aux détails, à la fois dans les décors que dans la description des pensées et de la personnalité auto-destructrice du tueur. La volonté de domination et de contrôle propre aux tueurs en série est bien rendue, ainsi que son envie d’avouer ses crimes et sa monstruosité au monde entier. Notons à ce propos que Stéphane Bourgoin, auteurs de nombreux ouvrages sur le sujet et considéré comme spécialiste des tueurs en série en France, cite volontiers Angst comme l’un des films les plus réalistes sur les tueurs en série.





Le film bénéficie en outre de l’intérêt de Gaspar Noé, qui n’hésite pas à clamer qu’il s’agit de son film de chevet, accentuant ainsi le phénomène d’ "œuvre culte" que connaît le film. Jadis film obscur connu de seulement quelques cinéphiles, le film a depuis obtenu un statut de perle ultra malsaine que tout amateur de films extrêmes se doit d’avoir vu… mais pour une fois ce petit buzz n’est pas injustifié et Angst est effectivement un film unique. Chaque élément (mise en scène, musique, interprétation) frise l’excellence, faisant ainsi de ce film une œuvre forte et difficile à oublier une fois vue.




Spoiler

#35 L'utilisateur est hors-ligne   LMD 

  • La Mère Doku
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 14 162
  • Inscrit(e) : 18-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:Le passé

Posté 23 septembre 2008 - 01:21

A noter que le film (autrichien donc, comme dit par Maniak et NicolaSMAG) est doté d'une bande originale signé Klaus Schulze (hop). Ces morceaux entêtants, "obsessifs" et parfois un peu enfantins dans les sonorités colle bien au film. Michael Mann reprendra un des morceaux de cette BO (Freeze)* pour son Manhunter, une autre radiographie de serial killer dans un genre différent mais finalement assez proche par certains aspects.

Sinon j'ai vraiment beaucoup aimé le film, même si je l'ai vu en qualité VHS pourri et recadré en 4/3 (mais ca renforçe pas mal l'aspect poisseux). La réalisation, en ne se mettant quasiment jamais à la hauteur du personnage, accentue le malaise: en prison, des contre plongées, sinon énormément de plongées très étonnantes, de plans large à la grue signé par le chef op... très impressionnant comme travail d'ailleurs, et pas seulement pour la body cam très mobile. Le jeu de contraste avec les plans rapprochés (le plan de bouffage de schwein en gros plan est assez sordide dans son genre) rend le tout plus oppressant. Le début, avec les photos commentés, passe très bien en VF, on se croirait devant un Faites Entrer l'Accusé de l'ORTF et le film montre bien la différence qui peut se nicher entre la lecture extérieure du rapport médical et ce qui se passe dans la tête de l'assassin. D'ailleurs l'acteur à une vrai gueule de meurtrier comme on l'imagine: la gueule longue, le corps filiforme jusqu'à la bizarrerie...

EDIT: D'ailleurs le film contient pas mal d'humour noir dans la différence entre le monologue du tueur qui imagine visiblement de grandioses mises en scènes de meurtre, et la réalité ou les morts arrivent dans un désordre complet.

EDIT2: Et je suis assez d'accord avec Noé à propos de la VF... je me demande si la VO n'introduirait pas une distance pas forcément recherché. Après tout l'histoire racontée pourrait se passer n'importe ou en Europe...

* Et un autre morceau de Schulze hors Angst: Coelacanth
The age of Peace had ended. There was to be no lack of war. There was to be enough for all. Aye, enough and to spare.

#36 L'utilisateur est en ligne   Chuck Apic 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 239
  • Inscrit(e) : 15-décembre 05
  • Location:vous ne m'aurez jamaisss!!!ahah!

Posté 23 septembre 2008 - 12:41

Grosse claque il y a quelques années en VHS 4/3 comme tout le monde. Et pi' un soir, sur ciné Frisson, diffusion d'une copie magnifique, au format 1.85... Studio Canal, BOUGEZ VOUS!!! Vous l'avez depuis des années votre copie!
Posted Image

#37 L'utilisateur est hors-ligne   NICOLASmag 

  • Ghoulies
  • Groupe : Members
  • Messages : 196
  • Inscrit(e) : 21-décembre 02

Posté 07 octobre 2008 - 12:00

le problème est peut être à cause de la version car on ne peut plus mettre (cf les diffusion télé) la partie documentaire au tout debut du film (là ou LMD trouve que ça fait "faites entrer l'accusé") pour des raisons legales

#38 L'utilisateur est hors-ligne   LMD 

  • La Mère Doku
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 14 162
  • Inscrit(e) : 18-septembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:Le passé

Posté 07 octobre 2008 - 12:08

CITATION(NICOLASmag @ 07 10 2008 - 12:00) <{POST_SNAPBACK}>
le problème est peut être à cause de la version car on ne peut plus mettre (cf les diffusion télé) la partie documentaire au tout debut du film (là ou LMD trouve que ça fait "faites entrer l'accusé") pour des raisons legales


Ah je me demandais aussi pourquoi on m'avait parlé d'une deuxième version qui commence directement avec le plan de la prison. En sais tu plus sur les raisons légales qui bloquent ce passage?
The age of Peace had ended. There was to be no lack of war. There was to be enough for all. Aye, enough and to spare.

#39 L'utilisateur est hors-ligne   ouaisbiensur 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 557
  • Inscrit(e) : 17-mai 06
  • Profil:Inconnu

Posté 07 octobre 2008 - 13:28

Vu la remontée du topic, j'en profite pour retaper mon chtit avis de z'avez maté

CITATION
Angst de Gerald Kargl

Vraiment excellent, malgré la vision d'une version tronquée (pas d'explications de l'enfance via les photos au début).

Si on met de côté l'aspect dérangeant dont l'effet variera selon le spectateur, Kargl réussit par sa réal chiadée à livrer un film bougrement immersif (toute l'attente dans la maison dès le retour des occupants, j'étais au taquet) avec son lot d'idées marquantes (les parallèles avec son enfance).

Question de goût mais j'adhère beaucoup plus à ce style qu'à l'approche froide et clinique d'un Henry ou du travail d'Haneke.

A (re)voir.


Ca m'intéresse aussi cette histoire du début.
Quand je fais l'hélicoptère, un ouragan s'abat sur Manille - Megaloman

#40 L'utilisateur est hors-ligne   NICOLASmag 

  • Ghoulies
  • Groupe : Members
  • Messages : 196
  • Inscrit(e) : 21-décembre 02

Posté 26 octobre 2008 - 15:38

alors de mémoire ce serait parceque les images d'archives sont de vrais images réelles et non voulu par la famille (y a peut être eu un procès)
alors pourquoi le film ne sort pas chez studio canal comme prévu au début ? peut être à cause de celà

aussi sur le site de noé il indique que le film est toujours classé x car personne n'a demandé une revision et d'après le site du cnc eux indique interdits aux - de 16 ans avec avertissement

#41 L'utilisateur est hors-ligne   GaoFei 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 048
  • Inscrit(e) : 26-avril 08
  • Location:Devant mon ordi, connard

Posté 25 novembre 2008 - 21:43

Un film super interessant que j'ai revu il y a peu de temps, tout n'est pas parfait. Mais, il y a un petit quelque chose qui rend le tout unique, la crédibilité. Tous les moyens sont là pour nous mettre dans la tête du tueur, tant par la voix off (je veux pas relancer la polémique, mais la Vf est très bonne je trouve, mais bon pour le voir autrement j'ai pas eu le choix) glaciale que par la caméra qui utilise des angles improbables (Gaspar Noé aime ce film peut etre, mais il a rien compris avec son Irréversible dont il a cherché à copier les mouvements de caméra, par contre l'ouverture avec les photos de Seul Contre Tous est géniale et efficace) pour bien appuyer le caractère schizophrène de son protagoniste, bien choisi d'ailleurs. Un meurtre m'a réellement mis mal l'aise la première fois celui de l'handicapé, car tu vois bien son incapacité à se défendre. La maladresse avérée du type est encore plus effrayante car elle ajoute en crédibilité, combien de types ordinaires petent les plombs sur un coup de tete (meme si ici le type a dejà tué auparavant). Un film que je resérverais qu'aux curieux, car c'est pas un film qui est tres accesible.

5/6 Car on peut montrer la schizophrénie sans avoir recours a des effets clippesques (pas déplaisants, mais trop faciles à mon goût)

And now the show must go on

#42 L'utilisateur est hors-ligne   XRODX 

  • Critters
  • Groupe : Members
  • Messages : 335
  • Inscrit(e) : 27-septembre 08
  • Location:France

Posté 15 juillet 2009 - 23:08

HORRORSHOW. Nous sommes dans une petite ville autrichienne. Un "ancien" psychopathe sort de prison après y avoir purgé une peine de 10 ans. Il a passé plus de la moitié de sa vie enfermé, le crime qui vit en lui est éternel. Perdu une fois dehors, il élabore au plus vite un plan. Une station service, un café. Il s'arrête. Deux petites souillons le dévisagent alors qu'il croque goulument une saucisse allemande. Il prend un taxi, et au moment de se jeter sur la conductrice, panique, et s'enfuit dans les bois. La musique électronique entêtante de Klaus Schulze (TANGERINE DREAM) fait vraiment son effet à ce moment.

LA BANDE-ANNONCE

Perdu à nouveau dans l'espace, il retrouve le chemin dans sa tête. Une grande maison calme, cachée par de grands arbres. Effraction. Il est dedans. Et lorsque ses résidentes arrivent à la tombée de la nuit, son excitation maladive est à son comble, la fête commence enfin. Elle se terminera brutalement dans un glacial couloir de la mort. Angoisse, sadisme, suspense, psychodrame, nécrophilie. L'unique film de Gérald Kargl atteint des sommets dans l'abime. Les plans, l'éclairage, le son, tout est PARFAIT et hyper en avance dans le genre. Un film ambigu, dérangeant et malsain, influence claire et nette de Gaspard Noé et du film choc FUNNY GAMES. Force est de constater que l'Europe niveau MAL est bien loin devant les USA. Le meilleur tout simplement.



(FLUOGLACIAL)

#43 L'utilisateur est hors-ligne   san 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 602
  • Inscrit(e) : 08-novembre 08
  • Profil:Inconnu
  • Location:paris

Posté 16 juillet 2009 - 16:55

Tout à fait d'accord !!! Un film unique...qui a été bcp copié aussi icon_mrgreen.gif La voix off est une tuerie !! Le final ds le couloir est une véritable boucherie, sommet de perversion malsaine !!! Une perle, que je garde précieusement en vhs rolleyes.gif
« Obscurité, tu seras dorénavant pour moi la lumière. »

#44 L'utilisateur est hors-ligne   biboulMRPN 

  • T'as pas 100 boules ?
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 931
  • Inscrit(e) : 11-mars 08
  • Profil:Homme

Posté 16 juillet 2009 - 20:31

CITATION(san @ 16 7 2009 - 16:55) <{POST_SNAPBACK}>
Tout à fait d'accord !!! Un film unique...qui a été bcp copié aussi icon_mrgreen.gif La voix off est une tuerie !! Le final ds le couloir est une véritable boucherie, sommet de perversion malsaine !!! Une perle, que je garde précieusement en vhs rolleyes.gif


Garde bien ta vhs, il est rare ce film, pas moyen de le trouver en dvd.
Image IPB

#45 L'utilisateur est en ligne   seri Z 

  • Leguman
  • Groupe : Members
  • Messages : 10 017
  • Inscrit(e) : 02-février 10
  • Profil:Homme

Posté 04 janvier 2012 - 11:33

Citation

DVD & BR // Schizophrenia enfin disponible C’est peut-être encore une des grandes arlésiennes sur support numérique. Angst, connu chez nous auprès des cinéphiles sous son titre VHS Schizophrenia, le tueur de l’ombre, va enfin bénéficier d’une sortie vidéo. Certes, une édition (soupçonnée d’être pirate) avait semble-t-il fait son apparition il y a de nombreuses années, avant de disparaître, mais depuis nous étions sans nouvelles. Comble de bonheur, ce n’est pas vers l’import qu’il faudra se tourner pour acquérir le futur DVD de ce film autrichien de Gerald Kargl, grâce à cette édition prévue en juin chez l’excellent éditeur Carlotta Film.


http://www.1kult.com...fin-disponible/





:wub:



Image IPB

Partager ce sujet :


  • (7 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)