Mad Movies: Stephen King - Sa vie, son oeuvre - Mad Movies

Aller au contenu

  • (41 Pages)
  • +
  • « Première
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Stephen King - Sa vie, son oeuvre

#211 L'utilisateur est en ligne   Peav' 

  • Site Admin
  • Groupe : Administrators
  • Messages : 28 625
  • Inscrit(e) : 29-août 02
  • Profil:Homme
  • Location:Panama

Posté 27 mai 2011 - 13:54

Oh bah la BD c'est du ultra-light hein. A la limite, le premier Tome peut faire office d'introduction à l'univers de la Tour Sombre, histoire de voir si on accroche ou pas, mais vaut mieux se plonger directement dans le grand bain avec les livres.
Image IPB

#212 L'utilisateur est hors-ligne   Rod 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 17 922
  • Inscrit(e) : 21-mai 08
  • Profil:Homme
  • Location:City 17, Black Mesa

Posté 27 mai 2011 - 15:03

Salem je le trouve chiant parce que c'est une banale histoire de vampires. Pas trop fan du genre.
Image IPB

#213 L'utilisateur est hors-ligne   Palamède Charlus 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 690
  • Inscrit(e) : 09-décembre 10
  • Profil:Homme
  • Location:Du côté de Guermantes

Posté 27 mai 2011 - 18:16

Voir le messageShub Lasouris, le 27 mai 2011 - 09:37 , dit :



Bref j'aimerais faire une petite pause dans le cycle et lire un "classique" de King, si possible en rapport avec La Tour Sombre. Mon choix se pose sur deux bouquins à savoir Le Fléau et Salem. Vous me conseillez quoi les madnautes?
Quelle est la différence entre les deux niveau rythme, intérêt des personnages, trouille etc...?


Salem est une lecture obligatoire dans le cadre de la découverte de la Tour Sombre.
Le Fléau peut se lire plus tard : gros morceau passionnant et épique.

#214 L'utilisateur est hors-ligne   Psycho 

  • Je consulte un psy
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 104
  • Inscrit(e) : 05-mai 09
  • Profil:Inconnu
  • Location:La rivière Styx

Posté 27 mai 2011 - 20:47

Merci Peav', c'est vraiment ce que je voulais savoir, je vais donc m'attaquer directement aux romans.
Posted Image
“There is no exquisite beauty…
without some strangeness in the proportion.”

Edgar Allan Poe

#215 L'utilisateur est hors-ligne   Corvis 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 913
  • Inscrit(e) : 13-janvier 10
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 14 septembre 2011 - 04:33

Je savais pas où mettre ça, alors comme King est la caution "vendeur" du bouquin, je le mets ici.

J'ai donc lu récemment 13 Histoires diaboliques (Prime Evil), recueil de nouvelles concocté par Douglas E. Winter, auteur et critique américain, et où s'épanchent, entre autres, Stephen King, Peter Straub ou encore Clive Barker.

Image IPB

Donc, j'ai vraiment aimé, les auteurs célèbres ne m'ont pas déçu, j'ai fait quelques incroyables découvertes, le bouquin contient, pour moi, certains textes très en-dessous, mais les autres naviguent entre le très sympathique et le chef d'oeuvre.

Nous avons donc.

L'Oiseau de Nuit - Stephen King

On connait le film du même nom (que j'ai vu mais que j'ai totalement oublié), et la nouvelle est plutôt un bon cru kingien. Une nouvelle mineure, mais toujours écrite de main de maître, avec une ambiance du tonnerre, une capacité à déstructurer la chronologie sans nous perdre qui fait plaisir à lire, et une verve qui n'a rien perdu de son charme. Cette histoire de journaliste à sensation poursuivant un serial killer se prenant pour un vampire et voguant d'aérodrome en aérodrome, laisse un léger goût d'inachevé néanmoins, j'aurais vraiment aimé qu'il y ait autre chose derrière, une suite, une fin plus tardive.
Ca reste très agréable.

Une femme pour déjeuner - Paul Hazel

Dans ce qui semble être les années 60, un groupe de collègues a l'habitude de déjeuner la même chose, dans le même restaurant. Un jour arrive leur nouvelle collègue, une femme donc, et leur équilibre va être bouleversé. Une très courte nouvelle, d'un auteur que je ne connaissais que de nom. C'est fruité, simple, concis, bourré d'un humour caustique et noir, voire absurde, ça fait du bien au milieu des autres histoires brillamment sordides. Ca se lit aussi vite qu'un épisode des Chroniques de la haine ordinaire s'écoute, et c'est surement aussi brutalement drôle.

Le baiser de sang - Dennis Etchinson

Deception. L'histoire d'une scénariste ayant volé une histoire à un anonyme se voyant voler la paternité du script à son tour, en parallèle avec le scénario en question, tournage de film de zombie où l'actrice principale commence à taper sur le système de tout le monde, notamment de son amant le réalisateur. Le scénario au centre du récit aurait pu faire un Twilight Zone ou un Contes de la Crypte sympa, mais l'histoire qui gravite autour est passablement inintéressante, molle, et les deux se parasitent constamment, jusqu'à une fin qui tombe complètement à plat tant elle oublie le sens du mot climax... Dommage, l'univers dépeint me donnait envie de l'apprécier.

Deuil - Clive Barker

Barker, loin des horreurs graphiques de Cabal ou Hellraiser, marche sur les plates bandes de Stephen King en parlant de deuil, de nostalgie, de mélancolie, et d'un monstre antédiluvien sorti tout droit des terreurs de l'enfance. Ca m'a énormément rappelé l'ambiance général de Ca (déjà c'est une bonne référence), mais avec un style d'écriture qui n'appartient qu'à lui, plus ramassée, profonde et lyrique. On flirte sans cesse avec le fantastique (existe-t-elle vraiment cet entité démoniaque que les enfants pensaient tapie dans les profondeurs de la carrière ?), fantastique qui fait un contrepoint et une métaphore parfaite pour la difficulté du deuil et les souvenirs douloureux. C'est troublant, magnifiquement écrit, touchant, et très sincèrement largement aussi flippant que les meilleurs oeuvres du King.

Provende - Thomas Tessier

Une petite sucrerie, cousue de fil blanc, sans trop d'originalité, mais très visuel, et le sujet le demandait. Soit l'amitié entre un monsieur vieillissant et l'énorme demoiselle boulimique cloitrée chez elle, masse de chair mangeant à longueur de journée et très contente de son état, si tant est que son ami continue à venir lui lire des romans et des contes tous les jours. Cette nouvelle vaut surtout pour ses description de la vie hors norme de cette femme, et de l'amitié qui la lie à l'homme qui tombe peu à peu amoureux d'elle, et qui finira in fine par un fantastique un peu simplet mais rigolo. Ca casse pas un canard mais c'est assez souriant pour qu'on s'y attache.

Le Grand Dieu Pan - M John Harrisson

Alors là... Je suis resté complètement en dehors. Je dois même avouer que je n'ai pas compris grand chose. Tout au plus que ça parle des remords de trois personnes ayant fait quelque chose de terrible étant jeunes, et qui verraient des "apparitions". Mais à part ça... Où l'auteur veut-il en venir, je ne sais rien, et ce n'est pas la fin brumeuse qui me fera mentir. C'est assez lourd niveau style, très axé mystique, mais qui du coup se perd dans des tirades poético-celtiques au lieu de tâcher de nous faire suivre son histoire. Un ou deux passages semblent faire démarrer quelque chose de flippant, tel ces formes éthérées derrière une fenêtre, et puis tout retombe au détour d'un paragraphe lyrique qui s'éloigne du sujet. Las, j'ai peiné pour le finir.

Orange pour l'angoisse, Bleu pour la folie - David Morell

Révélation ! Je ne connaissais pas David Morell, mais là son style ample et clair, son sens du mystère et de la description, très cinématographique, et surtout ses idées d'histoire et la construction qu'il utilise pour nous la raconter, m'ont subjugué... On est dans un univers de peintre maudit, de secrets cachés dans des tableaux et d'un peintre obsédé par le génie de son auteur, qui rappelle un Da Vinci Code mystique (et réussi) qui bascule peu à peu dans une terreur sourde, la terreur de l'inconnu et de l'inexpliqué. Je préfère ne pas vous dévoiler plus l'histoire, de peur de vous gâcher l'accumulation de révélations et de détails glaçant. Mais ça faisait longtemps que je n'avais pas frissonné bien des nuits après avoir fini la lecture d'une nouvelle. C'est original, passionnant, et en plus le final se passe dans le Sud de la France ! :) Un petit chef-d'oeuvre.

Le genevrier - Peter Straub

Et on enchaine avec un autre chef-d'oeuvre, glaçant aussi, mais pour des raisons beaucoup plus terre à terre, beaucoup plus réaliste. Si fantastique il y a, c'est parce que nous voyons l'histoire se passer à travers les yeux d'un petit garçon cinéphile, qui découvrira l'enfance morose, les familles silencieusement déchirés, et d'autres tragédies personnelles beaucoup violentes et insidieuses, et pourtant jamais décrites comme telle. Je connaissais pas bien Peter Straub, et ben il écrit remarquablement bien, et il sait nous faire se sentir minuscules en prenant le point de vue d'un enfant fragile et innocent. Sans vouloir spoiler, ça m'a rappelé des films comme Sleepers, voir, dans un autre style, le Stand by me de King. Comme son prédecesseur dans ce recueil, la nouvelle résonne longtemps après sa lecture, mais pour une raison bien plus, et terriblement, proche de nous. Vraiment un électrochoc...

Contes et Légendes des morts - Charles L Grant

Très bien écrit, poétique, éthéré, cette nouvelle nostalgique sur les regrets, voire les remords m'a tout de même laissé pantois. Je n'ai pas réussi à m'attaché, ni à la situation, ni au personnage, le mystère de la finalité du récit ressemblant plus à un brouillard jamais dissipé qu'à autre chose. Un grand père pèche avec son petit fils, mais parle à un autre vieux à côté de lui de la jeune femme se baignant en face, et qu'ils semblent connaitre. Mais le second vieux semble ne pas exister. À moins que ce ne soit le petit garçon. Et la jeune femme, elle est là, ou c'est un souvenir ? Ou un fantôme ? On ne sait jamais vraiment, ce qui ne serait pas très grave, au contraire, si le récit savait utiliser ce flou pour nous raconter quelque chose de concret. Là on croirait sincèrement la prose d'un poète sous écriture automatique. Bof... C'est d'autant plus dommage, que dans l'absolu, cette prose est très jolie.

La Dernière aventure d'Alice - Thomas Ligotti

Après deux chefs-d'oeuvre d'affilée, on a deux déceptions d'affilée. Soit une mise en abyme des écrits de Lewis Carrol, avec cette auteur nommée Alice, vieillissante J K Rowling tiraillée par sa carrière, le soir d'un Halloween en son honneur. La description de ce personnage, célébré et célèbre, mais déjà has been dans sa tête et petit à petit pour les jeunes à qui elle destinait ses romans, est plutôt intéressant. On y apprend les histoires de son enfance, sa fascination pour Carroll, son identification à sa plus célèbre héroïne, et on s'attache très vite à cette Alice là, et à son histoire. Si histoire il y avait eu à raconter. Hélas, la nouvelle semble se borner à repousser ses péripéties en racontant anecdotes anciennes et états-d'âme, et il faut attendre l'ultime paragraphe pour voir arriver l'élément perturbateur fantastique, qu'on dirait pâle copie d'à peu près tout ce qu'à pu faire Stephen King depuis 30 ans. Très frustrant.

La prochaine fois, vous me reconnaitrez - Ramsey Campbell

Deuxième nouvelle humoristique du recueil, la seule épistolaire du bouquin, cette petite drôlerie fait plaisir à lire. Un auteur jamais publié se met à reconnaitre dans les écrits de célébrités ses propres idées, et devient persuadé qu'on le surveille pour lui voler exprès ses trouvailles au lieu de les publier. Une oeuvre paranoïaque donc, très drôle, et en même temps très pertinente dans ce contexte où les complots (ou du moins les suspicions de complots) abondent. Pas grand chose à dire de plus, c'est léger, ça se lit vite et bien, et après deux lourdes paraboles brumeuses, c'est une réelle bouffée d'air frais, qui plus est pointue et ciselé d'humour dans son écriture.

La Piscine - William Strieber

Auteur de First Blood et Wolfen, Strieber m'a bien déçu avec cette nouvelle là. Elle patit du même problème que La Dernière aventure d'Alice, soit des états-d'âme et la description d'une ambiance lourde et réaliste, avant de basculer dans un fantastique tardif dans le dernier paragraphe, là où on aurait espéré que les péripéties commenceraient enfin. Ce gamin fasciné par la piscine de sa villa, essayant désespérement de se noyer pour "les rejoindre", était pourtant un point de départ bien flippant qu'on aurait aimé être étayé et un peu plus expliqué, plutôt que de nous laisser frustré une nouvelle fois comme un puceau qu'on aurait laissé attaché au radiateur après un strip-tease torride. Je resterais sur Wolfen (je n'ai pas lu First Blood) en me disant aussi qu'heureusement, la dernière nouvelle du recueil aura été la plus géniale, et un point final magnifique.

À cause des ténèbres - Jack Cady

La dernière nouvelle du lot, donc, du regretté Cady, est la plus longue, mais surtout la plus complète, la plus touffue, la plus prenante, la plus touchante, la plus glaçante, bref, celle qui demande le plus de superlatif dans sa description. Cinématographique, donc très visuelle, mais en même temps très philosophique et émotionnelle, elle raconte, en deux étapes, la guerre du Vietnam et ses horreurs, et le retour au monde normal qui sera bien pire. Très convenu quand on l'écrit comme, rappelant justement Rambo, il s'agit pourtant d'une des meilleures histoires sur le sujet qui existe (à croire que Cady était un vétéran du Vietnam lui même, ce qui ne m'étonnerait absolument pas), où les personnages sont autant les héros que des salops ne pouvant s'en prendre qu'à eux-mêmes, où les morts planent au-dessus des mémoires, même de retour au pays, et où les remords et les actes anciens peuvent tuer. C'est remarquablement écrit, profond, ciselé, nanti d'un souffle incroyable, mais aussi sombre, mélancolique, sans espoir, bouillonnant dès le début d'un fantastique qui explosera dans un final fleurant bon les thèmes du Simetierre de King ou de Poltergeist, où les hommes sont de bien pires horreurs que les yeux accusateurs qui les observent. Vraiment un choc, qui m'a donné envie de me précipité vers ces autres oeuvres :)

#216 L'utilisateur est hors-ligne   fanatic 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 244
  • Inscrit(e) : 23-avril 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 27 septembre 2011 - 23:54

Stephen King annonce Dr Sleep, la suite de shining.
Image IPB

#217 L'utilisateur est hors-ligne   chada 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 609
  • Inscrit(e) : 13-novembre 03
  • Location:Sur la plage de Montauk

Posté 14 décembre 2011 - 09:19

Je viens de commencer ça, qui vient de sortir en novembre aux USA:

Image IPB

Je viens juste de commencer mais ça a l'air chouette (comme d'hab): histoire du voyage dans le temps d'un prof pour empêcher l'assassinat de Kennedy, mais vu de manière originale
Spoiler


Un avis plus large une fois plus avancé.

#218 L'utilisateur est hors-ligne   Corvis 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 913
  • Inscrit(e) : 13-janvier 10
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 15 décembre 2011 - 05:01

Wahhh, comment ça a l'air énorme.
Une date de sortie en France ?

#219 L'utilisateur est hors-ligne   Psycho 

  • Je consulte un psy
  • Groupe : Members
  • Messages : 9 104
  • Inscrit(e) : 05-mai 09
  • Profil:Inconnu
  • Location:La rivière Styx

Posté 15 décembre 2011 - 05:11

C'est clair que ça donne envie, apparemment aucune date française pour l'instant.
Posted Image
“There is no exquisite beauty…
without some strangeness in the proportion.”

Edgar Allan Poe

#220 L'utilisateur est en ligne   Peav' 

  • Site Admin
  • Groupe : Administrators
  • Messages : 28 625
  • Inscrit(e) : 29-août 02
  • Profil:Homme
  • Location:Panama

Posté 15 décembre 2011 - 16:26

Je dirais, minimum 1 an avec Albin...
Image IPB

#221 L'utilisateur est en ligne   wolvie 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 142
  • Inscrit(e) : 17-septembre 07
  • Location:Au pays de Rimbaud 2 la miction

Posté 15 décembre 2011 - 16:50

L'attente va être insoutenable...
In a town like Twin peaks, no one is innocent

#222 L'utilisateur est hors-ligne   chada 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 609
  • Inscrit(e) : 13-novembre 03
  • Location:Sur la plage de Montauk

Posté 16 décembre 2011 - 01:16

Non mais les gens, lisez en anglais! Ça parait chaud au début mais ensuite, une fois bien dedans, ça passe tout seul et on se laisse emporter. Surtout que, à son habitude, le maître propose des dialogues assez gratinés dans son style inimitable, dans le genre de cette altercation entre un clodo des années 50 et le héros, professeur d'anglais des années 2000 fraichement débarqué dans cette époque:

"Who the fuck're you?" he asked, only it came out Hoo-a fuck-a you?
I said what it seemed safest. "None of your fucking business"
"Well fuck you, too"
"Fine" I said. "We are in accord"
"Huh?"
"Have a nice day"

:lol:

Alors lancez-vous, en plus le pavé de 850 pages coute qued' sur les sites de vente, dans les 35$.

#223 L'utilisateur est hors-ligne   Corvis 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 913
  • Inscrit(e) : 13-janvier 10
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 22 décembre 2011 - 12:22

Voir le messagechada, le 16 décembre 2011 - 01:16 , dit :

Non mais les gens, lisez en anglais! Ça parait chaud au début mais ensuite, une fois bien dedans, ça passe tout seul et on se laisse emporter. Surtout que, à son habitude, le maître propose des dialogues assez gratinés dans son style inimitable, dans le genre de cette altercation entre un clodo des années 50 et le héros, professeur d'anglais des années 2000 fraichement débarqué dans cette époque:

"Who the fuck're you?" he asked, only it came out Hoo-a fuck-a you?
I said what it seemed safest. "None of your fucking business"
"Well fuck you, too"
"Fine" I said. "We are in accord"
"Huh?"
"Have a nice day"

:lol:

Alors lancez-vous, en plus le pavé de 850 pages coute qued' sur les sites de vente, dans les 35$.


L'anglais c'est pas le problème.
L'import si.
35$ c'est déjà trop pour ma bourse.
S'il sortait en Frane je l'aurais à moitié prix chez Gibert au bout d'une semaine :mrgreen:

#224 L'utilisateur est hors-ligne   comedian17 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 793
  • Inscrit(e) : 27-mai 10
  • Profil:Homme

Posté 22 décembre 2011 - 20:39

Même sur ebay uk , c'est un peu scandaleux a ce prix!

Va falloir que j'aille faire un tour a London pour ramener ca !

Sinon Stephen King va nous refaire sa liste des meilleurs de films de l'année ? Il pond toujours quelques surprises genre Takers, The Town ...Étonnant qu'il n'ait jamais écrit un vrai livre de braquages d'ailleurs
Tu peux toujours tonner camarade ....

#225 L'utilisateur est hors-ligne   Corvis 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 913
  • Inscrit(e) : 13-janvier 10
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 22 décembre 2011 - 22:19

Voir le messagecomedian17, le 22 décembre 2011 - 20:39 , dit :

Même sur ebay uk , c'est un peu scandaleux a ce prix!

Va falloir que j'aille faire un tour a London pour ramener ca !

Sinon Stephen King va nous refaire sa liste des meilleurs de films de l'année ? Il pond toujours quelques surprises genre Takers, The Town ...Étonnant qu'il n'ait jamais écrit un vrai livre de braquages d'ailleurs


Il a écrit pas mal de nouvelles ou romans sur des gangsters pourtant, The Fifth Quarter, ou celle sur Dillinger... Blaze aussi tourne un peu autour de ça, non ?

Partager ce sujet :


  • (41 Pages)
  • +
  • « Première
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)