Mad Movies: Aides à l'écriture - Mad Movies

Aller au contenu

  • (5 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Aides à l'écriture Viens chercher les conseils que tu veux

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Monty 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 536
  • Inscrit(e) : 04-mars 12
  • Profil:Homme
  • Location:Région parisienne

Posté 23 novembre 2012 - 00:56

Hi,

J'ai eu l'idée il y a peu de créer un topic pour s'entraider sur l'écriture.

Partagez, échanger nos techniques.

Comment faut-il commencer l'écriture d'un texte ? J'entends par texte roman, poésie, nouvelle, récit, pièce de théâtre, scénario et autres...

Comment développez vous votre idée ?
Quelle structure utilisez vous ?

Je pense que ça peut nous aider à créer des textes encore plus de qualité supérieure.

Ca m'intéresse, ça t'interesse ça nous intéresse et ça en interessera d'autre.


Et en plus tonton Gallinacé Ardant approuve.

Donc allez y nous vous lisons. :)/>




Voir le messageVinze, le 24 novembre 2012 - 15:56 , dit :


Conseils d'écriture sur le blog de Simon Sanahujas

L'atlas sémantique du CNRS : à l'origine je m'en servais surtout pour chercher des traductions français-anglais mais c'est très intéressant comme dictionnaire des synonymes (français ou anglais ; mais pour l'écriture c'est surtout le lien "lexique français" qui vous intéresse)

Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicale : un agrégateur de dictionnaires bien plus "sûr" que wiktionnaire

La conjugaison (Nouvel Obs) : je ne sais pas s'il y a mieux sur internet, mais j'ai pas de Bescherelle et c'est largement suffisant pour les vérifications quand j'ai un doute de conjugaison.

Maintenant, pour ceux qui cherchent à faire publier leurs textes finis :
Épopées Fictives : Un agrégateur d'appel à textes


Conseils d'Ecken http://www.actusf.co...ticle-8084.html

*Membre DeLuxe, c'est comme le Mac DeLuxe au Mcdo sauf que là il y a que le membre.

Membre des Artistes Fous Associés et j'écris des mauvaises nouvelles

#2 L'utilisateur est en ligne   Vivi 

  • Evil Bride
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 7 877
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Profil:Inconnu
  • Location:des fois sur le Whatitiz

Posté 23 novembre 2012 - 01:09

Bonne idée de topic, je croyais qu'il en existait déjà un équivalent, mais il semblerait que non. Je dois me mélanger les pinceaux.
Par contre, sans vouloir te vexer, t'aurais pu un peu soigner la forme de ton premier message (syntaxe, orthographe) pour donner le bon exemple. J'ai d'ailleurs corrigé la faute de frappe dans le titre.

Je rajoute un smiley pour la paix dans les chaumières : :).

Conseillez-vous bien parmi !

#3 L'utilisateur est en ligne   Herr Mad Doktor 

  • Patriiiiiiiiiick !!
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 031
  • Inscrit(e) : 03-septembre 07
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux-Marseille-DOMTOM

Posté 23 novembre 2012 - 01:21

Voir le messageMonty, le 23 novembre 2012 - 00:56 , dit :

Hi, --> anglicisme (à éviter)

J'ai eu l'idée il y a peu de créer un topic pour s'entraider sur l'écriture.

Partager, échanger nos techniques.

Comment faut-il commencer l'écriture d'un texte ? J'entends par texte roman, poésie, nouvelle, récit, pièce de théâtre, scénario et autres...

Comment développez-vous votre idée ?
Quelle structure utilisez-vous ?

Je pense que ça peut nous aider à créer des textes encore plus de qualité supérieure trop top moumoute de la chatte de sa mère!

Ca m'intéresse, ça t'intéresse ça nous intéresse et ça en intéressera d'autres.

Et en plus tonton Gallinacé Ardent approuve.

Donc allez-y nous vous lisons. :)


Voilà pour commencer!

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Udéka 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 797
  • Inscrit(e) : 05-novembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:Dans un cinéma de la 42ème rue en 1977

Posté 23 novembre 2012 - 01:27

Un espace insécable est exigé entre le mot final et le point d'interrogation.

Professeur, vous êtes recalé !
Image IPB

#5 L'utilisateur est en ligne   Nosfé 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 974
  • Inscrit(e) : 12-décembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:dans les sapins.

Posté 23 novembre 2012 - 01:30

Un truc technique pour libérer l'esprit et l'imagination:
Image IPB
Voilà.
(Fonctionne aussi avec la Tripel Karmeliet. Ou la Maredsous. Ou la Guinness - qui vous permet, de plus de sauter un repas sans problème. Ou n'importe quelle bière un peu correctement goûtue et alcoolisée.)
:closedeyes:

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Udéka 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 797
  • Inscrit(e) : 05-novembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:Dans un cinéma de la 42ème rue en 1977

Posté 23 novembre 2012 - 01:35

Je veux bien parler de mon expérience propre et de mon "expertise" (rires) sur le sujet mais ne me quotez pas, malheureux. Le texte risque de changer une cinquantaine de fois à cause des oublis. Je n'émet aucun avis professoral vu que je considère que j'ai tout à prouver et à apprendre (ce que je considère une bonne chose) et que mon idéal de réussite me semble aussi éloigné que si je devais atteindre Neptune. Navré d'avance pour les "obviouseries" que je vais présenter.

Vaste sujet, quoi qu'il en soit.

Ce serait également instructif de présenter toutes les erreurs à éviter que nous avons tous connu en pratiquant.

Au préalable, je dirais qu'il y a deux sortes de méthodes. Les méthodes de bons sens déjà pratiquées, et même théorisées, par les grands anciens et les méthodes que l'ont fait sienne, qui ne sont pas forcément celles qui fonctionnent chez quelqu'un d'autre.

Les premières, ce ne sont pas parce qu'on les connait qu'on peut les pratiquer aisément.

L'un des plus évidentes structure narrative est l'utilisation des trois actes d'Aristote. Toute notre culture est basée là-dessus, même le débutant la manipule intuitivement. La maîtriser est chose moins évidente. Certains sont contre cette construction stricte en trois actes, par exemple. Truby énonce 22 points-clés dans sa structure narrative.

Parler de méthode, c'est sans fin.

Première chose. Savoir quel va être le support, le média. Un bon romancier peut s'avérer un scénariste maladroit. Un bon nouvelliste va peut-être ne pas avoir le souffle pour un long roman, etc... Ce n'est pas parce qu'on a un bon niveau dans un de ces domaines que l'on devient automatiquement un cador dans un autre domaine d'écriture. On aura des bonnes notions narratives même en se baladant à un autre, il n'empêche que c'est un métier à part entière d'adapter un roman en scénario, pour preuve. (Obviouserie #1)

Parlons d'une de mes erreurs qui a forgé une méthode personnelle. L'erreur que je commettais dans mes idéalistes débuts était de partir from scratch, hardi petit et vogue le navire de l'inspiration. Ha, la liberté de l'écriture ! Le frisson de l'aventure romanesque de l'apprenti scribouilleur qui ne s'enferme pas dans une cage. Liberté chérie, j'écris ton...

Moralité, je me retrouvais à mi-chemin au court du récit en train de me demandais où j'allais. J'ai bloqué au milieu exact du manuscrit d'un supposé roman (milieu du deuxième acte), pour plusieurs raisons. La principale étant que c'était le pivot majeur de mon histoire et que si ça coinçait là, tout coinçait. Moralité, j'ai fichu la moitié de manuscrit dans un tiroir. Elle n'en est jamais ressortie.

Je cherchais des chutes solides, mais comment les trouver si le deuxième acte était flou ? Et ainsi de suite. Même des histoires courtes ne voulaient pas fonctionner correctement.

Par contre, certains taquineurs de la plume sont galvanisés par l'idée de la surprise de l'écriture prenant naissance, se laissant entraîner par le flot. Ils aiment cette construction "briques par briques". Sur l'échelle du spectre littéraire, il y a James Joyce qui se tourmentait sur une seule phrase toute la journée et d'autres capables d'écrire comme à l'usine, de s'arrêter au milieu d'une phrase et d'aller bosser en compartimentant bien les strates de leurs vies. Chose dont je suis incapable, quand je suis lancé, il faut que je dépose toutes les idées de peur de les oublier. Il existe aussi des écrivains qui ont besoin de rituels parfois fantasques pour se mettre en condition.

Voilà que je commence à m'éparpiller.

Pour revenir au sujet, j'ai appris à structurer de mieux en mieux. Une de mes méthodes personnelles, qui fonctionne en ce moment, mais qui me donnait la plus grande difficulté auparavant, est celle-ci : Savoir comment ça se termine.

Les premiers actes abondaient, mais tout devenait incertain au milieu du récit et ça patinait dans les essais et erreurs. Je n'arrivais jamais à relier mon milieu et ma fin. Naïvement, je croyais que la logique interne des personnages allait provoquer de facto la suite de l'histoire. La technique fonctionne peut-être chez d'autres.

Je me rends compte que les débuts sont extrêmement facile à trouver. "Et si ?". Et si un gars tombait amoureux d'un fille opposé à lui ? Cliché, mais facile, prenons ça. Comme disait le grand Hitch', tout le monde peut partir sur un cliché, l'important c'est de ne pas finir par un cliché. Avec ce début, on a de fortes chances de cogner dans es écueils. Si l'on débute par une fin, ça peut donner : "Un homme tue la femme qu'il aime. Fin. Comment ça a pu aussi mal tourner ?". Mieux. Pas parfait, mais bien mieux.

Depuis, je pars à l'envers. D'une image forte qui résous une problématique qui me travaille et je me dis "Comment on en arrive là ?". La fin est liée au message (même si je n'aime pas du tout ce mot) à transmettre. On appelle ça le "core" ou mal traduit en français par "Coeur". Pas si mal traduit que ça, puisque le double-sens est bien réel. Qu'est ce qui te pousse à te prendre la tête autant d'heures là-dessus si ce n'est pas quelque chose d'important pour toi ?

Avoir une bonne méthode, c'est aussi comprendre ses propres failles. Je peine sur les dialogues, c'est une horreur. L'une des méthodes, émises par une éminente relectrice madnaute est de les lire à voix haute. Vous sentez si le dialogue sonne de travers, s'il est trop maniéré, trop littéraire, trop fabriqué... Le dialogue est toute une science subtile d'informations distillées à point nommé et bien d'autres choses encore. Un vrai métier à part entière, là aussi (mais je vais éviter d'écrire un vrai roman sur ce forum aujourd'hui).

(On peut même pousser le "vice" à répéter tout le texte à voix haute, comme le faisait Flaubert pour sentir la musicalité, le rythme, etc...)

Voilà un topo assez banal et un pavé peu lisible pour l'instant. ^^

S'il y a un livre à lire avant tous les manuels de narration au monde, c'est le bien nommé Ecriture de Stephen King. Il y a quasi toutes les bases.

Dedans, il y a l'équivalent de mantras à placarder sur le mur au-dessus de son écran :

- Tu dois lire de tout, et tout le temps.
- Tu dois pratiquer l'écriture autant que possible.
- Ne dis pas que tu n'as jamais le temps pour écrire, c'est faux.

Pour finir, la plus belle règle, la plus juste et la plus difficile de toutes :
- Supprimer les mots inutiles, même s'ils sont magnifiques.

Citation

Quand on écrit une histoire, on se la raconte, reprit-il. Quand on se relit, le gros du travail consiste à enlever ce qui ne fait pas partie de l'histoire


À cause de ce post, j'ai perdu un précieux temps d'écriture. :mrgreen:
Image IPB

#7 L'utilisateur est en ligne   Vinze 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 531
  • Inscrit(e) : 08-mars 12
  • Profil:Homme
  • Location:Val-de-Marne

Posté 23 novembre 2012 - 02:04

Puisque ça avait été posté sur le fil du madtelier d'écriture.
Les conseils d'écriture de Jean-Claude Dunyach

Et un lien que je n'ai pas lu : Les conseils d'écriture de la ligue de l'imaginaire (je ne veux pas troller mais Bernard "celui dont il ne faut pas parler sur certains forums littéraires" Werber est membre de ladite ligue :P)

Sinon un truc con mais humain : quand on écrit quelque chose on n'a pas forcément le recul nécessaire pour en juger la qualité alors il ne faut pas hésiter à chercher à se faire critiquer. Les proches c'est nul :P ils ne sont pas objectif (ta mamie te dis "oui ta scène de viol est très réaliste" uniquement pour te faire plaisir et que tu continues à lui amener des fleurs à la maison de retraite).
Retravailler ses textes avec l'aide de beta-lecteur peut être une bonne solution (par exemple sur ce forum : cocyclic), ou via un atelier d'écriture (madtelier d'écriture powa !)

En dehors de ça je crois que tout le monde a sa méthode et elle n'est pas toujours bonne pour tout le monde (par exemple il m'arrive d'écrire en écoutant du Cannibal Corpse, je ne le recommande pas forcément à tout le monde, mais pour les scènes de torture ou de viol ça peut aider :P). Et la solution de Nosfé marche aussi très bien (mais après il faut corriger les fautes d'orthographe et de frappe a posteriori)
Vinze
Secrétaire cochon des Artistes Fous Associés
J'aime l'humour comme le café : sans sucre !

#8 L'utilisateur est hors-ligne   Udéka 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 797
  • Inscrit(e) : 05-novembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:Dans un cinéma de la 42ème rue en 1977

Posté 23 novembre 2012 - 02:11

Oui, dans les règles d'or : Jamais toi, et toi aussi là-bas, tu ne feras lire les premières moutures de tes textes à tes proches. Au grand jamais. Ne transgresses pas ce commandement.

Pour la musique, ça dépends : Très bien pour trouver des idées, parfois elle peut déconcentrer.
Image IPB

#9 L'utilisateur est hors-ligne   DarK ChoueTTe 

  • ↑ Avatar
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 20 745
  • Inscrit(e) : 25-avril 04
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 23 novembre 2012 - 02:14

Sans expérience et sans trop de point de comparaison, mais je lis Story de Robert McKee (reconnu comme une "bible" du genre), et c'est putain de bon. Cher (28,50 €), mais bon. En tout cas pour quelqu'un comme moi qui n'a aucune notion de la science du scénario.
Image IPBImage IPB

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Udéka 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 797
  • Inscrit(e) : 05-novembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:Dans un cinéma de la 42ème rue en 1977

Posté 23 novembre 2012 - 15:13

Refusons le monopagisme !

Ne gardez plus jalousement vos secrets, jeune auteurs à succès !

(C'est surtout que je veux pas être le seul à poster, ouais)
Image IPB

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Corvis 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 877
  • Inscrit(e) : 13-janvier 10
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 23 novembre 2012 - 19:21

Juste pour que tu sois pas tout seul à poster, je voulais revenir sur les relecteurs.
Qu'est-ce que vous appelez "les proches" (à part la caricature de la mamie friande de scènes de viol :mrgreen: ) ?
Parce qu'avoir un ami, quelqu'un qui nous connait bien, qui sait comment on fonctionne et quelles erreurs ont a l'habitude de faire et pourquoi, sans toutefois oublier d'être objectif et honnête, c'est quand même super pratique et efficace.
À chaque fois que j'écris un truc important (et même parfois pour un texte du madtelier) je le fais relire à une ou deux personnes triées sur le volet, en leur demandant juste ce qu'elles en pensent, toussa, ça me permet de modifier souvent pas mal de choses qui m'apparaissent évidente après coup, mais qui avait besoin d'un point de vue objectif, mais aussi d'un point de vue proche qui n'ait pas "peur" de vexer en pointant les défauts.

#12 L'utilisateur est en ligne   Vinze 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 531
  • Inscrit(e) : 08-mars 12
  • Profil:Homme
  • Location:Val-de-Marne

Posté 23 novembre 2012 - 19:32

Voir le messageCorvis, le 23 novembre 2012 - 19:21 , dit :

Juste pour que tu sois pas tout seul à poster, je voulais revenir sur les relecteurs.
Qu'est-ce que vous appelez "les proches" (à part la caricature de la mamie friande de scènes de viol :mrgreen:/> ) ?
Parce qu'avoir un ami, quelqu'un qui nous connait bien, qui sait comment on fonctionne et quelles erreurs ont a l'habitude de faire et pourquoi, sans toutefois oublier d'être objectif et honnête, c'est quand même super pratique et efficace.
À chaque fois que j'écris un truc important (et même parfois pour un texte du madtelier) je le fais relire à une ou deux personnes triées sur le volet, en leur demandant juste ce qu'elles en pensent, toussa, ça me permet de modifier souvent pas mal de choses qui m'apparaissent évidente après coup, mais qui avait besoin d'un point de vue objectif, mais aussi d'un point de vue proche qui n'ait pas "peur" de vexer en pointant les défauts.


Tout est une question de degré... je pense qu'il est plus facile de trouver un traitement objectif auprès d'inconnus ; mais c'est vrai qu'il est plus dur ainsi de donner un crédit aux critiques obtenues.
Mon argument c'est surtout qu'il arrive de croiser sur internet des gens qui "promeuvent" leurs œuvres à base de "ma femme a adoré" (mais ils oublient de dire que leur poisson rouge a trouvé ça "blop")... et euh, comment dire :P
Avec les proches il y a toujours un doute d'un point de vue objectivité je trouve. Ça ne veut pas dire qu'un avis, même subjectif, n'ait pas d'intérêt : ça ne doit juste pas être "suffisant"... sur internet je me fous de froisser les égos, et si on est susceptible il faut choisir un passe-temps moins exposé à la critique :)
Vinze
Secrétaire cochon des Artistes Fous Associés
J'aime l'humour comme le café : sans sucre !

#13 L'utilisateur est hors-ligne   Corvis 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 877
  • Inscrit(e) : 13-janvier 10
  • Profil:Homme
  • Location:Montpellier

Posté 23 novembre 2012 - 19:35

C'est pour ça que je demandais ce que vous vouliez dire par proches.
Si c'est la femme ou le fils, oui c'est carrément sujet à caution.
Perso, je montre très souvent ce que je fais à mon meilleur pote (et vice versa) et j'ai une totale confiance en lui pour ce qui est de l'objectivité :)

#14 L'utilisateur est en ligne   Nosfé 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 974
  • Inscrit(e) : 12-décembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:dans les sapins.

Posté 23 novembre 2012 - 19:44

Perso, je déteste faire lire mes textes à des personnes que je connais personnellement, et surtout attendre et voir leurs réactions.
Ou alors il faut que le texte en question ait plusieurs mois, que j'ai oublié une bonne partie de son contenu et que je sois dans un état d'esprit différent du moment de l'écriture. Mais à chaud, je n'ai pas cette démarche et ça ne me viendrait pas à l'esprit d'y recourir. Ca explique beaucoup de chose quant à certains gros défauts de mes créations, je sais.
C'est pour ça que la relecture via le madtelier me plait assez: on ne se connait que virtuellement, et la critique, si virulente soit-elle, fait moins mal que de vive voix et est plus mesurée et mesurable, et consultable à l'envie au moment de la reécriture.

Spoiler


#15 L'utilisateur est hors-ligne   Monty 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 536
  • Inscrit(e) : 04-mars 12
  • Profil:Homme
  • Location:Région parisienne

Posté 23 novembre 2012 - 22:59

Pour ma défense, il était tard de plus l'absence d'accents et de tirets est plus dû à une mauvaise habitude de dactylographie.

Udékà merci c'est assez complet je pense comme post. ;)

Membre des Artistes Fous Associés et j'écris des mauvaises nouvelles

Partager ce sujet :


  • (5 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)