Mad Movies: Le genre "Film de cinéma" - Mad Movies

Aller au contenu

  • (4 Pages)
  • +
  • « Première
  • 2
  • 3
  • 4
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Le genre "Film de cinéma" Un genre de mise en abyme

#46 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 542
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 07 janvier 2009 - 13:23

CITATION(ouaisbiensur @ 06 1 2009 - 15:17) <{POST_SNAPBACK}>
Et puis un sketch du Professeur Apfelglück pour les déviants qui veulent voir Thierry Lhermitte en Indiana Jones icon_mrgreen.gif .

Il est génial ce sketch..."Houlala Ca barde la haut!" "Nous vous écoutons Michel Coin!" icon_mrgreen.gif

Sinon pesonne a citer Tropic Thunder bande de Bleu Bites!!

Urban Legend II, mais c'est une sacrée merde celui la

Puis bon c'est pas vraiment un film dans le film a proprement parler mais bon ya Shanghai Blues de Tsui Hark qui peut rentrer dans cette catégorie...

Et ya aussi l'indispensable série Entourage bien sur.
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#47 L'utilisateur est hors-ligne   Number 6 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 852
  • Inscrit(e) : 15-avril 07
  • Profil:Homme
  • Location:Le Village (Global)

Posté 07 janvier 2009 - 14:23

Ca tourne à Manhattan :



Sympathique délire sur les aléas d'un tournage indé, avec pas mal d'idées fendardes. La scène du comédien nain (ou verticalement différent, si vous préférez...) qui pète un cable vaut le détour (tiens, ça me fais penser à "Bon baiser de Bruges", aussi...), ainsi que le "je voulais être dans ton film parce que je croyais que t'étais pote avec Tarantino!" au personnage que joue Buscemi.
Check mon DeviantArt : http://zenoon.deviantart.com/

#48 L'utilisateur est hors-ligne   Nosfé 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 100
  • Inscrit(e) : 12-décembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:dans les sapins.

Posté 07 janvier 2009 - 14:36

CITATION(LeMartien @ 06 1 2009 - 17:16) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(thirdeyemachine @ 06 1 2009 - 15:17) <{POST_SNAPBACK}>
Sinon, d'un coup je pense surtout aux CLEFS DE BAGNOLE de Laurent Baffie, moi... avec le running gag... énorme ce film...!


nous sommes donc deux dans le monde à adorer ce film.

3.
ninja.gif

#49 L'utilisateur est hors-ligne   bilouff 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 194
  • Inscrit(e) : 05-juin 07
  • Location:Laïonne

Posté 07 janvier 2009 - 14:43

CITATION(Evil Keum)
Sinon pesonne a citer Tropic Thunder bande de Bleu Bites!!


CITATION(Scalp @ 06 1 2009 - 14:52) <{POST_SNAPBACK}>
Tropic Thunder cool.gif


C'est toi

#50 L'utilisateur est hors-ligne   DarK ChoueTTe 

  • ↑ Avatar
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 20 966
  • Inscrit(e) : 25-avril 04
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 07 janvier 2009 - 15:09

CITATION(Nosfé @ 07 1 2009 - 13:36) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(LeMartien @ 06 1 2009 - 17:16) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(thirdeyemachine @ 06 1 2009 - 15:17) <{POST_SNAPBACK}>
Sinon, d'un coup je pense surtout aux CLEFS DE BAGNOLE de Laurent Baffie, moi... avec le running gag... énorme ce film...!


nous sommes donc deux dans le monde à adorer ce film.

3.
ninja.gif

Et de quatre. Si c'est pas mad© comme attitude d'adorer les Clés de bagnole, dites donc.
Image IPB

#51 L'utilisateur est hors-ligne   muzu31 

  • Ghoulies
  • Groupe : Members
  • Messages : 213
  • Inscrit(e) : 11-septembre 04
  • Profil:Homme
  • Location:Toulouse

Posté 11 janvier 2009 - 14:03

Z'avez oublié "JCVD", je pense aussi à "The Prestige", "La Rose Pourpre du Caire".

#52 L'utilisateur est hors-ligne   simidor 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 407
  • Inscrit(e) : 03-mars 04
  • Profil:Homme
  • Location:Université de l'Invisible

  Posté 11 janvier 2009 - 14:59

Y'a ça que j'ai vu dernièrement:



C'est ici pour être une star? /6
Image IPB
'Everywhere I go. Blues is all around'

#53 L'utilisateur est hors-ligne   mulder29 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 527
  • Inscrit(e) : 17-septembre 07
  • Profil:Homme
  • Location:Brest

Posté 27 mars 2010 - 14:27

Si l'on cite "Projet Blair Witch", autant cité celui-là :



et le film par qui tout à commencer dans la légende urbain du "snuff":


qui parle plus volontiers de l'impact des images sur les spectateurs que du cannibalisme

et aussi

le conflit de Johnny Depp réside dans son accord pour tourner un "snuff" afin de sauver sa famille. J'ai peur de ne pas l'avoir compris parce que l'univers du "snuff" est tellement implicite, il n'est jamais vraiment cité.
Le Cyborgien : Mon blog sur les séries télés et le cinéma
"La science est une maîtresse qui défie l'horloge du temps"

#54 L'utilisateur est hors-ligne   Nosfé 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 100
  • Inscrit(e) : 12-décembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:dans les sapins.

Posté 11 juillet 2011 - 19:18

CQ de Roman Coppola

Image IPB

1969. Paul Ballard, jeune américain venu à Paris pour réaliser son rêve de cinéaste, travaille comme monteur sur le film d'espionnage psychédélique Codename: Dragonfly, tout en alimentant quotidiennement son film à lui en forme de journal intimes. Les aléas de la production vont le propulser réalisateur de Dragonfly, le déstabilisant quant à l'idée qu'il avait du cinéma, et l'éloignant de sa petite amie Marlène autant que le rapprochant de Valentine, l'actrice principale...

Premier (et pour l'instant unique) long-métrage réalisé par Coppola fils, CQ se présente comme un hommage au cinéma des années 60, tant à la Nouvelle Vague (le projet ciné de Paul), qu'au cinéma Pop dans ce qu'il a de plus attrayant. Ainsi, le film dans le film, Codemane: Dragonfly fait dans le clin d'oeil appuyé aux Fantomas de Hunebelle, au Danger: Diabolik! de Bava, ou encore au Barbarella de Vadim; Roman poussant le vice jusqu'à donner un petit rôle au regretté John Philip Law. C'est aussi, à n'en pas douté, une reflexion à dimension autobiographique sur la part de fantasme qu'il y a à travailler dans ce milieu ( les quelques ego-trip de Paul), sur ce difficile équilibre entre passion et raison, art et commerce, etc.
Dimension autobiographique aussi sans doute dans cette jolie scène où on nous présente le père de Paul (Entre ça et les films de Sofia, faut croire qu'avoir un mec comme Francis Ford Coppola en papa, ça ne facilite pas l'Oedipe...)
La réalisation est sympa, Roman composant quelques jolis plans, quelques belles idées, s'amusant de l'esthétique sixties et de ses éléments kitschs et gentillement naïf. Une naïveté qu'on retrouva aussi dans cette vision assez idéalisée de l'époque.
Dans le rôle principal, Jeremy Davies est pas mal, effacé et discret ce qu'il faut, notre Gégé national est en pilote automatique dans le rôle du réal passionné mais floué par l'industrie, Elodie Bouchez est guère mieux en copine amoureuse et un peu chieuse, Giancarlo Giannini joue un simili Dino de Laurentiis plutôt amusant, et Angela Lindvall est très mignonne. Et entre esprit de famille et copinage, on a le cousin Jason Schwartzmann, la frangine Sofia qui passe faire coucou, un rôle microscopique pour Romain Duris, et Dean "Al" Stockwell en papa à la ramasse.
Bref, c'est sympa, mais rien d'exaltant pour autant.

#55 L'utilisateur est hors-ligne   Spock 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 344
  • Inscrit(e) : 28-octobre 02

Posté 05 novembre 2011 - 17:27

Last Horror Film 1982 de David Winters

The Artist 2011 de Michel Hazanavicius

La dernière folie 1976 de Mel Brooks

Cinéman 2009 de Yann Moix

La Rose pourpre du Caire 1985 de Woody Allen

Sherlock Junior 1924 de Buster Keaton

Pub Canal+ avec un ours qui fait du cinéma après avoir joué les carpettes de lit

Pub pour un shampoing où un réalisateur monté sur une grue parle de ses cheveux

Ca tourne à Manhattan (pas vu)

Living in Oblivion (pas vu)

Irma Vep (pas vu)
TOUT sur Spock

Les cadavres exquis boiront le vin nouveau

Est il vrai que les vaches chauves skient ?

#56 L'utilisateur est hors-ligne   mulder29 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 527
  • Inscrit(e) : 17-septembre 07
  • Profil:Homme
  • Location:Brest

Posté 05 novembre 2011 - 17:58

Voir le messageSpock, le 05 novembre 2011 - 17:27 , dit :



Pub Canal+ avec un ours qui fait du cinéma après avoir joué les carpettes de lit

Pub pour un shampoing où un réalisateur monté sur une grue parle de ses cheveux



Oh, ça, c'est "Petrole Hahn".



Je me souviens surtout de la série de pub des Nuls... surtout celle avec James Cameron. :mrgreen:


Le Cyborgien : Mon blog sur les séries télés et le cinéma
"La science est une maîtresse qui défie l'horloge du temps"

#57 L'utilisateur est hors-ligne   Spock 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 344
  • Inscrit(e) : 28-octobre 02

Posté 05 novembre 2011 - 18:32

La série complète :

ttp://www.youtube.com/watch?v=eplNoSx3T6I

ttp://www.youtube.com/watch?v=Z9T9ChEO7lc

ttp://www.youtube.com/watch?v=eMp8G7CLeBU

ttp://www.youtube.com/watch?v=9kBSnw0KfZI

ttp://www.youtube.com/watch?v=7FtKUIN2a60&feature=related

ttp://www.dailymotion.com/video/xgos9i_foundation-against-director-who-don-t-do-shit-on-their-shoot_fun

Ces extraits sont cités par les sites suivants :

ttp://www.allocine.fr/communaute/forum/message_gen_nofil=493806&cfilm=9400&refpersonne=&carticle=&refserie=&refmedia=.html

ttp://forgottensilver.wordpress.com/2010/01/03/parlons-de-films-pas-de-pellicules/

(il faut rajouter le h avant ttp)
TOUT sur Spock

Les cadavres exquis boiront le vin nouveau

Est il vrai que les vaches chauves skient ?

#58 L'utilisateur est hors-ligne   Nosfé 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 100
  • Inscrit(e) : 12-décembre 08
  • Profil:Homme
  • Location:dans les sapins.

Posté 14 mars 2012 - 18:01

Laissez-passer de Bertrand Tavernier

Image IPB

Sous l'occupation, les destin croisés de l'assistant réalisateur Jean Devaivre et du scénariste Jean Aurenche, l'un résistant de la première heure qui accepte de travailler pour La Continentale, firme cinématographique allemande, l'autre ne résistant que par l'esprit, et n'acceptant pas le moindre compromis à l'ennemi, à ses ordres, à sa censure.

Tavernier, toujours aussi passionné par le cinéma, son histoire et ses personnages, livre ici un film ample, dense (2h50, 117 personnages) mais jamais lourd et qui ne nous perd finalement que dans des interrogations du type " A quel point c'est vrai? A quel point c'est romancé". Les anecdotes fourmillent, et les bonus nous apprenne que le plus gros du film est authentique, et s'en est d'autant plus parlant. Car Tavernier fait là, au travers de ce microcosme particulier qu'est celui du cinéma, le portrait du quotidien de toute une France sous l'occupation, ni collaboratrice ni résistante active, et ce avec une finesse et une sobrièté d'autant plus belle (la manière dont il introduit, au détour d'un plan et sans emphase, l'horreur de la shoah qui se déroule en même temps c'est juste glaçant). On pourra toujours reproché au film d'être peut-être un peu trop académique, ou trop scolaire par moment, Mais quand le professeur s'appelle Tavernier et que son récit et de première main (Tavernier à travailler avec Devaivre et avec Aurenche, et le scénariste Jean Cosmo a également vécu et travailler sous cette occupation), on écoute, on s'attache et on admire ces petits héros du quotidien dont il y aurait encore tant à dire (des personnalités comme Henri Jeanson ou Spaak mériterait un film à elles toutes seules)
5,5/6

Partager ce sujet :


  • (4 Pages)
  • +
  • « Première
  • 2
  • 3
  • 4
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)