Mad Movies: The Dead - The Ford Brothers (2010) - Mad Movies

Aller au contenu

  • (3 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

The Dead - The Ford Brothers (2010) The Dead 2: India (2013)

#1 L'utilisateur est en ligne   skytyler 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 136
  • Inscrit(e) : 23-mars 07
  • Profil:Homme
  • Location:Ile Maurice/Montpellier

Posté 26 janvier 2010 - 20:01

>> 1er avis <<

Image IPB

Un film de zombies se passant en Afrique, c'est pas quelque chose que l'on voit tous les jours n'est ce pas? Image IPB




Trailer
Posted Image

#2 L'utilisateur est hors-ligne   fanatic 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 244
  • Inscrit(e) : 23-avril 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 05 février 2010 - 21:37

Quelques photos, le reste ici



Image IPB

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Sin le sicilien 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 484
  • Inscrit(e) : 03-février 09
  • Profil:Homme
  • Location:Loin, Super Loin...

Posté 06 février 2010 - 01:20

Pourquoi pas, mais les photos sont d'une rare laideur...
Image IPB

#4 L'utilisateur est hors-ligne   fanatic 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 244
  • Inscrit(e) : 23-avril 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 20 mai 2010 - 16:58

critique devildead
Image IPB

#5 L'utilisateur est hors-ligne   fanatic 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 244
  • Inscrit(e) : 23-avril 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 16 septembre 2011 - 22:20

Poster US

Image IPB

sOURCE/ shocktillyoudrop
Image IPB

#6 L'utilisateur est hors-ligne   goire 

  • JarJar
  • Groupe : Members
  • Messages : 3
  • Inscrit(e) : 18-septembre 08

Posté 15 octobre 2011 - 18:21

Très bon film. Bien filmé bien joué et sfx simple mais efficace. Trop rare.

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Axel 

  • Chômeur consanguin
  • Groupe : Members
  • Messages : 4 575
  • Inscrit(e) : 22-janvier 07
  • Profil:Homme

Posté 16 octobre 2011 - 10:22

Dommage que le budget soit si microscopique mais c'est loin d’être inintéressant. La photo est vraiment réussi mais certains sfx et le maquillage des zombies est bien cheap.
Image IPB

#8 L'utilisateur est hors-ligne   Gfouin 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 169
  • Inscrit(e) : 16-avril 08
  • Location:974

Posté 16 octobre 2011 - 12:12

Ca sort quand?

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Crazy Von Schweetz 

  • Laurence Ruquier
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 348
  • Inscrit(e) : 11-juin 07
  • Profil:Femme
  • Location:Sugar Rush

Posté 16 octobre 2011 - 12:59

Le film n'est pas prévu pour une sortie française en salles ou en vidéo pour le moment.
La bande-annonce m'avait intriguée car le cadre géographique où se déroule "The dead" est assez inédit dans le domaine du cinéma horrifique et les inévitables rapprochements entre le film des frères Ford et le fameux "Virus cannibale" de Bruno Matteï (lui aussi traitant de morts-vivants en Afrique) laissaient encore plus place à la curiosité. Enfin, une interview intéressante des réalisateurs dans un numéro de L’Écran Fantastique il y a quelques mois dans lequel ils s'exprimaient sur les nombreuses difficultés rencontrées durant le tournage (violences, pillages, risques de prises d'otages) donnait vraiment envie de découvrir "The dead".
Le film s'éloigne de la mouvance actuelle des séries B à base de zombies en proposant un script résolument sérieux, où la résonance politique est prégnante (on préfère fuir ce continent plutôt que de l'aider) et la mise en scène parvient à créer une envoutante ambiance où la peur est définitivement palpable. Ici, les cadavres sont lents mais leur nombre et leur omniprésence renforce le sentiment d'insécurité à laquelle sont confrontés les peu nombreux protagonistes.
Malheureusement, le film des Ford Brothers dure une heure cinquante et les deux auteurs semblent avoir épuisé leur sujet au bout des soixante premières minutes de "The dead". Alors assiste-on à de nombreuses errances où la fascination laisse la place à l'ennui puis à la torpeur et la néfaste impression de voir dans la deuxième heure ce qui vient de se dérouler dans la première devient bien une réalité.
Mais, compte-tenu de son budget et des conditions douloureuses de sa fabrication, ce film mérite d'être découvert surtout qu'il est de belle facture et rompt radicalement avec ce qui se fait actuellement dans le genre.
Image IPB

#10 L'utilisateur est hors-ligne   fanatic 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 244
  • Inscrit(e) : 23-avril 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 19 décembre 2011 - 00:33

Sortie prévue pour le 13 mars 2012 en dvd et blu-ray.
Image IPB

#11 L'utilisateur est hors-ligne   shogun 

  • Asperge Lubrique
  • Groupe : Members
  • Messages : 11 407
  • Inscrit(e) : 26-mars 03
  • Profil:Inconnu

Posté 19 décembre 2011 - 16:55

Un vrai film de zombies qui fait plaiz'.
Retour du mort-vivant à l'ancienne (super lent), ambiance excellente.
A voir pour les amateurs.

Bon faut aussi avouer que le film tourne un peu en rond dans sa 2eme partie (ils auraient pu l'amputer de 15 min, cela n'aurait rien enlevé à l'histoire) et que la fin est un peu ratée. Mais vu le budget...

4/6
Image IPB
This is who we are.

#12 L'utilisateur est hors-ligne   fanatic 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 14 244
  • Inscrit(e) : 23-avril 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avec Cliff, Norm et les autres...

Posté 29 décembre 2011 - 21:59

Image IPBImage IPB
Image IPB

#13 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 542
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 30 décembre 2011 - 10:46

l y a des petits films comme ça dont on n’attend rien et qui nous mettent une bonne mandale dans la tronche. C’est le cas de The Dead, découvert au PIFFF. Lassé des morts-vivants qui, sur 100 m, mettent 2 secondes dans la vue à Usain Bolt, quelle ne fut pas ma surprise d’en voir un blafard titubant, avec une jambe à moitié arrachée, dans le désert du Burkina Faso. Si j’étais Marcel Proust, The dead serait ma madeleine. Dès que les images heurtèrent mes rétines, un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. Cette essence, c’est celle émanant des zombies flick de Romero et Fulci que je découvris adolescent et qui ont tout entier forgé mon amour pour le cinéma de genre.

The Dead c’est l’histoire toute simple d’un militaire américain perdu dans une Afrique de l’Ouest ravagée par une invasion de zombies. L’esprit du film, résolument old school, peut se résumer dans une seule scène qui met en lumière toutes les qualités mais aussi les défauts de cette œuvre aussi imparfaite qu’attachante. Cette scène met aux prises Bryan Murphy, ledit lieutenant américain, à un zombie désarticulé. Ce dernier marche vers l’Américain qui, lui, se contente de faire un pas de côté pour l’éviter et poursuit sa route. Toute la substance et la moelle du film est contenue dans ces quelques plans. Un rythme lent, qui prend son temps. Les frères anglais s’inspirent de Romero et de Fulci plus que du survitaminé Zack Snyder, la mise en scène est classique, les plans sont bien cadrés, pas de shaky cam, les décors naturels stupéfiants de l’Afrique Noire magnifient cette histoire et posent les bases d’un univers inédit et novateur. De Fulci, les frères Ford retrouvent ces ambiances apocalyptiques d’un monde désenchanté et en déliquescence totale. Une certaine idée du gore aussi, un gore sale et gras, des zombies putréfiés et apathique puis des villages fantômes, en putréfaction, d’où s’exhale l’odeur de la mort et de l’abandon. De Romero, ils conservent les zombies, lents, empruntés et maladroits. Inoffensifs pris individuellement mais extrêmement dangereux en masse. Et des morts-vivants, The Dead en regorge par milliers. Ils surgissent n’importe où, n’importe quand, créant un danger de tous les instants, obligeant les survivants à être sans cesse sur leur garde. Les frères Ford introduisent aussi une petite touche politique au travers de certains dialogues entre les Africains et cet Américain perdu. On peut aussi, bien entendu, opérer un parallèle entre ces zombies et l’histoire d’une Afrique colonisée et pillée par le passé. Les frères Ford remontent encore plus loin dans l’histoire du film de zombies en rendant de furtifs hommages au White Zombie et aux origines du mythe haïtien originel du zumbi.

The Dead fourmille de qualités de mise en scène, de production value et de réalisme dans le fantastique héritées des deux grandes figures citées plus haut. Mais de leurs deux maitres à penser, les frangins ont aussi hérité des défauts. Le rythme est très aléatoire, certains moments creux plombent un peu le déroulement de l’histoire et instaurent un rythme flottant, en sommeil, attendant l’arrivée des morts vivants pour se réveiller. Un scénario dépouillé, vide diront les mauvaises langues, qui, de par sa construction et son déroulement, emprunte énormément au road movie. Le héros, lui aussi, est très italien dans sa maladresse. Son manque de charisme rappelle en effet tout un tas de comédiens américains partis cachetonner dans des série B ou Z transalpines. Ce jeu rajoute encore une couche au côté « années 80 » de l’ensemble. La vraie force du film est de transformer ses défauts en qualités : un héros maladroit et un peu « boulet » sur les bords devient attachant et incroyablement humain, le rythme aléatoire voire ennuyeux rend le film plus réaliste, hypnotique même. Le seul vrais gros défaut de The Dead est son absence de scope, agrément incontournable face à tant de magnificence au niveau de l’arrière-plan. Les frères Ford parviennent à hisser très haut une petite série B, en tirant des profits maximums d’un budget restreints et des circonstances d’un tournage qui s’est avéré épique.

Les frères Ford signent là un excellent film de zombies, innovant et réussi, rendant hommage à leurs maitres mais sans sombrer dans le plagiat ni la déférence impersonnelle car The Dead ressemble avant tout à lui-même grâce à des images sublimes, des paysages désolés et une ambiance vraiment macabre. Un road movie désincarné, désenchanté résolument old school qui fait des Frères Ford, un duo à suivre de près.


Un des meilleurs films de l'année

5/6
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Scalp 

  • Booby Lapointe
  • Groupe : Members
  • Messages : 16 709
  • Inscrit(e) : 03-décembre 07
  • Profil:Homme

Posté 17 mars 2012 - 09:07

2 mots vite faits, alors c'est vraiment pas génial, déjà quand on film dans des décors pareil on film en scope mais non pas ici, c'est très con et en plus les 2 réals n'ont pas de sens du cadre, on voit que c'est blindé de beaux paysages qui pourrait très bien filmé mais non.
Le film c'est du film de zombie classique avec un gars qui marche et des zombies qui marchent, c'est donc ultra répétitif, ce qui ne serait pas un défaut si le personnage principal n'était pas interprété par un acteur merdique.
Après c'est bien gore et le film est surement Marine approved avec tout ces blacks qui se prennent des headshot.

2/6

#15 L'utilisateur est hors-ligne   Elrohir 

  • Georges Marchais
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 290
  • Inscrit(e) : 07-novembre 03
  • Profil:Homme

Posté 17 mars 2012 - 09:41

Mouais pas très convaincu pour ma part. Si l'esprit Romero, plus ou moins de retour après des années de zombies sprinteurs fait plaisir, c'est bien à peu près tout ce qu'il reste. Tourné comme un survival, les Ford Brothers foirent à peu près la totalité de leurs scènes de tensions, rendant le métrage vite soporifique, ce qui n'arrange pas les choses tant il y au moins 30 minutes de trop. Et s'ils gèrent pas mal derrière leur caméra pour donner quelques plans superbes, leur limite apparaît très vite dès que ça bouge un peu : là c'est très simple, on ne comprend absolument rien à l'action tellement ça bouge, c'est sombre et c'est monté n'importe comment. Inutile de parler du charisme d'une serpillère mouillée de l'acteur principal, ce qui n'aide pas vraiment à rentrer dans le métrage. En bref, le concept fait assez plaisir, l'intention était là, mais pas les résultats. 2/6



:closedeyes:
I stole your home, it's not where you belong, know what I mean

Partager ce sujet :


  • (3 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)