Mad Movies: Showgirls - Paul Verhoeven (1995) - Mad Movies

Aller au contenu

  • (15 Pages)
  • +
  • « Première
  • 13
  • 14
  • 15
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Showgirls - Paul Verhoeven (1995)

#211 L'utilisateur est hors-ligne   Mark Chopper 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 818
  • Inscrit(e) : 23-mai 08
  • Profil:Homme
  • Location:Reims

Posté 14 avril 2012 - 21:54

Showgirls, de Paul Verhoeven (1995)

Image IPB


L'histoire : Une jeune femme se rend à Las Vegas dans l'espoir d'y devenir danseuse. Tout d'abord engagée comme strip-teaseuse dans un club de seconde zone, elle ne tarde pas à gravir les échelons...

Laminé à sa sortie par les critiques, Showgirls est, aujourd'hui encore, considéré comme un film médiocre, ou un plaisir coupable que l'on évoque avec un sourire moqueur. Moi-même, lorsque j'étais lycéen, je n'y voyais qu'un succédané de Hollywood Night, avec la belle intello de Sauvés par le Gong en full frontal. Dix-sept ans après, je réalise qu'il s'agit tout simplement d'un film d'exploitation à gros budget, autrement dit : une aberration dans le système hollywoodien, un film que Paul Verhoeven n'aurait jamais pu mettre en scène sans le succès critique et surtout commercial de Basic Instinct. Alors oui, qui dit film d'exploitation dit sexe, violence et putasserie. Mais pas seulement. En mêlant le cynisme et la naïveté, deux notions qui, d'habitude, s'excluent l'une l'autre, le cinéaste néerlandais nous livre un beau portrait de femme et une quête identitaire. Si, si !

Image IPBImage IPBImage IPB

Le personnage de Nomi, interprété par une Elizabeth Berkley qui compense ses lacunes de comédienne par une plastique à se damner, ne cherche pas à gagner quelque chose en prenant la route de Las Vegas, mais à se perdre elle-même. Elle fuit son passé, au point de n'accorder aucune réponse, ou seulement des mensonges, à celles et ceux qui l'interrogent à ce sujet. On devine bien vite une enfance/adolescence malheureuse, tant celle-ci fait preuve d'un comportement infantile dans ses relations et semble incapable d'affronter tout refus ou obstacle sans pleurer ou bouder. Malgré ses limites, Berkley parvient à se montrer touchante dans une scène où ses anciens patrons, interprétés par Robert Davi et Lin Tucci, viennent lui rendre visite pour la féliciter de son succès : tous deux incarnent, c'est une évidence, des parents de substitution.

Showgirls est souvent considéré comme la simple histoire d'une arriviste prête à tout pour réussir, une histoire vue mille fois et animée par des êtres superficiels. L'histoire se déroule à Las Vegas et il est donc logique que la plupart des personnages, à l'exception de l'héroïne et de son amie, soient superficiels, car tout, dans cette ville, n'est qu'apparence et superficialité. Nous sommes plongés dans un univers proche des écrits de Bret Easton Ellis, un univers où l'on vit la nuit, se drogue et s'enivre de champagne, un univers où l'on est prêt à tout, y compris à blesser et à violer. La scène de viol, si décriée par certains, est écoeurante, mais correspond parfaitement aux codes du film d'exploitation. C'est d'ailleurs après cette séquence que Nomi cesse de profiter des opportunités apportées par d'autres et forge son propre destin, bien décidée à venger son amie.

Image IPBImage IPBImage IPB

Rape & Revenge... Une femme, seins offerts, qui menace un violeur d'un couteau avant de lui mettre une raclée et qui finit par quitter la ville, une fois son identité retrouvée et assumée : reprocher à Showgirls sa nudité, sa sexualité explicite et ses personnages caricaturaux revient tout simplement à critiquer l'essence même du film d'exploitation, les codes du genre. Reproche-t-on à un film d'action de nous offrir des fusillades, des explosions et une faible caractérisation ? Rarement. Les puritains ont, de toute évidence, bien fait leur travail et sapé les esprits. Ce film est bien entendu bourré de défauts : interprétation plus qu'inégale (seuls Gina Gershon et Robert Davi sont à sauver), longueur excessive et psychologie de comptoir... Mais à aucun moment, Paul Verhoeven n'a cherché à tromper le spectateur sur la marchandise.

Je le soupçonne même d'avoir livré, avec Showgirls, son film le plus personnel au cours de son exil américain.

Note : 4,5/6

#212 L'utilisateur est hors-ligne   san 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 602
  • Inscrit(e) : 08-novembre 08
  • Profil:Inconnu
  • Location:paris

Posté 15 avril 2012 - 15:13

Merci pour les captures...ça fait longtemps, mais j'ai toujours aimé ce film trés profond! ! ! ! :closedeyes:
« Obscurité, tu seras dorénavant pour moi la lumière. »

#213 L'utilisateur est hors-ligne   Gatsu 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 379
  • Inscrit(e) : 06-mai 07
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux

Posté 22 août 2012 - 17:04

Juste pour dire qu'il existe une édition blu ray française qui est sortie dans l'indifférence totale cette année:

http://www.dvdpasche...irls-88792.html

#214 L'utilisateur est hors-ligne   Gatsu 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 379
  • Inscrit(e) : 06-mai 07
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux

Posté 22 août 2012 - 17:49

C'est le genre d'édition qui est dispo uniquement à Carrefour, avec zéro bonus, image de qualité, VF et VOSTFR.
Tant que je n'ai pas la galette dans les mains, non je ne suis pas sûr et certain.

#215 L'utilisateur est hors-ligne   Vin Boss 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 038
  • Inscrit(e) : 27-avril 03
  • Profil:Homme

Posté 22 août 2012 - 19:48

Revu recemment toujours bien, voir Francis Cabrel époque petite Marie en maitre violeur et ses potes m'a encore traumatisé.
Plus petite la sign, merci !

#216 L'utilisateur est hors-ligne   Gatsu 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 379
  • Inscrit(e) : 06-mai 07
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux

Posté 09 septembre 2012 - 11:56

En revanche, il est déconseillé de prendre le Black book issu de cette collection: le film est tout simplement recadré si mes souvenirs sont bons.

#217 L'utilisateur est hors-ligne   Gatsu 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 379
  • Inscrit(e) : 06-mai 07
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux

Posté 09 septembre 2012 - 12:04

Y a déjà l'édition US, mais j'ai cru comprendre que tu n'étais pas intéressé par l'import...

#218 L'utilisateur est hors-ligne   thirdeyemachine 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 436
  • Inscrit(e) : 12-mai 04
  • Profil:Homme
  • Location:Perdu au milieu d'un grand brouillard, j'ai apparemment enfin trouvé la sortie nord...

Posté 15 septembre 2012 - 15:59

le BR est recadré ? Ah merde... :(
Image IPB Image IPB Image IPB

#219 L'utilisateur est en ligne   Zak 

  • Modo de la Section 9
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 21 903
  • Inscrit(e) : 30-août 02
  • Profil:Homme
  • Location:Maison Do'Urden

Posté 15 septembre 2012 - 19:19

Voir le messagethirdeyemachine, le 15 septembre 2012 - 15:59 , dit :

le BR est recadré ? Ah merde... :(

De Black Book (pour Showgirls je ne sais pas par contre)

The Octagon dit :

Zak est le problème du forum Mad entre autre

Partager ce sujet :


  • (15 Pages)
  • +
  • « Première
  • 13
  • 14
  • 15
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)