Mad Movies: V-Cinema en force - Mad Movies

Aller au contenu

  • (5 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

V-Cinema en force ...straight outta V-Cinéma

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 302
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 03 avril 2007 - 11:01

De Go Nagai le grannd public connaît Goldorak bien sur, pourtant cette série n'est pas du tout représentative du talent, voire du génie coquin et déjanté du bonhomme, et dans une moindre mesure Devil Man et Cutie Honey. Surtout depuis leurs adaptations (foirées a des degrés divers) au cinéma. Mais les plus aguerris connaissent le vrai Go Nagai, ce grand coquin dont plusieurs oeuvres ont été adaptées en film même si souvent cantonnée au milieu du V Cinéma, le cinéma vidéo japonais dont Miike fut, et est toujours d'ailleurs, un grand amateur. Parmi celle ci attardons nous sur Oira Sukeban plus connu sous le nom de Sukeban Boy

Sukeban Boy nous offre du bon V-Cinéma comme je les aime. Inspiré par une histoire de Go Nagai donc (pour ceux qui auraient pas tout suivis) Sukeban Boy nous narre les aventures rocambolo-sexy-gore de Sukeban, jeune adolescent japonais comme les autres si ce n'est que sur ce corps de jeune homme est venu se greffer un visage de jeune fille bien aguicheuse. Et cela peut poser quelque problème au quotidien comme les moqueries de ses camarades, son renvoi du lycée pour des violences, même son père Bosozoku renommé est troublé par l'apparence de son fils. Cela donne d'ailleurs lieu a une scène très drôle durant laquelle le père se baigne avec son fils et fantasme sur sa teub et son visage de jouvencelle...Le décor est posé. Son père décide donc de le déguiser en fille (ça tombe c'est une actrice qui joue le rôle de Sukeban) et de l'inscrire dans un lycée féminin. Mais là rien ne va s'arranger, bien au contraire.



Dés le générique on sait où on mets les pieds, générique dans la plus grande tradition pop seventies rythmés par de l'easy listening jazzy et des arrêts sur images présentant notre héros en train de latter une bande de loubard l'ayant pris pour une fille.. Du classique quoi. Et tout le métrage sera dans la même veine. A savoir un enchaînement ininterrompu de scène complètement a l'Ouest. Dans la première demi heure Noboru Iguchi s'attarde sur le personnage de Sukeban en l'inscrivant dans son nouvel environnement, le lycée féminin et en profite pour nous faire découvrir quelques coutumes propres à tout établissement scolaire japonais. Comme les differents clubs tout propices a montré de jeune demoiselle en tenues plus que légères... Un exemple, le club que je renommerais "club pour faire retrouver la féminité a une jeune fille". Une jeune fille ça doit être ingénue et pudique donc pour accentuer leur gêne quoi de mieux que de les faire se déshabiller devant leur condisciples et l'oeil concupiscent du spectateur. Une grande scène. Bon je ne suis jamais aller au Japon mais je me plait à penser que ce genre de club existe dans tous les lycées du pays. Comme je le disais la première partie du film, qui ne dure qu'une heure au demeurant, se concentre sur l'axe comédie sexy. Aspect rehaussé par la performance de l'idorû Asami dans le rôle principal qui ne se contente pas d'être parfaite physiquement mais fait montre d'un certain talent pour la comédie et les scène d'actions, toujours dénudée bien sur.



La deuxième, et dernière donc, demi heure verse dans l'actioner gentiment gore. Avec l'arrivée des gangs de filles pullulants dans tout lycées japonais digne de ce nom. Une fois de plus je ne suis jamais aller au Japon mais j'aime a penser que chaque établissement scolaire compte des gangs féminin tel que" le gangs des collants", "le gangs des topless" voir carrément le naked gang" et ainsi de suite,... Sukeban va, à son insu, déclencher une véritable guerre entre tous ces gangs exclusivement féminins.
C'est dans un déferlement de violence et d'action que se conclut ce film. Des affrontements que n'aurait pas renier le Tsukamoto des débuts ou plus près de nous le Yudai Yamaguchi de Meatball Machine. Nichons mitrailleurs, amputations des jambes, moignons canons sciés, raquette de ping pong en acier, super coup de pied, super héroïne masquée, j'en passe et des meilleurs, le tout bien sur distribués par des filles peu farouches et au physique fort aguicheur. Le gore lui est super cheapos, on voit clairement les assistants balancés des billes de peintures roses sur les comédien(ne)s ce qui renforce le coté joyeusement bordelique du film. Je vous épargne le climax out of this world et le "twist" pour ne pas gâcher la surprise.

Enfin le film rend de nombreux hommages à des films bien connus des amateurs de bis japonais comme Terrifying Girls High School ou Kwaidan de Kobayashi par exemple mais a deux comiques bien de chez nous: Kad et Olivier et leur fameux "triple vankipu" icon_mrgreen.gif
En gros un très bon V cinéma que les amateurs du genre ne peuvent laisser passer.
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#2 L'utilisateur est en ligne   Fraggle 

  • Rock
  • Groupe : Members
  • Messages : 11 411
  • Inscrit(e) : 30-août 02
  • Profil:Homme

Posté 03 avril 2007 - 11:12

CITATION(Evil Seb @ 03 4 2007 - 11:01) <{POST_SNAPBACK}>
Enfin le film rend de nombreux hommages à des films bien connus des amateurs de bis japonais comme Terrifying Girls High School


D'ailleurs si je dit pas de conneries, Sukeban est le genre même de ces films (ça veut dire fille "délinquante" en gros), les titres originaux de la série des Girl Boss étant d'ailleurs tout simplement Sukeban.
"This conversation can serve no purpose anymore. Goodbye." - HAL PACINO 9000

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 302
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 03 avril 2007 - 11:52

CITATION(Fraggle @ 03 4 2007 - 11:12) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Evil Seb @ 03 4 2007 - 11:01) <{POST_SNAPBACK}>
Enfin le film rend de nombreux hommages à des films bien connus des amateurs de bis japonais comme Terrifying Girls High School


D'ailleurs si je dit pas de conneries, Sukeban est le genre même de ces films (ça veut dire fille "délinquante" en gros), les titres originaux de la série des Girl Boss étant d'ailleurs tout simplement Sukeban.


Tout a fait. D'ou déja toute l'incongruité du titre..."Sukeban Boy..."
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 302
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 19 avril 2007 - 11:49

Bon alors dans le V-Cinema c'est comme dans tout, ya pas que du bon. Quand on tombe sur un bon film bien barré on est tout heureux mais quand on se tape une vieille bouse ben on est bien dégouté. Et c'est donc bien dégouté que je fut à la fin de Cool Dimension. Un scénar déja vu, vu et revu mais on s'en fout...en gros l'histoire d'une troupe de tueuse féminine plutôt "good looking" et vétues de combinaison de cuir. En gros, tout commençait bien et puis la jaquette était bien sympa, mais au final le film est trés mauvais.
.

Donc bon le film commence avec une courte scène de baston qui est sympa mais sans plus. Au final elle s'avèrera être la meilleure du film...Dur. Bon voila déja on retrouve tout les défauts qui fait qu'on aime le V-Cinéma, cheapitude asumée, comédiens imparfaits etc etc. Défauts qui ne sont souvent guère handicapant pour ce genre de film mais la pour le coup ca fout tout par terre vu qu'on a aucune action pour contrebalancé tout ça, ni de gore, de comédie ou quoi que ce soit. La pour le coup c'est juste une pauvre enquète platte, il ne se passe rien et les héroînes sont habillées...non mais dans quel monde vit on si même dans le V-Ciné nippon les actrices ne se dénudent plus??


Apres une première scène de baston qui doit durer deux minutes...il faut attendre a fin du film pour voir un petit quelque chose d'interessant...et encore c'est vraiment de l'action au rabais. Puis ce qui est surtout involontairement drôle c'est que durant les maigres scènes de fight on voit trés bien que c'est un gars ou une nageuse est allemande qui double les comediennes qui sont juste mignonnes, et encore ca depends laquelle, et c'est tout. Le jeu des "comédiennes" est absent, surtout une en fait qui doit jouer un rôle de "psycho" a la Christian Bâle...j'vous laisse imaginer le résultat. Donc voila c'est tout pourri et j'aurais jamais cru qu'un film d'1h10 pouvait paraitre si long...

0,5/6 pasque ya une demoisele fort mignonne dans le gang des méchantes^^
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 302
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 11 mai 2007 - 10:14

De retour des limbes du V-cinéma nippon avec un très bon films cette fois...

Cromartie Highschool de Yodai Yamaguchi.



Yodai Yamaguchi, déjà voir ce nom suivre le titre d’un film on sait que ça va être « autres » et que la bande qu’on va voir va sortir des sentiers battus pour s’aventures dans des contrées ou aucun occidental n’a jamais mis le pieds. Comme par exemple un film de baseball sans baseball mais avec des zombies et Tak Sakaguchi. Cette fois point de sport ni de zombies, quoique pour ces derniers rien ne soit moins sur, mais bien Tak Sakaguchi, toujours présent mais cette fois dans un caméo sympathique. Yamaguchi cette fois s’attaque à l’adaptation du manga Cromartie High School de Eji Nonaka que je ne connais pas du tout. Le film débute par une succession d’images d’époques narrant la création et les sept destruction/reconstruction de l’école titre. Et rien que ce générique est déjà très très drôle.



Le lieu de l’action étant présenter il faut maintenant présenter les perso et la Yamaguchi se la joue manga, ce qui est logique quand on en adapte un, arrivée du perso, pose iconique, ou pas, représentant sa fonction : durs à cuire, geek, punks, glandeurs, yakuzas, gay, gorille, robots géants,…Et la premier choc, les élèves sont tous censée être âgés de 16ans mais certains des comédiens les interprétants ont facilement un bonne quarantaine ce qui apporte un gros décalage au film. Mais bon ça n’étonnera pas les familiers du cinéma de Yamaguchi. D’ailleurs ils se retrouveront immédiatement en terrain connu vu que les décors sont pratiquement les mêmes que dans Battlefield Baseball, je me demande d’ailleurs s’il n’as pas tourné exactement au même endroit tant le terrain de baseball que l’école semblent être similaires. Le film commence avec l’arrivée plus ou moins fortuite d’un étudiant lambda à Cromartie Hgh School, école regroupant tout les rebuts de la société, du punk au futur boss yakuzas en passant par un gorille et un robot. Kamyiama va tenter de reprendre les rennes de l’école eet de remettre tout le monde sur le droit chemin.



Mais la mision s’annonce bien périlleuse tant l’école regorge de personnages énigmatique. Freddie, le gay à moustache, Yoshihiro le lutteur masqué, Mechazawa le robot ; le gorille et tout les chefs de gangs. Apres avoir convaincu tout le monde d’arrêter de fumer et confisqué tout la drogue des rues du Japon, deux très grands moments de comédie foutraque, tout ce petit monde s’associe pour former la Global Defence Force, une groupuscule chargé de défendre le Japon mais aussi capable de relancer l’industrie bananière, de pratiquer des exorcisme robotiques, une scène magnifique parodiant l’Exorciste de Friedkin avec un robots en forme de bidon d’huile dans le rôle de Linda Blair. Tout en défendant le Japon, notre troupe de héros vont aussi se mette en tête de réapprendre a étudier, ce qui s’avérera au final leur plus pénible mission. Tout va encore se compliquer lorsque qu’une couple de singe extra terrestre veut conquérir la planète après avoir abrutis 98% des adolescents du pays…je vous laisse deviner qui sont les 2% restant !



Cromartie High School c’est tout ça mais aussi bien d’autres choses comme de l’humour foutraque, de la baston, di comique de répétition, des persos haut en couleur, un castor humain dévorant crayon et règle en bois, une femme acariâtre à moustache jouée par un mec comme dans tous les films de Yamaguchi, une invasion extraterrestre, des ados débiles, des chats, des lapins parlant de crottes et de caca. Yamaguchi ne sera jamais le meilleur réal du monde c’est sur, sa mise en scène parviens malgré tout a tirer parti de ses micros budgets propre au V cinéma nippon. Il compense cela par des sujets complètement à l’ouest, un humour décalé et une envie de filmer communicative. Il parvient toujours à embarquer le spectateur dans des délires insoupçonnés et c’est avec délectation qu’on se laisse prendre dans les péripéties de cette bande d’ados interprétés par des adultes. On à d’ailleurs qu’une seule envie c’est qu’il renvoie ces putains de singes de l’espace chez eux ! Que ceux qui avaient aimer Battlefield Baseball soient les bienvenus à Cromartie, une école qui ne manque pas de piquant !
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#6 L'utilisateur est hors-ligne   dreef 

  • aka derrff
  • Groupe : Members
  • Messages : 18 930
  • Inscrit(e) : 19-novembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:out of this world

Posté 24 mai 2009 - 20:10

Bonne petite surprise que ce Sukeban Boy, comédie érotique gore adaptée de Gô Nagai. Iguchi s'en donne à cœur joie et le délire atteint des sommets, si bien que l'humour gras que je ne supporterais pas habituellement (le finish à coup de pet) passe tout seul. L'AV idol Asami (qu'on retrouve dans The Machine Girl) se révèle étonnamment convaincante, aussi bien dans les séquences de comédie que de baston, roulant les "r" et forçant la pose. Une performance totalement ridicule, dans le bon sens du terme, à l'image du reste du métrage. Les différents gangs sont variés, autant d'occasions de passer en revue une bonne partie du fétichisme nippon (lolicon, BDSM, lesbianisme...), surtout que l'œuvre n'est pas avare en poitrines et fessiers dénudés (un peu plus en gore). Si le film a la bonne idée d'être court, il n'échappe pas pour autant aux longueurs. Plusieurs séquences comportent nombre de plans redondants, ce qui se révèle vite agaçant. Les maquillages sont tout à fait correct pour ce type de production, les effets gores un peu moins. Débile, décomplexé, déviant, un bon moment de V-Cinema.

Cromartie High School m'a nettement moins emballé. Malgré des idées et un humour estampillé shônen parfois rigolo, le film se contente d'enchaîner les mini-sketchs dans un gros foutoir sans véritable trame. C'était déjà le cas de l'anime sauf que si ce procédé fonctionne sur un épisode de 20 minutes, ce n'est plus le cas sur 1h30 de métrage. Résultat, l'histoire a du mal à tenir la durée, d'autant que tout n'est pas drôle et les lourdeurs sont légion. Il n'y a que sur la fin où l'intérêt est relancé, avec l'arrivée des deux singes extraterrestres tout droit sortis de Spectreman, tokusatsu kitsch que n'auront pas oublié les trentenaires. Après, il y a un capital sympathie indéniable pour cette bande de furyos qui cachent tous leur petite faiblesse, même si les acteurs ne sont pas forcément à la hauteur, à commencer par Takamasa Suga, trop fadasse pour être crédible dans son rôle de meneur. Quant à Tak Sakaguchi, il ne fait qu'un simple caméo, dommage. De Yamaguchi et dans le même genre, j'ai préféré Battlefield Baseball.


CITATION(Evil Seb @ 03 4 2007 - 10:52) <{POST_SNAPBACK}>
CITATION(Fraggle @ 03 4 2007 - 11:12) <{POST_SNAPBACK}>

Sukeban [...] ça veut dire fille "délinquante" en gros

Tout a fait. D'ou déja toute l'incongruité du titre..."Sukeban Boy..."

C'est pas incongru. "Oira" signifie "je suis" dans un langage masculin "rural". Le titre international reprend cette ambiguïté, de manière certes moins subtile.
24 hours in a day, 24 beers in a case. Coincidence?

Bonnasse au cast, daubasse au cut.

#7 L'utilisateur est hors-ligne   dreef 

  • aka derrff
  • Groupe : Members
  • Messages : 18 930
  • Inscrit(e) : 19-novembre 02
  • Profil:Homme
  • Location:out of this world

Posté 27 mai 2009 - 09:53

Je profite de ce thread pour reposter quelques avis.


Kekkô Kamen (2004 - Takafumi Nagamine)



Un lycée de jeunes filles, des profs nazis qui leur font subir des vices SM, une héroïne qui se bat le visage masqué mais le reste dénudé... le truc bien alléchant ! Adapté d'un manga de Gô Nagai et premier film d'une longue série, je m'attendais à du gros Z bien débile et fun. Débile, ça l'est sans problème, uber fauché aussi, mais pour le fun faudra repasser. C'est juste chiant (malgré une courte durée de 50 minutes) et mal foutu en tous points. Evidemment l'héroïne n'est pas complètement à poil (sparadrap sur le minou) afin d'éviter les mosaïques de la censure nippone. Il y a toutefois quelques tétons à se mettre sous la dent et une scène bien perverse (le prof de judo qui dépoile ses élèves pour les peloter).


Sakigake !! Otokojuku (2008 - Tak Sakaguchi)



Shônen live adapté du manga 80's d'Akira Miyashita, de et avec Tak Sakaguchi. Face à lui, il retrouve Hideo Sakaki, auquel il se mesurait déjà dans Versus. Ca blablate plus que ça ne se fight, y a pas mal de plans trop longs et les chorégraphies sont pas vraiment percutantes. Les dialogues, davantage gueulés que parlés, peuvent vite énerver, de même qu'un humour douteux (l'attaque à base de pets). Ce premier film de Sakaguchi en tant que réalisateur reste tout de même plaisant, grâce aux bonnes gueules des personnages (mention spéciale à Shôei et sa tronche burinée).


Onechanbara (2008 - Yôhei Fukuda)



Jeu de mots entre onechan (grande sœur) et chanbara (combat au sabre), Onechanbara est adapté d'un beat'em all moisi dans lequel des filles en petite tenue poutrent du zombie au katana. On retrouve logiquement une mise en scène typée "manga live" avec du fight sur des chorégraphies faussement dynamiques, des effets graphiques stylés, du shotgun à munitions infinies, des coups spéciaux, quelques plans gorasses et des héroïnes sexy (avec une pointe de nichon en prime). Evidemment le scénar est light, les dialogues pas vraiment utiles et les acteurs un peu à chier. J'aime bien le bikini d'Eri Otoguro mais son jeu est tellement exécrable qu'à côté d'elle Aya Ueto semble sortir de l'Actor's Studio. Si les maquillages sont honnêtes, l'abus de sang en CGI, même si ça colle un tant soit peu à l'esprit jeu vidéo, est vite gavant. C'est quand même moche et pas mal chiant, mais le final où le réalisateur se décide enfin à lâcher la purée vaut le coup de patienter.
24 hours in a day, 24 beers in a case. Coincidence?

Bonnasse au cast, daubasse au cut.

#8 L'utilisateur est hors-ligne   bilouff 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 194
  • Inscrit(e) : 05-juin 07
  • Location:Laïonne

Posté 28 mai 2009 - 12:37

Je viens de découvrir du côté de chez zonebis un nouveau (?) Noboru Iguchi: Hypertrophy Genitals Girl.
Autant vous dire que je suis déja fan.

(ce qui suit est interdit aux mineurs)

Trailer

Le visuel DVD

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 302
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 28 mai 2009 - 12:46

CITATION(bilouff @ 28 5 2009 - 12:37) <{POST_SNAPBACK}>
Je viens de découvrir du côté de chez zonebis un nouveau (?) Noboru Iguchi: Hypertrophy Genitals Girl.
Autant vous dire que je suis déja fan.

(ce qui suit est interdit aux mineurs)

Trailer

Le visuel DVD

Mais ce gars est définitivement un génie, un grand, un vrai blink.gif


EDIT: Hop un making of de pres de 20min: This footage contains nudity,giant plastic dongs and a leering film director playing with prosthetics.
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#10 L'utilisateur est hors-ligne   DarK ChoueTTe 

  • ↑ Avatar
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 20 734
  • Inscrit(e) : 25-avril 04
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 28 mai 2009 - 17:56

Oh wow.
Une espèce de futanari live.
Si on m'avait dit ça un jour biggrin.gif
En tout cas on ne peut qu'éprouver de la sympathie pour un gars pareil et attendre ça l'air fortement intrigué.
Posted ImagePosted Image

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 302
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

Posté 28 mai 2009 - 19:29

Surtout que depuis Hypertrophy Genitals Girls il a déja enchainé sur Robo Geisha dont voici déja la première image:



C'est donc une fois de plus Asami (Sukeban Boy, Machine Girl) qu'on retrouve au casting de ce Robo Geisha.
Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

#12 L'utilisateur est hors-ligne   yume 

  • Critters
  • Groupe : Members
  • Messages : 338
  • Inscrit(e) : 12-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:from stem to stern

Posté 29 mai 2009 - 11:01

Ce que j'aime chez Iguchi c'est qu'il n'a pas l'air de perdre son ame en se vendant sur la vague porteuse (mais presque dejà retombée) de la surenchere gore (voir eroguro) financée par les us. Il reste un faiseur bricoleur de génie, qui bosse avec sa quasi exclusive team d'acteurs, et qui expérimente plein de choses sur un ton léger délirant.
Ce qui lui manque actuellement c'est du decorum formel. Je trouve qu'il est un plutot bon, mais basique, réalisateur qui doit surement shooter à l'economie avec peu de prises, mais l'image manque de caractere, fait plate et bien trop dv. (En plus il tourne tjs dans les memes endroits)

(et puis je plussoie, les films tirés de l'oeuvre de go nagai, c'est le bien absolu. Et quitte à faire de la pub)

#13 L'utilisateur est hors-ligne   DarK ChoueTTe 

  • ↑ Avatar
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 20 734
  • Inscrit(e) : 25-avril 04
  • Profil:Homme
  • Location:A flying blue box

Posté 30 juin 2009 - 14:34



Trailer de Robogeisha
La voix-off est à chier, y'a des SFX numériques douteux voire nazes, mais pour le reste ça donne envie.
"FRIED SHRIMP"
"HANDICAP GUN" icon_mrgreen.gif
Posted ImagePosted Image

#14 L'utilisateur est hors-ligne   bilouff 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 194
  • Inscrit(e) : 05-juin 07
  • Location:Laïonne

  Posté 30 juin 2009 - 14:43

blink.gif tuerie!
ohmy.gif la geisha qui se transforme en Mario-kart!
ohmy.gif le robot géant!
ohmy.gif tout ce putain de trailer!!!!!

A nous les commandes de Z3 à 40 euros!!! bluesbro.gif

#15 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Seb 

  • El Luchador
  • Groupe : Members
  • Messages : 19 302
  • Inscrit(e) : 10-février 04
  • Profil:Homme
  • Location:Pitibon sur Saône dans le Bouchonois

  Posté 30 juin 2009 - 14:54

Mdr les immeubles qui pissent le sang!!

Ce mec est un génie putain!! Ca va douiller cette année avec ces deux derniers films qui sont censé sortir!

Le visage du génie:

Andrew Clark : Why do you have to insult everybody?
John Bender: I'm being honest, asshole. I would expect you to know the difference.

Image IPB

Partager ce sujet :


  • (5 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)