Mad Movies: L'Histoire de France au cinéma - Mad Movies

Aller au contenu

  • (3 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

L'Histoire de France au cinéma De la préhistoire à Sarko !

#31 L'utilisateur est hors-ligne   titus pullo 

  • Leprechaun
  • Groupe : Members
  • Messages : 947
  • Inscrit(e) : 02-janvier 11

Posté 14 mars 2011 - 21:20

et ASTERIX alors!!!Sinon l annee derniere il y a eu 1 excellent film historique:LA PRINCESSE DE MONTPENSIER de Bertrand Tavernier(d ailleurs ces films d epoque sont souvent excellents,surtout QUE LA FETE COMMENCE sur la periode meconnue de la regence avec des dialogues geniaux et le trio Noiret/Rochefort/Marielle immense!)

#32 L'utilisateur est en ligne   Paullux 

  • J'adore les suppos
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 335
  • Inscrit(e) : 23-février 11
  • Profil:Femme

Posté 16 mars 2011 - 21:14

Eh bien, parlons-en de Germinal

Image IPB


Film de C.Berri réalisé en 1993


Je crois d'ailleurs qu'il en est question sur le topic des adaptations de roman, et qu'il se fait passablement démonter.

Or, qu'on aime ou qu'on aime pas, on doit reconnaître que l'oeuvre Germinal fait complètement partie du patrimoine culturel français, et qu'en quelque sorte l'adaptation cinématographique de Claude Berri y est certainement pour beaucoup.

D'abord parce que la distribution réunit de grosses têtes emblématiques du cinéma français dans sa diversité: Depardieu/Miou-Miou, Jean Carmet, Yolande Moreau, Terzieff et j'en passe; et qu'ils sont tous bons voire très bons dans cette peinture du monde ouvrier sous le Second Empire. Renaud en Etienne Lantier, syndicaliste avant la lettre et grand idéaliste politique, n'est pas un choix qui surprend tant le chanteur lui aussi est (a été) vecteur d'un certain esprit de la rébellion; je le trouve vraiment très crédible dans le rôle.

Après, il est vrai que le film substitue un manichéisme plus forcé à celui du roman. En effet, Zola s'est attaché à décrire le monde ouvrier dans toute sa sordidité et sa morbidité, sous un jour parfois guère plus reluisant que certains patrons au paternalisme zélé. Claude Berri, pour les besoins de l'adaptation, fusionne et zappe un certain nombre de personnages et d'événements (l'échec du recours à l'Internationale) qui simplifient le tableau. La dichotomie entre ouvriérisme misérable et paternalisme patronal délétère se durcit donc, mais restent tout de même quelques nuances.

D'autant que le film reste fidèle à l'oeuvre en ce qu'il mêle les tons: lyrique, épique, grotesque. Les scènes crues ne nous sont pas épargnées, dans la veine naturaliste, et certaines scènes (l'arrivée et le départ de Lantier, la montée de la colère ouvrière) couplées à une musique assez convaincante, suffisent à susciter l'émotion.

En résumé, bien sûr qu'il faudrait d'abord lire le roman, et de manière générale Zola est un des plus beaux patrimoines qui soit sur le Second Empire et les répercussions sociales. Mais là où beaucoup d'adaptations de son oeuvre pèchent -et il est vrai que l'entreprise d'adapter un roman réaliste/naturaliste est toujours casse-gueule- le film de Berri reste une réalisation soignée, fidèle à l'esprit à défaut d'être fidèle à la lettre, et qui constitue un document plutôt juste sur la formation de la conscience ouvrière en France dans toute sa complexité et dans tous ses affrontements idéologiques.
Image IPB

#33 L'utilisateur est en ligne   Paullux 

  • J'adore les suppos
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 335
  • Inscrit(e) : 23-février 11
  • Profil:Femme

Posté 23 mars 2011 - 23:54

Je continue dans ma lancée "si un prof d'histoire peut montrer ça en classe pour un cours sur la France, ça rentre dans le topic"

Image IPB

A NOUS LA LIBERTE! René CLAIR, 1931

Deux ex-taulards, Emile et Louis, se retrouvent dans le monde de l'usine: Louis est devenu grand patron d'une fabrique de phonographes, tandis que Emile le rêveur y est embauché comme ouvrier.

On est une fois de plus dans l'histoire sociale de la France, au moment de son "tournant taylorien" comme a pu le dire l'historien Fridenson, soit dans l'entre-deux-guerre. En effet, l'après-guerre accentue le passage (lent en France) à une industrie rationalisée et massive qui a véritablement pris son take-off avec la guerre 14-18 (des usines comme Renault sont véritablement lancées par la guerre).

Outre la trame narrative de ce conte social qu'est A Nous la liberté, film qui a le charme de la transition entre le muet et le parlant, picorant encore dans les deux (musique accompagnant le burlesque, jeu appuyé, goût pour les courses-poursuites frénétiques), on y voit une satire sociale du travail à la chaîne, comparé de manière appuyée à l'univers carcéral dans l'économie du récit, tel un pré-Temps modernes, au sein d'une société de plus en plus capitaliste.

A noter, la photographie du film est vraiment très belle.

Un bon film de René Clair, culte en son temps, qui met en lumière une facette peu connue de l'industrialisation française, sans l'humour de Chaplin, mais avec beaucoup de charme quand même.
Image IPB

#34 L'utilisateur est hors-ligne   Evil Touch 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 766
  • Inscrit(e) : 10-mars 08
  • Profil:Homme

Posté 24 mars 2011 - 00:15

Voir le messagePaullux, le 14 mars 2011 - 20:15 , dit :

Affirmatif, mais le problème de cette période c'est qu'elle reste aujourd'hui encore peu attrayante, mal connue aussi de par les sources dont on dispose, hormis l'événementiel dur, mais ça ne fait pas le sel de la chose.

Oh et bien un film sur Charles Martel je suis sur qu'il aurait un grand succès en ce moment (national tout du moins).............
Un film sur Du Guesclin, Roland, Toussaint Louverture me comblerait de bonheur......
Image IPB and you...........who da fuck you are ?

#35 L'utilisateur est en ligne   Saga 

  • J'ai plus de vie sociale
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 327
  • Inscrit(e) : 07-janvier 05
  • Location:Evry

Posté 24 mars 2011 - 05:46

Voir le messagePaullux, le 14 mars 2011 - 19:26 , dit :

Voir le messagedarkseid, le 14 mars 2011 - 19:17 , dit :

Ce qui est un peu génant avec la France, c'est qu'on met toujours en avant les mêmes périodes historiques et certaines sont totalement laissés de côté ; on doit pouvoir compter sur les doigts d'une main les mois sans films/ séries/ téléfilm sur la seconde guerre mondiale ou les années sans films se déroulant a l'époque de Louis XIV.
Par contre, on ne voit jamais de films sur l'antiquité ou sur le Moyen Age, ce qui pourrait être intéressant.


Ha ça par contre, je pense que c'est plus dû à une vision "national(iste)". Sous l'Antiquité et le Moyen-Âge, la France n'avait ni ses frontières actuelles, ni la souveraineté totale sur son territoire (d'ailleurs l'intérêt de Jeanne d'Arc, outre le mythe personnel, c'est ça, reconquérir les frontières qui tendent à celles de l'Etat moderne).


Jeanne d'Arc cherchait surtout à virer l'Anglois hors de France, la France s'entendant dans les frontières de l'Etat avant la guerre de 100 ans. Il n'y avait absolument pas de volonté de reconquête des frontières gauloises, vues comme les frontières naturelles de la France. C'est un thème qui apparaîtra surtout avec la Révolution française (les conquêtes de Louis XIII et Louis XIV qui étendaient la France au nord-est visaient surtout à protéger Paris).
Même au plus profond de l'enfer s'épanouit la noble fleur de l'amitié
laissant sur les vagues indolentes flotter quelques pétales en souvenir...
pour un jour, éclore à nouveau. Impérissable est le travelo way.

Mr 2 Bon Clay

#36 L'utilisateur est en ligne   Paullux 

  • J'adore les suppos
  • Groupe : Members
  • Messages : 5 335
  • Inscrit(e) : 23-février 11
  • Profil:Femme

Posté 24 mars 2011 - 09:01

Ce ne sont pas les mêmes frontières pour Jeanne d'Arc, mais ce sont des frontières quand même, avec le rapport à l'envahisseur. Jeanne d'Arc c'est quand même l'Etat moderne embryonnaire, même si la carte n'était pas du tout la même. Ce que je voulais surtout dire, c'est qu'on retient de l'histoire française au cinéma (et en général) en gros ces grands problèmes de définition nationale (souvent par le territoire...), ce qui est assez logique finalement, même s'il n'y a pas que ça.

Par exemple, c'est vrai qu'un film sur Toussaint Louverture pourrait être très intéressant.

Même si l'a manière de faire l'histoire a complètement été révolutionnée, le spectre "histoire façon IIIe République" plane encore (sans forcément qu'on rende hommage à Jeanne d'Arc comme certains partis).
Image IPB

#37 Ho c Anne*

  • Groupe : Guests

Posté 26 février 2012 - 15:19

Image IPB

Production franco-canadienne, réalisée par Jean-Jacques Annaud en 1981.
Scénario de Gérard Brach, d'après le roman de J.H. Rosny.
Interprétation : Everett McGill, Rae Down Chong, Ron Perlman, Nameer El-Kadi...
Il a été récompensé par le César du meilleur film et du meilleur réal' en 1982.

Une prof' nous l'avait montré en cours quand j'étais en 6ème et cela m'avait beaucoup plu, même si je n'en garde aujourd'hui qu'un vague souvenir. Il a été édité en blu-ray mais il parait que le transfert HD a été ultra baclé par l'éditeur... :(

#38 L'utilisateur est hors-ligne   Scalp 

  • Booby Lapointe
  • Groupe : Members
  • Messages : 16 671
  • Inscrit(e) : 03-décembre 07
  • Profil:Homme

Posté 08 mars 2012 - 21:40

Le Livre Noir Anthony Mann - 1949

Image IPB

Image IPB


Relecture hollywoodienne de cette période de l'histoire de France appelé la Terreur, bon même si mes cours d'histoire remonte à très loin c'est un plaisir de voir des personnages comme Saint Just, Robespierre, Danton, Lafayette et même Bonaparte dans une excellente scène final.
Alors niveau historique on doit frôler le grand n'importe quoi, mais bon le plaisir est belle et bien au rendez vous et quel plaisir de voir Robespierre en véritable Al Capone car on sent que Mann la révolution française c'est pas le truc qui l'intéresse le plus, ici ce qui l'intéresse c'est de donner vie à ce sentiment de chaos et de Terreur du Paris de cet époque.

Image IPBImage IPBImage IPB

Le film prend ici le parti ( à tort ou à raison ) de présenter Robespierre comme THE bad guy et il est même ici transformer ici carrément en chef de gang avec des hommes de mains à sa solde, bon c'est pas fidèle mais on s'en fout car le film est avant tout très ludique ( tout le monde est à la recherche du livre noir de Robespierre où sont écrit toute ses prochaines victimes ), divertissant et surtout bien noir car ici on a jamais l'impression d'être devant un film historique, on est devant du pur Mann de film noir donc avec une violence visuel assez surprenante ( de la torture, Robespierre qui pisse le sang après s'être pris une balle dans la tronche, on a aussi même un pauvre gars qui se fait tuer juste parce qu'il était là au milieu avec sa charrette ) et une narration typiquement polar.

Le script est sacrément rythmé, on ne s'emmerde pas dans cette course poursuite dans les rues de Paris ( un Paris de studio un peu de cheap mais qui a un certain charme ), ça file à 100 à l'heure avec de la course poursuite, de la baston, des meurtres dans des pièces plongé dans l'obscurité, et pleins de scènes de suspens car le perso principal se fait passer pour l'homme qu'il a tué pour infiltrer le gang à Robespierre pour mener à bien sa mission et on y retrouve toute la tension qu'on y trouve dans les polars avec flic infiltré et franchement de ce point de vue là le film est parfait avec très peu de chose Mann installe un gros suspens et une grosse tension.
Alors faut pas trop se poser de question sur certaines actions des personnages ou certaines facilités ( les soldats qui ne trouvent pas le héros dans la grange ), le traitement est manichéen ( avec des gros méchants immédiatement identifié ) mais au final c'est pas trop gênant.

La réal de Mann est comme à son habitude, très solide voir de très haute voltige par moment, Mann sait mettre en scène et ici à chaque nouvelle scène de suspens ça saute aux yeux, il trouve toujours le plan le plus juste pour que la séquence soit réussit et puis on retrouve la patte Mann, à savoir une violence bien sèche et toujours impeccablement mise en scène. Il utilise le gros plan toujours à bon escient et ici y en a à foison des gros plans sur des trognes.

Image IPBImage IPBImage IPB

A la photo on a le directeur photo attitré de Mann et ce qui se faisait quasiment de mieux à l'époque : John Alton, et le style de Alton transforme ici un film historique en film noir ( bon le script aussi bien entendu ), l'action se déroulant à 90% de nuit ou dans des pièces sombre, et il ajoute même une touche encore plus expressionniste que d'habitude ( faut voir certains plans vraiment de toute beauté avec un jeu sur la lumière ahurissant ).

Casting de petit calibre mais tout le monde s'en sort très bien : Robert Cummings ( enfin y jouait tout de même dans le Crime était presque parfait ) parfait et Arlene Dahl ( génial dans 2 Rouquines dans la bagarre ) joue un personnage qui pourrait très bien être une femme fatale de film noir, Arnold Moss en Fouché est un des meilleurs acteurs du film et son personnage bien fourbe est vraiment sympa, de loin le meilleur perso du film d'ailleurs, un gars prêt à tout ( entendre trahir tout le monde ) pour sauver sa peau, en fait tout les acteurs sont bon et chaque personnage est vraiment bien campé ( le gars qui fait Saint Just est lui aussi très bien ).

Belle découverte que ce Anthony Mann méconnu et atypique ( réalisé entre sa période polar et western ) qu'on peut même interpréter comme une critique du MacCarthysme ( c'est assez flagrant d'ailleurs ), une oeuvre noire et baroque qui mérite d'être vu ( et on s'en fout ici si c'est historiquement à la ramasse ).

4,5/6

Bon par contre la copie est vraiment moche et avec même une image qui saute par moment :angry:

#39 L'utilisateur est hors-ligne   Manna Marie Weasley 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 307
  • Inscrit(e) : 26-août 05
  • Profil:Homme
  • Location:Manchester 1973

Posté 09 mars 2012 - 03:52

Voir le messagePaullux, le 24 mars 2011 - 09:01 , dit :

Par exemple, c'est vrai qu'un film sur Toussaint Louverture pourrait être très intéressant.


Un téléfilm sur Toussaint Louverture a été diffusé sur France 2 en Fevrier ?

Quelqu'un l'a vu ?
Image IPB
Membre de l'Église du Crocodile Fluo qui fait Coin

Partager ce sujet :


  • (3 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)