Mad Movies: Raiponce - Byron Howard et Nathan Greno (2010) - Mad Movies

Aller au contenu

  • (4 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

Raiponce - Byron Howard et Nathan Greno (2010) Quelle est la quaystion?

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Tingle 

  • Salvador Tingle
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 858
  • Inscrit(e) : 09-janvier 05
  • Profil:Homme
  • Location:Hyrule

Posté 02 décembre 2010 - 09:08

Image IPB

Allez hop! Le médiocre "La princesse et la grenouille" a bien eu droit à son sujet, donc "Raiponce" le mérite aussi, surtout que le film est largement plus réussi que son prédécesseur.

Lorsque Flynn Rider, le bandit le plus recherché du royaume, se réfugie dans une mystérieuse tour, il se retrouve pris en otage par Raiponce, une belle et téméraire jeune fille à l’impressionnante chevelure de 20 mètres de long, gardée prisonnière par Mère Gothel. L’étonnante geôlière de Flynn cherche un moyen de sortir de cette tour où elle est enfermée depuis des années. Elle passe alors un accord avec le séduisant brigand…


Pour faire court (je dois en faire la critique, donc je m'étalerais plus tard), j'ai plus retrouvé l'esprit des grands classiques Disney dans ce film en synthèse que dans le grand retour à la 2D de l'année dernière. Hormis des chansons pas toutes mémorables (mais dans l'ensemble, c'est encore une fois bien mieux que "La princesse et la grenouille"), le reste c'est que du tout bon, des personnages principaux et secondaires attachants et drôles, des séquences "d'action" originales et réussies, un excellent rythme, une technique et une beauté visuelle irréprochable, etc... Bref, malgré qu'il soit très "classique" dans sa trame, le film s'avère diablement efficace. On est sans doute pas devant un futur grand classique Disney mais on s'en approche, et ça mérite d'être salué.
Image IPB

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Blacklancelot 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 225
  • Inscrit(e) : 12-mai 09
  • Profil:Homme
  • Location:Aquae Sextiae

Posté 02 décembre 2010 - 10:52

J'ai bien hate de le voir celui là, le design des personnages est vraimment sympa, et l'heroine "cappiloboostée" est mimi tout plein :wub:
Image IPB

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Gatsu 

  • Faut que j'aille dormir
  • Groupe : Members
  • Messages : 12 373
  • Inscrit(e) : 06-mai 07
  • Profil:Homme
  • Location:Bordeaux

Posté 02 décembre 2010 - 11:32

Ayant bien apprécié les deux dernières productions de la firme, à savoir: Volt et La princesse et la grenouille.
C'est avec plaisir que j'irai voir celui là.
Même si on n'atteint pas l'excellence d'antan, j'ai l'impression que Disney remonte la pente, doucement mais surement.

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Tingle 

  • Salvador Tingle
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 858
  • Inscrit(e) : 09-janvier 05
  • Profil:Homme
  • Location:Hyrule

Posté 03 décembre 2010 - 00:07

Soixante-treize ans après Blanche-Neige, les studios Disney renouent avec le conte de fée et les princesses pour leur cinquantième long-métrage d’animation. On se souvient tous de la période faste au début des années 90 durant laquelle les productions Disney renaissaient de leurs cendres avec de grands succès aussi bien critiques que commerciaux tels que La Petite Sirène, La Belle et la Bête, Aladdin et Le Roi Lion, grâce à, entre autre, la direction de Jeffrey Katzenberg, parti depuis fonder la société concurrente Dreamworks avec Steven Spielberg et David Geffen. On se souvient moins de la période qui suivit, et pour cause. Des tentatives de modernisation à la fois thématique via la science-fiction (Atlantide, La planète au trésor) ou technique avec l’utilisation de l’imagerie de synthèse (Dinosaure, Little Chicken) qui échouèrent lamentablement, rappelant la traversée du désert que subit le studio durant les années 80 et sa période « dark », la qualité artistique en moins.

Depuis, John Lasseter a intégré les bureaux de la direction et semble bien vouloir relancer la machine à rêve, avec pour principales directives le retour de l’adaptation de contes classiques et de l’animation dîtes traditionnelle, comme ce fut le cas l’année dernière avec La Princesse et la Grenouille. Ce dernier ne fut pourtant pas le succès tant attendu, allant même jusqu’à créer un effet de rejet de la part du studio pour les histoires de princesses, qui changea le titre de Rapunzel en Tangled, afin de brouiller les pistes aux Etats-Unis. Chez nous, c’est bien sous le titre de Raiponce qu’il sort, sans doute parce qu’ Emmêlé n’était pas un titre vendeur. Quoiqu’il en soit, Raiponce sonne-t-il le grand retour de Disney, telle est la question…(Elle était facile, celle-là).

Lorsque Flynn Rider, le bandit le plus recherché du royaume, se réfugie dans une mystérieuse tour, il se retrouve pris en otage par Raiponce, une belle et téméraire jeune fille à l’impressionnante chevelure de 20 mètres de long, gardée prisonnière par Mère Gothel. L’étonnante geôlière de Flynn cherche un moyen de sortir de cette tour où elle est enfermée depuis des années. Elle passe alors un accord avec le séduisant brigand…


L’adaptation du célèbre conte des frères Grimm, Rapunzel, est un projet qui remonte à Walt Disney lui-même. Est-ce la noirceur de l’œuvre originale ou le fait que la majeure partie de l’histoire se passe dans une tour qui a mis un frein au développement, nul ne le sait. En tout cas, l’idée reste dans les tiroirs jusqu’au XXIème siècle. Glen Keane, à qui l’on doit notamment le design et l’animation d’Ariel, Aladdin, la Bête, Pocahontas et tant d’autres, s’en voit offrir la réalisation. Il désirait s’inspirer des peintures de Jean-Honoré Fragonard dans un mélange de 2D et de 3D, malheureusement pour des raisons de santé il dut laisser sa place. Du coup, c’est le jeune Byron Howard qui doit recoller les morceaux en urgence, ce qui devient une habitude pour lui puisqu’il avait déjà remplacé au pied levé le réalisateur initial de Volt sorti en 2008. Seulement deux ans pour réaliser un nouveau long-métrage d’animation, même s’il faut compter des années et des années de production-hell, ça fait court, et ça n’était pas de bonne augure. Au final, cet empressement imprègne le film et lui apporte une spontanéité et une fraicheur que l’on n’attendait pas, ou plus. Fusion parfaite entre l’esprit Disney et Pixar, Raiponce s’avère être le meilleur représentant du concept du conte de fée moderne et le plus grand film du studio depuis fort fort longtemps.

Pourtant, la trame est on ne peut plus classique. Une jeune fille rêvant de liberté, un vaurien charmeur, une marâtre castratrice, une love story, des chansons, un happy end, n’importe qui pourra remplir les trous. Un défaut qui est aussi une des forces du film, car bien consciente qu’elle ne réinvente pas la roue, l’équipe traite l’histoire avec un premier degré et une légèreté qui vont de pair. On est bien loin du côté « petit malin » des Shrek qui jouent la carte du cynisme à grands coups de références datées et d’humour scato, pour finalement se conclure dans une niaiserie guimauve jamais vu même chez Disney. Ici, on sent du respect pour ce qui est raconté, et en plus c’est vraiment drôle sans tomber dans la facilité et la vulgarité. Outre les deux personnages principaux rapidement très attachants grâce, notamment, aux performances de Mandy Moore et Zachary Levy, on retrouve les sempiternels sidekicks animaliers de service. Sauf que pour une fois, ils sont fortement réussis, que ce soit Pascal le caméléon bodygard de Raiponce ou Maximus le cheval policier, chacune de leurs apparitions vaut son pesant de cacahuètes. La raison est toute simple, plutôt que de nous refourguer ad vitam des animaux qui parlent horripilants comme ce fut le cas dans La Princesse et la Grenouille, ici tout se joue sur les expressions, les mimiques, les attitudes, comme dans un bon vieux dessin animé de Chuck Jones. Le film a beau se vouloir décalé, fun et pop, il n’en oublie pas la carte de l’émotion. Tout d’abord avec la relation conflictuelle entre la Mère Gothel, geôlière narcissique et manipulatrice, et Raiponce, puis évidemment la romance avec Flynn qui, là aussi, fonctionne en évitant de justesse la mièvrerie.

Techniquement, c’est un sans faute. On sent la patte de Glen Keane, qui malgré tout est resté directeur de l’animation sur le projet, et dont le style a été sublimement transposé en 3D. A vrai dire, Raiponce ressemble à s’y méprendre à un film en animation traditionnelle, aussi bien dans ses décors extrêmement colorés de toute beauté, que dans le design des protagonistes et leur animation parfaitement fluide. Un régal pour les yeux. Malgré un budget restreint comparé à ceux des Pixar, le film tente tout de même quelques séquences complexes telles qu’une poursuite dans un barrage, fort plaisante mais malheureusement trop courte. Qu’à cela ne tienne, le montage global est assez énergique pour nous tenir en haleine toute la durée du film, même si l’acte final aurait mérité d’être plus impressionnant ou développé.
Niveau musique, on retrouve ce bon vieux Alan Menken qui est un peu la poule aux œufs d’or pour Disney avec ses huit oscars remportés de 1989 (La Petite Sirène) à 1995 (Pocahontas), même s’il faut avouer qu’il n’a plus trop la patate depuis le décès de son acolyte Howard Ashman. Moins classique, plus pop, à l’image du film, son score pour Raiponce ne lui fera certainement pas gagner un neuvième presse-papier doré mais n’en est pas pour autant désagréable. On retiendra essentiellement la chanson des brigands de la taverne, drôle, enjouée, et entêtante ainsi qu’un morceau non-chanté, mais monté comme un passage musical dans le film, à forte consonance celtique.

Après la déception de La Princesse et la Grenouille, les studios Disney commencent enfin à voir le bout du tunnel grâce à Raiponce. S’imposant comme l’anti-Shrek par excellence, le film de Byron Howard et Nathan Greno dépoussière le conte de fée avec une efficacité folle, tout en en respectant les codes. Mignon, drôle et rythmé, sans pour autant être à la hauteur des grands classiques intemporels qu’il nous a offert par le passé, Raiponce est une promesse de jours meilleurs pour le célèbre studio.
Image IPB

#5 L'utilisateur est hors-ligne   uhu 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 463
  • Inscrit(e) : 13-février 05
  • Location:Cyberdyne Systems

Posté 03 décembre 2010 - 01:44

Pourquoi tant de haine à l'encontre de la princesse et la grenouille?
C'est un vrai long-métrage d'animation dans la plus pure tradition de la souris.
Que moi j'ai adoré, la seule déception fut dans les résultats au box-office US.
Par ailleur étant un défenseur de l'animation traditionnelle je vois ce film en CGI non pixar avec un oeil assez...Disons peu favorable.
Go and make me rich (John Carpenter 1948-1998)
I am just hoping that I can be known as a great writer and actor some day, rather than a sex symbol (Steven Seagal)

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Tingle 

  • Salvador Tingle
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 858
  • Inscrit(e) : 09-janvier 05
  • Profil:Homme
  • Location:Hyrule

Posté 03 décembre 2010 - 13:44

Pour moi, ce fut une déception. Non pas que ce soit nul à chier, c'était essentiellement très joli, mais à part la touche traditionnelle y avait pas grand chose de mémorable. Des persos moyennement attachants, des sidekicks complètement foireux (la luciole cajun en tête), un méchant qui pète la classe mais dont les motivations sont nébuleuses, une morale incompréhensible (c'est bien de travailler mais faut pas pousser, parce que l'amour c'est plus important, c'était ça?) et des chansons pas terribles alors que le contexte jazz était propice à faire une putain de BO. Bref, ça tentait de lorgner vers les Disney début 90's mais au final ça se rapprochait plus des oubliables Brother Bear et consorts.
Raiponce fera surement pas non plus l'unanimité, mais moi j'ai trouvé que ça sentait moins le formol et j'ai passé un très bon moment. Et animation trad' ou pas, c'est très beau.

PS: Faut pas que j'intervienne trop ici, sinon je vais donner l'impression d'être un monomaniaque comme Kissoon pour Dragons ou Gut pour Tempête de boulettes géantes.
Image IPB

#7 L'utilisateur est en ligne   Kissoon 

  • Quoi de neuf doc ?
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 6 873
  • Inscrit(e) : 04-mars 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avignon

Posté 03 décembre 2010 - 14:00

Voir le messageTingle, le 03 décembre 2010 - 13:44 , dit :

PS: Faut pas que j'intervienne trop ici, sinon je vais donner l'impression d'être un monomaniaque comme Kissoon pour Dragons ou Gut pour Tempête de boulettes géantes.

DRAGOOOOOOOOOOOOOOOOONNNS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Image IPB


(sinon je vais voir "Raiponce" la semaine prochaine, ça a l'air sympa à défaut d'être génial)
"Je modère plus rien ici, ranafout" (OrsonZ, modo)

#8 L'utilisateur est en ligne   Jake 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 161
  • Inscrit(e) : 18-janvier 05
  • Location:from Outer Space

Posté 05 décembre 2010 - 17:19

Un film très agréable à suivre, un bon divertissement avec une histoire assez condensée qui va droit à l’essentiel. Ce qui frappe dans ce film Disney, c’est un certain minimaliste. Par exemple, on ne retrouve pas, comme dans les précédentes productions, de grandes scènes d’action spectaculaire et des mouvements de caméra m’as-tu-vu. Il n’y a pas de climax fort et même le dénouement est assez abrupt. Les chansons sont peu nombreuses et relativement courtes et prolongent le récit sans le ralentir. Hormis la tour de la princesse, les décors du film sont assez sommaires et très peu mis en valeur. Pas de stars parmi les doubleurs également. En fait, tout est resserré autour de trois personnages remarquablement animés qui portent littéralement le film. On assiste à de longs face-à-face entre les protagonistes, des joutes verbales très théâtrales (les expressions des visages sont très poussés) dans des lieux relativement exigus (la tour, la forêt dense, la taverne) qui ont l’avantage d’offrir des profondeurs de champs réduites et par la même, une qualité du relief accrue. Autre point positif souligné par Tingle : les deux sidekicks sont muets, ce qui évite le parasitage de l’intrigue et les vannes foireuses. Je trouve même que le personnage du caméléon (Quelle idée tordue de mettre cette bestiole complètement déplacée, dans ce genre d’environnement, juste pour le prétexte à des gags colorés !) aurait pu être supprimé. Bref ! On a face à ce film, le même sentiment que l’on peut éprouver devant la vision d’une efficace et honnête série B, même si la fin aurait gagné à être moins mielleuse. L’énorme succès du film aux Etats-Unis a étonné tout le monde et on peut espérer, en effet, « des jours meilleurs » pour Disney.

#9 L'utilisateur est hors-ligne   Vin Boss 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 038
  • Inscrit(e) : 27-avril 03
  • Profil:Homme

Posté 05 décembre 2010 - 18:17

J'irai le voir celui là ayant apprécié La Princesse et la grenouille et reniant à peu près les métrages de l'époque, je trouve que qualitativement ça remonte bien.
Plus petite la sign, merci !

#10 L'utilisateur est en ligne   Kissoon 

  • Quoi de neuf doc ?
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 6 873
  • Inscrit(e) : 04-mars 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avignon

Posté 05 décembre 2010 - 23:04

C'est visuellement très joli.
C'est agréable à suivre.
Mais en sortant du cinoche je ne me souvenais plus de grand chose ...

3/6
"Je modère plus rien ici, ranafout" (OrsonZ, modo)

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Mad Kom 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 2 690
  • Inscrit(e) : 27-novembre 07
  • Profil:Homme
  • Location:Outernational

Posté 06 décembre 2010 - 03:42

Plutôt sympathique ce petit Disney de noël.
En tout cas mes petits neveux ont adorés, ce qui prouve déjà que le film fonctionne bien sur le public visé. (Pour la petite histoire, c'était la première fois au ciné pour le plus petit, c'était excellent de le voir réagir!)
J'ai été agréablement surpris de retrouver cette ambiance tres classique des disneys à l'ancienne, comme dans la belle au bois dormant par exemple ( avec des clins d'oeil bien appuyé comme au début avec la pomme et la sorcière).
C'est mignon tout plein sans jamais etre trop mièvre, l'histoire se suit sans ennui grâce à un rythme bien efficace, c'est assez drôle (en tout cas les gamins dans la salle était mort de rire), les sidekicks sont attachants, et l'ensemble fonctionne à merveille. Pas un chef d'oeuvre, mais un tres bon moment.
Sinon, les personnages sont tres stéréotypés, c'est petri de bons sentiments, les chansons sont pas toutes réussies, c'est sur, c'est pas du pixar, mais c'est pas le but non plus.
4/6
Image IPB

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Chuck Apic 

  • Wookie
  • Groupe : Members
  • Messages : 3 787
  • Inscrit(e) : 15-décembre 05
  • Location:vous ne m'aurez jamaisss!!!ahah!

Posté 06 décembre 2010 - 10:00

Super critique Tingle.

Voir le messageTingle, le 03 décembre 2010 - 00:07 , dit :

Malgré un budget restreint comparé à ceux des Pixar


La par contre, t'y es fou mon ami, c'est un budget équivalent aux Pixar, rien que le developpement du film à couté bonbon, et duré 3 plombes!
Posted Image

#13 L'utilisateur est en ligne   Kissoon 

  • Quoi de neuf doc ?
  • Groupe : The Devil's Rejects
  • Messages : 6 873
  • Inscrit(e) : 04-mars 09
  • Profil:Homme
  • Location:Avignon

Posté 06 décembre 2010 - 10:29

D'après BoxOfficeMojo, le budget du film serait de 260 M $ :)
"Je modère plus rien ici, ranafout" (OrsonZ, modo)

#14 L'utilisateur est en ligne   Jake 

  • Gremlins
  • Groupe : Members
  • Messages : 1 161
  • Inscrit(e) : 18-janvier 05
  • Location:from Outer Space

Posté 06 décembre 2010 - 12:34

Ce qui en fait, le film le plus cher jamais produit, après Avatar et Pirates des Caraïbes 3...

#15 L'utilisateur est hors-ligne   Tingle 

  • Salvador Tingle
  • Groupe : Members
  • Messages : 6 858
  • Inscrit(e) : 09-janvier 05
  • Profil:Homme
  • Location:Hyrule

Posté 06 décembre 2010 - 12:55

Au temps pour moi, j'avais lu l'inverse. :sweat: Par contre, je me demande ce que ce chiffre prend en compte. A savoir que si c'est comme pour Superman Returns, ça explique le pétage de budget (début du projet aux alentours de 2002).
Image IPB

Partager ce sujet :


  • (4 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)